• Transformation et agrandissement de l'ancien presbytère Sainte-Croix

    Projet Presbytère Sainte-Croix Rue de l'Eglise à Rixensart (Notre Maison) (1).jpg

    Début avril 2017, la Commune de Rixensart annonça que la société Notre Maison avait introduit une demande de Certificat d’Urbanisme N° 2 (1) tendant à transformer et à agrandir l’ancien presbytère Sainte-Croix, sise rue de l’Eglise à Rixensart en vue d’y créer 11 logements à loyer modéré. La philosophie du projet est de valoriser le patrimoine historique de ce bâtiment en restaurant les 3 façades principales, et d’ajouter à l’arrière de la bâtisse une extension contemporaine adaptée au mode de vie actuel.

    PROXIMITÉ relaie l’alerte lancée le 11 avril 2017 par Michel WAUTOT, conseiller communal Proximité et président de l’asbl Hommes et Patrimoine :

    "Nous pensions pouvoir nous réjouir de voir ce dossier, que nous suivons avec la Commune depuis 2005, trouver une solution dans le cadre du processus de la Région wallonne qui permet la création de logements sociaux lorsque qu’une société wallonne de logements restaure un bâtiment ayant une valeur architecturale.

    Hélas, l’avant-projet architectural du bureau ABR, proposé par la société Notre Maison, n’a plus grand chose à voir avec un aménagement réussi du territoire.

    Depuis des décades deux conceptions de la restauration s’opposent. Celle de Viollet-le-Duc qui restaure et/ou agrandit à l’identique et celle qui veut marquer l’intervention de l’architecte-restaurateur par une architecture différenciée de l’ancienne. Cette seconde tendance, à la mode aujourd’hui, ne présente pas toujours des réussites. Pour nous c’est le cas dans le cadre de l’agrandissement du presbytère.

    L’incrustation d’un cube recouvert de bois, dans un bâtiment datant de 1779 et repris dans « Le Patrimoine Monumental de la Belgique» (volume 2 - page 485), est sans doute une solution facile, mais porte atteinte, architecturalement et esthétiquement, tant au presbytère, qu’au château. En outre, il est manifeste que la notion de périmètre protégé autour d’un site classé, ici le château de Merode, patrimoine exceptionnel de Wallonie, a été escamotée.

    Nous ne sommes pas systématiquement opposés à la rencontre entre deux architectures, mais pas n’importe où.

    Nous ne pouvons que conforter la délibération du Collège du 22 mars 2017, qui considère que le permis ne peut être accordé en raison de :

    - l’art.330-2°-11° et 12° du Code wallon de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme et du patrimoine ;

    - des 10 dérogations, au Règlement communal d’urbanisme, concernant l’aire 4 rurale, en zone de protection paysagère :

    1) profondeur du volume secondaire (bâtiment en bois) ;
    2) largeur de la façade du volume secondaire ;
    3) hauteur sous acrotère (muret en bordure de toiture) du volume secondaire ;
    4) toiture plate du volume secondaire ;
    5) maçonneries non traitées avec le même matériau ou la même combinaison de matériaux ;
    6) bardage en bois de plus de 40% de la superficie des façades ;
    7) emplacement de stationnement inférieur à un par logement ;
    8) absence de citerne à eau de pluie de minimum 6000 litres ;
    9) absence de local au dépôt temporaire des déchets ménagers ;
    10) première chambre du premier et du second étage inférieure à 14m2

    - des dérogations au règlement général sur les bâtisses:

    1) accessibilité et usage des espaces et bâtiments ou parties de bâtiment ouverts au public ou à usage collectif par les personnes à mobilité réduite ;
    2) absence d’emplacements de stationnement d’une largeur minimale de 3,30 mètres à proximité de la sortie du parking ou de l’entrée du bâtiment.

    Nous considérons également qu’édifier 11 appartements dans cette zone où, tant dans le noyau ancien de Rixensart (rue de l’Eglise, Hautfenne…), en dehors de la zone de centre, que des quartiers proches, on ne trouve que des maisons unifamiliales ou au maximum des maisons de 2 à 3 logements, est inadapté et constitue un précédent dangereux.

    Nous pensons qu’il y a parfaitement moyen de restaurer l’ancien bâtiment (ce qui est le point positif du dossier) et de l’agrandir de façon harmonieuse. Mais bien sûr cela suppose des contraintes architecturales et environnementales qui n’existent pas dans le cas de ce cube bardé de bois. Cube que l’on retrouve depuis des années dans la majorité des demandes d’extension, non pour sa qualité esthétique mais pour son coût moindre et son côté « vite fait-bien fait ».

