JEUNESSE

  • La Mare aux Loups : fin de la saga

    rixensart,mare aux loups,scouts,guidesLe dossier du relogement des guides et scouts de Sainte-Croix connaît un épilogue satisfaisant.

    Le Bourgmestre annonce en page 1 du Rixensart Info 261 (juin 2013): "Mes collègues du Collège et moi-même avons enfin trouvé 'la' solution satisfaisante dans ce dossier qui a, bien malheureusement, fait couler beaucoup d'encre! Nous avons, en effet, définitivement abandonné le projet de la 'Mare aux Loups' et décidé de reloger ces mouvements de jeunesse actuellement 'SDF' dans les actuels (mais bientôt anciens) locaux du commissariat de la Police de proximité de Rixensart".

    Lors du Conseil communal du 28 août 2013, Michel WAUTOT (PROXIMITÉ) a répété que cette 'solution' était celle proposée par PROXIMITÉ ... il y a trois ans : "Le Parc communal convient parfaitement aux activités des scouts et guides"

    Relisez l'action de PROXIMITÉ dans nos Carnets de Proximité :

    14 mai 2010 : Scouts toujours ...
    11 octobre 2010 : Scouts et guides sans abri ?
    25 novembre 2011 : Les convoyeurs attendent ...
    11 décembre 2010 : De la 'com' ... de la commune
    19 mars 2011 : La Mare aux Loups : "Rien n'est décidé"
    23 avril 2011 : Scouts ou jardiniers?
    16 mai 2011 : Sur la piste ... 
    23 mai 2011 : Scouts et guides méritaient un débat d'idées
    8 décembre 2011 : L'attente s'éternise

    Thématique | JEUNESSE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • L’attente s’éternise ...

    scouts,mare aux loups

    Pour la énième fois, le relogement des scouts et guides de Sainte-Croix a fait l’objet d’un nouveau débat public le 7 décembre 2011.

    Le dossier de la Mare aux Loups s’éternise. Le Fonctionnaire délégué du Service public de Wallonie – Aménagement du Territoire, Urbanisme, Patrimoine et Energie a refusé le 5 septembre 2011 le permis d’urbanisme pour la construction d’un centre pour mouvement de jeunesse. Dans le Rixensart Info 251, le Bourgmestre de Rixensart explique que ‘le permis d’urbanisme a été refusé pour des raisons de forme mais en aucun cas de fond’.

    Lors du Conseil communal du 26 octobre, Michel COENRAETS (PROXIMITÉ) a demandé quels étaient les problèmes relevés. Réponse : e.a. l’accès des pompiers et l’accès des personnes à mobilité réduite …

    Lors de la réunion publique de ce mercredi, les représentants du Collège communal n’ont pas réussi à trouver un terrain d’entente avec les riverains de la Mare aux Loups. Si pour le Bourgmestre ce projet reste prioritaire, les riverains ne sont pas heureux que la Commune ait déjà introduit la demande du nouveau permis d’urbanisme avant de le présenter aux Rixensartois. Et à la question de savoir ce que le Collège compte faire pour assurer la sécurité des 300 jeunes dans le périmètre de la rue du Monastère et de l’avenue des Bleuets, le Bourgmestre en étonna plus d’un : « Rien n’est prévu ».

    A la question de savoir quel budget était réservé à cette construction, le Collège a calculé qu’il passerait de 250.000 à 350.000 euros, une augmentation due e.a. aux nouveaux honoraires d’architecte. Et comment empêcher le vandalisme, déjà présent dans le quartier aujourd’hui ? 19.000 euros sont prévus pour éclairer ‘toute la Mare aux Loups’ … Et le maïeur s’est engagé à y placer des caméras de surveillance avec détecteur de mouvement.

    En l’absence d’un plan de mobilité, ce que dénoncent également les riverains, s’en est suivi un chassé-croisé sur le caractère public des 3ha20 de la Mare aux Loups. Pour la commune, toute la zone est libre d’accès car c’est un lieu public, mais les installations des scouts ne le seront pas. La réaction des riverains fut immédiate … question de définition.

