SÉCURITÉ

  • Les Rosiérois ne restent pas immobiles pour autant

    Rue de Malaise Rosières (montage).jpg

    Le 16 avril prochain, les Rosiérois commémoreront l’anniversaire de la suppression des transports en commun assurés par la société De Lijn les jours ouvrables de 9 à 16 heures entre Maleizen et Wavre.
     
    Dès le 12 mars 2012, un comité de quartier élargi interpella les sociétés De Lijn et TEC ainsi que l’administration communale de Rixensart proposant plusieurs solutions de remplacement. 
     
    Aucune ne sera retenue, nos élus locaux se limitant à adresser en français à De Lijn « ce projet est inacceptable étant donné que la ligne 345 est la seule possibilité pour les habitants de Rosières de rejoindre Bruxelles ou Wavre ». 
     
    Ne pouvant donc ni accéder à Wavre, ni à Genval ou Rixensart, il ne restait aux Rosiéroises et Rosiérois que la possibilité de se rendre à pied via Maleizen pour rejoindre Hoeilaart ou Bruxelles.
     
    C’est alors qu’à de nombreuses occasions sans cesse répétées aux réunions du groupe de travail « mobilité »,  il a été demandé à la commune de Rixensart de sécuriser la rue de Malaise, les piétons l’empruntant n’ayant d’autre choix que de marcher sur la chaussée réservée aux véhicules dont la vitesse autorisée est de 90 km à l’heure entre la Ferme de Woo et la Verte Voie sur le territoire wallon.
     
    La notion de trottoir ne faisant pas encore partie du dictionnaire communal, il a été successivement demandé de déplacer le panneau « fin d’agglomération » après la dernière habitation de la commune ou encore de placer un panneau limitant la vitesse à 50 km/h au-delà de celui indiquant la fin d’agglomération.
     
    A court d’argumentations pour systématiquement refuser les propositions citoyennes, nos responsables communaux se sont finalement adressés à la Wallonie et ont décrété ensemble que la demande de limitation de vitesse n’est pas retenue, cette dernière étant soi-disant adaptée au contexte rural et dégagé.
     
    La majorité communale NAP (MR/CdH) s’obstine depuis 6 ans à ne pas vouloir comprendre qu’à Rosières pour plusieurs personnes non motorisées, la mobilité douce est synonyme de danger de mort.
     
    A vous vous de le décider le 14 octobre prochain.
     
    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, MOBILITÉ, SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Sécurisation des abords de l’école de Rosières : imbroglio procédural

    Eglise Saint-André 20090408 © Eric de Séjournet (5).JPGLa sécurisation des abords de l’Ecole de Rosières est à l’étude depuis … le 22 octobre 2014.

    Entre cette date et le 28 mars 2018, le Collège de la commune de Rixensart (mandataire) a omis de faire rapport au Conseil communal (mandant) et, sans concertation préalable, s’est autorisé à payer les honoraires correspondant aux deux premiers états d’avancement de l’étude. En se faisant, le Collège n’a pas respecté le cahier des charges.

    Qui plus est, la mission d’étude initiale s’est étendue sans l’aval du Conseil communal, à la construction d’une nouvelle sortie d’autoroute à Rosières, passant juste derrière l’église Saint-André. Les propriétaires concernés, habitants, paroisse et fabrique d’église, n’ont appris que fin du mois de mars 2018, en séance publique (1), qu’ils étaient concernés par une expropriation. Sans compter que, datant de 1844, l’église Saint-André de Rosières risque de subir des dégâts irréversibles.

    Aussi, Etienne DUBUISSON (PROXIMITÉ) a-t-il introduit, en tant que conseiller communal, une question écrite au Collège des Bourgmestre et Echevins. Réponse attendue début mai 2018.

    __________
    (1) Seuls "les parents des élèves de l'Ecole de Rosières et les riverains de ses abords" avaient été conviés à la réunion publique du 26 mars 2018
    (2) photo | Eglise Saint-André et vallée de la Lasne à Rosières © Eric de Séjournet

     

    4 avril 2018

    QUESTION ÉCRITE (1) | Sécurisation des abords de l’École de Rosières, création d’un parking et d’un rond-point, et construction d’une nouvelle sortie d’autoroute passant derrière l’Église Saint-André

     

    Madame la Bourgmestre,
Mesdames et Messieurs les Echevins,

    Selon la Constitution belge (2), « les intérêts exclusivement communaux sont réglés par le conseil communal ». Par ailleurs, le Code de la démocratie locale et de la décentralisation (3) prévoit également que "le conseil règle tout ce qui est d'intérêt communal » (4) et précise encore que le Collège communal est chargé de «l’exécution des résolutions du conseil communal » (5).

    C’est donc tout logiquement que le 22 octobre 2014, le Conseil communal a été appelé à se prononcer sur une mission d’étude relative à la sécurisation des abords de l’École de Rosières. Par un vote favorable, le conseil communal a accepté et imposé le cahier des charges 2014/36T relatif à cette mission et a mandaté le collège (mandataire) d’une mission d’exécution.

    C’est donc tout naturellement que le conseil pouvait s’attendre à recevoir un compte rendu de l’évolution de l’exécution des résolutions prises en rapport avec ce dossier d’intérêt communal. Or depuis octobre 2014 et jusqu’au 28 mars 2018 aucune information concernant ce dossier n’a été transmise au conseil communal, mandataire de cette mission.

    Pourtant, il apparait dans les délibérations du collège que l’adjudicataire a été désigné le 10 décembre 2014, que le 21 octobre 2015, le collège a décidé de payer les honoraires correspondant à l’état d’avancement numéro un, relatif au dépôt de l’avant-projet et que le 18 novembre 2015 il a également décidé de payer les honoraires correspondant à l’état d’avancement numéro deux, relatif à l’avant-projet.

    Au vu du dossier, reçu actuellement par les membres du conseil, cette mission ne semble plus avoir évolué entre novembre 2015 et le 28 mars 2018 puisqu’aucun rapport du collège, écrit ou même oral, n’a été transmis aux membres du conseil.

    Il y a dès lors tout lieu de se poser certaines questions.

    1. Pourquoi le collège n’a-t-il jamais fait part au conseil des différents avant-projets qui, prévus par le cahier des charges (6), devaient reprendre chacun « une piste différente de sécurisation des abords » alors que ceux-ci représentent initialement et de toutes évidences un « intérêt exclusivement communal » ?

    2. Ce marché de service consistant en une mission d’étude, a été attribué en décembre 2015 à la sprl AGUA suivant les critères définis par le Conseil communal. Cette société a-t-elle respecté ses délais d’exécution des trois phases soit respectivement 10, 20, et 3 jours ouvrables ?

    3. Quand la sprl AGUA a-t-elle sollicité la Direction Générale Opérationnelle 1 Routes et Bâtiments (DGO1) comme précisé dans le dossier présenté en Conseil communal de ce 28 mars 2018 (7) ?

    4. La Commission Consultative d’Aménagement du Territoire et de la Mobilité (CCATM) a-t-elle remis un avis concernant le projet présenté en Conseil communal du 28 mars 2018 ? Si oui, lequel ?

    5. La Commission Mobilité a-t-elle remis un avis concernant le projet présenté en Conseil communal du 28 mars 2018 ? Si oui, lequel ?

    6. L’article 146 du cahier des charges précise les modalités d’exécution et de facturation des différentes phases. Le 18 novembre 2015, le collège a approuvé l’état d’avancement N°2 présenté par la sprl AGUA relatif à l’approbation de l’avant-projet et autorisé le paiement. Pourquoi cet avant-projet n’a-t-il pas été présenté, pour approbation par le Conseil communal, comme prévu par le cahier des charges avant d’autoriser le paiement ?

    Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de recevoir, Madame la Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les Echevins, l’expression de mes sincères remerciements.

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON
    Conseiller communal PROXIMITÉ








    __________

    (1) Moniteur belge du 26 avril 2012, Code de la démocratie locale et de la décentralisation
    (2) Constitution belge - Article 41
    (3) Code de la démocratie locale et de la décentralisation- article L1122-30 §1er
    (4) Portail des pouvoirs locaux - Intérêt communal « toute activité et tout objet que les autorités communales estiment devoir s'attribuer pour autant que la Constitution ou la loi n'en ait pas octroyé la compétence à un autre pouvoir ».
    (5) Code de la démocratie locale et de la décentralisation - Article L1123-23
    (6) Cahier des charges 2014/36T - Partie I – Clauses administratives – A. Objet du marché.
    (7) Aménagement et sécurisation du bas de la rue de La Hulpe - Approbation de l’avant-projet définitif et de la convention de collaboration avec la SOFICO et la SRWT – vote

      

    180125_ROS-AE_PU_01-03-esquisse-recadr.png 

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, ENVIRONNEMENT, MOBILITÉ, SÉCURITÉ, TRAVAUX Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • La commune invite le Poirier-Dieu en colère

    Rétroactes

    poirier dieuDepuis plusieurs années, le quartier du Poirier-Dieu fait l’objet d’attentions diverses en ce qui concerne son urbanisation.

