• Moins valides : accessibilité des lieux publics

    genval,bibliothèque communale,moins valides,question de conseiller

    Inaugurée le 18 novembre 2006, la nouvelle aile de la bibliothèque communale à Genval «aura coûté un peu plus de 1,3 million d’euros, financé sur fond propre vu l’absence de subsides» (1).

    Presque tout a été mis en œuvre afin de donner aux personnes moins valides un accès aisé à la culture : parkings, rampes d’accès, sanitaires adaptés. Sauf que, comme l'a écrit PROXIMITÉ le 17 septembre 2009 (2), les livres pour adultes se trouvent au premier étage … et un ascenseur fait défaut. Résultat ? Les personnes moins valides doivent se contenter de bandes dessinées et de livres pour enfants. Et dans le cadre des travaux inutiles, on peut se demander pourquoi un deuxième accès pour personnes à mobilité réduite a été aménagé à l’entrée ouest ... qui, on ne sait pour quelles raisons, a été condamné.

    Lors du Conseil communal du 24 février 2010, PROXIMITÉ a une nouvelle fois insisté sur le fait que les personnes à mobilité réduite n’avaient pas accès à la salle de lecture pour adultes au premier étage. A la question orale de Michel WAUTOT (PROXIMITÉ), Aurélie Geeraerd (ECOLO), échevin responsable e.a. des bibliothèques, a répondu : «Un élévateur sera installé dans l'escalier» (3).

    Trois ans plus tard, PROXIMITÉ constate qu’aucun aménagement raisonnable, telle une plateforme fonctionnant comme un monte escalier classique, n’y a été réalisé et que les personnes moins valides sont toujours contraintes de rester au rez-de-chaussée et de lire ... des bandes dessinées.

    QUESTION ÉCRITE DE CONSEILLER ADRESSÉE AU COLLÈGE DES BOURGMESTRE ET ÉCHEVINS (4)

    1. Quels devoirs la commune de Rixensart a-t-elle effectués en interne depuis le 24 février 2010 (échevinats des Affaires sociales, des Moins valides, des Bibliothèques publiques)?

    2. Dans la négative, quelles solutions la commune de Rixensart compte-t-elle proposer afin de permettre aux personnes handicapées, voire âgées, d’accéder aisément aux collections de la bibliothèque communale à Genval? Quels délais de mise en place le Collège prévoit-il ?

    3. En général, le Collège compte-t-il établir un plan des aménagements raisonnables à mettre en oeuvre dans les lieux publics de la commune afin de permettre aux personnes à mobilité réduite de participer de façon autonome à la vie culturelle rixensartoise ? 


    genval,bibliothèque communale,moins valides,question de conseiller,eric de séjournet

    Eric de SÉJOURNET

    RÉPONSE DU COLLEGE

    1. Le grand nombre de bâtiments communaux, leurs affectations différentes et leurs situations disparates rendent très difficile un réaménagement complet en vue de mettre ceux-ci systématiquement aux normes à bref délai;

    2. toutefois, lors d’un rénovation et/ou transformation, il est déjà prévu - dans la mesure du possible - d’adapter l’accessibilité des lieux aux personnes moins valides;

    3. plus spécifiquement pour la bibliothèque communale, un ascenseur est toujours prévu; mais ne figure pas actuellement dans les priorités, compte tenu des contraintes budgétaires;

    4. le personnel de la bibliothèque a toujours veillé à prendre toutes les dispositions utiles pour accueillir au mieux les personnes moins valides. En effet, selon le type d’ouvrage demandé, le préposé spécialisé se rend toujours au rez-de-chaussée pour satisfaire les demandes exprimées;

    5. il en va aussi de même pour tous les autres services communaux où les mêmes problèmes peuvent se présenter;

    6. des synergies sont en cours au niveau du complexe sportif, de la piscine communale et des autres clubs sportifs, pour optimaliser l’utilisation de l’infrastructure du complexe pour les personnes moins valides.

    -----

    (1) La Libre Belgique, Plus d’espace pour la bibliothèque communale, 28 novembre 2008
    (2) de SÉJOURNET Eric, Les naufragés de la mobilitéin Carnets de Proximité, 17 septembre 2009
    (3) WAUTOT Michel, Lecture pour tous ... et pour les moins valides aussi, in Carnets de Proximité, 1er mars 2010
    (4) de SÉJOURNET Eric, Moins valides : accessibilité des lieux publicsquestion écrite adressée au Collège des Bourgmestre et Echevins de Rixensart, 28 février 2013
    (5) réponse in extenso 
    du Collège, datée du 2 avril et reçue le 15 avril.

