• Liste 12 : 12 %

    20121014 Etienne Dubuisson, Michel Wautot, Eric de Séjournet (montage).jpg

    La campagne électorale 2012 s’est soldée à Rixensart par un renforcement des forces de centre droit, la NAP/MR obtenant une majorité absolue. PROXIMITÉ la félicite pour cet excellent score.

    Quant à PROXIMITÉ, il conserve ses 3 sièges au sein du Conseil communal. Compte tenu de certains éléments, c’est un beau résultat pour un jeune groupe né il y a six ans à peine et totalement indépendant de tous partis. En effet, en comparaison avec les élections de 2006, nous sommes parvenus à augmenter quelque peu notre nombre de voix (de 1553 à 1593 voix) et à compenser le départ en mars 2012 de Michel Coenraets qui, à lui seul, assurait 28 % des voix de préférence de Proximité. Par ailleurs, 90 % de nos candidats de 2006 ont amélioré cette année leur score personnel.

    J’adresse donc un cordial merci à tous nos candidats et à tous ceux qui nous ont aidés, conseillés et soutenus afin d’obtenir ce beau résultat.

    Grâce à ce mandat renouvelé, PROXIMITÉ continuera à oeuvrer dans l’intérêt des habitants de notre commune.

    Merci à vous !

    Etienne DUBUISSON

     

    RESULTATS DE NOS 27 CANDIDAT(E)S (votes de préférence)

    1 - Etienne DUBUISSON (461 voix, réélu conseiller communal), servir et sécuriser. Administrateur général du Service social de la Défense, conseiller communal, conseiller de la zone de Police, président de PROXIMITÉ.

    2 - Micheline MARION-LEKIME (180), étudier et décider. Enseignante retraitée, conseillère CPAS.

    3 - Eric de SÉJOURNET de RAMEIGNIES (215, élu conseiller communal), partager et communiquer. Conseiller en communication, concepteur-éditeur de VISAGES DE RIXENSART, RÉTRO RIXENSART et OBJECTIF RIXENSART, chargé de communication de PROXIMITÉ, membre de plusieurs associations rixensartoises.

    4 - Didier HELLEPUTTE (190, 3ème suppléant), écouter et réaliser. Gérant indépendant banque-assurance, conseiller communal, vice-président co-fondateur du ‘Val des Coccinelles’, administrateur du Centre culturel de Rixensart et du Syndicat d’Initiative de Rixensart, ancien conseiller CPAS.

    5 - Thierry HUET (210, 1er suppléant), entreprendre et gérer. Industriel secteur alimentaire, ingénieur commercial (UCL), administrateur de l’Union Wallonne des Entreprises (UWE).

    6 - Jane WYNEN-ZELLER (126), écouter et s’appliquer activement. Responsable des Opérations, Affaires Médicales (GSK Vaccines).

    7 - Jacques DE WOLF (95), se dévouer et persévérer. Consultant, délégué à la Régie foncière, responsable collectes de sang à Rixensart.

    8 - Thierry BENNERT (206, 2ème suppléant), s’investir et accueillir. Trésorier de l’UCL, licencié en Sciences commerciales & financières.

    9 - Lucinda AFREIXO (99), anticiper et dialoguer, interprète de conférence, Portugaise, habite la commune depuis 2002.

    10 - Pascal GUELTON (132), écouter et s’entraider. Cadre commercial télécommunications, lic. en sciences commerciales et financières, lic. en commerce extérieur, membre de la Commission communale d’aménagement du territoire et de la mobilité (CCATM).

    11 - Martin DUTRON (111), être prêt et dynamiser. Etudiant en Histoire (UCL), animateur scout.

    12 - Maurine BODART (111), créer et aider. Etudiante en sociologie, active dans le scoutisme.

    13 - Félix JACOBS (94), partager et construire. Architecte.

    14 - Alexandre DUBUISSON (159), s’enthousiasmer et s’engager. Acheteur (grande distribution), chef d’unité au Campagnol de Rixensart.