    Durant les dernières années, ce paisible quartier a vécu sans mot dire, la transformation du parc des Charmettes avec l’installation d’une crèche et de D’Clic, l’implantation d’une école communale, le départ de GSK Genval et la vente de son terrain ainsi que le remplacement d’un terrain de football par un terrain de hockey.

    Récemment, les habitants se sont trouvés simultanément face à deux enquêtes publiques concernant d’une part, l’extension du club de hockey par un terrain d’entrainement et d’autre part, l’implantation d’une maison de repos et de soins de 150 lits. Par ailleurs, la construction d’un éco quartier de 165 logements est toujours prévue et pour couronner le tout, la presse annonce l’implantation d’une école secondaire.

    Tous ces bouleversements présentés séparément par le Collège ont bien évidemment, à nouveau, mis le quartier en émoi et provoqué la colère de ses habitants regroupés en un comité très actif. Ce comité, depuis plusieurs années, n’a cessé de lancer des appels au secours en direction de l’autorité communale afin d’être tenu au courant des intentions en matière d’aménagement de leur quartier. Nous devons malheureusement constater que malgré tous les efforts déployés par le quartier, l’autorité communale a fait preuve de son inaction, de son absence de dialogue et de son manque de répondant qui ont exaspéré les habitants du quartier (voir Carnets de Proximité du 17 décembre 2017). Le 18 décembre 2017, ceux-ci sont intervenus par une prise de parole publique en Conseil communal et le 25 janvier la commune a, enfin, invité les membres du quartier, simplement pour les 'écouter' sans toutefois répondre à leurs inquiétudes 


    Aujourd’hui

    ... face à la colère et l’importante mobilisation citoyenne, le Collège s’est décidé à soumettre le 28 mars 2018 au vote des conseillers, la mise sur pied d’un groupe de travail afin de modifier l’avant-projet du plan communal d’aménagement révisionnel dit 'Poirier-Dieu', voté en Conseil communal le 16 décembre 2015.

    S’agit-il là d’un véritable changement d’attitude de la part de nos autorités communales ?

    Quoi de plus normal dès lors de s’interroger sur leurs intentions soudaines et l’objectif poursuivi dans ce dossier…..calmer le jeu et gagner du temps avant les élections toutes proches ? …. ou enfin accepter de revoir le dossier du Poirier Dieu dans son ensemble, sans tabou? Après deux années de tergiversations, peut-on vraiment croire que le Collège NAP (MR/CDH) souhaite enfin agir, faire preuve d’écoute, de concertation et sortir à reculons de l’imbroglio que représente l’aménagement territorial de ce quartier ?

    Le Collège des Bourgmestre et Echevins, rappelons-le, à la tête d’une majorité absolue, propose aujourd'hui de réunir des représentants de tous les groupes politiques, du quartier Poirier Dieu, de l’École communale La Bruyère Genval et de l’association Hommes et Patrimoine. Procéder de la sorte, va apparemment dans le bon sens.

    poirier dieuApparemment seulement car avant l’entame de la première réunion, le Collège exclut déjà d’autorité, « les représentants du quartier Poirier-Dieu, de l’école de Genval ainsi que de l’association Hommes et Patrimoine, liés d’une quelconque manière à un groupe politique ». Le Collège NAP (MR/CDH) s’installe de facto en censeur et restreint la liberté des représentations dans le choix de leurs propres représentants au sein de ce groupe de travail. Une bien triste et peu élégante façon d’évincer certaines personnes impliquées bénévolement dans ce dossier et déjà considérées comme des adversaires.

    Dans de telles conditions, qu’en sera-t-il des conditions de travail de ce groupe et de l’orientation qui lui sera donnée ?

    Soyons clairs …. certaines questions restent posées et le collège doit préciser dès maintenant s’il accepte de revoir le dossier de manière globale, sans le saucissonner, comme le comité de quartier le souhaite depuis de très nombreux mois. Cela inclut, la construction de la MRS, les nuisances jusqu’à présent ignorées du club de hockey et sa demande d’extension, la diminution de la densité de l’éco quartier, l’installation éventuelle d’une école secondaire, les espaces verts et l’avenir du 'parc' des Charmettes, l’installation prochaine du 'Cerceau' dans un nouveau bâtiment, sans omettre bien sûr de se pencher sur les aspects mobilité et le maillage du site en termes de voiries et de sentiers.

    Rappelons en guise de conclusion, que PROXIMITÉ écrivait déjà dans ses Carnets le 17 décembre 2015 que « l’avant-projet du PCAR du Poirier-Dieu, présenté au Conseil communal de décembre, n’est certainement pas parfait, aucun PCA ne l’est. Le groupe de travail, (…) devra poursuivre son analyse et aussi tenir compte des remarques objectives qui lui parviendront. Une diminution de la densité semble une option raisonnable. L’idéal, compte tenu de la population et de la mobilité serait d'une cinquantaine de logements ! »

    poirier dieuEtienne DUBUISSON

     

     

     

     

     


    __________

    photos | Stade de Football, rue du Tilleul (Genval) octobre 2017 © Eric de Séjournet

  • « Fort Apache » dans le Clos des Marnières ?

    Le quartier du Clos des Marnières et de l’avenue Georges Marchal est en émoi et s’interroge sur le projet de la Commune de Rixensart et de la société de logement de service public "Notre Maison" de construire sur le seul terrain plat subsistant dans le clos une infrastructure sportive de quartier qui plus est, sous les fenêtres des chambres à coucher des habitants. ‘Fort Apache’ est le surnom donné par certains à cette construction (voir photo du projet).

    Clos des Marnières 3.2018 © Eric de Séjournet 2 (1).jpg

    Théoriquement, le concept des ‘petites infrastructures sociales de quartier’ (PISQ) s’inscrit dans la lutte contre l’exclusion sociale et l'amélioration de la cohésion sociale dans les quartiers. Elles devraient avoir pour fonction d’amener les jeunes et moins jeunes à se rencontrer et à tisser ou retisser des liens sociaux. 

    Toutefois, le projet d’installation d’un PISQ doit être accompagné d’une concertation sous l’égide du porteur de projet au travers d’un comité d’accompagnement spécifique associant les représentants du quartier. Il doit être fait rapport à la Commission communale d’accompagnement du Plan de Cohésion sociale.

    Je me suis rendu sur place le samedi 10 mars 2018. Des discussions menées avec les riverains, il ressort qu’ils ne sont pas demandeurs de ce type d’infrastructure. Ils invoquent, 

    • « le fait qu’hormis un panneau à l’entrée du site, les riverains n’ont pas été dûment informés du projet »
    • « la contiguïté des appartements Notre Maison (chambres à coucher) », 
    • « les nuisances sonores pour tout le quartier », 
    • « l’insécurité des lieux (délinquance, absence de contrôle/concierge) », 
    • « l’absence d’accès pour les enfants et adultes à mobilité réduite », 
    • « l’impact sur l’environnement (abattage d’arbres, déchets) ». 

    Qui plus est, les habitants tiennent à leur environnement subsistant. « Les très beaux arbres formant un écran de verdure tout l’été. En automne, ils sont chatoyants et donnent une certaine intimité aussi bien aux édifices des logements sociaux qu’à l’immeuble de l’avenue Georges Marchal. Sans compter, qu’à la suite des nouvelles constructions dans le bas du clos, les oiseaux prédateurs, tels que corneilles et pies occupent le terrain au détriment des moineaux qui ne trouvent plus de petits arbres ou buissons pour nicher. Quant aux familles d’écureuils qui nichent dans le haut des arbres et qui passent de l’un à l’autre et venaient se nourrir chez certains habitants de notre immeuble, ils vont disparaître. Toute la faune et la flore de l’endroit va être chamboulée ».

    PROXIMITÉ propose une alternative, partagée par les riverains rencontrés : la construction d’un terrain de jeux pour enfants de 2 à 8 ans, qui n’altérerait pas les lieux et permettrait aux riverains d’y organiser à l’avenir des activités de quartier.

