• Poirier Dieu : plus d'habitants, moins de mobilité

    20151216 PCAR Poirier Dieu Plan de destination.jpgNotre but n’est pas d’exposer en détails ce plan communal, mais d’en donner les grandes lignes et d’en déduire quelques réflexions.

    Définition

    Un PCA est un plan voulu par la Commune et approuvé par le Gouvernement wallon. Il concerne un endroit délimité du territoire communal. Une fois adopté, il ne peut y être dérogé sauf en cas de révision. Le Poirier-Dieu est dit 'révisionnel', car, dans ce cas-ci, on change la ou les affectations des terrains sur lesquels il va se superposer.

    Situation

    Le PCAR (Plan Communal d’Aménagement Révisionnel) Poirier-Dieu (1) est délimité par le périmètre compris entre les rues de la Bruyère, Mascau, des Volontaires, du Tilleul et du Vieux Chemin de l’Helpe, soit un îlot de 13,14 ha. Dans ce périmètre il y a :

    - le site de l’ancienne société GSK et l’ancien PCAD Poirier-Dieu forment une superficie de 6,49 ha.
    - le site de l’école et les autres terrains totalisent 6,65 ha

    Origine de ce PCAR

    Le site a déjà fait l’objet de plusieurs PCA :

    - 1965 | habitat – laboratoire – artisanat
    - 1986 | révision partielle : agrandissement zone labo et définition du type d’habitat
    - 2002 | révision du plan de secteur : création d’une zone bleue et d’une nouvelle zone d’habitat
    - 2010 | le site se trouve intégralement en zone urbanisable, principalement en zones d’activité économique, industrielle et d’habitat urbain.
    - 2015 | nouvelle révision du plan de secteur à la suite de la disparition de la zone économique et industrielle  

    Composition

    En zone bleue : (services et équipements communautaires) L’actuel bâtiment GSK à front de la rue des Volontaires qui deviendrait la nouvelle maison communale et de ses services, sauf le Service Travaux. Tous les autres bâtiments GSk seront rasés. La MRS (maison de repos et de soins) de 185 lits L’école et les terrains communaux adjacents

    En zone rouge (habitat) : 150 logements, et 15 en plus mis à disposition de la commune. Le nombre de logements a été déterminé en se référant à la densité préconisée pour cette zone (résidentielle dense) dans le Schéma de structure communal : soit 20 à 25 logements à l’hectare.

    En zone verte : les espaces de végétation. La circulation se fera en espace partagé (priorité aux usagers doux). Deux entrées l’une avenue des Volontaires, l’autre rue de la Bruyère. La maison communale aura sa propre entrée, normalement rue du Tilleul.

    Les acteurs

    Il y en a quatre, chacun ayant son point de vue.

    - le Promoteur considère en priorité la rentabilité optimale de son achat.
    - la Commune doit trancher entre : les options de son Schéma de structure, l’aménagement proposé (dans le cas du Poirier-Dieu) par le maître de l’ouvrage, la perspective de rentrées fiscales nouvelles, la pression de la Région à densifier les communes et les propositions des habitants, principalement des riverains.
    - la Région Wallonne considère les implications légales du projet et son adéquation avec sa politique du moment.
    - les Habitants (les riverains) considèrent les désagréments potentiels du projet, puis proposent leur solution pour les réduire.

    Quelques réflexions

    - Lorsqu’un PCA est envisagé, la première démarche à faire est sa présentation aux riverains par la Commune. C’est un élément essentiel afin de dégager un accord sur les grandes lignes. Normalement, une fois l’étude de l’avant-projet lancée, la commune institue un groupe de travail. Il faut y associer le ou les représentants des riverains. Ces deux éléments sont souvent négligés. Après on tentera de réchauffer les plats, mais la méfiance persistera. On ne peut demander aux habitants de connaître toutes les règles d’aménagement du territoire en vigueur dans la Commune, d’où l’importance de déblayer le terrain.

