• Dorénavant, les aînés seront consultés (2)

    rixensart,conseil consultatif communal des aînés,seniors,cwadelDe l’aveu du Collège, « l’offre de services adaptés aux plus de 55 ans reste faible (1). Il y aurait lieu de développer à cet égard une politique communale des aînés ». C’est chose faite, le Conseil communal a voté le 29 avril 2015 la création du Conseil Consultatif Communal des Aînés (CCCA).

    Dans son introduction, l’Echevine des Aînés a indiqué que l’objectif était de renforcer la participation citoyenne d’une part, adapter la politique communale aux besoins et aux attentes des personnes âgées d’autre part. Et de référer à la composition, au rôle et au fonctionnement de la CCATM (2). On peut déjà regretter que l’échevine n’ait « pas eu le temps de prévenir toutes les associations concernées par le CCCA ».

    Lors du débat au Conseil communal, Eric de SÉJOURNET a rappelé que dans le programme de son groupe, tant en 2006 qu’en 2012, PROXIMITÉ a toujours mis en avant une politique de soutien aux aînés : « Au cours des deux mandats, notre groupe est intervenu à différentes reprises sur ce sujet et insiste depuis septembre 2013 (3) pour la création d’un espace de dialogue et de concertation pour les seniors, notamment un Conseil Consultatif Communal des Aînés ».

    Quant aux autres partis de la minorité, l’UC/PS et ECOLO ont posé la question du rôle que continuerait à jouer la ‘Commission des Aînés’ … La réponse ne fut pas très claire, mais il serait logique qu’elle continue à fonctionner, à savoir comme un club, comme les autres, qui organise des activités pour seniors.

    Dans une seconde intervention, Eric de SÉJOURNET a également insisté sur le rôle représentatif du CCCA, et qu’il ne fallait pas commettre l’erreur de ne prendre appui que sur la Commission des Aînés qui, au fil du temps, et sans statuts connus (4), avait perdu son rôle consultatif. « L’héritage de la Commission des Aînés ne doit pas compromettre l’avenir du nouveau Conseil Consultatif Communal des Aînés », a-t-il répété. Et de référer également à celles et ceux qui, avec une motivation toute citoyenne, oeuvrent dans d’autres secteurs d’intérêt public, comme celui de l'aménagement du territoire et de la mobilité.

    Assurant un rôle fédérateur, le Conseil Consultatif Communal des Aînés intègrera tant des citoyens que des associations, ces dernières devant représenter au moins 50% des membres. Un nouveau machin politique? Il faut espérer que non, car aucun membre du Conseil communal ne pourra faire partie des 15 membres effectifs avec voix délibérative du CCCA.

    Le Règlement d’ordre intérieur du CCCA a été adopté par les élus. Il est consultable dans notre dossier en ligne. Il définit les missions du CCCA, notamment

    - examiner la situation des aînés tant du point de vue moral, que matériel et culturel, 

    - faire connaître les aspirations et les droits des aînés, 

    - fournir aux aînés des occasions d’exprimer leurs opinions et préoccupations,
    
- consulter la population concernée ainsi que les divers groupes et organismes afin de déterminer quelles sont les questions d’actualité.

    Reste encore au Collège à « déterminer les cas pour lesquels la consultation du CCCA sera obligatoire ». Un devoir certes plus ‘politique’, mais prévu par le Code wallon de la démocratie locale et de la décentralisation (CWADEL).

    __________

    (1) Conseil communal de Rixensart, VIII. Affaires sociales point 1 (cfr Projet de délibération, considérant 3), 29 avril 2015
    (2) Commission consultative communale d'aménagement du territoire et de la mobilité

    (3) de SÉJOURNET Eric, Les aînés sont-ils consultés à Rixensart ?, in Carnets de Proximité, 5 septembre 2013
    (4) Le Collège a promis de vérifier l’existence ou pas des statuts.
    (5) photo > avenue de la Sapinière (Rosières) © Berna de Wilde

    Thématique | AÎNÉS Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Exclusion numérique : osons une approche plus globale

    rixensart,nouvelles technologies,formation,seniors« 2 ordinateurs, 2 tablettes, 2 smartphones, 2 gsm subventionnés (…) » (1), c’est la réponse donnée par l’Echevine des Aînés à l’appel à projet (2), sous le titre évocateur ‘Santé des aînés : en mouvement contre l’isolement’. En fait, elle vise « la création d’une classe d’apprentissage des outils de communication spécifiquement adaptée aux aînés ».