    Egalement alerté, Etienne DUBUISSON, conseiller communal PROXIMITÉ, s’est adressé à la Bourgmestre, qui rappelons-le, est également vice-présidente de la scrl Notre Maison. Il lui a demandé d'organiser, avant toute décision et dans les meilleurs délais, une réunion de concertation ou pour le moins d'information avec les habitants de ce quartier, car il s'agit d'une modification importante de leur milieu et de leur confort de vie.

    20130822 Eric dSdR © Isaline de Vuyst-001 copie 4.jpgEric de SÉJOURNET  

     

     

     

     

    Collage_Fotor (1).jpg
    Clos des Marnières 11 mars 2018 © Eric de Séjournet

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, ENVIRONNEMENT, JEUNESSE, SÉCURITÉ, SOCIAL, SPORTS Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Bornes d'incendie sous pression (3)

    Le Conseil communal du 28 février a voté à l'unanimité le contrat d’entretien des 700 bornes et hydrants incendie de Rixensart et Rosières.

    La Société Wallonne des Eaux (SWDE) les entretiendra toutes et remplacera 20 bornes irréparables. Un état des lieux régulier sera présenté par la SWDE à la Commune de Rixensart pour contrôler l’avancement. L’information sur l’état des hydrants devrait être communiquée aux pompiers via une application informatique développée par Vivaqua.

    PROXIMITÉ, qui avait dénoncé le problème le 8 décembre 2017, se réjouit que la commune n'a pas tardé de prendre des mesures pour améliorer la protection incendie des habitants.

     
    Thierry Bennert copie.jpgThierry BENNERT

     

     

     

     

     

     

    Thématique | SÉCURITÉ, SERVICES A LA POPULATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Bornes d'incendie sous pression (2)

    Depuis 5 ans, PROXIMITÉ édite dans le 'Bulletin des Questions et Réponses' (voir colonne de droite des Carnets de Proximité) les questions écrites de ses conseillers communaux, mais également les réponses intégrales données par le Collège des Bourgmestre et Echevins.

    Fire_hydrant_knocked_over.jpgDernièrement, Thierry BENNERT (PROXIMITÉ) introduisit une question écrite concernant le fonctionnement et la visibilité des bornes d'incendie à Rixensart (voir les Carnets de Proximité du 8 décembre 2017).

    Dans sa réponse du 8 janvier 2018, la Commune de Rixensart indique que pour Genval elle a une convention avec INBW (ex. IECBW) pour l'entretien des hydrants d'une partie de la Commune (Genval). L'intercommunale nous envoie chaque année un rapport que nous transmettons à la Zone de Secours du Brabant wallon. Un accès direct via la plateforme de Vivaqua permet à la Zone de secours d'obtenir les informations nécessaires (le débit de l'eau, les hydrants non fonctionnels ....). 

    Tandis que pour les entités de Rixensart et Rosières ... une convention similaire a été demandée et obtenue (Rixensart et Rosières) à la SWDE et sera présentée prochainement au Conseil communal. 

    Quant aux questions posées voici texto les réponses du Collège des Bourgmestre et Echevins.

    1. De quand date la dernière inspection des différentes bornes d'incendie appartenant à la SWDE et quelle fut la teneur du rapport au sujet de leur fonctionnement ?

    A notre connaissance il n'existe pas de rapport fait par la SWDE.

    Suite à un courrier reçu le ler septembre 2017 de la Zone de Secours du Brabant wallon nous signalant les problèmes de débits d'eau rencontrés lors d'une intervention chez un particulier à Bourgeois, plusieurs dispositions ont été prises :

    Un courrier (service des travaux) a été envoyé le 6.10.2017 à la SWDE.

    Une réunion s'est déroulée le 27.11.2017 avec les services travaux, juridique et prévention incendie afin de faire un cadastre des eaux stagnantes, une demande pour l'entretien des hydrants par la SWDE et vérification des accès aux bornes et signalisation.

    Un courrier a été envoyé le 12.12.2017 à la SWDE demandant une convention de maintenance similaire à celle que nous avons avec l'INBW.

    2. Quand le prochain contrôle sera-t-il effectué? Quid de l'entretien?

    Une convention pour l'entretien des hydrants par la SWDE sera présentée prochainement au Conseil communal.

    3. Comment la Commune de Rixensart compte-t-elle améliorer la visibilité des bornes incendie? souvent le panneau « H » qui se trouve en hauteur à proximité de celles-ci est masqué par la végétation ou blanchi par les rayons du soleil. La taque qui donne accès à la bouche devrait être jaune et bien visible. A Rixensart, celle-ci est souvent sale et recouverte de feuilles et végétation.

    Lors de la réunion du 27.11.2017, il a été convenu diverses interventions avec le service travaux (dégagement des accès) et commande de nouvelles plaques de signalisation.

    4. La Commune de Rixensart envisage-t-elle de demander, via le Rixensart lnfo et le site internet communal, aux habitants d'être attentifs à ces bornes et de ne pas stationner leur véhicule sur celles-ci?

    Sachez à cet égard que le RGP prévoit en son Article I.2.13 (SA) : « L'utilisation privative de la voie publique doit respecter les conditions fixées dans l'autorisation, elle ne peut gêner ou empêcher le repérage l'accès ou l'utilisation des ressources en eau (notamment pour l'extinction des incendies) et en gaz, des égouts et de leurs couvercles ainsi que, plus généralement, de tout câble et canalisation. Lors d'une utilisation privative de la voie publique, il est interdit de dénaturer, dégrader ou dissimuler les signaux d'identification et de repérage de ces ressources, câbles et canalisations. »

    Un avis est mis sur le site internet et sera publié dans le Rixensart lnfo.

    5. La Commune de Rixensart insistera-t-elle auprès des services de secours pour demander systématiquement l’envoi d'un camion- citerne complémentaire pour les interventions incendie à Rixensart ?

    Nous avons envoyé un courrier à la Zone de secours du BW demandant l'envoi systématique d'un camion- citerne complémentaire.

    Toutefois, après un entretien téléphonique avec le Major Filleul, commandant de Zone, il nous a spécifié qu'en général en cas d'incendie, 2 véhicules étaient envoyés, l'autopompe et un véhicule avec échelle.

    Le camion-citerne était envoyé uniquement en complément selon les besoins.

    Et le Collège conclut : Comme vous pouvez le constater, nous suivons ce dossier avec la plus grande attention ...

    ... PROXIMITÉ aussi, car il subsiste encore des motifs d'inquiétude : le manque de pression d’eau et les fuites très importantes du réseau SWDE. En effet, en Conseil communal, la Bourgmestre a expliqué que le réseau de la SWDE n’est pas en bon état ! 25% de l’eau du réseau est perdue suite aux différentes fuites du réseau. A titre d’info, les pertes dans le réseau IEBW sont de 10%. Ceci occasionne un manque de pression. Hors faute de pression, un hydrant même bien entretenu ne permet pas aux pompiers d’intervenir efficacement. Malgré un entretien préventif des hydrants, il est donc primordial que le réseau de distribution d’eau soit entretenu et que les canalisations défectueuses soient remplacées.

    Thématique | SÉCURITÉ, SERVICES A LA POPULATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Bornes d'incendie sous pression (1)

    Lors du Conseil Communal du 20 septembre 2017, nous vous avions fait part de notre inquiétude suite à la lecture du rapport du Chef de Corps de la Zone de Secours du Brabant Wallon. Le rapport indiquait que les temps d'intervention sur Rixensart et Genval étaient mauvais. La délibération du Conseil Communal insista sur la nécessité de dégager des moyens humains et financiers, notamment en implantant un poste de secours avancé à Rixensart, avant la fin de la prochaine législature.

    Ce débat a suscité des réactions chez plusieurs habitants de mon quartier. Ceux-ci m'ont signalé que les bornes incendie étaient peu visibles et que certaines avaient même disparu. J'ai posé la question à un officier du Service Incendie de Wavre. Il m'a fourni copie du plan que les pompiers utilisent en cas d'intervention sur l'entité de Rixensart et a ajouté que lors de l'intervention du samedi 2 décembre 2017 avenue du Québec, celle-ci avait été rendue difficile suite à un manque de pression.

    Panneau H borne d'incendie.jpgLe plan reprend un grand nombre de bornes incendie :

    - en vert : pression suffisante
    - en mauve : pression insuffisante.