    15 - Martine CAUSIN (108), passer et tenter le mieux. Educatrice, bénévole (accompagnement de malades et personnes isolées).

    16 - Claudine CLAEYS (109), écouter et conseiller. Pharmacienne, licenciée en science pharmaceutique (UCL).

    17 - Rosine DELHAUTEUR (89, rapprocher et respecter. Mère au foyer, ancienne employée communale.

    18 - Amélie DESGUIN (101), logopède, psychomotricienne et thérapeute en gestion mentale.

    19 - Charlotte ROSSELLE (91), découvrir et réaliser. Enseignante en immersion (néerlandais), licence en langues romanes et agrégation.

    20 - Michel TONGLET (111), comprendre et agir. Ingénieur Industriel ECAM, administrateur-trésorier de l’Association des Oeuvres Paroissiales Saint-Pierre, administrateur du Centre de Planning Familial de La Hulpe-Rixensart-Lasne.

    21 - Sylvie-Anne TERLINDEN (103), préserver et se parler. Secrétaire juridique, passionnée par la nature.

    22 - Nathalie CABY-DUJARDIN (101), être spontanée et persévérante. Professeur d’Education Physique, déléguée Commission Paritaire Locale (COPALOC).

    23 - Mathieu JACOBS (92), construire et améliorer, avocat, licencié en droit et en droits de l’homme.

    24 - Bernadette DEFOIN-BECHOUX (128), rencontrer et relayer. Institutrice dans l’enseignement normal et spécial (retraitée), conseillère des Amis de l’Académie, suppléante à la Commission communale d’aménagement du territoire et de la mobilité (CCATM).

    25 - Christian FRANCART (156), respecter et oser. Président de la Fondation pour la Jeune Entreprise, cadre de direction bancaire retraité, administrateur fondateur de l’Association des Entreprises de Wavre (AdeWavre), président de la Fabrique d’Eglise St André.

    26 - Anne THIRION-THIRY (161), cultiver et s’engager. Assistante de direction, déléguée au conseil d’administration et bureau du Centre Culturel de Rixensart.

    27 - Michel WAUTOT (287, réélu conseiller communal), oser et protéger. Président fondateur de l’asbl HOMMES ET PATRIMOINE, conseiller communal, conseiller du bureau de la Maison de l’Urbanisme du Brabant wallon, vice-président et président da la Commission communale d’aménagement du territoire et de la mobilité (CCATM) (1992 à 2008).

    20121014 Candidats de Proximité montage.jpg
    Détail de leurs résultats sur elections2012.wallonie.be.

    Thématique | ÉLECTIONS Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • La valse des millions

    Dans son dernier dépliant "Osons être heureux!", PROXIMITÉ a diffusé son analyse de la situation financière de la commune de Rixensart, basée sur les données issues de la commune, et en les comparant aux études émanant de la Région wallonne, la Banque Nationale ou Belfius (ex-Dexia, ex-Crédit Communal de Belgique).

    En outre, PROXIMITÉ s’est fait l’écho des propos alarmants du Receveur et du Secrétaire communal, personnes agréées dont la fonction est heureusement encore indépendante du pouvoir politique !

    Le 12 juin 2012, le Secrétaire communal (en fait le Directeur Administratif et Directeur des Ressources Humaines de la commune) fit part de ses remarques à propos du budget communal 2012. Lors de la modification budgétaire n° 2, il écrit : « (...) Le fait de clôturer cette 2ème modification budgétaire, avec un boni global qui reste élevé, ne doit pas masquer le déficit structurel de l’ordinaire à l’exercice propre. Il est évident, comme je le souligne depuis 6 ans, qu’il serait plus sain d’équilibrer les recettes et dépenses de l’exercice propre (...)».