    Thématique | AÎNÉS, CULTURE & TOURISME, MOBILITÉ, SOCIAL Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • 'Handycity', un défi à relever

    handycity,charte,personne handicapée,mobilité réduiteEn 2001, la commune de Rixensart adhéra à la Charte communale de l’Intégration de la Personne handicapée (1). En 2007, elle réitéra son engagement. Et le 27 mars dernier, le Collège a présenté une nouvelle adhésion, «attendu l’impact positif que cette charte peut avoir sur l’intégration de la personne handicapée (2)».

    Peu loquace, Patricia Lebon (NAPMR), Echevine des Affaires sociales, n’a pas jugé bon d’en exposer les antécédents ni d’expliquer les intentions de la majorité.

    Vu ce déficit de communication, Eric de SÉJOURNET (PROXIMITÉ) a donc interpellé le Collège : «Au même titre que 183 autres communes de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rixensart a marqué à deux reprises son engagement en faveur des personnes handicapées. Depuis 12 ans donc, notre commune s’engage dans ce processus d’intégration de la personne handicapée. PROXIMITÉ s’en réjouit, mais s’étonne de ne pas entendre l’Echevine des Affaires sociales exposer les 15 principes de ladite charte, ni de présenter les lignes de force que la commune compte développer en la matière. Pour notre part, faire de la figuration sur la liste des communes signataires ne suffit pas ! PROXIMITÉ rappelle qu'aujourd'hui la commune réitérera pour la troisième fois son engagement ‘à prendre les dispositions nécessaires pour concrétiser les prescriptions énoncées dans la charte, le cas échéant selon des priorités aménagées en fonction des réalités de terrain’. D’où notre question : ‘A l’instar de 54 autres communes lauréates de la Fédération Wallonie-Bruxelles, quels efforts la commune de Rixensart compte-t-elle consentir afin d’obtenir le label national ‘Handycity’ (3), objectif qui coule de source puisqu’il est inscrit dans la charte ?»

    «La commune de Rixensart n’a pas cette ambition», répondit Patricia Lebon (NAPMR) à l’assemblée, et elle évoqua brièvement la bonne volonté de la commune à venir en aide aux personnes handicapées, comme au Val des Coccinelles ou via le service social de la commune.

    Certes, tout effort est apprécié, mais PROXIMITÉ estime que la commune ne peut se contenter des acquis. L‘expérience accumulée depuis les 12 dernières années ne doit-elle pas mener la commune à l’excellence ... et à l’obtention du label ‘Handycity’ ?

    Aussi, PROXIMITÉ invite-t-il les autorités communales à ‘mettre en place les mécanismes de consultation nécessaires pour que les personnes handicapées, leur représentant légal et les associations de personnes handicapées soient consultés et entendus chaque fois qu’un aspect de la politique communale peut, de près ou de loin les concerner’ (4). Concrètement, créer un Comité communal des Personnes à Mobilité réduite, des Seniors et des Personnes handicapées, afin que chacun s’y sente écouté et respecté (5).

     

    -----
    (1) Charte communale de l’Intégration de la Personne Handicapée
    (2) Commune de Rixensart - Ordre du jour du conseil communal, Social, point VI.1, 27 mars 2013 
    (3) Handycity® est un label national qui vise à encourager les communes qui travaillent pour l’intégration des personnes handicapées dans les facettes de la vie communale. Chaque initiative, petite ou grande, peut contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des personnes handicapées, de vie de tout un chacun. Chaque commune candidate à Handycity®, selon ses réalités de terrain, ne s’engage qu’à incorporer, avec un soin particulier, une dimension «personnes handicapées» dans les différents projets concernant l’ensemble de la population. Handycity® est en quelque sorte une reconnaissance des personnes handicapées pour les efforts fournis au quotidien par les communes.  
    (4) Charte communale de l’Intégration de la Personne Handicapée, article 4 
    (5) Le 7 juin 2013, l'Echevin de la Personne à mobilité réduite publie dans le Rixensart Info un article à valeur informative ajoutée que nous vous invitons à lire sur le site Internet de la commune : www.rixensart.be

    Thématique | SOCIAL Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Le budget 2013 sous la loupe

    budget,taxes,impôts,thierry bennertCES NOUVELLES CHARGES A SUPPORTER

    La crise financière, le programme de stabilité convenu par le Gouvernement fédéral avec l’Union européenne pour revenir à l’équilibre budgétaire en 2015, les transferts de compétences à venir dans le cadre de la réforme de l’Etat fédéral, l’endettement structurel de la commune de Rixensart depuis six années, le programme que le Collège souhaite réaliser d’ici 2018, ... sont autant de paramètres qui ont ou auront des répercussions sur les budgets et comptes de notre commune.