    Certains quartiers de Rixensart ne sont couverts que par des bornes de couleur mauve : quartier de Froidmont, du Pèlerin, du Fond Marie Monseu, Royal, du Beau Site, Montalembert, rue de Limal ... Ceci signifie que l'intervention des pompiers sera délicate car ils ne pourront utiliser leurs lances à bonne pression et devront faire appel à d'autres équipements, tels un camion citerne. 

    QUESTIONS DE CONSEILLER (1)

    1. De quand date la dernière inspection des différentes bornes d'incendie appartenant à la SWDE et quelle fut la teneur du rapport au sujet de leur fonctionnement ?

    2. Quand le prochain contrôle sera-t-il effectué? Quid de l'entretien ?

    3. Comment la commune de Rixensart compte-t-elle améliorer la visibilité des bornes d'incendie ? Souvent, le panneau 'H' qui se trouve en hauteur à proximité de celles-ci est masqué par la végétation ou blanchi par les rayons du soleil. La taque qui donne accès à la bouche devrait être jaune et bien visible. A Rixensart, celle-ci est souvent sale et recouverte de feuilles et végétation.

    4. La commune de Rixensart envisage-t-elle de demander, via le Rixensart Info et le site Internet communal, aux habitants d'être attentifs à ces bornes et de ne pas stationner leur véhicule sur celles-ci ?

    5. La commune de Rixensart insistera-t-elle auprès des Services de secours pour demander systématiquement l'envoi d'un camion citerne complémentaire pour les interventions incendie à Rixensart ?

     
    Thierry Bennert copie.jpgThierry BENNERT

     

     

     

     

     

     

     

    __________
    (1) Moniteur belge du 26 avril 2012, Code de la démocratie locale et de la décentralisation

    Thématique | SÉCURITÉ, SERVICES A LA POPULATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Quel avenir pour notre Zone de secours ?

    brabant wallon,rixensart,zone de secours,pompiers,service d'incendiePour Rixensart, « les délais d’interventions et le taux de service peuvent être considérés comme mauvais vis-à-vis des risques à protéger et qu’il faudrait dans les mesures du possible améliorer », rapporte en toute transparence le Commandant de Zone de secours du Brabant wallon (1).

    Le Conseil communal du 20 septembre 2017 s’est penché sur le « Programme pluriannuel de politique générale 2017-2021 de la zone de secours du Brabant wallon » (1), tel que déjà adopté par le Conseil de Zone en séance du 21 août 2017, Rixensart y étant représenté par son Bourgmestre.

    Le Conseil communal s’est prononcé sur le volet communal du programme, à savoir l’application des objectifs zonaux au niveau communal (objectifs stratégiques, niveaux de service et moyens nécessaires).

    Du briefing donné par le Commandant de zone, il s’avère notamment que la Zone de secours entend

    ◼︎ « favoriser une politique de mise à disposition d’employés comme pompiers volontaires » (2). PROXIMITÉ a demandé au Collège quel en est ou serait l’apport de la Commune de Rixensart.

    ◼︎ « diminuer le délai d’intervention », ce qui est certes louable. Pour la Commune de Rixensart les postes professionnels de Wavre et Braine-l’Alleud assurent un départ de véhicule en 2 minutes. Par contre, les temps d’arrivée à Rixensart varient … Dans le meilleur des cas, on peut compter sur une arrivée (3)

    - Rue de l’Augette à Rixensart en 17 minutes 32 (véhicule venant de Wavre)

    - Rue des Volontaires à Genval en 16 minutes 24 (véhicule venant de Braine-l’Alleud)

    - Chemin du Prince à Rosières en 11 minutes 45 (véhicule venant de Wavre)

    PROXIMITÉ a rappelé que la commune compte des industries sujettes à la norme européenne PRTR (Polluant Relaese and Transfer Register), tels que GSK et l’IBW, mais également des points sensibles tels que, les conduites de gaz à haute pression, un pipeline à kérosène qui passe le long de l'avenue Monseigneur, le cinéma, le centre culturel, de nombreuses écoles, plusieurs résidences pour personnes âgées, des crèches, des grandes surfaces, plusieurs gros immeubles à appartements, ...

    Pour palier à ces délais d’intervention qualifiés de mauvais, le programme pluriannuel préconise d’envisager  « à plus long terme (estimation > 15 ans) la construction d’un poste de secours supplémentaire : 1 poste à proximité de la jonction des communes La Hulpe, Lasne et Rixensart (idéalement sur la commune de Rixensart). Coût estimatif (ndlr. pour l’infrastructure) : environ 1.500.000 € à 2.000.000 € » (4).

    ◼︎ « informer les communes à propos de la perspective pluriannuelle », en clair quels sont les moyens en personnel, infrastructure et matériel nécessaires pour poursuivre les missions. Ici, on entre dans le vif du sujet politique … puisque le niveau de décision se trouve au Fédéral, mais ce sont les communes qui passent à la caisse.

    ◼︎ « proposer à la signature une convention avec les 7 autres zones de secours mitoyennes, dont 2 néerlandophones (…), fixer les règles d’envoi des secours dans le contexte de l’aide adéquate la plus rapide … »

    Vous pouvez vous en douter, le débat au Conseil communal fut animé. Après une interruption de séance, afin de permettre à tous les partis d’accorder leurs violons, la Commune de Rixensart a approuvé le volet communal de ce programme pluriannuel tout en émettant « les plus expresses réserves quant aux moyens humains, financiers et logistiques actuellement dévolus à la Zone de secours mais également projetés, et de marquer son intention ferme qu'un poste avancé, qui soit opérationnel, soit créé avant la fin de la prochaine législature ».

    PROXIMITÉ a été entendu au Conseil communal et restera vigilant afin que des mesures efficaces soient prises en vue de renforcer et d'améliorer sensiblement la sécurité des habitants de notre commune. Notre groupe développera l’information à propos de l’organisation des services de secours et d'incendie dans les Carnets de PROXIMITÉ.


    brabant wallon,rixensart,zone de secours,pompiers,service d'incendieEric de SÉJOURNET et Thierry BENNERT






    __________

    (1) FILLEUL Philippe (Commandant de la Zone de secours), Programme pluriannuel de politique générale 2017-2021 de la zone de secours du Brabant wallon, p. 136, août 2017
    (2) Ibid., p. 122
    (3) Ibid., p. 126
    (4) Ibid., p. 140
    (5) Photo | Zagreb fire : Croatian firefighters training in Fire and Rescue Academy of Malaysia (FRAM), in Wikipedia.

    Thématique | SÉCURITÉ, SERVICES A LA POPULATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Rue des Bleuets, à sécuriser !

    Ferme du Pèlerin 8.2017 © Monique D'haeyere 4.jpgLes riverains de la rue des Bleuets nous ont fait part de leur inquiétude à propos de l’insécurité des piétons, cyclistes et cavaliers dans leur quartier. La rue est étroite, la circulation y est rapide.      

    Lors du Conseil Communal du 20 septembre 2017, le Collège a proposé au Conseil communal d’utiliser des subsides disponibles pour réasphalter d’ici 2018 plusieurs voiries détériorées de la commune (1), dont … la rue des Bleuets, entre la rue de Limal et le pont du Pèlerin.  

    PROXIMITÉ a soutenu ce projet. Dans la foulée, nous avons demandé que le réasphaltage de la rue des Bleuets soit précédé au minimum par l’aménagement du terre-plein situé entre le pont du Pèlerin et l’avenue des Cerisiers.    

    En effet, suite aux travaux du RER, ce pont a été élargi. Les trottoirs, les passages pour piétons et l’éclairage renforcent la sécurité des usagers faibles. Malheureusement, lorsqu’on emprunte le pont en venant de Limal, à hauteur de la ferme du Pèlerin, il n’y a pas de trottoirs. Il y a simplement un terre-plein avec bordure inclinée. Les voitures y montent à grande vitesse lorsqu’elles doivent croiser un autre véhicule. Or, à 8 heures du matin et à 16h30, de nombreux enfants l’empruntent pour rejoindre l’école ou la gare de Profondsart, l’arrêt de bus de la navette gare ou le bus qui va vers Basse-Wavre…  

    Afin d’y sécuriser les usagers faibles, PROXIMITÉ a proposé de placer à minima des bordures droites, empêchant les automobilistes de monter sur le terre-plein. La demande a été acceptée par le Collège.  

    Thierry Bennert copie.jpgThierry BENNERT

     

     

     

     

     

     

    __________
    (1) 'De bonne source' du 20 septembre 2017 (Carnets de Proximité)
    (2) Photo | Rue des Bleuets 8.2017 © Monique D'haeyere

    Thématique | MOBILITÉ, SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Détricoter la sécurité ?