    - Il y a deux éléments incontournables dans un PCA : d’une part le nombre de nouveaux habitants et la mobilité qu’il générera et d’autre part leur impact sur l’ensemble de la Commune.

    - Le Schéma de structure de Rixensart préconise : "Pour assurer une évolution harmonieuse de la Commune, il faut veiller à un juste équilibre entre l’augmentation du nombre d’habitants, le développement des équipements, infrastructures et services, et la protection du cadre de vie. La détermination du nombre optimal d’habitants doit être le fruit d’une réflexion sur l’aménagement des différents quartiers. Pour la prévision de certains équipements ou infrastructures, il est nécessaire de fixer un chiffre global de population. Le nombre de 25.000 habitants peut être avancé, mais en le considérant comme une valeur plafond et pas comme un objectif à atteindre".

    La question est de savoir si le PCAR du Poirier-Dieu répond à ces critères.

    - Population : Nous sommes proches des 22.000. En gros, si l’on ajoute les chantiers en-cours et prévus nous atteindrons les 23.500. Au rythme où, dans la commune, les maisons unifamiliales sont remplacées par des appartements, où les maisons particulières sont divisées et le fait qu’il existe encore quelques vastes terrains, nous risquons d’atteindre, plus vite que pensé, notre plafond. D’où la plus grande prudence s’impose en fixant une densité des logements à l’hectare.

    - Mobilité : Aujourd’hui, les points de stagnation du trafic sont déjà là, sans tenir compte de l’impact des chantiers en-cours. Le fiasco du RER fera persister la congestion du trafic routier qui, lui, ira en augmentant.

    L’avant-projet du PCAR du Poirier-Dieu (2), présenté au Conseil communal de décembre, n’est certainement pas parfait, aucun PCA ne l’est. Si le groupe de travail, qui s’en préoccupe, a déjà engrangé plusieurs améliorations, il devra poursuivre son analyse et aussi tenir compte des remarques objectives qui lui parviendront. Une diminution de la densité semble une option raisonnable.
    (L’idéal, compte tenu des deux points ci-dessus, serait d'une cinquantaine de logements !)

    Aussi, une attention particulière sera portée :

    - Aux zones bleues qui doivent comprendre, comme précisé : Maison communale, MRS, Ecole et ses terrains. Ces zones bleues interdisent de faire du logement. De plus, si la zone bleue hachurée de rouge est maintenue, tout aménagement doit, en cas de changement de sa fonction, continuer à être un aménagement au service des habitants. Les bâtiments rez+3 étages sont situés exclusivement dans les zones bleues, et limités aux bâtiments existants ou qui seront conservés et à la nouvelle MRS.

    - En zone rouge : les niveaux seront des rez+1 (maisons unifamiliales) et rez+2 (appartements), en faisant très attention à la répartition de leurs implantations. Enfin l’aménagement général (construction, végétation, mobilité), donnera un aspect « villageois » à l’ensemble.

    Conclusion provisoire

    In fine, ce PCAR sera acceptable, s’il répond aux options du Schéma de structure qui a défini le caractère de Rixensart comme une commune résidentielle à caractère villageois et aux recommandations formulées ci-dessous :

    1. La densité doit être revue et diminuée. Son calcul doit tenir compte des zones vertes. Celles-ci ne sont pas nommées dans les Options et prescriptions de l’Avant-projet ;

    2. Au groupe de travail en charge du dossier, il serait intéressant d’adjoindre un porte-parole des habitants ;

    3. La zone AB (bleue hachurée rouge) devrait idéalement redevenir bleue. Actuellement le manque de précision concernant une possibilité de projet met en danger l’avenir de cette zone, dont déjà une partie devrait être dévolue à un agrandissement potentiel de l’école. Tout autre projet, au bénéfice de la population, devra rester propriété communale ;

    4. Les rez +3 resteront cantonnés en zone bleue, tout nouveau bâtiment devra avoir une des destinations des zones bleues ;

