• La transparence n’est pas un rêve … c’est une exigence ! (3)

    Exigence Rêve.jpg

    Depuis quelques temps, dans certaines communes, la transparence n’est plus un rêve…c’est la volonté des mandataires communaux et une marque de respect vis-à-vis de leurs citoyens. Ceux-ci sont considérés comme des partenaires à part entière dans les aspects importants de la gestion de leur commune. Ils sont invités à participer activement à l’élaboration de grands projets et à suivre l’évolution de leur cadre de vie. Ils connaissent l’agenda annuel des rencontres de quartier avec leurs mandataires communaux qui, soucieux de la transparence, déclarent leurs activités et tous leurs mandats sur le site de la commune ainsi que le nom des représentants dans les différentes commissions communales.

    La transparence c’est diffuser, au moyen d’une bonne communication, des informations fiables et pertinentes. Dans de telles conditions, elle suscite de l’intérêt, devient un tremplin d’idées neuves, elle permet de mesurer l’adéquation entre les déclarations des mandataires et leurs réalisations tout en étant par ailleurs un réel obstacle aux malversations diverses.

    Par contre, … l’absence de transparence crée la méfiance. C’est parier sur l’ignorance et la passivité des citoyens. C’est permettre à nos mandataires de faire leur propre publicité … à leur manière, à jouer sur la sympathie plutôt que sur leurs véritables réalisations et à s’imprégner d’une certaine conception élitiste de leur fonction.

    La transparence est donc vraiment le propre d’un mandat représentatif car elle permet d’apprécier l’intégrité et l’éthique d’un mandataire. Les élus ne sont ni les propriétaires ni les souverains de la commune. Ils ne sont que locataires de la maison communale. Ils ne reçoivent pas un blanc-seing tous les six ans pour faire ce pourquoi ils s’entendent entre eux. Dans la société multi connectée d’aujourd’hui, l’intelligence des citoyens ne peut plus être ignorée et le manque d’information, le manque de communication à leur égard pourraient être interprétés comme une forme de mépris et d’arrogance. Les mandataires politiques tirent leur légitimité de leurs électeurs. De par leur élection, ils reçoivent une procuration pour un temps déterminé, une autorité de représentativité. Ils n’en deviennent pas pour autant, eux-mêmes, une autorité ! Ils exercent un service pour lequel ils sont rémunérés par leurs concitoyens pour agir en leur nom et pour eux, pour le bien commun ! Une attitude responsable et consciencieuse ainsi qu’un devoir d’humilité s’imposent donc !

    Les représentants politiques sont censés œuvrer dans l’intérêt général de la population. Ils ont par voie de conséquence, l’obligation morale d’écouter, d’agir et de rendre régulièrement des comptes à leurs mandants. Mais rendre quels comptes ? … à qui ? … si personne n’est valablement informé, si personne n’est vraiment au courant de ce qui se prépare dans le secret de la maison communale ? Bien sûr, tout un chacun a toujours la possibilité d’assister au conseil communal…mais assister ne veut pas encore dire comprendre ni donner son avis. Bien trop souvent, les points mis à l’agenda, ne font pas l’objet d’une réelle présentation ou d’un débat de fond. Ils sont généralement supposés connus des membres du conseil et bouclés par un accord de majorité avant l’entame de la discussion en séance publique. Il s’agit donc là, pour le citoyen, d’une attitude résolument passive qui génère tout naturellement un désintérêt et une grande lassitude. La transmission du savoir est capitale et elle appartient à nos mandataires. Ce n’est pas à travers leur site individuel étoffé à leur gloire personnelle, que l’électeur se rendra compte du travail réellement accompli mais bien grâce à la communication permanente du collège communal, à son écoute, aux rencontres régulières avec les électeurs éventuellement sous une forme de gouvernance participative, grâce également au rapport communal annuel des activités rendu public et rédigé par les membres du collège des bourgmestre et échevins ainsi que par l’administration communale … en résumé, grâce aux liens constructifs, vrais et permanents tout au long du mandat qui leur est confié.