    In fine, le Collège a dû admettre ne pouvoir donner aucune garantie aux riverains qu’une nouvelle extension du site ne soit réalisée ultérieurement. De quoi alimenter encore pour un temps les interrogations des habitants.

    scouts,mare aux loupsEric de SÉJOURNET

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, JEUNESSE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Scouts sans abri : troisième hibernation ?

    Scouts sans abri II.jpgA propos du relogement des scouts de Rixensart dans des locaux sains et adaptés à leurs activités, Michel COENRAETS, conseiller communal de PROXIMITÉ, a adressé au Bourgmestre une question pour le Conseil communal du 26 octobre prochain :

    « Le Collège ayant essuyé tout récemment un refus de permis d'urbanisme par le Fonctionnaire-Délégué de la Région wallonne, nous voudrions connaître les mesures que vous avez prises ou que vous comptez prendre avec le Collège pour enfin aboutir concrètement et rapidement dans ce dossier. Nous le savons tous, les Jeunes attendent ..."

    Thématique | JEUNESSE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Scouts et guides méritaient un débat d’idées

    scouts,mare aux loups,jardins partagés

    La Mare aux Loups © Eric de Séjournet

    En votant le 27 avril dernier la convention autorisant l’implantation de ‘Jardins partagés’ dans le parc communal, projet du CPAS sur lequel nous ne formulions aucune objection d’ailleurs, le Conseil communal a, de facto, éliminé la possibilité d’y loger nos ‘scouts et guides sans abri’. Pourtant, PROXIMITÉ avait demandé le report du point, afin qu’une étude globale et communale voit enfin le jour, comme promise par le bourgmestre en d’autres temps.

    Souvenez-vous, quand les unités scoutes et guides des 16e et 24e BW ont dû, en septembre 2009, évacuer leurs locaux (pour cause d’insalubrité) situés dans les jardins de la cure de Sainte-Croix, PROXIMITÉ avait fortement appuyé le discours général consistant à reloger au plus vite ces jeunes et que, si l’espace de la Mare aux Loups pouvait convenir, il fallait étudier d’autres possibilités d’emplacement avant de prendre une décision.

    En 2010, nous étions, entre autres, allés voir un terrain communal situé dans le parc de Grimberghe, entre la Maison des Académies, la rue Croy et l’avenue de Grimberghe. Le type d’habitat environnant peut se comparer à celui de la Mare aux Loups et sa configuration est intéressante notamment au niveau du bruit (légère dénivellation - contiguïté avec le parc communal - l’endroit est viabilisé et un parking est disponible pour y peut déposer les enfants). Ce parc jouxte celui de la Maison communale et tout deux sont d’excellents terrains de jeux situés au centre de la commune.

    C’est pourquoi, dans notre intervention au Conseil communal du 27 avril 2011, nous répétions : « Pourquoi décider dans la précipitation de l’implantation de ‘jardins partagés’ dans le Parc communal, alors que cet emplacement pourrait également convenir pour nos ‘scouts sans abri’ ? »

    Ce 27 avril, nous avons redit l’impatience des jeunes qui depuis près de deux ans attendent … nous avons également rappelé que malgré notre insistance de réaliser une étude approfondie et ouverte, le collège n’a jamais mis en place le groupe de travail, promis au Conseil communal du 25 novembre 2009 et que jusqu’à présent aucune étude d’implantation des scouts dans le Parc communal n’a été réalisée.

    Qui plus est, PROXIMITÉ a mis sur la table du conseil communal un document émanant de l’Administration communale elle-même, faisant état de 28 hectares de terrains non bâtis appartenant à la commune et disséminés sur l’ensemble de son territoire. Dans toutes ces ‘surfaces communales’, n’y en a-t-il pas une qui permettrait d’accueillir nos jeunes ?

    Ce 27 avril nous avons défendu notre principe que dans ce dossier il fallait atteindre un objectif : 'reloger les scouts sur un site où leurs activités auraient un maximum d’avantages et où les habitants auraient un minimum de dérangements'. Mais le Collège (NAP–UC/PS-ECOLO) a confirmé sa position, se contentant de vanter les mérites du site de la Mare aux Loups. Notre amendement d’un moratoire sur le sujet, afin d’étudier toutes les possibilités d’implantation, a donc été rejeté.