    5. Dans la prochaine phase de l’évolution de ce PCAR, les points 3.4 « options architecturales générales » et 3.7 « paysages » devront être repris et leurs options être obligatoires pour le maître de l’ouvrage. En résumé il s’agit de la cohérence paysagère de l’ensemble du site, tant au niveau architectural, végétal et décoratif.

    patrimoine,urbanisme,chaumière,lambermont,wautot michel

    Michel WAUTOT

    __________
    (1) Complément à cet article > Plan de destination (+ légende) et plan masse indicatif (+ légende)
    (
    2) Conseil communal du 16 décembre 2015

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Communication communale, mise en oubliance

    20151217 Oubliance.jpgChez PROXIMITÉ la communication est inscrite dans l’ADN du groupe. Selon nous, l’information des citoyens est essentielle.

    A lire le "Rapport annuel 2015" édité par le Collège et l'administration communale, nous déplorons déjà l'absence de rubrique ‘communication’ ou ‘information’. Dans la 'Table des matières', cela saute aux yeux. Pourquoi passer une attribution échevinale sous silence? « Ce n’est pas malice, c’est pure oubliance » (1) pourrait-on entendre.

    Soit. Rappelons quand même que la majorité avait exprimé dans sa Note de Politique Générale 2012-2018, vouloir « améliorer le Rixinfo comme support de l’information au service des citoyens », vouloir « améliorer la lisibilité et la convivialité du site web de la commune, afin qu’il devienne un support important pour l’information citoyenne ».

    Concrètement, à mi-mandat, vous constaterez comme nous que, concernant le Rixensart Info et le www.rixensart.be, les responsables communaux font du sur place. Pire, le site Internet communal enregistre une baisse constante de la fréquentation mensuelle :

    18908 en septembre 2012
    17583 en septembre 2013, soit - 1325 visiteurs (-  7 %)
    14851 en septembre 2014, soit - 2732 visiteurs (- 15 %)
    11291 en septembre 2015, soit - 3560 visiteurs (- 24 %)

    En quatre ans, cela représente une perte de 7617 visiteurs, soit - 40% depuis les élections. A ce rythme, le site sera de plus en plus déserté.

    Et pourtant, en février 2013, on entendait la majorité dire « éviter beaucoup de problèmes grâce à une bonne communication », notamment en « créant un numéro vert » (2). A propos du site Internet, elle nous disait en séance du Conseil communal qu’ « un effort avait déjà été fait mais qu’il était encore insuffisant ». Quant au Rixensart Info, le Collège disait vouloir le « relooker, le rendre plus lisible, plus attractif, plus convivial » (2).

    Dans les faits, les Rixensartois restent sur leur faim.


    © Eric de Séjournet.JPGEric de SÉJOURNET

     

     

     


    __________
    
(1) Dictionnaire de l’Académie Française, 1694

    (2) Conseil Communal du 23 février 2013

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Superficie de Rixensart : 1719 ha, 1750 ha ou 1754 ha ?

    sourire.jpgLa rédaction d’un rapport annuel est un bel exercice de synthèse. La commune de Rixensart s’y attèle chaque année et révèle les tenants et aboutissants d’une gestion communale pluridisciplinaire et complexe. C’est aussi l’occasion pour l’administration communale de présenter son organisation et sa liste exhaustive de faits et de chiffres. Quant à la majorité en place, elle met naturellement en exergue les points forts de sa politique. Laissons aux responsables communaux le soin de vous les communiquer.

    La lecture attentive du rapport annuel 2015 décèle également quelques perles (1). N’y entendez pas malice, celle qui concerne la superficie de la commune de Rixensart vaut le détour. Elle fut partagée le 16 décembre 2015 par Eric de SÉJOURNET (PROXIMITÉ) avec les membres du Conseil communal :

    Suivant votre rapport, la commune comptait 21.941 habitants, soit 90 de plus que l’année précédente. Quant à la rubrique ‘nombre d’hectares’, il est fait mention de 1750 ha … la stabilité par excellence, puisque le rapport le mentionnait déjà en 2014.

    « Mais, où veut-il en venir? » vous direz-vous.