    Rue de la Bruyère 6.2017 © Eric de Séjournet 2.jpgSelon le Collège, « il y a lieu de supprimer la zone 30 km/h ‘école’ de la rue de la Bruyère ». « Suite à la construction de la nouvelle école de Genval, y ont emménagé les classes de maternelle, anciennement situées rue de la Bruyère 98. Les accès à la nouvelle école se font par la rue des Volontaires et par le Vieux Chemin de I'Helpe (modes actifs). Il n'y a donc plus d'accès par la rue de la Bruyère ».

    Etienne DUBUISSON (PROXIMITÉ) a réagi promptement lors de la séance du Conseil communal du 31 mai 2017 :

    « Dans le cadre de la Charte SAVE (SAuvons la Vie de nos Enfants), signée en septembre 2013, PROXIMITÉ avait déjà attiré l’attention sur le manque de civilité de certains automobilistes dans les zones 30 km/h, et plus particulièrement dans les environs immédiats des écoles. Qui plus est, lors du du Conseil communal du 25 septembre 2013, le Bourgmestre avait déclaré 'qu’il envisage l'éventualité de mettre toute la commune en 'zone 30', sauf les axes principaux’.

    Supprimer une limitation de vitesse, c’est de facto permettre d’augmenter le risque d’accidents et particulièrement là où la voirie est plus étroite, dans une agglomération avec des habitations à front de rue. Il y a également lieu de constater que c’est également à hauteur du numéro 98 de cette rue que se trouve le passage pour piétons le plus proche de l’école.

    Enfin, il est exact qu’il n’y a plus de classes à hauteur du 98 rue de la Bruyère. Par contre, il n’est pas correct d’affirmer qu’il n’y a plus d’accès par la rue de la Bruyère. En effet, un accès libre en dehors de tout contrôle et permanent existe bel et bien au coin des rues de la Bruyère et du Vieux Chemin de l’Helpe. Cet accès est emprunté chaque jour par les élèves qui se rendent à l’Ecole des devoirs ainsi que par les jeunes élèves du quartier.

    En matière de sécurité routière, le Plan Zonal de Sécurité 2014-2017 voté par le Conseil de Police le 23 septembre 2013, désigne les usagers faibles (piétons, cyclistes et conducteurs de cyclomoteurs) comme un des groupes cibles prioritaires. Pour ces différentes raisons de sécurité, le groupe PROXIMITÉ s’oppose à la suppression de la limitation de vitesse et propose même de l’allonger afin d’englober le carrefour des rues de la Bruyère et du Vieux Chemin de l’Helpe ».

    Le Conseil communal a sagement reporté le point et le Collège réexaminera le dossier.

    __________
    (1) Photo | rue de la Bruyère à Genval 2017 © Eric de Séjournet

    Thématique | MOBILITÉ, SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Egarements (4)

    Gare de Rixensart 20100707 © Eric de Séjournet (4).jpgDepuis le début de l’hiver, riverains et usagers de la nouvelle gare de Rixensart sortent leur lampe de poche pour se déplacer autour de la nouvelle gare RER ou dans le parking SNCB. L’obscurité matinale ou de fin de journée aidant, l’absence d’éclairage public (responsabilité Infrabel) devient un réel problème, surtout pour les personnes âgées ou à mobilité réduite.

    Cette situation a été dénoncée maintes fois par les habitants eux-mêmes et portées en temps et en heure à la connaissance des autorités communales. Le manque de suivi sur le site Internet de la commune et le Rixensart Info, est fortement regretté. La réponse, formulée le 27 novembre 2015 par la commune, mérite notre attention : « Dans le cadre de l’aménagement du RER, les travaux qui impactent notre commune sont sous l’entière responsabilité des gestionnaires du chantier. S’il est vrai que la commune collabore du mieux qu’elle le peut, celle-ci subit tout de même en grande partie le chantier et ses désagréments, au même titre que ses habitants. Maintenir un niveau d’information régulier par ces deux canaux implique une charge de travail que le service Mobilité n’a pas les moyens d’assumer, mais des efforts seront faits dans ce sens. De plus, les membres de ce service se tiennent à disposition des riverains pour toute question particulière. La cellule info d’Infrabel reste cependant la plus apte à répondre aux diverses questions concernant les travaux RER ». Cette réponse est-elle à la hauteur des attentes des habitants/usagers ?

    Vous vous rappelerez qu’en mars 2008, le groupe PROXIMITÉ écrivait déjà que « la sauvegarde de la qualité de vie des communes RER devait faire l’objet de l’attention principale des autorités, d’autant plus que notre commune ‘possède’ deux gares RER. Elle a intérêt à créer au sein de son administration une cellule RER, qui planifiera et mettra en place les différentes mesures destinées à intégrer harmonieusement RER et commune ». Le Bourgmestre Jean Vanderbecken répondit d’abord favorablement à l’idée : ’Ce sera un gros chantier que tout le monde va subir pendant plusieurs années, c’est pourquoi une personne sera engagée afin de gérer les nuisances causées aux habitants’. Mais quelques mois plus tard, il déclara : 'A l'instar de la ville d'Ottignies, la cellulle RER ne verra pas le jour à Rixensart. Qui plus est, Infrabel a 'conseillé' au bourgmestre de ne pas créer cette cellule car elle existe déjà au sein d’Infrabel. Toutes les questions des Rixensartois doivent donc être adressées à la Cellule Riverains d’Infrabel ». PROXIMITÉ a regretté cette décision, estimant que la commune s’était laissée embobiner par Infrabel.  

    L’actualité de ces derniers jours met sens dessus dessous les éléments du dossier. Le financement du RER, et donc l’avenir de celui-ci, fait aujourd’hui débat à tous les niveaux politiques, dans tous les médias et à travers tous les réseaux sociaux. A l’issue du conseil communal du 27 janvier 2016, Eric de SÉJOURNET (PROXIMITÉ) a demandé au Bourgmestre s’il pouvait donner les derniers développements au niveau communal.

    Il nous répondit « qu’il avait récemment rencontré plusieurs bourgmestres du Brabant wallon concernés par les déboires du RER, et qu’il regrettait la façon dont Infrabel (SNCB) gérait le dossier ». Il estimait « que c’était une bonne chose que la presse se soit emparée du sujet pour mettre la pression sur les autorités compétentes ».

    Il y a par contre du nouveau à propos de l’éclairage autour de la nouvelle gare de Rixensart. Le Président de l’assemblée a expliqué pourquoi l’éclairage n’avait pas été installé plus tôt : « Ce n’était pas prévu au budget 2015 d’Infrabel … mais bien à celui de 2016 ». En pratique, le Bourgmestre s'est avancé en déclarant « que l’éclairage serait installé d’ici une bonne quinzaine de jours ».

    L’information à propos du RER retrouvera-t-elle une place sur www.rixensart.be et dans le Rixensart Info ?

    __________
    PHOTO | rue Alphonse Collin © Eric de Séjournet

     

    DERNIERES NOUVELLES

    Dans un courrier adressé le 26 janvier 2016 à une Rixensartoise, la SNCB (via le Coordinateur des Relations avec la clientèle) annonce pour la nouvelle gare RER de Rixensart que "la mise en service du couloir sous voies et des quais prolongés sera effective dans le courant de mars 2016" (information mise en ligne le 29 janvier 2016)

    Le parking à hauteur de l'ancienne gare de Rixensart vient d'être doté de l'éclairage public ... excepté les trois réservations de stationnement pour les personnes handicapées (1). Une défectuosité temporaire qu'Infrabel résoudra rapidement, espérons-le. Quant au nouveau rond-point 'Boisacq/Huens' et le parking de l'ancien Colruyt, ils demeurent dans la pénombre. Ce parking, situé entre la rue Robert Boisacq et l'entrée de la nouvelle gare, est terrain communal. Le bâtiment de l'ancien Colruyt appartient également à la commune de Rixensart. C'est pourquoi, Eric de SÉJOURNET (PROXIMITÉ) a demandé au Bourgmestre d'activer les trois luminaires existants sur la façade Nord dudit bâtiment. Ces consoles murales d'éclairage pourraient apporter un peu de 'lux' aux piétons se rendant le matin ou le soir vers la nouvelle gare (information mise en ligne le 2 février 2016)

    __________
    (1) ndlr. problème résolu (constatation faite le 4 février 2016)

    Untitled.jpg

    PHOTOS | 2.2016 © Eric de Séjournet

    Thématique | SÉCURITÉ, TRAVAUX Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Mobilité à deux vitesses ... clap 3ème !