    Ce 27 avril, PROXIMITÉ espérait une discussion constructive et sereine sur un sujet que chacun trouve important mais la majorité n’a pas saisi cette opportunité d’échange pour mener un vrai débat d’idées.

    scouts,mare aux loups,jardins partagésscouts,mare aux loups,jardins partagésscouts,mare aux loups,jardins partagésEtienne DUBUISSON, Michel COENRAETS et Michel WAUTOT
    Conseillers communaux PROXIMITÉ

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, GOUVERNANCE, JEUNESSE, SOCIAL Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Scouts ou Jardiniers ?

    scouts,mare aux loups,parc de grimberghe,parc communal,jardins partagés,cpas

    Parc de Grimberghe (montage de 5 photos) 2011 © Eric de Séjournet (cliquez sur le montage pour l'agrandir)

    Pourquoi décider dans la précipitation de l’implantation de ‘jardins partagés’ dans le Parc communal, alors que cet emplacement pourrait convenir pour nos 'scouts sans abris' ?

    Quand les unités scoutes et guides des 16e et 24e BW ont dû, en septembre 2009, évacuer leurs locaux (pour cause d’insalubrité) situés dans les jardins de la cure de Sainte-Croix, PROXIMITÉ avait réagi en disant qu’il était impératif de reloger au plus vite ces jeunes et que, si l’espace de la Mare aux Loups pouvait convenir, il fallait étudier d’autres possibilités d’emplacements avant de prendre une décision.

    La majorité actuelle a toutefois d’emblée jeté son dévolu sur l’emplacement de la Mare aux Loups. Cette option portée à la connaissance des riverains provoqua l’approbation des uns et l’opposition des autres.

    Chez PROXIMITÉ toutefois, nous n’avons pas abandonné notre idée première. Nous sommes allés voir un terrain communal situé dans le parc de Grimberghe (*), entre la Maison des Académies, la rue Croy et l’avenue de Grimberghe. Celui-ci nous a paru intéressant et nous en avons fait part au Conseil communal. Le Collège nous a répondu que cette proposition était envisageable au cas où le projet de la Mare aux Loups ne s’avérait pas réalisable.

    Depuis près de deux ans maintenant, les jeunes attendent … Malgré l’insistance de PROXIMITÉ de réaliser une étude sérieuse et ouverte, le bourgmestre n’a jamais mis en place un groupe de travail, promis au Conseil communal du 25 novembre 2009. Groupe dont les délégués avaient pourtant été dûment désignés à sa demande. Bref, aucune étude d'implantation des scouts dans le Parc communal n'a été réalisée. Depuis 2009, le point des « locaux scouts » n’a été mis à l’agenda du Conseil communal, qu’à la demande de la minorité. Aujourd’hui, le Collège communal propose de voter ce 27 avril 2011 l’octroi au CPAS d’une concession domaniale sur le site de la Maison des Académies, pour la ‘création’ (**) d’un espace de « Jardins Partagés ».

    PROXIMITÉ s’en étonne, puisque ce choix élimine de facto un site possible pour les scouts. En effet, nous vous rappelons que le site de Grimberghe offre de nombreux avantages déjà évoqués auparavant, à savoir :

    1. Le terrain appartient à la commune
    2. Sa configuration est intéressante notamment au niveau du bruit (légère dénivellation - contiguïté avec le parc communal)
    3. L’habitat environnant peut se comparer à celui de la Mare aux Loups
    4. Le parc attenant à celui de la Maison communale, est un excellent terrain de jeux
    5. La situation du site est nettement plus au centre de la commune
    6. Au niveau flux de circulation, il y a un parking où l’on peut déposer les enfants

    Sans oublier que le comité de quartier de la Mare aux Loups utilisera tous les recours possibles contre cette implantation. On peut se poser la question : En quelle année les scouts auront-ils enfin leurs locaux ?

    Nous précisons toutefois que nous ne formulons aucune objection à l’encontre du projet des « Jardins Partagés ». Nous répétons simplement que la décision d’implantation des nouveaux locaux scouts ne peut se faire sans une étude du site de Grimberghe.