    C’est que, l’Echevin des Finances présentera tout à l’heure le Budget communal 2016 (2). Dans son ‘Tableau des données générales de la commune’, il indique une surface totale de 1754 ha. Un boni donc de 4 ha …

    Je vous rassure tout de suite, je ne demanderai pas de procéder à un nouveau bornage avec les communes voisines. Une simple recherche sur le site Internet communal devrait donc suffire pour en avoir le coeur net.

    Sauf que … www.rixensart.be … avance dans la rubrique ‘Rixensart, Genval et Rosières : histoire, toponymie, …' (3) une troisième superficie : 1719 ha.

    Alors quid ? Retour vers Internet. Wikipedia m’indique 17,54 km2. Comme la fiabilité de Wikipedia n’est pas à 100%, je poursuis mes recherches sur le site du gouvernement fédéral (4). Le ‘SPF Economie, DG Statistique et information économique’ indique que la surface au sol est précisément de 1754,1 ha.

    A l’instar de notre collègue des Finances, ces quelques lignes m’auront permis, certes plus modestement, d’accroître ‘sur papier’ le territoire de la commune : gain 1000 m2. wink

    20151216 Superficie de Rixensart 1754 ha.jpg__________

    (1) CONSEIL COMMUNAL DE RIXENSART, Rapport annuel 2015, p. 222, 16 décembre 2015
    (2) CONSEIL COMMUNAL DE RIXENSART, Budget communal 2016, p. 1, 16 décembre 2015
    (3) COMMUNE DE RIXENSART, Rixensart, Genval et Rosières : histoire, toponymie, ...16 décembre 2015 (rectifié le 17 décembre 2015)
    (4) SPF ECONOMIE, DG Statistique et information économique, 16 décembre 2015

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • J'ai mal à mon commerce de proximité !

    logo_adl - copie.jpgDans le rapport annuel 2015 de la commune, sur un total de 259 pages, sept lignes seulement concernent nos commerçants. Faut-il encore préciser que quatre d'entre elles sont un ‘copier-coller' du rapport de l'année dernière?

    On est dès lors en droit de se poser très sérieusement la question de savoir ce qui est réellement et concrètement fait pour maintenir et dynamiser le commerce de proximité.

    Et pourtant, dès 2009, le Bourgmestre, conscient des difficultés rencontrées par les indépendants, souhaitait une "très longue vie au commerce de proximité, véritablement un pion majeur". 

    En février 2011, le Bourgmestre, toujours convaincu de la nécessité de soutenir nos commerçants, leur « garantit son aide dans toute la mesure des possibilités pour leur permettre de poursuivre et intensifier leurs activités au bénéfice de tous les Rixensartois ».... C'est là que l'incompréhension surgit ! 

    En 2012, le commerce local est totalement oublié dans la déclaration de majorité présentée aux membres du conseil communal. Pourtant, le secteur est en difficulté et souffre des travaux interminables du RER, et de la concurrence des grands centres commerciaux voisins.

    Le groupe PROXIMITE propose alors de re-dynamiser le commerce local par l'entremise d’une Agence de Développement Local (ADL) susceptible d'apporter, avec l'aide de subsides de la Région wallonne, un réel soutien aux commerces de détail. Le Collège promet d'examiner l'opportunité d'une telle structure.

    Et de fait, dans le rapport annuel 2013, il est précisé qu'une étude d'opportunité sur la mise en place d'une ADL est en cours et promesse est faite de remettre les conclusions en 2014.

    Dans son rapport annuel 2014, le Collège mentionne que "l'étude d'opportunité n'a pas encore débouché sur des résultats probants. L'analyse se poursuivra en 2015" et de poursuivre comme les années précédentes,par un parfait "copié-collé" annonçant que "des contacts se poursuivent avec les différents organismes et associations concernés afin de mieux cerner les besoins sur le mode comprendre et agir. Une réflexion est en cours sur les actions à entreprendre pour soutenir les commerçants ». Les mêmes phrases, les mêmes mots vagues mais aucune action!