    Les mandataires sont, pour la durée de leur mandat, les véritables détenteurs de la démocratie. Il leur appartient de la faire vivre, de l’animer par l’action et le partage d’informations et par une bonne communication. C’est aussi le seul moyens de maintenir l’intérêt du citoyen, de véritablement le respecter, de le responsabiliser à la gestion de sa commune et de son cadre de vie. Une politique transparente devrait aussi avoir pour effet de choisir les élus sur base de leurs réalisations, de leurs idées, de leurs propositions concrètes et de les obliger à se consacrer totalement à leur tâche durant toute la durée de leur mandat, sans qu’ils se soucient trop tôt de leur réélection et sans pour autant entamer une 'campagne électorale' un an avant l’heure pour s’assurer d’être suffisamment connu !

    A l’aube de cette année électorale faisons de la transparence une exigence car elle engendre la connaissance et … l’écoute, le respect. Ne s’agit-il pas là, deux éléments essentiels en démocratie pour mener à bien l’action politique de proximité communale ? Restons plus que jamais attentifs durant la campagne électorale et vigilants au moment de voter car « le monde récompense plus souvent les apparences du mérite que le mérite même » (1).

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON (2)

     

     

     

     


    __________
    (1) de LA ROCHEFOUCAULD François (1613-1680), Réflexions ou Sentences et Maximes morales
    (2) DUBUISSON Etienne, La transparence n'est pas un rêve ... c'est une exigence !, in Le Vif, 20 janvier 2018 

    Thématique | COMMUNICATION, GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Bornes d'incendie sous pression (2)

    Depuis 5 ans, PROXIMITÉ édite dans le 'Bulletin des Questions et Réponses' (voir colonne de droite des Carnets de Proximité) les questions écrites de ses conseillers communaux, mais également les réponses intégrales données par le Collège des Bourgmestre et Echevins.

    Fire_hydrant_knocked_over.jpgDernièrement, Thierry BENNERT (PROXIMITÉ) introduisit une question écrite concernant le fonctionnement et la visibilité des bornes d'incendie à Rixensart (voir les Carnets de Proximité du 8 décembre 2017).

    Dans sa réponse du 8 janvier 2018, la Commune de Rixensart indique que pour Genval elle a une convention avec INBW (ex. IECBW) pour l'entretien des hydrants d'une partie de la Commune (Genval). L'intercommunale nous envoie chaque année un rapport que nous transmettons à la Zone de Secours du Brabant wallon. Un accès direct via la plateforme de Vivaqua permet à la Zone de secours d'obtenir les informations nécessaires (le débit de l'eau, les hydrants non fonctionnels ....). 

    Tandis que pour les entités de Rixensart et Rosières ... une convention similaire a été demandée et obtenue (Rixensart et Rosières) à la SWDE et sera présentée prochainement au Conseil communal. 

    Quant aux questions posées voici texto les réponses du Collège des Bourgmestre et Echevins.

    1. De quand date la dernière inspection des différentes bornes d'incendie appartenant à la SWDE et quelle fut la teneur du rapport au sujet de leur fonctionnement ?

    A notre connaissance il n'existe pas de rapport fait par la SWDE.

    Suite à un courrier reçu le ler septembre 2017 de la Zone de Secours du Brabant wallon nous signalant les problèmes de débits d'eau rencontrés lors d'une intervention chez un particulier à Bourgeois, plusieurs dispositions ont été prises :

    Un courrier (service des travaux) a été envoyé le 6.10.2017 à la SWDE.

    Une réunion s'est déroulée le 27.11.2017 avec les services travaux, juridique et prévention incendie afin de faire un cadastre des eaux stagnantes, une demande pour l'entretien des hydrants par la SWDE et vérification des accès aux bornes et signalisation.

    Un courrier a été envoyé le 12.12.2017 à la SWDE demandant une convention de maintenance similaire à celle que nous avons avec l'INBW.

    2. Quand le prochain contrôle sera-t-il effectué? Quid de l'entretien?

    Une convention pour l'entretien des hydrants par la SWDE sera présentée prochainement au Conseil communal.

    3. Comment la Commune de Rixensart compte-t-elle améliorer la visibilité des bornes incendie? souvent le panneau « H » qui se trouve en hauteur à proximité de celles-ci est masqué par la végétation ou blanchi par les rayons du soleil. La taque qui donne accès à la bouche devrait être jaune et bien visible. A Rixensart, celle-ci est souvent sale et recouverte de feuilles et végétation.

