• Relookage du Rixensart Info ?

    Page 11.jpgNous avons appris lors du Conseil communal du 29 juin 2016 que l’Echevin de l’Information prépare une nouvelle présentation du bulletin communal d’information. Quant à la mise en page, elle est dorénavant réalisée intra muros, et non plus par l’imprimeur.

    Aussi, le Conseil communal a-t-il adopté le cahier spécial des charges relatif à l’impression et la distribution du Rixensart Info. Il en ressort que le format (21 x 29,7 cm), la qualité du papier (grammage de 90 g) et le nombre de pages (32 à 40) resteront identiques.

    Six impressions annuelles sont prévues, à concurrence de 10.450 exemplaires. Elles seront complétées de l'impression annuelle (en mai/juin) d'un numéro « Spécial Enseignement » de 20 pages qui sera tiré à 10.300 exemplaires et éventuellement d'un deuxième numéro spécial comportant de 12 à 20 pages.

    La minorité a exprimé le souhait que la commune édite un « Spécial Aînés » et fasse paraître le « Spécial Enseignement » vers Pâques, par exemple, plutôt qu’en fin d’année scolaire.

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Ne cédons pas à la pression foncière (2)

    Dans un communiqué du 21 mai paru dans les Carnets de Proximité et adressé à tous les chefs de groupe,  PROXIMITÉ plantait déjà le décor : le groupe ne cautionnera pas le projet d’échange de m2 sur l’ancien site des Papeteries de Genval (1).

    Lors du Conseil communal du 25 mai 2016 (2), l’Echevin de l’Urbanisme (NAPMR) expliqua brièvement qu’en 2009 la commune avait acquis un entrepôt de 1000 m² et que des pourparlers avaient abouti à une possibilité d’échange contre 3 surfaces d’entrepôts et un local à front de la rue des Ateliers. A la clef … de nouvelles constructions d’appartements dans le quartier.

    L’enjeu est donc de taille, tant en matière urbanistique, de densité que de mobilité.

    Dans une première intervention, PROXIMITÉ a expliqué le point de vue de son groupe et demandé ce que la commune avait fait de cet entrepôt de 1000 m2 acquis en 2009 « pour cause d’utilité publique ». Réponse du Collège : « L’espace, propriété de la commune, sert à entasser divers matériels hétéroclites, sans valeur ni utilité. Nous destinons les ateliers/locaux échangés à des services à la population, tels qu’une maison de quartier, salle polyvalente, … »

    Des projets louables certes, mais peu cohérents avec la décision du Collège qui, il y a à peine cinq mois, refusa une première demande de 23 nouveaux appartements, également sur le site des papeteries. Eric de SÉJOURNET (PROXIMITÉ) s’est rendu sur place et fit part de ses observations : « Vous devriez savoir que l’espace enclavé de 300 m2 est loué à la Ferronnerie GOBAUX, qui ne fermera ses ateliers qu’en 2018. Quant au bâtiment de 248 m2 (qui a une hauteur sous faîtage de 11,75 m), il est dans un état déplorable. Il n’y a ni chauffage ni eau; sous la chape de béton, il n’y a aucune évacuation d’eau; l’humidité remonte le long des murs sur un demi-mètre; le toit doit être entièrement refait. In fine, le bâtiment juste à côté (lot E), propriété de la Ferronnerie Gonzalez, abrite une activité industrielle et un impressionnant pont roulant, incompatibles avec des activités de type événementiel ».

    Après une interruption de séance, la NAPMR proposa d’ajouter à la délibération que le local rue des Ateliers sera destiné à la Maison des Aînés … de quoi prendre l’opposition par les sentiments.

    Le point se termina par un vote majoritairement favorable, la NAPMR étant rejointe par l’UC/PS et LIBERAL.  PROXIMITÉ vota contre, soutenu par ECOLO avec deux votes contre et deux abstentions.