    En 2015, plus rien. Il n'est même plus question d'une ADL …. et toujours la même phrase des années précédentes : "… les contacts se poursuivent avec les différents organismes et associations concernés" . En réalité, on reste dans le vague le plus absolu sans apercevoir le moindre élément concret.

    En attendant les difficultés des commerces locaux augmentent. Certains disparaissent, les vitrines restent vide et les locaux sont de plus en plus occupés par des services administratifs. Les commerçants se plaignent toujours du manque de contact avec l'autorité communale sauf pour "lorsqu'il s'agit de mettre sur pied une fête communale" ou, et généralement en dernière minute, pour une rare action organisée par l'Union des Classes moyennes. Jamais il ne leur a été parlé d'une ADL.  

    Et cette année, déçus du manque de soutien apporté par la commune, même le Marché de Noël ne sera pas organisé par les commerçants rixensartois.

    Sept lignes, très peu explicites, pour un domaine prétendument aussi important et déjà oublié dans la note de politique générale en début de mandat et qui de surcroît a également fait l'objet de plusieurs messages du Bourgmestre, c'est vraiment très peu, me semble-t-il.

    Espérons que cela ne soit pas le reflet de l'intérêt porté au commerce local.

    agence de développement local,commerce local,question de conseiller,etienne dubuisson,eric de séjournet

    Etienne DUBUISSON

     

     

     

     

    __________
    TITRES DE LA PRESSE > Rixensart : le commerce de proximité en perdition (Le Soir, 11 janvier 2016)

    Thématique | ÉCONOMIE & EMPLOI Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Consultation du citoyen, outil de la participation

    Democratie.pngQuelques mois après les élections communales de 2012, PROXIMITÉ rapportait les déclarations d’intention de la majorité (1). Notre groupe soulignait l’avancée en matière de concertation (2), notamment par la mise sur pied de « groupes de travail ou de commissions communales de façon à ce que les décisions prises soient les meilleures pour Rixensart ». Dans les faits, nous constatons que la majorité produit son effort et s’ouvre à la concertation.

    Quant au concept de la démocratie participative, cher à PROXIMITÉ (voir nos Objectifs 2012-2018), le Collège a franchi le cap en 2014 en organisant des réunions d’information, qu’il compte réitérer. Nous le saluons.

    En effet, « la démocratie participative associe les citoyens au processus de décision de manière indirecte et leur reconnaît un pouvoir de réflexion et de proposition. A travers l’organisation de débats, conseils consultatifs ou forums réunissant les citoyens, les experts et les élus, l’avis de chacun est pris en considération dans la prise de décision » (3).

    Les deux dernières réunions publiques sont de bons exemples.

    Celle organisée à Genval le 10 novembre 2015 a permis au Collège de prendre le pouls des riverains des rues du Tilleul et des Volontaires à propos de la révision du Plan Communal d’Aménagement dit ‘Poirier Dieu’. Ce fut un exercice difficile, vu les enjeux à propos de la densité et de la mobilité dans le quartier. Il fera l’objet d’un débat attendu au Conseil communal du 16 décembre.

    Celle organisée à Rixensart le 9 décembre dernier a permis aux responsables communaux de présenter les différentes options du plan de circulation autour des rues Alphonse Collin, de l’Avenir, de Limal, de l’Augette, de Froidmont, du Cyclone, et Chemin du Meunier. Une quarantaine de riverains étaient venus écouter les propositions du Bourgmestre, échevin de la Mobilité de surcroît. Ces citoyens engagés ont pu présenter les leurs, même sur grand écran ! Un partage apprécié des moyens de présentation audiovisuels. Et, cerise sur le gâteau, le bourgmestre a demandé à la salle de se prononcer à main levée. La décision finale reviendra aux représentants des citoyens qui, sur proposition du Collège, prendront une décision par vote.

    La démocratie participative a sa place dans le débat communal. Nous le défendons. Les autorités communales l’ont mise à l’agenda et s'y exercent. Nos citoyens s’en réjouiront.