    Actuellement se termine le bâtiment de l’ancienne école de Genval. L’association Hommes et Patrimoine, avec la collaboration du Cercle d’Histoire et du Comité de l’avenue des Combattants, avait obtenu de refaire la façade à l’identique. Le bureau Bodart a très bien réussi l’intégration de l’ancienne façade dans le nouveau bâtiment. Il est donc possible de marier ancien et moderne.

    Nous croyons que notre Commune a le droit d’avoir une architecture qui la valorise".

    PROXIMITÉ vous invite à participer à l'enquête publique en écrivant au Collège des Bourgmestre et Echevins - Maison communale - avenue de Merode 75 à 1330 Rixensart. Vous pouvez, vu le peu de temps qui reste, déposer votre lettre dans la boîte de la maison communale (porte en bois dans la façade latérale).

    En cliquant ici vous trouverez un modèle de lettre préparé par Hommes et Patrimoine que vous pourrez adapter. Attention après le 18 avril 2017 les lettres ne seront pas prises en compte.

     

    

__________

    (1) Un Certificat d’Urbanisme N° 2 a pour but de sonder la commune quant à un projet urbanistique. Le CU2 précède généralement la demande du permis d’urbanisme classique.

    rixensart,presbytère sainte-croix,rue de l'église

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • PROXIMITÉ prépare l’avenir

    20170330 Réunion plénière de Printemps © Berna de Wilde.jpg


    Les membres et sympathisants de PROXIMITÉ se retrouvèrent ce 30 mars 2017 pour préparer l’avenir. La Réunion plénière du printemps fut animée par Etienne DUBUISSON.


    MEMBRES

    Un hommage fut rendu à Jacques MARTIN, membre de Proximité de la première heure, décédé le 24 mars 2017 à l’âge de 81 ans. Franc et direct, il l’était aussi dans les analyses de presse qu’il rédigeait pour nos membres. L’assemblée présenta à son épouse, Maria SERNEELS, membre également de PROXIMITÉ, ses plus sincères condoléances.

    L’assemblée eut également une pensée toute particulière pour Pascal GUELTON, notre délégué à la Commission Consultative de l’Aménagement du Territoire et de la Mobilité qui, depuis son accident de santé, se bat avec courage et se rétablit petit à petit.

    Ces derniers mois, le caractère indépendant et citoyen du groupe PROXIMITÉ a été mis en exergue. Ainsi, le partage de mandat d’Eric de SÉJOURNET permit à Thierry BENNERT de prendre la relève au Conseil communal et de faire valoir ses qualités humaines et son expérience en matière de finances.

    Forgée depuis plus de 10 ans maintenant, la réputation de PROXIMITÉ a également dépassé les frontières de la commune. Face aux ténors politiques, tels qu’Isabelle Durant (ECOLO) et Olivier Maroy (MR), Michel WAUTOT a défendu sur le plateau de télévision de la RTBF les valeurs citoyennes de PROXIMITÉ. Quant au Vif/Express, il publia ‘Paroles de citoyen’ d’Etienne DUBUISSON, carte blanche partagée 1515 fois.

    Trois nouveaux membres actifs furent présentés à l’assemblée, chacun définissant son action par deux verbes (à découvrir en cliquant sur leur nom).

    - Claude ROMAL, comprendre et agir

    - André VERKAEREN, écouter er avancer

    - Arnold HEYVAERT, prévoir et responsabiliser


    TRÉSORERIE

    Didier HELLEPUTTE, trésorier de PROXIMITÉ, exposa les comptes du groupe et remercia les membres pour le versement de leur cotisation, bien précieuse pour la campagne électorale de l’an prochain.


    CPAS

    Micheline MARION-LEKIME, conseillère CPAS, fut excusée. Son mari, Philippe MARION prit la parole en son nom et exposa les avancées enregistrées dans les services rendus par le CPAS de Rixensart au profit des plus défavorisés et des plus faibles de notre population, mais également pour tout citoyen de notre commune qui se retrouverait dans une situation d’importante précarité sociale. Parmi les nouveautés, il souligna la création d’un service de médiation de dettes et l’ouverture d’un centre d’accueil de jour, lieu où les personnes âgées ou isolées à la maison pourront se retrouver, avoir des contacts, partager des activités, s’y ressourcer. Quant à la gestion du budget du CPAS, elle est rigoureuse assurant la pérennité des services.