    PROXIMITÉ estime également, que mettre en œuvre un terrain potager est nettement plus facile que de construire des bâtiments. Le dérangement pour l’habitat environnant n’est-il pas insignifiant quand il s’agit de jardiniers ? Un jardin potager ne peut-il être implanté quasi partout?

    Pour ces différents motifs, nous insistons auprès de l’Echevin de la Jeunesse pour qu’il appuie notre proposition constructive et demandons que ce point soit retiré de l’ordre du jour du 27 avril, soit par consensus, soit par vote. Il pourra être remis à l’ordre du jour une fois l’étude globale réalisée sur l’implantation des locaux scouts.

    scouts,mare aux loups,parc de grimberghe,parc communal,jardins partagés,cpasMichel WAUTOT

     

     

      

    scouts,mare aux loups,parc de grimberghe,parc communal,jardins partagés,cpas

    (*) Le parc de Grimberghe forme un ensemble avec le parc de la Maison communale

    (**) Le mot ‘création’ est dépassé car le terrain a déjà été labouré …

     

    scouts,mare aux loups,parc de grimberghe,parc communal,jardins partagés,cpas

    Communiqué de presse du 26 avril 2011 + carnets de PROXIMITÉ

     

    scouts,mare aux loups,parc de grimberghe,parc communal,jardins partagés,cpas26 avril 2011

     

     

    scouts,mare aux loups,parc de grimberghe,parc communal,jardins partagés,cpas27 avril 2011

     

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, GOUVERNANCE, JEUNESSE, SOCIAL Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • La Mare aux Loups : "Rien n'est décidé"

    rixensart,mare aux loups,jeunes

    « Rien n’est décidé », a déclaré le Bourgmestre de Rixensart le 14 mars dernier (2011 !) en ouvrant la séance de la deuxième réunion publique d’information à propos de la construction de locaux scouts à la Mare aux Loups.

    Etrangement, les trois conseillers communaux de PROXIMITÉ n’avaient pas été officiellement prévenus de cette réunion. Ni une grande partie des riverains d’ailleurs, qui s’en sont plaints ouvertement. Heureusement, le tam-tam des temps modernes a permis d’informer en dernière minute celles et ceux qui se sentent concernés par le projet.

    « La proposition est plus ou moins définitive. Je n’ai pas d’autre solution », a ensuite ajouté le maïeur en présentant le panel qui l’entourait, notamment le bureau d’architectes et des représentants des mouvements de jeunesse.

    Les deux architectes ont présenté un exposé similaire à celui du 13 octobre 2010, en soulignant la rapidité avec laquelle ils allaient monter les panneaux préfabriqués des futurs locaux, « limitant à 2 jours les nuisances sonores des engins de levage dans le quartier » … Pas très convaincants. De plus, on apprit que le toit en pente abritant un étage servant au stockage du matériel scout, sera en matière composite, imitation zinc. Rien de vraiment neuf, l’aspect architectural et l’implantation des locaux ayant très peu fait débat.

    Ensuite, ce fut au tour de l’animateur des 16ème et 24ème Unités scoutes de Rixensart de rappeler que les scouts furent installés pendant 50 ans sur un terrain situé derrière l’ancien presbytère de l’église Sainte-Croix et, qu’aujourd’hui, ils sont accueillis provisoirement dans les caves de l’Ecole Sainte-Agnès, dans l’attente d’une solution définitive.

    En effet, la vétusté de ces locaux près du presbytère avait contraint le bourgmestre d’en interdire l’accès en septembre 2009, promettant une solution pour septembre 2010, car comme il écrivit en octobre 2009 « gouverner, c’est choisir ». Toutefois, un différent juridique oppose toujours la commune à la famille de Merode, ce qui empêcha la commune d’envisager une nouvelle construction à cet endroit contesté. Le Collège proposa donc le 28 octobre 2009 « la construction à la Mare aux Loups de locaux destinés à accueillir le samedi, avec prise de toutes les disposition adéquates au maintien de la sécurité et de la convivialité du quartier, 270 enfants et jeunes des mouvements de jeunesse ».

