• Bibliothèques rixensartoises : 3818 lecteurs en 2012. Et en 2013 ?

    800px-Livre_Ouvert.jpgDepuis 2004, tout lecteur-emprunteur auprès des bibliothèques s’acquitte d’une participation annuelle à la rémunération des auteurs pour prêt public : 1 EURO pour les adultes, 0,50 EURO pour les moins de 18 ans. A cela, il faut encore ajouter le montant du prêt (1).

    A partir de 2013, les règles sont modifiées. En effet, par l’Arrêté Royal du 13 décembre 2012 (2), la société de gestion des droits d’auteurs (3) a obtenu du Ministre de l'Economie que lui soit versé, par institution de prêt (= bibliothèque), un «montant annuel hors T.V.A. de la rémunération pour prêt public comprenant un montant forfaitaire qui est fixé en fonction du volume de la collection de la bibliothèque» ET «un montant qui est fixé en fonction du nombre de prêts par bibliothèque».

    En exécution de cet A.R., le Collège a proposé au Conseil communal du 30 janvier 2013 de répercuter ces montants sur le lecteur/emprunteur en lui faisant payer pour l’année 2013, 2 EUROS pour les adultes et 1 EURO pour les moins de 18 ans … soit une augmentation de 100 % (4). Suite à une question d’Eric de SÉJOURNET (PROXIMITÉ) le Bourgmestre Jean Vanderbecken a répondu que «le Collège n’avait pas étudié d’autres options que celle-là».

    Aussi, PROXIMITÉ a-t-il signalé que, par ce même A.R., la société de gestion des droits REPROBEL avait obtenu la rétroactivité pour la période de 2004 à y compris 2012, soit pour une collection de plus de 100.000 œuvres, telle celle de Rixensart, un montant de 3000 EUROS/par an x 9 années, soit au total 27.000 EUROS. «Ce sera la collectivité qui prendra en charge ces arriérés», opta le Bourgmestre.

    Poursuivant son interpellation, Eric de SÉJOURNET a souligné un troisième aspect de cet Arrêté Royal, qui, visiblement, n’avait pas été pris en compte par le Collège : «REPROBEL a obtenu une augmentation annuelle d’environ 10 % des montants de base calculés forfaitairement pour 2013 et ce, à partir de 2014 jusqu’y compris en 2017». D’où sa question : «Le Collège majorera-t-il chaque année le droit de lecture de 10% ?» Réponse : «On verra».

    «Le Réseau communal des bibliothèques de Rixensart a enregistré en 2012 une progression du lectorat individuel adulte (+ 3,6%) et jeunesse (+ 1,4%)», souligna positivement Eric de SÉJOURNET. «Aussi, le Collège envisage-t-il de prendre des mesures pour éviter les effets négatifs de cet A.R., notamment sur la fréquentation des bibliothèques, craintes d’ailleurs partagées par le Conseil des Bibliothèques publiques ?» Et le maïeur d’hasarder une conjecture : «Non, car il n’y aura pas de diminution du nombre de lecteurs».

     

    -----
    (1) Dans la section Jeunesse, le prix du livre, de la BD, du périodique et du CD est fixé à 0,20 € ; Dans la section adultes, le prix du livre et du CD est fixé à 0,50 €, le prix de la BD et du périodique est fixé à 0,20 €. (2) publié au Moniteur le 28 décembre 2012
    (3) REPROBEL
    (4) Le point a été adopté par le Conseil communal : 16 votes oui (NAPMR + LIBERAL) et 9 abstentions (ECOLO + UC PS + PROXIMITÉ).

    Thématique | CULTURE & TOURISME Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Le patrimoine de Bourgeois en berne

      avant les élections                                                                 après les élections

    patrimoine,urbanisme,chaumière,lambermont

    PROXIMITÉ dit vrai ! Dans notre dernier dépliant électoral du 9 octobre 2012, notre groupe écrivait à propos du bâtiment sis rue Lambermont 17 à Bourgeois-Rixensart : « La plus vieille maison de Bourgeois va être rasée ». Deux semaines après les élections, pelles et pioches sont entrées en action … la petite ferme basse du XVIIIe, avec son toit coupe-vent, a été abattue.

    Pourtant, début juin 2012, en coordination avec l’asbl Hommes et Patrimoine et les riverains, PROXIMITÉ attirait l’attention des autorités communales sur ce parfait exemple d’un habitat villageois et proposait d’englober la chaumière dans le parc de la maison de quartier de ‘Leur Abri’.

    En séance du Conseil communal du 20 juin, le Bourgmestre s’était même dit « prêt à discuter en groupe de travail de l’acquisition éventuelle (totale ou en partie) de cette propriété par la commune ». Et quelques jours avant les élections, ECOLO répondait à PROXIMITÉ que « le Collège s’était opposé à cette démolition ».

    Certes, le Collège refusa le permis, mais comme nous l’avions prédit (1), le recours introduit par le promoteur a été in fine accepté par la Wallonie. Pourquoi ? En ne mentionnant qu’une seule dérogation au Règlement communal, la motivation écrite du Collège, qui, elle, indiquait aussi des éléments de voisinage et d’ancienneté, était nulle et non-avenue du fait que ces éléments ne portaient pas sur la dérogation officielle. Une façon habile de se débarrasser du problème … et un indéniable manque de volonté politique de vouloir préserver un héritage patrimonial.

    patrimoine,urbanisme,chaumière,lambermont,wautot michel

    Michel WAUTOT

    ----- 

    (1) L’enquête publique à propos de la démolition et de la construction mentionnait une seule dérogation : « l’alignement des deux nouveaux bâtiments n’était pas conforme par rapport à la voirie ». Le recours contre le refus de permis, introduit par le promoteur a de fortes chances d’être accepté, vu les alignements divers des bâtiments voisins.

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017