    FINANCES COMMUNALES

    Ensuite, Thierry BENNERT et Claude ROMAL, le nouveau duo de choc de PROXIMITÉ en matière de finances, expliquèrent en long et en large la situation budgétaire de la commune. En effet, « en début de législature, le déficit budgétaire était de 3 % par an, avec un déficit annoncé de € 700.000 l’an. Nous nous en inquiétions, mais un contrôle des frais généraux et différentes recettes de l’Etat non prévues ont permis que le compte soit plus proche de l’équilibre budgétaire, qui est toujours un exercice difficile … la commune devant supporter des coûts importants en personnel (+ 4,5 % par an à personnel constant), infrastructures (égouttage, nouvelles écoles, piscine) ou services (CPAS, zones de police et de secours). L’équilibre du budget ordinaire est obtenu grâce aux centimes additionnels et l’urbanisation croissante de Rixensart, notamment aux Papeteries de Genval (200 appartements). Les derniers terrains libres font l’objet de constructions confortables voire multiples et cela génère des recettes récurrentes : centimes additionnels à l’IPP, mais également sur le précompte immobilier.

    Toutefois, les dettes ne diminuent pas vraiment (25 millions), soit 1151€ par habitant. On flirte avec la limite de la balise d’endettement par personne. Et de mettre la majorité en garde : vision à long terme inexistante (pas de programme comme certaines autres communes permettant une gestion à moyen-long terme ou de faire des simulations), pas d’outils performants pour une commune avec une telle difficulté de gestion.

    Quid de l’avenir ? Si les impôts communaux n’augmentent pas, il faudra alors compter sur un nombre plus important d’habitants pour pallier aux dépenses sans cesse croissantes, ce qui aura pour effet une explosion démographique alors qu’elle est déjà une des plus dense de Wallonie avec toutes les conséquences négatives sur la mobilité et le bien-être dans notre commune. Il faut également raison garder dans certains projets liés à l’infrastructure (piscine, hockey, …) ».

    Au-delà des chiffres et des perspectives futures, on peut surtout souligner que l’intervention de PROXIMITÉ dans ce domaine oblige nos élus à être plus prudents, plus appliqués.


    AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

    Un troisième volet, consacré à l’aménagement du territoire, fut développé, rétroprojecteur à l’appui, par Michel WAUTOT. Son important apport en savoir et expérience tant au sein de PROXIMITÉ que de son asbl Hommes & Patrimoine, dont il est le président, permit à l’assemblée de prendre la mesure du rôle joué par les deux groupes dans l’évolution de dossiers urbanistiques tels que ceux de la Résidence du Lac (ex hôtel Normandy), du PCA de la gare de Rixensart, ou de la rénovation de la Place Cardinal Mercier à Bourgeois.


    ELECTIONS COMMUNALES 2018

    En conclusion, Etienne DUBUISSON expliqua que tout engagement sur le plan communal engendre des sacrifices et équivaut à un bénévolat citoyen. Les difficultés rencontrées ont été surmontées grâce la communication soutenue via les Carnets de Proximité, uniques dans notre commune, à la persévérance de nos membres de la première heure, et à la relève concrétisée par l’arrivée de nouveaux membres motivés. PROXIMITÉ sera donc présent en octobre 2018 aux prochaines élections communales.


    PROXIMITÉ RENFORCE SA PRÉSIDENCE

    Pour préparer PROXIMITÉ à ce troisième défi, le groupe s’adapte et s’organise. C’est pourquoi la présidence du groupe sera renforcée et partagée par Etienne DUBUISSON et Eric de SÉJOURNET. « La coprésidence est un véritable challenge qui exige une parfaite entente et une coordination sans faille. Je suis certain qu’avec Eric cela se fera dans les meilleures conditions », déclara Etienne.

    Quant au nouveau coprésident Eric de SÉJOURNET, il s’adressa aux membres pour les remercier de leur attachement à notre groupement citoyen et à ses valeurs. « Nous remercions Etienne et ceux qui, en 2006, ont lancé un appel à plus d’écoute, plus d’action et plus de transparence. Six ans plus tard, nos 1593 électeurs ont confirmé par leur vote que Proximité avait sa place dans le paysage politique de la commune. Aujourd’hui, nous lançons un appel à plus de démocratie ». Eric plaida en faveur d’un meilleur équilibre démocratique au sein du Conseil communal et présenta quelques nouveaux projets afin de rapprocher PROXIMITÉ des habitants.

    Tous se retrouvèrent ensuite autour d’un verre de l’amitié, bien mérité.

    20161119 Mariage civil Corentin et Diane (Céline Lambiotte fecit) 6 (1).jpgBerna de WILDE d'ESTMAEL

     

     

     

     

     

     

    Thématique | COMMUNICATION, ORGANISATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017