• Mobilité à deux vitesses ... clap 3ème !

    20130817 Rue de Maleise à Rosières (50 km h) © Eric de Séjournet-011 - copie (1).jpgInitié mi-2013 par Jacques DE WOLF (PROXIMITÉ), le dossier de la limitation de vitesse à 50 km/h rue de Malaise n’est pas prêt de connaître son épilogue (1).

    Pour rappel, les piétons et cyclistes qui se rendent à Maleizen sont confrontés à une circulation automobile qui tolère, en sortant de l’agglomération rixensartoise, des vitesses allant jusqu’à 90 km/h en direction de la Flandre. Par contre, les automobilistes venant de Maleizen et se dirigeant donc vers le Sud sont invités à respecter le 50 km/h jusqu’à l’entrée de Rosières. Deux poids, deux mesures ….

    Logiquement, le 28 février 2015, le Conseil communal vota donc à « l’unanimité l’interdiction de circuler à une vitesse supérieure à 50 km/h, indiquée par le signal C43, sur les voies suivantes : rue de Malaise, entre le carrefour avec la rue de Genval et la limite communale avec la commune d’Overijse » (2).

    Il resta à attendre la décision de l’autorité de Tutelle, seule compétente en la matière.

    Le degré de surréalisme monta d’un cran … à la lecture de la réponse du « Département de la Sécurité du Trafic et de la Télématique routière - Direction de la Réglementation de la sécurité routière ». Le 27 août 2015, ce dernier indiqua qu’il ne pouvait soumettre la délibération rixensartoise avec un avis favorable à la décision ministérielle car … « la ‘rue Malaise’ (sic) est située dans un contexte rural et dégagé, qu’elle n’est bordée quasi d’aucune habitation et que dans ce contexte, aucun élément n’existe pour rendre crédible aux yeux des usagers une telle limitation de la vitesse ».

    Qui plus est, la Tutelle demanda à la commune de Rixensart « de bien vouloir faire retirer cette délibération de votre Conseil communal ». Le Collège s’exécuta sans plus : cf ordre du jour du Conseil communal point II/4.

    Au nom de son groupe, Eric de SÉJOURNET (PROXIMITÉ) réagit : « Nous sommes interloqués par la réponse de la Tutelle wallonne, qui adopte donc le point de vue des automobilistes et ne tient pas compte de celui des usagers faibles, notamment les piétons et cyclistes qui se rendent à Maleizen ». Et de proposer une solution alternative, en soumettant au vote du Conseil communal le texte suivant : « Le panneau F3 se trouvant au début de la rue de Malaise à Rosières et indiquant la fin de l’agglomération de la commune de Rixensart doit être déplacé à hauteur de la Verte Voie, qui est la limite légale de la commune de Rixensart ».  

    La proposition fut adoptée à l’unanimité. Au moins, le dossier reste ouvert, en espérant qu’il ne faudra pas attendre à nouveau un délai déraisonnable pour solutionner un problème pourtant prioritaire : la sécurité des usagers faibles.

    __________

    (1) DE WOLF Jacques, Mobilité à deux vitesses (1), in Carnets de Proximité du 28 août 2013
    (2) de SÉJOURNET Eric, Mobilité à deux vitesses (2), in Carnets de Proximité du 7 mars 2015
    (3) photo > rue de Malaise à Rosières 8.2013 © Eric de Séjournet

     

    Rue de Malaise à Rosières Panneau F3.jpg

     

    Thématique | MOBILITÉ, SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017