    20130817 Rue de Maleise à Rosières (50 km h) © Eric de Séjournet-011 - copie (1).jpgInitié mi-2013 par Jacques DE WOLF (PROXIMITÉ), le dossier de la limitation de vitesse à 50 km/h rue de Malaise n’est pas prêt de connaître son épilogue (1).

    Pour rappel, les piétons et cyclistes qui se rendent à Maleizen sont confrontés à une circulation automobile qui tolère, en sortant de l’agglomération rixensartoise, des vitesses allant jusqu’à 90 km/h en direction de la Flandre. Par contre, les automobilistes venant de Maleizen et se dirigeant donc vers le Sud sont invités à respecter le 50 km/h jusqu’à l’entrée de Rosières. Deux poids, deux mesures ….

    Logiquement, le 28 février 2015, le Conseil communal vota donc à « l’unanimité l’interdiction de circuler à une vitesse supérieure à 50 km/h, indiquée par le signal C43, sur les voies suivantes : rue de Malaise, entre le carrefour avec la rue de Genval et la limite communale avec la commune d’Overijse » (2).

    Il resta à attendre la décision de l’autorité de Tutelle, seule compétente en la matière.

    Le degré de surréalisme monta d’un cran … à la lecture de la réponse du « Département de la Sécurité du Trafic et de la Télématique routière - Direction de la Réglementation de la sécurité routière ». Le 27 août 2015, ce dernier indiqua qu’il ne pouvait soumettre la délibération rixensartoise avec un avis favorable à la décision ministérielle car … « la ‘rue Malaise’ (sic) est située dans un contexte rural et dégagé, qu’elle n’est bordée quasi d’aucune habitation et que dans ce contexte, aucun élément n’existe pour rendre crédible aux yeux des usagers une telle limitation de la vitesse ».

    Qui plus est, la Tutelle demanda à la commune de Rixensart « de bien vouloir faire retirer cette délibération de votre Conseil communal ». Le Collège s’exécuta sans plus : cf ordre du jour du Conseil communal point II/4.

    Au nom de son groupe, Eric de SÉJOURNET (PROXIMITÉ) réagit : « Nous sommes interloqués par la réponse de la Tutelle wallonne, qui adopte donc le point de vue des automobilistes et ne tient pas compte de celui des usagers faibles, notamment les piétons et cyclistes qui se rendent à Maleizen ». Et de proposer une solution alternative, en soumettant au vote du Conseil communal le texte suivant : « Le panneau F3 se trouvant au début de la rue de Malaise à Rosières et indiquant la fin de l’agglomération de la commune de Rixensart doit être déplacé à hauteur de la Verte Voie, qui est la limite légale de la commune de Rixensart ».  

    La proposition fut adoptée à l’unanimité. Au moins, le dossier reste ouvert, en espérant qu’il ne faudra pas attendre à nouveau un délai déraisonnable pour solutionner un problème pourtant prioritaire : la sécurité des usagers faibles.

    __________

    (1) DE WOLF Jacques, Mobilité à deux vitesses (1), in Carnets de Proximité du 28 août 2013
    (2) de SÉJOURNET Eric, Mobilité à deux vitesses (2), in Carnets de Proximité du 7 mars 2015
    (3) photo > rue de Malaise à Rosières 8.2013 © Eric de Séjournet

     

    Rue de Malaise à Rosières Panneau F3.jpg

     

    Thématique | MOBILITÉ, SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Egarements (2)

    rixensart,conseil communal,gare de rixensart,rer,infrabel,jacqueline galantLes mardi 10 et jeudi 12 mars 2015, le groupe PROXIMITÉ participera à une action communale visant à dénoncer les problèmes relevés depuis l’ouverture de la nouvelle gare de Rixensart (voir également nos Carnets de Proximité du 10 décembre 2014).

    Objectif du Bourgmestre et de l’ensemble des membres du Conseil communal : convier les usagers réguliers ou occasionnels de la gare de Rixensart à soutenir la démarche que les responsables administratifs et politiques de la Commune de Rixensart comptent entreprendre auprès des responsables d’Infrabel et de Madame Jacqueline Galant, ministre fédérale de la Mobilité, afin que des améliorations soient apportées aux divers manquements relevés au niveau de la gare de Rixensart, à savoir (liste non exhaustive) :

    - L’étroitesse actuelle des quais due à l’installation de barrières à cet endroit et les dangers qui en découlent pour les usagers lors du passage des trains
    - Le manque flagrant de fluidité d’accès à ces mêmes quais du fait de l’aménagement d’un seul accès à ceux-ci
    - Les dangers d’utilisation de cet accès en cas de mauvaises conditions climatiques
    - L’absence totale d’accès aux quais pour les personnes à mobilité réduite
    - Le manque de passages pour piétons, de range-vélos et d’emplacement de stationnement pour personnes à mobilité réduite aux abords de la gare, etc.

    D'autre part, sur proposition de PROXIMITÉ, le Collège fera appel à un huissier de justice qui constatera ce 10 mars les problèmes énoncés ci-avant.

    Nous espérons que cette action commune aboutira à des résultats concrets.

    Etienne DUBUISSON , Michel WAUTOT et Eric de SÉJOURNET

     REPORTAGE PHOTOS  > 10 mars 2015 | Action communale à la gare de Rixensart (photos Eric de Séjournet)

    __________
    photo 2015 © Rixensart en images

    Thématique | MOBILITÉ, SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Mobilité à deux vitesses (2)

    Surtout entre Rosières et Malaise.jpgAvec la régularité d’un métronome (1)(2), PROXIMITÉ invitait le Collège à se pencher sur le problème des usagers faibles qui, se rendant à Maleizen, sont confrontés à une circulation automobile qui tolère des vitesses allant jusqu’à 90 km/h en direction de la Flandre.

    En effet, en quittant la commune de Rixensart, le 50 km/h n’est plus de mise. Par contre, les automobilistes venant de Maleizen et se dirigeant donc vers le Sud sont invités à respecter le 50 km/h jusqu’à l’entrée de Rosières. Une situation typiquement belge … surréaliste.

    Depuis 2013 donc, PROXIMITÉ demande qu’une même vitesse maximale autorisée, soit 50 km/h, soit applicable dans les deux sens de la circulation.

    Notre insistance a été récompensée. Un premier pas a été franchi, le Conseil communal ayant opté le 28 février 2015, pour la modification du règlement de circulation routière de la manière suivante : « Il est interdit de circuler à une vitesse supérieure à 50 km/h, indiquée par le signal C43, sur les voies suivante: rue de Malaise, entre le carrefour avec la rue de Genval et la limite communale avec la commune d’Overijse ».

    Cette mesure doit toutefois encore être approuvée par la Tutelle (Service Public de Wallonie) …

    rixensart,magasins de nuit,night-shopsEric de SÉJOURNET

     

     

      


    _________

    (1) Carnets de Proximité du 28 août 2013

    (2) Réunions du Groupe de Travail Mobilité (délégués de PROXIMITÉ : Michel Wautot et Jacques De Wolf)

    Thématique | MOBILITÉ, SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Police : nouvelle hausse du budget en 2015

    Parc Communal Château du Héron Maison Communale de Rixensart (neige) 12.2014 © Eric de Séjournet - 39.jpgL’intervention communale dans le fonctionnement de la Zone de Police La Mazerine continue à occuper une place croissante dans le budget communal.

    Malgré une réduction dans les équipes d’intervention, la dotation rixensartoise passe de 2.953.471,63 euros en 2014 à 3.172.364,19 euros pour 2015. Une nouvelle croissance de 7,4 % … à mettre sur le compte de la hausse des dépenses de personnel, notamment l’augmentation de la charge des cotisations de pensions.

    Si Rixensart, La Hulpe et Lasne contribuent déjà à plus de 60 % des ressources financières de la zone de police, le mécanisme de dotation fédérale ne permet toujours pas de compenser l’accroissement des charges dévolues aux zones de police et donc aux budgets communaux. En d’autres termes, les communes doivent régler la note alors que leur propre budget se fait à l’économie.