    Entre temps, et bien que cela soit son droit, le Collège s’est lancé tout seul, sans concertation politique, dans le projet de la Mare aux Loups. Six mois plus tard, sans nouvelles, PROXIMITÉ souhaita connaître l’évolution du dossier. Le 26 mai 2010, le maïeur demanda aux différents groupes du Conseil de participer à un groupe de travail … groupe qui n’a pas encore travaillé car il n’a jamais été appelé à se réunir !

    Depuis, la tension monte, comme ce lundi dernier à la réunion publique, le nœud du débat restant l’inquiétude à propos de la quiétude et de la sécurité dans ce quartier. Sans oublier le plan de mobilité … inexistant.

    Aussi le groupe PROXIMITÉ répète-t-il que l'endroit choisi par l'actuelle majorité n'est pas idéal pour les scouts (pas de zone boisée, extrême limite de la commune, aspect mobilité, infrastructure, ...). PROXIMITÉ regrette qu'une étude sérieuse et ouverte aux différents groupes politiques de la commune n'ait pas eu lieu au préalable.

    Etienne DUBUISSON et Eric de SÉJOURNET

     

    p.s. PROXIMITÉ aurait bien voulu illustrer cet article par une photo des futures installations scoutes à la Mare aux Loups, mais cela ne nous a pas été accordé par le bureau d’architectes.

     

    Antécédents : voir les carnets de PROXIMITÉ du 11 octobre 2010.

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, JEUNESSE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • De la 'com' ... de la commune

    scouts,guides,mare aux loupsPromis le 13 octobre 2010 par le Bourgmestre de Rixensart, attendu depuis … le compte-rendu de la réunion publique d’information à propos de l’implantation à la ‘Mare aux Loups’ de locaux pour les mouvements de jeunesse, a été envoyé par la commune près de 2 mois après aux riverains, mais pas nécessairement à toutes les personnes présentes le 13 octobre.

    Un ‘procès-verbal’ de ce type est une première dans notre commune, ce que nous saluons ! Qui plus est, il informe toute personne qui n’a pas pu assister au débat public, pour autant que celle-ci puisse le consulter sur le site Internet www.rixensart.be, ce qui n'est actuellement pas le cas. Aussi, PROXIMITÉ le relaie-t-il sur ses Carnets en ligne (voir 'Documents en ligne', dans la colonne de gauche du site de Proximité), en prenant soin d’indiquer que ce document non daté émane du Collège uniquement.

    A propos de communication bidirectionnelle … une amélioration de l’acoustique dans la 'verrière communale' permettrait à toutes les parties concernées de mieux encore se faire entendre … pour mieux se comprendre.

    Eric de SÉJOURNET

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, COMMUNICATION, JEUNESSE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Les convoyeurs attendent …

    scouts,guides,mare aux loupsLe 13 octobre 2010, la commune de Rixensart a organisé une réunion d’information pour tous les Rixensartois intéressés par le dossier de la ’Mare aux Loups’. Celui-ci prévoit d’y reloger les scouts et guides des 16ème et 24ème unités. Lors de cette réunion, le bourgmestre avait indiqué qu’il transmettrait à tous les participants un compte-rendu.

    Hier, au conseil communal, pas un mot … et toujours pas de compte-rendu. Météo défavorable ?

    Eric de SÉJOURNET

     

     

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, COMMUNICATION, JEUNESSE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Scouts et guides sans abri ?

    scouts,guides,mare aux loups'Le plein air est le véritable objectif du scoutisme et la clef de son succès', disait Baden-Powell. Certes, mais depuis un an, les scouts et guides des 16e et 24e unités de Rixensart attendent patiemment d’être relogés et ne voient toujours rien venir. Qui plus est, 'aucun parent n’est tenu au courant de l’évolution du projet', déplore Etienne Dubuisson (PROXIMITÉ) qui, le 29 septembre 2010, a interpellé le Collège sur le retard et le manque d’information.