    © Eric de Séjournet.JPGEric de SÉJOURNET

     

     

     

    __________

    (1) Collège des Bourgmestre et Echevins de la commune de Rixensart, Déclaration de Politique générale, 18 février 2013 

    (2) Carnets de Proximité, Les intentions de la majorité, 15 mars 2013
    (3) Espace citoyen, L’exercice de la démocratie
    (
    4) Illustration > commune d'Entre-Deux-Guiers

    Thématique | CITOYENNETÉ, COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • CPAS, nouvelles perspectives

    Le Val du Héron.jpgDevant les élus du Conseil communal, le Président du CPAS de Rixensart a commenté le 25 novembre 2015, la note de politique générale préparée par le Centre Public d’Action Sociale pour 2016. Objectif principal : le droit à chacun de mener une vie conforme à la dignité humaine (article 1", de la Loi Organique).

    Malgré un contexte budgétaire difficile, le CPAS de Rixensart continue à proposer ou à développer de nombreux services indispensables non seulement pour les plus défavorisés et les plus faibles de notre population, mais également pour tout citoyen de notre commune qui se retrouverait soit de manière ponctuelle, soit de manière imprévisible, dans une situation d’importante précarité sociale.

    Quelles sont les trois initiatives que compte développer le CPAS à partir de 2016 ?

    1. Ouverture d’un centre d’accueil de jour (1) : c’est un constat, les personnes âgées souhaitent rester le plus longtemps possible à leur domicile, des solutions alternatives à la maison de repos sont demandées. Le CPAS/Val du Héron répond à ce besoin en créant un lieu où les personnes âgées pourront se retrouver, pour prendre un café ou un repas, partager des activités ou simplement discuter et se sentir plus entourées. Les personnes isolées à la maison, pourront s’y ressourcer, avoir des contacts. Sur le plan financier, l'intervention d'un généreux donateur devrait permettre d'atténuer le déficit relativement important de la première année de fonctionnement, dû aux faibles subsides octroyés la première année à un centre de jour.

    2. Création d'un service de médiation de dettes : à l’instar de tous les CPAS de Wallonie, celui de Rixensart est de plus en plus souvent confronté à de nouvelles formes de pauvreté et est amené à venir en aide à des familles confrontées à des difficultés financières. Elles n'arrivent plus à vivre, voire survivre, dignement dans les limites de leur budget respectif (…). En analysant la problématique (…) de nombreux avantages ont pu être mis en avant : proximité des différentes matières et des intervenants, proposition d'un service immédiat et facilement accessible sur le territoire communal, rapidité de traitement et adéquation des solutions proposées, ...

    3. Construction d'une nouvelle crèche, sous réserve de subventionnement. Ainsi, le CPAS devrait pouvoir répondre aux attentes des familles rixensartoises en leur permettant de trouver une place d'accueil pour leurs enfants. Elle devrait être subsidiée notamment par plus de 350.000 euros venant de la Wallonie.

    Quant au budget pour l’exercice 2016, il présente au service ordinaire une prévision de dépenses et recettes (hors facturation interne) s'élevant à 11.502.757 euros, dont un tiers supporté par la commune de Rixensart. Le budget 2016 prévoit notamment des investissements pour la poursuite de la rénovation des logements pour personnes âgées (…) et pour l'achat de matériel et de mobilier pour la maison de repos.

    Gaëtan PIRART, le Président du CPAS de Rixensart, conclut que « le budget 2016 du CPAS de Rixensart se veut être un gage d'une gestion rigoureuse conduisant à la maîtrise des dépenses et à une perception correcte des recettes de façon à garantir la pérennité tant des nouvelles activités que de celles proposées actuellement par l’institution ».

    Tout comme Micheline MARION (PROXIMITÉ) au sein du Conseil de l’Action Sociale, nous avons voté la confiance.

    Etienne DUBUISSON, Michel WAUTOT et Eric de SÉJOURNET

    _________

    (1) Portail Wallonie, Centre d’Accueil de Jour

    Thématique | AÎNÉS, SOCIAL Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017