    Lors de la réunion du 27.11.2017, il a été convenu diverses interventions avec le service travaux (dégagement des accès) et commande de nouvelles plaques de signalisation.

    4. La Commune de Rixensart envisage-t-elle de demander, via le Rixensart lnfo et le site internet communal, aux habitants d'être attentifs à ces bornes et de ne pas stationner leur véhicule sur celles-ci?

    Sachez à cet égard que le RGP prévoit en son Article I.2.13 (SA) : « L'utilisation privative de la voie publique doit respecter les conditions fixées dans l'autorisation, elle ne peut gêner ou empêcher le repérage l'accès ou l'utilisation des ressources en eau (notamment pour l'extinction des incendies) et en gaz, des égouts et de leurs couvercles ainsi que, plus généralement, de tout câble et canalisation. Lors d'une utilisation privative de la voie publique, il est interdit de dénaturer, dégrader ou dissimuler les signaux d'identification et de repérage de ces ressources, câbles et canalisations. »

    Un avis est mis sur le site internet et sera publié dans le Rixensart lnfo.

    5. La Commune de Rixensart insistera-t-elle auprès des services de secours pour demander systématiquement l’envoi d'un camion- citerne complémentaire pour les interventions incendie à Rixensart ?

    Nous avons envoyé un courrier à la Zone de secours du BW demandant l'envoi systématique d'un camion- citerne complémentaire.

    Toutefois, après un entretien téléphonique avec le Major Filleul, commandant de Zone, il nous a spécifié qu'en général en cas d'incendie, 2 véhicules étaient envoyés, l'autopompe et un véhicule avec échelle.

    Le camion-citerne était envoyé uniquement en complément selon les besoins.

    Et le Collège conclut : Comme vous pouvez le constater, nous suivons ce dossier avec la plus grande attention ...

    ... PROXIMITÉ aussi, car il subsiste encore des motifs d'inquiétude : le manque de pression d’eau et les fuites très importantes du réseau SWDE. En effet, en Conseil communal, la Bourgmestre a expliqué que le réseau de la SWDE n’est pas en bon état ! 25% de l’eau du réseau est perdue suite aux différentes fuites du réseau. A titre d’info, les pertes dans le réseau IEBW sont de 10%. Ceci occasionne un manque de pression. Hors faute de pression, un hydrant même bien entretenu ne permet pas aux pompiers d’intervenir efficacement. Malgré un entretien préventif des hydrants, il est donc primordial que le réseau de distribution d’eau soit entretenu et que les canalisations défectueuses soient remplacées.

    Thématique | SÉCURITÉ, SERVICES A LA POPULATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Gare de Rixensart : quid des aménagements ?

    5. Gare de Rixensart (projet Eurogare) - copie.jpg

    Il y a plus d'un an déjà les élus rixensartois se sont penchés sur une motion relative à la réalisation des travaux de sécurité et de confort aux accès et d’un maintien d’un service voyageurs de qualité aux gares de Genval et de Rixensart. Elle fut votée le 26 octobre 2016 par le Conseil communal et transmise à la Direction d’Infrabel et aux Ministres fédéraux et régionaux ayant la mobilité dans leurs attributions (1).

    PROXIMITÉ est intervenu une nouvelle fois en Conseil communal du 18 décembre 2017 pour qu'enfin des démarches soient entreprises vis-à-vis de la SNCB/INFRABEL pour obtenir une meilleure offre de train vers Bruxelles et vers Ottignies LLN, un aménagement correct de la gare ainsi que des ascenseurs pour faciliter l’accès aux quais (1).

    Thierry BENNERT (PROXIMITÉ) a également rappelé que le projet présenté par INFRABEL montrait que les talus arborés étaient remplacés par des murs recouverts de végétation. Principalement sur Rixensart, la végétation n’a jamais été plantée … et la verdure ‘sauvage’ ne s’y installe pas car la terre dans ces bacs en béton est pauvre et n’est pas arrosée. Nous pensons qu’une solution doit être trouvée rapidement. A titre d’exemple, Thierry BENNERT a cité la façade des parkings GSK rue de l’Institut. Si rien n’est entrepris rapidement vis-à-vis de la SNCB, tout ceci restera en l’état pour toujours.

    La Bourgmestre acquiesça et souligna qu’un rendez-vous ... allait être pris ...