    En soi, l’initiative est louable, mais elle manque cruellement d’ambition. Qui plus est, PROXIMITÉ aurait aimé entendre qu'une réflexion préalable avait été menée sur la problématique de la fracture numérique dont souffrent celles et ceux qui, pour diverses raisons, - financières, handicap, manque de formation (3) -, ne savent pas se servir d’un pc et ne peuvent effectivement prendre part aux différents services du web (surfer, envoyer un mail, ...).

    Nous savons qu’en 2012, 20% des ménages belges ne disposaient pas d’ordinateur et 22% n’étaient pas connectés à Internet. C’est ce qui ressort des résultats de l’enquête Technologies de l’Information et de la Communication (TIC)(4). Et la situation n'évolue guère : en 2014, un cinquième de l’ensemble des ménages wallons restait encore en marge de la société de l’information (5).

    Une approche plus globale doit donc être trouvée à Rixensart, car il faut tenir compte de trois fossés numériques : générationnel, social et culturel. Les acteurs tels que le CPAS, D’Clic et la Maison de l’Emploi devraient s’associer au projet et identifier les groupes de personnes qui ont besoin de sortir de l’exclusion numérique, de s'intégrer dans la société de l'information et de participer pleinement aux nouvelles façons de vivre ensemble.

    Quelles pistes suivre ? PROXIMITÉ propose de prendre exemple sur Wavre, Waterloo et Ottignies-Louvain-la-Neuve qui ont déjà créé leur ‘Espace Public Numérique’ (EPN), un concept que la Région wallonne promeut et subventionne (6). « C’est une structure de proximité ouverte à tous équipée de matériel informatique et connectée à Internet. Un EPN offre de l'accès et de l'apprentissage à l'informatique, à Internet et à la culture. Il propose des services diversifiés d'accès, de formation et d'accompagnement, adaptés aux besoins de ses publics ».

    Il en existe déjà 150 en Wallonie, dont 16 en Brabant wallon. Ce sont en tout 1.455 ordinateurs, soit une moyenne de 10 par EPN. Un EPN ouvre en moyenne 25h par semaine; 40 % d'entre eux ouvrent au moins une fois en soirée et le week-end. Par ordre d'importance de fréquentation (6), on y retrouve des seniors, personnes émanant du CPAS, femmes seules, adolescents, demandeurs d'emploi.

    Vouloir c'est pouvoir ...

    rixensart,magasins de nuit,night-shopsEric de SÉJOURNET

     

     

     


    __________

    (1) Conseil communal de Rixensart, 29 avril 2015
    (2) Carnets de Proximité, Nouvelles technologies ... premier pas timide en faveur des +65, 30 avril 2015

    (3) Service Public Fédéral Economie, Direction générale Statistique et Information économique. « La fracture digitale se résorbe. 10% de ménages en plus sur la toile ». In communiqué de presse du 29 octobre 2007.
    (4)
     Service Public Fédéral Economie, Direction générale Statistique et Information économique. « Un PC dans 4 ménages sur 5 ». In communiqué de presse du 11 avril 2013.
    (5) Wallonie Agence du Numérique, Baromètre TIC 2014 de la Wallonie, juin 2014
    (6) EPN de Wallonie
    (7) Illustration > Espaces Publics Numériques (France)

    Thématique | AÎNÉS, SOCIAL Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Lecture pour tous : l’espoir fait vivre

    Bibliothèque communale de Genval 20090728 © Eric de Séjournet (25).jpgPatience et longueur de temps ... Près de 10 ans après sa construction, la Bibliothèque communale de Genval sera enfin dotée d’un ascenseur permettant aux personnes à mobilité réduite (PMR) d’accéder … aux livres pour adultes, à l’étage.

    En effet, depuis fin 2006, les PMR se rendant à la bibliothèque communale à Genval, n’ont accès qu’au rez-de-chaussée et sont quasi contraintes à n’emprunter que les livres pour enfants et les bandes dessinés.