    La présentation du budget 2013 par le Collège le 27 février dernier fut donc un exercice de la plus haute importance ... que nous avons analysé de près.

    L’objectif principal étant d’assurer à long terme la viabilité des services aux citoyens, il importe que les autorités communales mènent une réflexion approfondie sur les moyens attribués et leur utilisation.

    LES CHIFFRES ET LEURS CONSEQUENCES

    PROXIMITÉ déplore que le retour à l'équilibre du budget ordinaire ne soit pas en 2013 une priorité de la majorité... Certes, Vincent Garny (NAPMR), l’échevin des Finances annonce un retour à l'équilibre dès 2015 ... mais sans aucune projection pour 2013 et 2014 qui confirment cet objectif.

    Ainsi, la commune compte passer d'un déficit du budget ordinaire de - 209.000 € (en 2011), à - 1.099.000 € (estimé en 2012), à - 780.000 € (estimé en 2013) ... directement à 0 € (en 2015).

    Qui plus est, le déficit ordinaire de 780.000 € (estimé en 2013) reste élevé. PROXIMITÉ estime qu’il s'agit là d'une démarche peu proactive, connaissant les équations difficiles du futur (moins d'IPP car population vieillissante, d'autres charges complémentaires venant du fédéral, digestion des différents investissements...).

    Ce montant de 780.000 € correspond en fait à un déficit de 2,92 % des recettes totales de l’exercice. C’est un effort lourd, d'autant plus difficile à porter qu'il n'aura pas été entrepris en début de législature. De plus, ces déficits récurrents ne sont normalement pas autorisés et doivent faire l’objet d’une demande d’accord à la tutelle provinciale.

    ANALYSE ET INTERROGATIONS

    Le Collège a déclaré ne pas vouloir augmenter la pression fiscale, ce qui est certes louable en soi mais peu réaliste. Vu le lourd héritage des finances publiques rixensartoises, - l’actuel Echevin de Finances écrit d’ailleurs avoir "observé une tendance au déficit structurel pour les derniers budgets présentés au cours de la législature précédente" (1), PROXIMITÉ s’interroge comment la majorité NAPMR réussira à combiner le retour à l’équilibre budgétaire sans passer par l’augmentation des impôts.

    L’heure n’est-elle donc pas aux économies structurelles? Certes, nous notons ainsi un premier léger effort avec la baisse du transfert vers le CPAS, mais la hausse des frais de personnel est considérable sur 7 ans (+ 4,58 % par an chaque année). Pourtant il n’y a pas d'accroissement du personnel et les enseignants ne sont pas compris étant à charge de la Communauté française de Belgique.

    Sans compter les nouveaux projets que la NAPMR ambitionne de réaliser durant cette nouvelle législature et qui, s’accumulant, devront être financés, notamment :

    - la construction d'une Maison de l'Urbanisme sur le site de la Maison communale s’ajoute à celles des écoles communales de Rosières et de Genval, et des locaux pour les scouts à Rosières et Rixensart
    - l’achat de matériel informatique performant s’ajoute à celui de nouveaux véhicules communaux
    - la réalisation d’un nouveau terrain de hockey s’ajoute à la rénovation de la piste d'athlétisme

    De plus Rixensart est plus endettée globalement que ses voisines, en effet la commune est grevée d’une lourde dette financière à long terme de 24 millions d’euros soit 1.090 € par habitant de tout âge ou 2.700 € par foyer. Pour PROXIMITÉ, les efforts de réduction de cette dette sont trop timides.

    CONCLUSION

    C’est pourquoi, PROXIMITÉ s’est abstenu de voter ce budget 2013 en faisant remarquer que le budget communal est à peu près au même niveau qu’en 2006, mais qu’à cette époque il y avait encore des réserves. En six ans, celles-ci ont bien fondu ... Qui plus est, PROXIMITÉ estime que les ambitions de la majorité sont nombreuses et couteuses, mais que l’on ne retrouve pas cette même détermination dans les chiffres puisqu’elle prévoit encore un exercice déficitaire pour 2013. Reste encore à attendre la présentation des comptes 2012, l’heure de vérité pour le Collège.

    budget,taxes,impôts,thierry bennertThierry BENNERT







    -----
    (1) GARNY Vincent, Budget 2013, in Rixensart Info 260 du 29 mars 2013 (p. 11)  

    Thématique | FINANCES Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017