    Le 20 août 2012, lors de la modification budgétaire n° 3, le Secrétaire communal réitère : « (...) J’ai tenu à attirer l’attention sur la nécessité d’équilibrer les recettes et les dépenses à l’exercice propre (déficit actuel : + de 1,5 million d’euros). Il va de soi que la prochaine législature communale devra se soucier de tenter d’atteindre cet équilibre très difficile. Or la réalité démontre que cet objectif ne peut être atteint sans moyens financiers supplémentaires (...)».

    Le 20 août 2012 également, le Receveur communal (en fait le Directeur Financier de la commune) écrit : « (...) Pour l’avenir, il est évident q’un nouvel équilibre entre recettes et dépenses devra être trouvé fin d’assurer la pérennité des finances communales (...)».

    Quelle est la réponse politique de la majorité sortante (NAP/PS/ECOLO) ?

    Dans son toutes-boîtes électoral du 10 octobre dernier, le bourgmestre candidat Jean Vanderbecken (NAP/MR) écrit, sans autre explication, vouloir poursuivre «le maintien du niveau d’imposition». Le même jour, Patricia Lebon (NAP/MR) y consacre une ligne et promet «une gestion financière raisonnable et transparente». La semaine d’avant Vincent Garny (NAP/MR, ex AC), pourtant beaucoup plus loquace en la matière, dit vouloir «gérer la commune de manière professionnelle sur base de finances saines». Quant à son bilan ‘finance’ 2006-2012, la NAP/MR le résume en ces termes : «Malgré la crise bancaire et économique que vous vivons et sans augmenter les taxes additionnelles, la situation financière de la commune est stable avec un boni ordinaire pour le budget 2012 de plus de 5 millions d’euros, un résultat comptable pour l’année 2011 de plus de 3 millions d’euros et un endettement qui est passé de 32 à 22 millions d’euros en 6 années de législature».

    De son côté ECOLO, qui détient depuis 2006 l’Echevinat des Finances et a pu réduire la charge de la dette (remboursement du capital + intérêts dans l’année), présente dans sa rubrique ‘Les finances, le nerf de la guerre’ «une situation financière stable, en boni de 7 millions d’euros, une réduction de 10 millions de l’endettement en 6 ans, des frais de fonctionnement (d’énergie notamment) sous contrôle». Quant au futur, ECOLO «n’envisage pas de hausse globale de la fiscalité communale».

    Et qu’écrit l’UC-PS début septembre 2012 dans son dépliant électoral ? Le mot ‘finance’ y est totalement absent. En cherchant bien ... : «Nos plans d’actions devront rassembler les moyens pour réaliser ce qui doit l’être et respecter les impératifs budgétaires».

    A la lecture de ses éléments, les Rixensartois ne sont-ils pas en droit de se demander pourquoi deux partis de la même majorité avancent des chiffres tellement divergents ? 2.000.000 d’euros de différence ... ce n’est quand même pas négligeable !

    Qui plus est, n’est-il pas inquiétant de constater que les signaux d’alarme émis par l’administration soient ignorés par les politiques et que ces derniers continuent à prétendre que tout va bien?

    En conclusion, PROXIMITÉ regrette que le sujet ‘finance’ n’ait pas été clarifié dans les dépliants électoraux de la majorité sortante, alors que la Région Wallonne propose aux communes le plan ‘eComptes’, une aide à la gestion et à la compréhension des finances locales, tant par les mandataires que par le public, grâce à l’édition de documents clairs et didactiques ... et par conséquent une transparence vis-à-vis des Rixensartois.

    Thierry HUET
    
Etienne DUBUISSON
    
Michel WAUTOT

    Didier HELLEPUTTE
    
Jacques DE WOLF

    Thierry BENNERT
    Eric de SÉJOURNET

    Thématique | ÉLECTIONS, FINANCES Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • CPAS, réinstaurer la confiance

    Dans son dépliant «ENSEMBLE» distribué le 24 septembre 2012, PROXIMITÉ faisait part de ses interrogations sur la gestion politique du CPAS de Rixensart et référait à l’article de LA LIBRE BELGIQUE «A Rixensart, NAP ratisse large», paru les samedi et dimanche 18 et 19 août 2012. Le 24 septembre 2012 était publié, également dans La Libre Belgique, un droit de réponse de la secrétaire du CPAS de Rixensart. Dans un souci d’équité et de transparence, le groupe PROXIMITÉ estime devoir relayer cette information, à titre complémentaire et sous réserve toutefois que les ‘propos tenus le sont sous l’entière responsabilité de leur auteur'.