    Chronologie


    - 25 septembre 2009 : Le Bourgmestre prend un arrêté de police interdisant d’accéder au site de la Cure de Sainte-Croix et des Buissonnets ; la sécurité et la salubrité publique ne peuvent plus y être garanties.
    - 14 octobre 2009 : Le Collège signe d’une part, une première convention avec l’asbl Comité scolaire Sainte-Agnès et d’autre part, une seconde convention avec les unités scoutes et guides des 16e et 24e BW.
    - 28 octobre 2009 : A l’unanimité, le Conseil communal ratifie les mesures prises par le Collège. Le Bourgmestre promet la construction rapide de nouveaux locaux et déclare publiquement espérer présenter ce dossier au Conseil communal de novembre 2009 afin de voir ce problème résolu pour septembre 2010.
    - 25 novembre 2009 : PROXIMITÉ regrette l’absence de ce point à l’ordre du jour du Conseil communal et demande au Collège de rassurer les nombreuses personnes intéressées par ce dossier. Toutefois, aucune assurance n’est donnée et l’évolution du dossier n’est pas abordée.
    - 16 décembre 2009 : Un cahier spécial des charges relatif aux travaux de construction de nouveaux locaux destinés aux mouvements de jeunesse est présenté et accepté par le Conseil et transmis au service ‘marchés publics’.
    - janvier, février, mars, avril, mai 2010 : silence radio !

    - 26 mai 2010 : A défaut de nouvelles, PROXIMITÉ demande de connaître l’évolution du dossier. Le maïeur fait savoir que 5 ou 6 demandes du cahier spécial des charges ont été adressées à la commune mais qu’une seule offre - par ailleurs attrayante - a été déposée. Il demande aux différents groupes du Conseil de participer à un groupe de travail.
    - juin, juillet, août, septembre 2010 : silence radio !

     

    Aujourd’hui, PROXIMITÉ souhaite savoir

    • pourquoi ce dossier n’est toujours pas mis à l’ordre du jour du Conseil ?
    • pourquoi le Conseil n’est toujours pas tenu au courant de l’évolution de cet important dossier ?
    • pourquoi le groupe de travail n’a jamais été convoqué ?
    • pourquoi les parents de près de 300 enfants sont, au moment de la rentrée, laissés dans l’ignorance ? Réponse

    'Je reconnais que Monsieur Dubuisson a raison dans ses reproches. Les délais n'ont pas été tenus. A ma décharge, le premier appel d'offres n'a entraîné aucune réponse. Tandis que lors du second, une seule société s'est manifestée. Mais elle ne dispose pas encore de l'agrément pour souscrire à un marché public. Cela devrait se débloquer dans les prochains jours. Toutes ces péripéties ont retardé le dossier'.

    Prudent, le bourgmestre ne veut plus donner de date … exceptée celle de la réunion publique d’information au profit des riverains de la Mare aux Loups, prévue le 13 octobre 2010 à 18h30 sous la verrière de la Maison communale. Là ... le dossier ne fait pas l’unanimité.

    Quant à la situation actuelle des deux unités scoutes, la commune loue trois locaux à l’école Sainte-Agnès, rue de l’Eglise. La convention d’un an se termine le 14 octobre, écrit Xavier Attout dans L’Avenir. 'Nous n'avons pas l'assurance qu'elle sera renouvelée', note Jean Vanderbecken.

    Thématique | JEUNESSE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Scouts toujours ...

    scouts,parc communal,grimberghe,mare aux loups

    rue de l'Eglise - Anciens locaux scouts désaffectés en 2009

    'Après avoir déterminé l'implantation des nouveaux locaux scouts des 16e et 24e unités à la Mare aux Loups, la majorité a déterminé lors du conseil communal de décembre, la manière dont sera attribué le projet', rapportait Vers l'Avenir le 26 décembre 2009, tout en précisant que 'pour raccourcir les délais de construction le Collège lance l'idée du 'clé sur porte'.

    Quatre mois plus tard, force est de constater que le projet s'enlise. D'une part, il y a une partie des riverains de la Mare aux Loups qui s'oppose au projet. Et d'autre part, il y a le Collège qui a été obligé de lancer un second appel d'offre, car le premier n'avait reçu aucune réponse. L'ouverture des soumissions du second appel est prévue en ce début du mois de mai.
    Les scouts ont donc peu de chance de voir leurs nouvelles installations s'ouvrir à la rentrée.