    PROXIMITÉ (1) avait ouvert le débat en 2009 et invité les autorités communales à se pencher sur le problème. En 2010, PROXIMITÉ (2) insista et l’Echevin responsable des bibliothèques répondit : « Un élévateur sera installé dans l’escalier ».

    Trois ans plus tard, la situation n’avait pas évolué d’un iota. Aussi, PROXIMITÉ (3) adressa-t-il en 2013 une question écrite demandant qu’un aménagement raisonnable y soit envisagé au profit des PMR. La réponse du Collège permit quelque espoir : « Lors d’une rénovation et/ou transformation » et, « dans la mesure du possible ».

    In fine, le 29 avril 2015, le Collège accède à la demande légitime des personnes à mobilité réduite et introduit une demande de subventionnement auprès du Brabant wallon afin « d’améliorer l’accessibilité aux services publics par des personnes à mobilité réduite grâce à l’installation d’un ascenseur à la bibliothèque communale ».

    Le Conseil communal a voté cet appel à projet à l‘unanimité. Si la subvention est accordée, les travaux pourraient débuter en « novembre 2015 ».

    rixensart,magasins de nuit,night-shopsEric de SÉJOURNET

     

     

     

    __________
    (1) de SÉJOURNET Eric, Les naufragés de la mobilité, in Carnets de Proximité, 17 septembre 2009
    (2) WAUTOT Michel, Lecture pour tous ... et pour les moins valides aussi, in Carnets de Proximité, 1er mars 2010
    (3) de SÉJOURNET Eric, Moins valides : accessibilité des lieux publics, question écrite adressée au Collège des Bourgmestre et Echevins de Rixensart, 28 février 2013

    Thématique | CULTURE & TOURISME Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Logements sociaux non utilisés en tant que logement : loyer + 40%

    rixensart,logement social,loyerAu Fond Tasnier à Genval, la Commune de Rixensart loue deux logements sociaux et un local, dont le renouvellement des conventions a été présenté au Conseil communal du 29 avril 2015.

    Le logement social du Fond Tasnier 24/2 est occupé par une école de devoirs. « Pourquoi son loyer a-t-il été majoré de 40%? » s’est demandé Eric de SÉJOURNET (PROXIMITÉ). L’Echevine des Affaires Sociales a répondu que « ces logements sociaux sont affectés à d'autres fins que le logement ». 

    Une situation qui fait réagir le conseiller communal se référant d’un coté au manque de logements sociaux et de l’autre à la taxation des propriétaires de logements inoccupés.

    Quant au ‘local’, sis Fond Tasnier 20/1, ce sont 35m2 (plus une cuisine, WC, hall, local chaudière) qui sont loués par la commune et affectés au ‘Babbelkot’ (1). N’ayant plus été revu depuis plusieurs années, le loyer mensuel y passe de 83 euros à 125 euros, soit une augmentation de 50% (2). Dans une deuxième intervention, PROXIMITÉ a posé la question de la fréquence d’utilisation dudit ‘Babbelkot’, sans obtenir de réponse ni de l’Echevine des Affaires sociales, ni de l’Echevin de la Jeunesse, tous deux co-responsables de D'Clic (3). Quant au site Internet de la commune, il diffuse encore aujourd’hui les dates de réunions du Babbelkot jusqu'au 14 juin 2013 (!), laissant sous-entendre qu’il n’y avait plus eu d’activité au Fond Tasnier 20/1 ... depuis fin juin 2013 (4).

    Et Etienne DUBUISSON (PROXIMITÉ) d’insister auprès du Collège afin que le site Internet de la commune soit mis à jour et que toute information obsolète y soit retirée.

    __________
    (1) Babbelkot, soit « l’école des consommateurs (5) qui y (ndlr Fond Tasnier) propose d’apprendre les ficelles pour une meilleure gestion de votre budget et de la vie quotidienne, … tout ça autour d’un goûter et d’une tasse de café »

    (2) Notre Maison, 8 décembre 2014
    (3) Rapport annuel 2014 de la Commune de Rixensart, p. 171

    
(4) voir copie d’écran du site communal (www.rixensart.be), 1er mai 2015
    (5) Rapport annuel 2014 de la Commune de Rixensart, p. 183 : « l’Ecole des consommateurs se réunit une fois par mois, au 33 (avenue de Merode) et aux Charmettes »
.

    Thématique | LOGEMENT, SOCIAL Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017