    PROXIMITÉ s’en étonne à nouveau ! Qui plus est, notre inquiétude est partagée par le Directeur financier de la Commune de Rixensart (1). Il écrit : « L’élément le plus inquiétant à mon avis reste la croissance importante et peu maîtrisée des dépenses de transfert vers les autres entités communales ou para communales dont principalement la Zone de Police, la Zone de secours et Rixenfant »

    PROXIMITÉ a donc opté de s’abstenir de son droit de voter le budget 2015 afin de pouvoir user de son droit d’exprimer son point de vue et de le faire acter au procès-verbal du Conseil de Police. Ce vote ne doit donc pas être considéré comme un vote sanction envers notre zone de police, ni envers ses policiers qui accomplissent consciencieusement leurs missions.

    rixensart,magasins de nuit,night-shopsEric de SÉJOURNET

     

     

     

    __________
    (1) Commune de Rixensart - Budget 2015 : avis du Directeur financier, 4 décembre 2014
    (2) Photo > Antenne de Police dans le Parc communal 12.2014 © Eric de Séjournet

    Thématique | FINANCES, SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Égarements (1)

    Gare de Rixensart © Eric de Séjournet.jpg4 décembre 2014 | Un membre de PROXIMITÉ a constaté le matin le désarroi de nombreux voyageurs quand le train, entrant en gare de Rixensart, n’a pas marqué l’arrêt au quai N° 2 et a poursuivi son trajet jusqu’à hauteur de la nouvelle gare souterraine … une centaine de mètres plus loin. Incompréhension des voyageurs devant se rendre à Bruxelles! Sur l’ancien quai, seuls les haut-parleurs débitaient une succession de mots, impossible à comprendre. Sur l’ancien quai, pas de stewards de la SNCB pour aiguiller les échoués du rail. Qui plus était, sur les sites Internet pas une ligne.

    Interrogés, des ouvriers du RER ont indiqué que l’embarquement s’était déplacé depuis le matin de l’ancienne à la nouvelle gare de Rixensart, l’accès se faisant par la rue Boisacq. Tous ces voyageurs ont bien sûr raté leur train, les écoliers la première heure de cours, d’autres leur rendez-vous.

    Devant ce manque flagrant de communication, notre adhérente s’est rendue à la Maison communale et a demandé que le site Internet de la commune et les panneaux défilant diffusent rapidement une information. Le résultat fut minimaliste : « Du 4 décembre, jusqu'à nouvel avis, le couloir sous voies sera fermé au public pour extension et rénovation. L'accès aux nouveaux quais se fera uniquement par les escaliers accessibles via le parking rue Boisacq et la rue de la Gare ».

    Les Rixensartois ne sont-ils pas en droit de se demander s’il existe une coordination entre la SNCB et la commune de Rixensart ?

    5 décembre 2014 | Infrabel a annoncé que dans le cadre du chantier RER, la ligne 161 (Bruxelles-Namur) serait mise hors service … du samedi 6 décembre 2014 au dimanche 7 décembre pour effectuer des travaux de jour et de nuit … sans en préciser la nature.

    1507116_667606180019979_7706564029414905163_n.jpg

    6 décembre 2014 | Pas de trains : l’ancien abri voyageur de la gare de Rixensart a été démoli sans ménagement, sans se soucier de préserver des éléments architecturaux centenaires (RÉTRO RIXENSART >  L’âme centenaire du quai n° 2 + OBJECTIF RIXENSART > Abri voyageur de la gare de Rixensart)

    7 décembre 2014 | Pas de trains : poursuite des travaux entre Profondsart et Rixensart (dont la destruction des accès des passages souterrains pour piétons)

    8 décembre 2014 | Grève … et donc pas de trains.

    10373952_669090406538223_2542796882905324158_n.jpg

    9 décembre 2014 | Tant bien que mal, les clients rixensartois de la SNCB ont trouvé leurs marques dans les dédales des travaux et des panneaux (RIXENSART EN IMAGES La nouvelle gare de Rixensart). En surface, l’obscurité matinale ou la tombée du jour, ainsi que l’absence de passages pour piétons rendent les déplacements encore plus dangereux. Quid de la Charte SAVE (SAuvons la Vie de nos Enfants), que la commune de Rixensart a décidé d’appliquer depuis mai 2013 et dans laquelle elle se dit prête à « développer une politique globale et coordonnée afin de mieux protéger tous les usagers de la route, en particulier les enfants et les jeunes »? Quant aux personnes à mobilité réduite, elles sont actuellement dans l’impossibilité de descendre dans la gare. Quid de la Charte communale de l’Intégration de la personne handicapée, initiée en 2001, réitérée en 2007, et à laquelle la commune a adhéré à nouveau en mars 2013 ?

    Et quid de l’information communale ?

    - la rubrique ‘Travaux RER’ sur le site n’est plus alimentée depuis avril 2013.
    - la dernière Lettre info date de juillet 2013 et concernait l’abdication du Roi Albert II
    - le dernier Rixensart Info de novembre dernier annonçait l’ouverture du ‘rond-point du RER’ sur la dalle de la gare de Rixensart.

    Heureusement, des initiatives citoyennes prennent le relais sur les réseaux sociaux, telle la page Facebook de ‘Rixensart en images’. Ainsi, y apprend-on

    - qu’à hauteur de la rue des Ecoles, une courageuse dame règle le matin le passage des piétons. Elle raconte : « Monsieur, c’est incroyable, nous avons demandé depuis le mois de septembre que la commune trace des lignes blanches et ce n’est pas encore fait. C’est dangereux ! »
    - que dans la rue de la Gare et le tunnel de Froidmont, une deuxième couche d’asphalte sera posée … en fonction de la météo
    - que les passages pour piétons seront tracés si le sol est sec et avec un minimum de 12°.

    En attendant que le quartier de la nouvelle gare de Rixensart trouve ses marques, nous vous invitons à y faire preuve de la plus grande prudence.

    rixensart,magasins de nuit,night-shopsEric de SÉJOURNET

     

     

     

    _____
    (1) photo 1 © Eric de Séjournet
    (2) photos 2 et 3 © Rixensart en images

    Thématique | COMMUNICATION, SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Usagers faibles et clients 'bpost' à protéger (II)

    La Poste 20081012 Rue de Rixensart © Eric de Séjournet.jpgA hauteur du bureau de poste de Genval, situé rue de Rixensart, il y a lieu d'améliorer la sécurité des piétons en créant un passage protégé. C'est ce que demande Etienne DUBUISSON (PROXIMITÉ) depuis 2012 (> Carnets de Proximité du 26 mai 2012).

    30 mois plus tard (1), le Collège réagit et constate que

    - l’offre en stationnement est nettement inférieure à la demande. Il en résulte du stationnement sauvage sur et autour de la place des 3 Tilleuls.
    - le trottoir en face de la poste est très étroit (moins d’un mètre)
    - il n’y pas de traversée piétonne marquée au sol, en venant de la rue Auguste Lannoye

    Afin de « sensibiliser visuellement les automobilistes quant à la présence et à la traversée de piétons », le Collège a fini par proposer au Conseil communal d'y créer un passage pour piétons. Cette proposition doit toutefois encore être soumise à la tutelle (Service Public de Wallonie), pour approbation finale … une disposition règlementaire que PROXIMITÉ estime lourde.

    _____
    (1) Conseil communal du 7 novembre 2014
    (2) photo © Eric de Séjournet

    Thématique | SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • 35.000 décollages au-dessus de Rixensart. Pas question !

    plan wathelet,nuisances sonores,rixensartSuite aux mélis-mélos du ‘Plan Wathelet’, aux changements incessants des routes aériennes et aux tergiversations de BELGOCONTROL et des responsables politiques au niveau fédéral, les habitants de notre province notamment, sont en droit de se demander si la sécurité aérienne au-dessus des zones densément peuplées est encore assurée.

    Le caractère controversé du ‘Plan Wathelet’ renforce encore ce sentiment d’insécurité.

    Qui plus est, les nouvelles nuisances sonores qu’engendre ce plan excèdent les habitants concernés. Un mouvement ‘Plan Wathelet, pas question’ s’est constitué et met les Rixensartois en alerte : « La mise en œuvre du Plan Wathelet vise à une « juste répartition des nuisances » causées par les 45.000 décollages qui survolaient l’Oostrand (Stockel, Wezembeek et Kraainem) depuis des décennies. Depuis le 6 février 2014, notre entité se voit survolée par plus de 35.000 décollages annuels au départ de l’aéroport de Bruxelles-National (route du nouveau « virage à gauche » qui se prolonge vers l’E411). Rixensart en récupère pratiquement 80 % ! C’est un véritable déplacement, qui a créé une « autoroute » aérienne au-dessus de Rosières … »

    Aussi PROXIMITÉ s’est-il entretenu avec le Bourgmestre. Ce dernier nous a confirmé avoir reçu plusieurs plaintes de Rosièrois à propos du survol d’avions au-dessus de la commune et, avec réactivité, a présenté au Conseil communal du 23 juin une « motion de recommandation portant sur la mise en application du plan de survol du territoire belge et au contrôle des nuisances sonores dues au trafic aérien en Brabant wallon ».