    __________
    (1) Le Conseil communal du 26 octobre 2016 demanda à Infrabel d’avoir des garanties formelles, avec un planning précis, sur la bonne exécution des travaux suivants :
    - le placement des ascenseurs pour un accès sécurisé aux transports publics de toute personne, y compris les personnes à mobilité réduite;
    - les aménagements assurant la sécurité et le confort indispensables lors de l'accès aux quais et aux abords des gares (hauteur, largeur des quais et des accès, auvents, range-vélos, salle d'attente ... ) ;
    - la construction de la gare de Rixensart, avec implantation d'un guichet pour les voyageurs (*);
    - la mise en place d'un service clientèle de qualité pour les deux gares.
    Par contre, l’implantation d’un guichet pour les voyageurs (voir * ci-dessus) a fait l’objet d’un amendement qui n’a pas fait l’unanimité : par 15 voix pour, 4 voix contre (Messieurs Vanderbecken, Remue, Madame Van den Eynde, et Monsieur Hanin) et 6 abstentions (Messieurs Garny, Pirart, Anastasiades, Madame Léonard, Messieurs Van Loo et Cardon de Lichtbuer).

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, MOBILITÉ, SERVICES A LA POPULATION, TRAVAUX Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Rapport annuel 2017, un concentré de copiés-collés

    Rapport annuel 2017.jpegLa commune de Rixensart vient de publier son rapport annuel 2017. Comme dans toute grande entreprise, ce document reprend les éléments essentiels de l’année écoulée, les actions et décisions prises par les membres du collège des Bourgmestre et échevins, … tout ce que le citoyen devrait savoir sur la gestion de sa commune.

    Ce document intéressant, présenté en séance publique du Conseil communal du 18 décembre, est un véritable baromètre du sérieux avec lequel la commune est gérée. C’est également une manière de rendre des comptes aux électeurs et de les respecter.

    Faute, malheureusement, de le publier sur le site de la commune, comme PROXIMITÉ le souhaite depuis plusieurs années, voici quelques observations, regrets et compliments quant à la qualité du cru 2017.

    En règle générale, à de petites exceptions près, nous devons constater et regretter le concentré de 'copiés-collés' des éditions précédentes avec bien évidemment de très nombreuses expressions floues, peu précises, passe partout et qui suscitent de nouvelles interrogations :

    - « nous poursuivons des initiatives et actions efficaces initiées en début de législature »,
    - « poursuite active d’une politique intégrée et globale, cohérente »,
    - « La cohérence des actions est assurée à travers la définition des objectifs stratégiques et opérationnels qui chapeautent ses actions ! »

    Nous devrions envisager une publication plus complète reprenant tous les 'bons mots' sous forme de revue 2017 ou 'Sois rixensartois et tais-toi' !

    Plus sérieusement, il faut regretter l’absence totale d’informations concernant la nouvelle Zone de secours (pompiers et appui médical). Pas un mot sur le programme de cette nouvelle structure, présentée pour la première fois au Conseil communal en septembre 2017 et qui détermine les missions et analyse la situation, les moyens nécessaires et les niveaux de service indispensables. Il précise que notre commune est malheureusement située dans une zone (rouge) dont les délais d’intervention et taux de service sont considérés comme mauvais en regard des risques à protéger.

    Durant l’année 2017, rien ne semble avoir évolué en ce dans le dossier RER si ce n’est deux lignes qui précisent que « des rencontres doivent encore être organisées avec la SNCB pour le suivi au niveau des aménagements ». Donc absolument rien de neuf ! Si précédemment une demi page était consacrée aux activités de la scrl Notre Maison à Rixensart, cette année, près de quatre pages relatent, chiffres à l’appui, les biens faits de cette société de logement de service public dont notre bourgmestre est vice-présidente. On y apprend que « conformément à un article abrogé du code wallon du logement », cette scrl est devenue il y a quinze ans « notre opérateur privilégié et unique en matière de logements sociaux ». La durée de l’accord n’est pas précisée ! La commune indique que cette société « est active sur quasiment 350 logements sociaux » à Rixensart tandis que Notre Maison avance le nombre de 392 logements sur son site.