    Aussi
    PROXIMITÉ a-t-il suggéré le 24 avril dernier au Bourgmestre d'aller voir le site de Grimberghe. Pour PROXIMITÉ celui-ci dans sa partie entre le bâtiment des Académies et l'avenue de Grimberghe pourrait, si nécessaire, être une alternative. En effet, le Parc communal est non seulement central, qui plus est, un terrain idéal pour pratiquer le scoutisme.

    Michel WAUTOT

    Thématique | JEUNESSE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Des êtres fragiles

    D'clic.jpgDans la loterie qui préside aux destinées humaines, les uns bénéficieront de toute l’aide voulue, les autres non. Même dans les pays, comme le nôtre, où le niveau de vie est élevé, il y a des fragilités qui demeurent. Parmi celles-ci il y a l’enfance et la vieillesse. L’enfance, lorsque d’une façon ou d’une autre la vie l’agresse, est dépourvue des moyens de défense, qui ne s’acquièrent qu’avec le temps, La vieillesse, elle, est démunie face aux attaques. Sa faiblesse physique ou mentale lui ayant fait perdre ses immunités, elle devient dépendante d’autrui.  

    Il est donc bon, que se développent des structures d’accueil, de prise en charge et d’accompagnement qui permettent de remettre sur la route les plus faibles.  

    Nous avions remarqué, lors des Conseils communaux, que, souvent, l’ordre du jour comportait un ou plusieurs points concernant le secteur de l’aide à l’enfance. Tantôt c’était pour telle activité, tantôt pour une autre, tantôt pour du mobilier tantôt pour du matériel. Nous avions fini par nous demander si tout cela n’était pas quelque peu anarchique.  

    Le rôle du conseiller, comme dirait Monsieur de Lapalisse, est de conseiller. Comment bien le faire si l’on ne sait de quoi il retourne.  

    Nous avons posé une question à l’Echevin de la jeunesse : voulait-il bien nous expliquer les tenants et les aboutissants de D'clic qui chapeaute le service. Plutôt qu’une simple explication donnée lors du Conseil communal suivant, l’Echevin nous proposa une réunion avec D’clic. Et, fort intelligemment, il invita tous les Conseillers communaux. Le soir dit, les conseillers PROXIMITÉ se sont retrouvés à la villa Beau-Site, siège de D’clic. Nous y fûmes accueillis, très cordialement, par tout le staff. Le quart d’heure académique passé, nous constatâmes que nous devions être les seuls à ne pas connaître sur le bout des doigts le fonctionnement de la Commission communale de la jeunesse, aucun autre membre du Conseil communal ne nous ayant rejoints.  

    Monsieur Vendy, le directeur, nous présenta l’organigramme et les grandes lignes des quatre services, Claudia Barbieri, les écoles des devoirs et son suivi psychologique, Coralie Vankerkhoven, le service extra-scolaire et ses formations, Nathalie Marville, Contact J et ses informations-animations, Gwenaëlle de Gols, le logement d’urgence et l’aide apportée à leurs occupants. Enfin Madame Ciuro, chef de projet et Monsieur Verté, avec leur amabilité habituelle, nous précisèrent différents points dont celui des subsides et de la synergie avec le CPAS, notre conseillère CPAS, Madame Marion, nous ayant accompagnés.  

    Nous avons été sensibles à l’engagement et au travail réalisé par cette équipe. Elle fait un travail utile et nécessaire. Nous leur souhaitons les meilleurs résultats possibles.  

    PROXIMITÉ est convaincu de l’importance de l’aspect social dans la société. Mais il est tout aussi convaincu qu’un enjeu de cette ampleur, que ce soit au niveau communal, régional ou fédéral, sera d’autant plus efficace, s’il est géré avec rigueur.

    Michel WAUTOT

    Thématique | JEUNESSE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • De plus en plus de jeunes dans notre CPAS

    jeunes,cpas,jobcoaching


    E
    n tant que Conseillère du Centre Public d’Action Sociale pour PROXIMITÉ, je suis interpellée par le nombre croissant de jeunes de moins de 25 ans, et de jeunes filles seules avec enfants, qui poussent la porte de notre CPAS pour demander de l’aide. C’est un phénomène qui touche la Wallonie et Bruxelles !