    « Madame VANDER LINDEN, Secrétaire du CPAS de Rixensart, entend apporter certaines précisions et rectifications quant au contenu de l’article « A Rixensart, NAP ratisse large » paru dans le journal La Libre Belgique du week-end des 18 et 19 août dernier.

    S’il est vrai que la gestion du CPAS de Rixensart pose, depuis plusieurs années, certains problèmes, la responsabilité de ces dysfonctionnements ne peut être attribuée à Madame VANDER LINDEN en raison des problèmes qu’elle rencontre dans ses relations professionnelles avec la Présidente du CPAS, comme le suggère l’article précité.

    En effet, en 2008 déjà, un audit mettait en lumière l’immixtion nuisible de certains responsables politiques dans la gestion quotidienne du CPAS.

    Ce même audit ne préconisait pas formellement la désignation d’un Directeur des ressources humaines, mais soulignait la nécessité de mieux gérer les ressources humaines du CPAS de Rixensart.

    Il fut alors décidé de désigner la belle-mère du fils du Bourgmestre en qualité de Directrice des ressources humaines, alors même que ce lien de parenté ne pouvait raisonnablement être ignoré par l’ensemble des responsables politiques locaux.

    Outre ces problèmes de gestion, des problèmes relationnels sont également apparus entre Madame VANDER LINDEN et la Présidente du CPAS, cette dernière s’immisçant de manière récurrente dans l’exercice des fonctions de Madame VANDER LINDEN, laquelle est, en vertu de la législation, chef du personnel. Cette immixtion fût d’ailleurs constatée, à deux reprises, par un Inspecteur de la Région wallonne, en mai 2007 et mai 2008.

    La secrétaire conteste solennellement s’être rendue coupable d’agression physique et verbale à l’égard de la Présidente du CPAS de Rixensart. Tout au contraire, elle estime avoir été victime d’un telle agression et a, en conséquence, porté plainte à l’encontre de la Présidente du CPAS des chefs de coups et blessures volontaires et de harcèlement.

    Le Conseil de l’Action sociale, semblant prendre fait et cause pour sa Présidente, a alors ouvert une procédure disciplinaire à l’encontre de Madame VANDER LINDEN. Cependant, alors même qu’elle a été entendue par le Conseil de l’Action sociale le 30 mai dernier, force est de constater qu’aucune sanction disciplinaire ne lui a été infligée.

    Par ailleurs, Madame VANDER LINDEN établit une séparation stricte et totale entre sa vie privée et sa vie professionnelle. Le mandat politique dont est titulaire son compagnon est totalement étranger au conflit professionnel qu’elle rencontre en sa qualité de Secrétaire du CPAS.

    Elle ne s’est, en outre, jamais vu proposer de renoncer à son poste de Secrétaire du CPAS de Rixensart moyennant un dédommagement de 500.000 euros, comme l’expose l’article « A Rixensart, NAP ratisse large ». Tout au plus, le bourgmestre lui a-t-il fait savoir que pour préserver une majorité politique fragile, il conviendrait de se séparer d’elle, ajoutant que tout s’achète !

    Madame VANDER LINDEN continue donc à exercer ses fonctions de Secrétaire du CPAS de Rixensart, mue par la volonté d’exercer celles-ci de manière efficiente et impartiale, et consciente de la nécessité de prémunir la gestion du CPAS contre toute immixtion de nature politique».

    Thématique | SOCIAL Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Un "bison futé" cycliste à Rixensart !