    Pour les mouvements de jeunesse, la majorité actuelle dit poursuivre, comme l’an dernier, « une politique active ». Après l’installation de la 17BW/Rixensart, il y a plus d’un an, dans ses tout nouveaux locaux à Froidmont, on doit reconnaitre que, malgré la « politique active », la 16ème unité BW/Rixensart, privée de ses locaux depuis 2009, est toujours dans un local provisoire. Aucune solution n’est actuellement en vue étant donné « la réorientation des projets pour la maison communale et la police … ». En l’absence de communication de la commune, il y a lieu de penser que l’énergie et les promesses d’antan semblent s’être évaporées. Il n’y a pas plus de communication précise en ce qui concerne les locaux des Campagnols ni pour les scouts et baladins de Rosières pour lesquels une « nouvelle phase est à l’étude ».

    Sachant que les classes moyennes ont été totalement oubliées dans la déclaration de politique générale 2012, il est réconfortant de savoir qu’aujourd’hui, la majorité annonce fièrement mais sans autre précision « qu’une franche collaboration avec les différents organismes et associations concernés » existe et que dans le même temps, « une politique de soutien est développée ».

    Par contre, et c’est dommage, de n’avoir rien développé sur un sujet prétendument très important pour la majorité en 2012 : la Charte SAVE. Rien n’est écrit concernant d’éventuelles réalisations dans ce cadre et les derniers objectifs mentionnés sur le site communal datent de 2014. Il est évident qu’en matière de sécurité, de nouvelles mesures doivent être constamment analysées et, sensibiliser la population est sans aucun doute un travail de tous les jours.

    En matière de sports, le rapport 2017 est en très grande partie un copié-collé de celui de l’an dernier ! Il est vraiment regrettable que le texte proposé pour le plan piscine n’ait pas changé d’un iota. On peut donc y lire « …un audit énergétique (...) sera effectué dans le courant du mois de décembre 2016 et un dossier d’avant-projet (...) sera déposé chez Infrasport pour le 1er mars 2017… ». Même triste observation pour le terrain de football de Rosières, texte copié-collé identique à l’an dernier « il a été décidé d’introduire une demande de subsides (...) suite à la visite d’Infrasport (...). Le revêtement synthétique vieillisant (...) le dossier est en cour de réalisation ». Le Salon des Sports a quant à lui reçu exactement le même nombre de visiteurs que l’an dernier, ce qui est probablement logique puisqu’à une ligne près, le texte est identique d’une année à l’autre ! De plus, comme l’an dernier, rien n’est mentionné en ce qui concerne les projets du Hockey club ni la situation financière des clubs communaux. La seule nouvelle et véritable information concerne le boulodrome qui, rénové l’an dernier, a maintenant cessé ses activités ! Quelles sont les véritables avancées ?

    Le chapitre concernant l’urbanisme, n’a pas changé par rapport à 2016. Exactement le même texte pour les PCA des gares de Genval et Rixensart, de la Manteline et des papeteries. il suffit de relire le texte de l’an dernier pour être parfaitement au courant. En ce qui concerne le PCA du Poirier Dieu, il est cette année précisé « qu’un contact a été établi entre le comité de riverains et les divers acteurs liés au développement du quartier » et qu’un recours contre le permis de la MR/MRS est dans les mains du ministre ! Il nous semble utile de se remémorer la note de politique générale de la majorité actuelle qui précisait : « ….des projets de création de lotissements (...) au niveau desquels il sera impératif d’allier tout à la fois la mobilité et la préservation d’un cadre de vie de qualité ». Attribuons une petite note positive pour le 'relookage' du site internet qui, dans le cadre d’une communication communale globalement déficiente, a légèrement évolué dans le bon sens. Une note toute particulière et très positive est décernée pour les chapitres enseignement, culture, tourisme et bibliothèques qui reflètent le fruit d’un travail sérieux et les actions entreprises durant l’année écoulée. Le rapport de l’administration est quant à lui très complet et intéressant par certains de ses aspects. Il complète utilement et heureusement celui des membres du Collège.

    La plus mauvaise note est – sans conteste - attribuée à l’échevin qui mentionne dans son rapport chiffré que « 2420 paquets de 252 feuilles de papier wc ont été consommés ». La précision des chiffres est impressionnante mais pas nécessairement utile !

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON

     

     

     

     

     

     

    Lire la suite

    Thématique | COMMUNICATION, GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018