    A l’instar d’autres communes du Brabant wallon, le Conseil communal de Rixensart a voté cette motion exigeant un moratoire sur le Plan Wathelet, en d’autres termes la suspension immédiate de l’actuel plan de dispersion.

    PROXIMITÉ appuiera toute action politique qui tiendrait compte de l’avis de la population et qui permettrait de trouver le juste équilibre entre les impératifs de la gestion et de la sécurité aérienne de Bruxelles-National ET du cadre de vie des habitants.

    rixensart,magasins de nuit,night-shopsEric de SÉJOURNET

     

     

     

     

    DERNIERES NOUVELLES

    9 septembre 2014 | Accord de la Suédoise sur le moratoire. Les quatre partis de la coalition en formation au fédéral ont conclu un accord sur le moratoire sur le survol de Bruxelles. Ils ont décidé d’en revenir à la situation d’avant le 6 février 2014. Une bonne nouvelle pour les Rosiérois ! + infos | COLLEYN Matthieu et BELGA, Survol de Bruxelles: les négociateurs se mettent d'accord pour un moratoire in La Libre Belgique, 9 et 10 septembre 2014

    27 septembre 2014 | Le mouvement 'Plan Wathelet - Pas question' fait le point et démontre pourquoi le Plan Wathelet est illégitime et illégal, et pourquoi le moratoire est, à court terme, la seule solution raisonnable et légale, avant d'élaborer ensuite un plan durable > cliquez ici.

    23 octobre 2014 | Le Conseil des ministres a approuvé une instruction ministérielle que la Ministre de la Mobilité a adressée à Belgocontrol afin de supprimer les routes aériennes mises en oeuvre le 6 février 2014. Délai proposé par Belgocontrol pour que ce moratoire entre effectivement en vigueur : début avril 2015.

    Thématique | ENVIRONNEMENT, SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Un peu, passionnément … pas assez

    save-logo-2.jpgDans le cadre de la Charte SAVE, le Conseil communal a adopté le 30 avril 2014, le plan d’actions sécurité routière pour l’année 2014, présenté par la majorité.

    Bien que des réalisations antérieures y soient énumérées, ce ‘plan’ vise à « donner à la commune un nouveau souffle pour agir en faveur de la sécurité sur ses routes en prenant ce facteur en compte dans chaque nouvelle décision ».

    Epinglons quelques ‘études/évaluations’ ou mesures impliquant directement la commune. Elles seront suivies par PROXIMITÉ dans le cadre du groupe de travail Mobilité. Pour la petite histoire, notez que ce groupe de travail n’avait pas été intégré dans la rédaction de ce plan d’actions 2014.

    ETUDES

    1. Etudier une modification du carrefour « Le Poteau », impliquant l’avenue des Volontaires, la rue des Déportés, la route d’Ohain et la N271 (aménagement d’un sens giratoire)
    2. Etudier les moyens de sécuriser les piétons dans le quartier de Maubroux (instauration d’un sens giratoire autour de la place des Trois Tilleuls)
    3. Etudier et … réaliser l’aménagement provisoire d’un mini giratoire sur la place Jefferys.
    4. Evaluer la possibilité de collaborer avec la Zone de Police la Mazerine afin de mettre en place des séances d’informations et des campagnes de prévention dans les écoles

    MESURES

    1. Rétrécir la voirie à l’entrée de la rue Mahiermont
    2. Eclairer le chemin de la Source et réfectionner le revêtement
    3. Créer des îlots directionnels au carrefour entre la rue du Moulin et l’avenue Fond Jean Rosy (passage piétons) et progresser sur le projet d’un trottoir dans la rue du Moulin
    4. Réaménager et sécuriser des passages pour piétons (voir liste dans Plan d’actions, p. 9 et 10)
    5. Améliorer la sécurité aux abords de l’Académie de Rixensart (placer des potelets, élaguer la végétation qui borde le trottoir Patch-Académie)
    6. Réaménager et sécuriser la rue de l’école Sainte-Agnès et de l’école communale du Centre (une zone résidentielle doit y être aménagée)
    7. Etendre l’espace dédié au bus desservant l’école de la Source
    8. Acquérir 7 nouveaux radars préventifs subsidiés par la Province et augmenter les contrôles de police aux sorties de soirées et les contrôles de stationnement, en particulier ceux qui gênent et mettent en danger les usagers faibles Certes, la sécurité sur nos routes devrait s’en trouver progressivement améliorée.

    On peut toutefois regretter que certains points noirs, signalés par PROXIMITÉ ou abordés par les habitants lors des séances d’information citoyenne n’aient pas été repris (1). Exemples : passage protégé rue de Rixensart pour les clients bPost, trottoir reliant la Ferme de Woo à Malaise, dangerosité de celui reliant la rue de La Hulpe à la rue de Bierges, manque de cohérence entre les communes de Rixensart et d’Overijse en matière de limitation de vitesse appliquée au niveau de la rue de Malaise … (2).

    Quant à l’idée partagée par nos acteurs politiques de rendre nos quartiers plus ‘save’ en y imposant, en dehors de tout axe de circulation principal, une modération de la vitesse à 30 km/h, le plan d’actions 2014 ne prévoit pas de l’étudier ! Pourtant, selon l’Institut Belge pour la Sécurité Routière, généraliser le 30 km/h en agglomération est une tendance de plus en plus préconisée en Europe et permet de réduire le nombre d’accidents corporels.

    Etienne DUBUISSON, Michel WAUTOT et Eric de SÉJOURNET

    -----
    (1) voir les comptes-rendus établis par la commune pour chaque quartier
    (2) Carnets de Proximité Mobilité à deux vitesses 

    Thématique | MOBILITÉ, SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Magasins de nuit : la NAPMR fait marche arrière

    rixensart,magasins de nuit,night-shopsDix mois à peine après l’entrée en vigueur des mesures visant à limiter le nombre des magasins de nuit et leur concentration sur le territoire de la commune, le Collège (lire la NAPMR) a décidé d’imposer un assouplissement de ces règles. La distance minimale à vol d’oiseau entre un night-shop et un établissement d’enseignement secondaire ou supérieur se réduit désormais de 2000 m à 500 m … et ce, afin qu'un particulier puisse obtenir l’autorisation d’exploitation d’une vidéothèque - magasin de nuit à Bourgeois.

    PROXIMITÉ (1) s’en étonne car

    - le 29 août 2012, le Collège lui-même considérait que « leur multiplication et les nuisances qu’ils génèrent justifiaient que des règles soient prises en la matière »

    - le 9 avril 2013, le Service Juridique de la commune fit des « propositions d’adaptations à apporter au Règlement général de Police ». Il écrivit le faire, suite « à la promesse du Collège communal du 29 août 2012 de durcir les conditions d’installation de night-shops sur le territoire communal ».

    - le 24 avril 2013, le Collège écrivit constater que « les quelques night-shops installés à Rixensart causaient régulièrement des nuisances et mettaient en péril, dans un certain nombre de cas, la tranquillité publique ». Qui plus est, la majorité disait tenir « compte des doléances des citoyens parvenues au Collège communal, des caractéristiques de la commune et de l’expérience d’autres communes ayant légiféré sur cette matière antérieurement ». Des règles plus contraignantes (2) furent votées à l'unanimité par le Conseil communal (3).

    Dernièrement, la NAPMR y renonça et proposa le 26 mars (4) une nouvelle modification au Règlement général de Police, adaptée à un cas particulier … à la carte en somme !

    Les règles de bonne gouvernance nous ont dicté de nous y opposer.

    rixensart,magasins de nuit,night-shopsEric de SÉJOURNET







    __________
    (1) > Carnets de Proximité du 31 août 2012 et du 28 février 2013
    (2) notamment la distance minimale à vol d’oiseau entre un night-shop et un établissement d’enseignement secondaire ou supérieur, soit 2000 mètres
    (3) Conseil communal du 24 avril 2013
    (4) votes au Conseil communal du 26 mars 2014 (assouplissement) : NAPMR (15 voix POUR), ECOLO (3 voix CONTRE, 2 abstentions), UC/PS (3 voix POUR), PROXIMITÉ (2 voix CONTRE)

    Thématique | SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018