    20160601 ROMAL Claude nb.jpgClaude ROMAL

     

     

     


    ______________
    (1) Eric de SÉJOURNET, Ne cédons pas à la pression foncière (1), in Carnets de Proximité, 21 mai 2016
    (2) Projet de délibération du Conseil communal du 25 mai 2016

    Capture d’écran 2016-06-04 à 14.35.10.jpg

    PHOTOS | ateliers de la Ferronnerie Gobaux mai 2016 © Eric de Séjournet 

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Un verger didactique à Rosières

    Iden,_East_Sussex_(14885277572).jpgLe Conseil communal s’est penché le 25 mai 2016 sur un point indéniablement positif pour le bien-être et l’éducation de nos enfants. Dans le cadre de l’Agenda 21 (1), le Collège a donné suite à la demande introduite par la nouvelle Ecole communale de Rosières de créer un verger didactique.

    L’accent sera mis sur des animations sur les insectes colonisateurs et la sensibilisation aux arbres fruitiers dans un espace spécialement réservé de la nouvelle école. Un des enjeux est « d’apprendre et transmettre aux élèves la base de la vie proche de la nature au travers de la dégustation de fruits récoltés en colation, l’apprentissage et la réalisation de plats à partir des récoltes » (2).

    PROXIMITÉ a salué cette initiative et l’apprécie d’autant plus qu’elle permet l’introduction et la sauvegarde d’anciennes variétés d’arbres fruitiers.

    Un oui unanime conclut le vote de ce point du jour.

    Ce projet fera-t-il des émules dans d’autres écoles de notre entité ?

    20160601 ROMAL Claude nb.jpgClaude ROMAL

     

     

     


    _______________

    (1) Carnets de Proximité, Penser globalement, agir localement, 21 juin 2013
    (2) Ordre du jour du Conseil communal du 25 mai 2016
    (3) photo | Leonard Bentley (Wikipedia Commons)

    Thématique | ENSEIGNEMENT, ENVIRONNEMENT Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • "L'école est bien, mais il n'y a pas de jardin" (mot d'enfant)

    nouvelle ecole vue de la facade arriere.jpg 

    Une importante délégation de parents et ses deux représentants de la nouvelle Ecole communale de Genval-La Bruyère s’étaient déplacés le 25 mai 2016 au Conseil communal afin de remettre officiellement la pétition de 1300 signataires. Ils y dénoncent le manque d’espaces verts et « aimeraient avoir la garantie que leurs enfants grandiront, apprendront, se développeront et s’amuseront dans un écrin de verdure (1) ».

    Rappelons que cette école est devenue la plus importante de notre entité (340 élèves) grâce à la qualité de son enseignement et à son environnement privilégié de cours et jardins.

    Le discours des deux délégués fut précis et percutant, leurs mots soigneusement choisis, chacune de leurs phrases traduisant clairement les souhaits et inquiétudes des parents et enfants.

    Le conseil communal a été sensibilisé par cette action fondée. En effet, nos bambins ont quitté une école vétuste mais entourée de vastes espaces ouverts, jeux et pelouses, pour une autre, certes, moderne et écologique, mais pratiquement exsangue de points verts et dont les jeux en bois, chers à leurs yeux, sont inexistants. PROXIMITÉ a exprimé sa tristesse constatant que le recours à la pétition traduisait un déficit de dialogue entre les autorités communales et les parents (2).

    Si la majorité a tenté de riposter, argumentant tant bien que mal, parfois fermement, ses explications n’ont pas convaincu l’assemblée, laissant petit à petit l’ambiance se tendre. C’est alors que les représentants des parents ont suggéré de garder une partie du terrain occupé par l’ancienne école. Peu pratique de par sa situation à l’opposé de la nouvelle structure, elle a au moins le mérite de proposer une alternative réaliste et peu onéreuse.

    Gageons qu’il y ait une suite positive à cette rencontre.

    20160601 ROMAL Claude nb.jpgClaude ROMAL

     

     

     

     
    _________
    (1) Pétition remise le 25 mai 2016 au Conseil communal
    (2) Ecole communale de Genval, Lettre à la commune (adressée au Bourgmestre et à l’Echevine de l’Enseignement), 24 septembre 2015

    Thématique | ENSEIGNEMENT, ENVIRONNEMENT Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017