    BF à Rixensart.jpgPourquoi chercher midi à quatorze heures ? Lorsqu’un problème se présente, PROXIMITÉ se demande d’abord si celui-ci n’a pas été résolu, totalement ou partiellement, en d’autres lieux.

    Rixensart pourrait s'inspirer avantageusement des exemples de mobilité douce qui, en Flandres et ailleurs, ont déjà fait leurs preuves. PROXIMITÉ propose un plan qui permettrait à notre commune de disposer enfin d’un réseau de voies douces. La solution ? La création d’axes prioritairement destinés aux usagers faibles : piétons, cyclistes … C’est ce que l’on appelle le concept des voiries à « voitures tolérées ».

    Son élaboration se caractérise par une participation notamment de la Région, de la commune, des représentants des usagers faibles, de la police et plus tard des riverains des voiries concernées.

    Quelles sont les étapes à parcourir ?

    - Emmener le groupe de travail sur le terrain, afin de visualiser les réalisations existantes. 

    - Choisir dans sa commune les axes à destinations prioritaires pour les usagers faibles (gares, écoles, installations sportives, administrations publiques, …). 

    - Selon les axes identifiés, repérer les voiries existantes dont le tracé évitera aux usagers faibles d’être confrontés à un trafic motorisé dangereux. 

    - Se concerter avec les riverains concernés par le nouveau tracé. 

    - Sécuriser le tracé avec les aménagements prévus pour les voiries « voitures tolérées ». Ces voiries donnent la priorité absolue aux usagers faibles. La mise en place d’une voirie « voitures tolérées » a comme effet de diminuer fortement le trafic motorisé et de réduire drastiquement la vitesse. Il est évident qu’il n’est pas toujours possible de sélectionner, pour chaque destination prioritaire, un circuit sécurisé. La configuration des voiries d’une commune peut limiter les possibilités. Mais le concept voiries ‘voitures tolérées’ peut toujours être appliquée en partie ou en totalité.

    A titre d’exemple, PROXIMITÉ propose d’emblée un itinéraire sécurisé qui mènerait les cyclistes et les piétons de Bourgeois à la nouvelle Gare de Rixensart ou aux écoles du Centre et de Sainte-Agnès.

    - emprunter le Ravel à partir de la Chaussée de Lasne jusqu’au rond-point du Centre (piste cyclable existante) 
    - emprunter l’avenue de Merode jusqu’à l’avenue Montalembert (piste cyclable existante) 
    - tourner à droite dans l’avenue Montalembert (aménagement sur 80 mètres), puis à gauche dans l’avenue du Rond-point 
    - voiries avenue du Rond-point - rue du Monastère - avenue Reine Astrid = voiries ‘voitures tolérées’ 
    - déboucher rue du Monastère, via celle-ci : 2 possibilités

    > vers la gare et la rue des Ecoles par la rue du Monastère, Place de la Vieille Taille, la rue Boisacq (aménagement piste cyclable sur 50 mètres) et la nouvelle rue vers la gare, qui rejoint aussi la rue des Ecoles. 
    > vers la gare via la rue Reine Astrid.

    La mobilité peut être douce, efficace et économique … également à Rixensart.

    27 WAUTOT Michel 9.2012 © Francis Floor.JPG
    Michel WAUTOT

     

    Thématique | MOBILITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Mobilité ... les Rosiérois ne baissent pas les bras !

    Bus-001.jpgNOS PROPOSITIONS A LA COMMUNE

    Suite à la diminution des services fournis par De Lijn (voir Carnets de Proximité du 26 mars 2012) et les suggestions émises par les Rosiérois le 18 juin 2012 (voir Carnets de Proximité du 24 juin et 20 juillet 2012), le Comité de Quartier constitué pour la restauration de la mobilité à Rosières a adressé, le 28 août 2012, une lettre au Collège demandant :

    1. l’aménagement d’un passage piétonnier sécurisé rue de Maleise entre la Ferme de Woo et la limite du territoire d’Overijse.