    En région wallonne,
    12000 jeunes de moins de 25 ans (soit 1 jeune sur 25 dans la tranche d’âge des 18 à 25 ans) dépendent directement d’un CPAS. Ils représentent près d’un tiers des bénéficiaires du droit à l’intégration sociale :


    - 970 euros par mois pour un chef de famille

    - 725 euros pour un isolé

    - 483 euros pour un cohabitant

    Ce Revenu d’Intégration 
    Sociale (RIS) lui est attribué à condition de bénéficier de revenus insuffisants et d’être disponible sur le marché du travail ou d’être étudiant.

     

    Depuis 2002, la loi permet à des jeunes aux études de bénéficier de l’aide des CPAS jusqu’à 25 ans. Ces jeunes sont suivis par les assistantes sociales tant au niveau de leurs études que de leur recherche d’emploi. Ils ont accès aux services du CPAS pour autant qu’ils souscrivent à un Projet Individualisé d’Intégration Sociale (PIIS), un contrat dans lequel ils s’engagent à suivre une formation, à terminer leurs études, à décrocher un emploi…

    'L’esprit de la loi, c’est qu’il n’est pas question d’aider les jeunes sans leur demander une forme de contrepartie', précise Philippe Defeyt, président du CPAS de Namur et coauteurd’une étude sur les Jeunes et les CPAS en Wallonie. Il est normal de leur fixer des obligations par rapport à la collectivité qui les soutient.

    Au CPAS de Rixensart, un agent d’insertion propose aux jeunes de trouver des formations, de les aider dans leur recherche de travail en collaboration avec la Maison de l’Emploi.

    30 % des jeunes en Wallonie n’ont pas achevé leurs études secondaires et arrivent sur le marché du travail peu qualifiés. C’est ce que je constate dans les dossiers des jeunes que nous traitons au Comité. Mon souci dans mon travail de conseillère au sein du Comité de l’aide sociale et surtout vis-à-vis des jeunes (qui vivent parfois des situations très difficiles), est de ne pas en faire des « assistés » mais de les aider à se réinsérer socialement et professionnellement. Mais ces douze derniers mois, je constate également que remettre les personnes au travail devient de plus en plus difficile. Les dossiers à suivre sont de plus en plus nombreux et complexes. Les personnes cumulent différents types de problèmes.

    Malgré que nos assistantes sociales fassent un travail remarquable pour essayer de permettre à un maximum de personnes de vivre dans la dignité, j’estime qu’il faudrait, au CPAS de Rixensart, plus d’agents d’insertion. Et innover
    , en proposant du jobcoaching pour mieux les aider. En effet, beaucoup trop de jeunes ont décroché suite à des problèmes familiaux ou autres et ont des difficultés à se trouver immédiatement sur le marché du travail. Ils doivent pouvoir retrouver confiance en eux et dans leurs capacités, retrouver un biorythme. Un jeune évolue en fonction de l’image qu’on a de lui.

    Pourquoi ne pas leur proposer une semaine de formation ou de jobcoaching et qui conditionne le revenu d’insertion ? On fait le point avec eux, où en sont-ils, quels sont leurs projets, que vont-ils mettre en place pour y arriver…. Tout en leur précisant que pour arriver à quelque chose dans la vie, il faut faire un effort !


    Micheline MARION


    Thématique | JEUNESSE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Maison des Jeunes : début rénovation après les grandes vacances

    maison des jeunes,dclic,mjc rixensart

    La Maison des Jeunes et de la Culture, qui abrite également une partie du Service D’clic sera rénovée. Grégory Verté (UC PS), Echevin de la Jeunesse a présenté les plans au Conseil communal du 19 mars. Salle de concert insonorisée, sécurité incendie, accès pour personnes à mobilité réduite. La façade sera conservée et les châssis remplacés.


    Une nouvelle extension de
    146 m2 est prévue à l’arrière avec une baie vitrée donnant sur un petit bois. Elle abritera l’Ecole de Devoirs pour enfants de 6 à 12 ans : un lieu d’accueil, d’écoute, de soutien et de convivialité qui vise le développement de l’enfant, tant au niveau physique, psychique, social, scolaire, culturel. Le maïeur a indiqué que les travaux débuteraient en septembre/octobre 2008.

    Eric de SEJOURNET

    Thématique | JEUNESSE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017