    2. de permettre la rencontre d’un ou deux membres délégués du Comité de Quartier avec un responsable communal délégué par le Collège, afin d’étudier toutes les ouvertures possibles, de choisir les actions à mener et de travailler ensemble à leur réalisation.

    3. de prendre ou reprendre contact avec les chaînes de distribution alimentaires pour une future installation sur le territoire de Rosières d’un commerce de proximité afin de combler les désagréments actuels.

    A ce jour, aucune réponse ne nous est parvenue de la commune ...

     

    NOS PROPOSITIONS A PHILIPPE MATTHIS

    Contact a aussi été pris avec Philippe Matthis, candidat aux élections provinciales et ... président du conseil d’administration du TEC Brabant wallon. Au nom du comité de quartier, je lui ai fait part de nos démarches et des trois propositions des Rosiérois afin de restaurer les services de transport en commun.

    1. La mise en place par les TEC d’une ligne Wavre – Bierges – Rosières-Saint-André – gare de Genval. Cette solution devrait permettre aux usagers d’y prendre une correspondance et de se rendre, soit en train à Rixensart ou à Etterbeek, soit en bus (ligne TEC 366) à La Hulpe et à Ixelles.

    2. L’extension de la navette « Boucle Rosières » par les TEC. Cette solution, dont le coût devrait être pris en charge par la commune, permettrait aux personnes sans voiture de faire leurs courses à Genval ou Rixensart

    3. Un arrêt du Conforto Bruxelles-Louvain-la-Neuve à hauteur de Rosières.

    En date du 4 octobre (rapidement donc), le candidat Philippe Matthis nous répondit en ces termes :

    1. «Votre première proposition n’est pas faisable techniquement» (1)

    2. «Votre deuxième idée est possible si la commune de Rixensart l’accepte comme l’a fait Waterloo»

    3. «Votre troisième suggestion n’est pour le moment pas possible vu les restrictions budgétaires imposées à notre Tec BW»

    Le résultat est donc plus que décevant ... mais on ne baisse pas les bras !

    7 DE WOLF Jacques 9.2012 nb © Francis Floor.JPG

     

     

     



    Jacques DE WOLF

    Thématique | MOBILITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • L'audience de Proximité

    Audience Carnets de Proximité.jpgLors de sa création en 2006, PROXIMITÉ ouvrit, comme tous les autres groupes politiques d’ailleurs, un site Internet classique. Les élections terminées, les Rixensartois attentifs constatèrent que la plupart des partis s’étaient rapidement inscrits aux abonnés absents, délaissant leur communication post-électorale. Hormis un remerciement poli figeant trop longtemps les écrans ... au point d’en brûler les pixels, quels furent les partis qui réalisèrent leurs promesses d’information et d’ouverture ?

    En parcourant les dépliants électoraux de 2006, vous constaterez, par exemple, que le chef de file de la NAP promettait «transparence et communication avec tous les citoyens» et «la fin du dialogue de sourds. Il faut créer de nouveaux outils en phase avec le siècle de la communication». Vaine promesse !? Six longues années plus tard, le réveil de la NAP retentit à nouveau ... au printemps 2012, postant depuis quatre notices sur son site. Le plus étonnant est le fait que la NAP copie en toute illégalité des articles de presse protégés par les droits d’auteur. Qui plus est, à deux semaines des élections, la liste du bourgmestre sortant n’y a toujours pas présenté son programme électoral.

    Pendant tout ce temps, PROXIMITÉ ne s’est pas croisé les bras. Depuis les bancs de la minorité, il est resté attentif à tous les dossiers importants pour les Rixensartois et a transformé en 2007 son site classique en blog ... un concept mieux adapté à l’information en continu.

    Notre politique de communication est récompensée par des résultats encourageants, l’audience de nos carnets de PROXIMITÉ en ligne ne cessant d’augmenter. Merci à nos lecteurs !

    © Eric de Séjournet.JPG 
    Eric de SÉJOURNET

    Thématique | COMMUNICATION, ÉLECTIONS Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017