• Didier HELLEPUTTE, un conseiller communal motivé

    Elections 2006 018-002.jpgCe 28 mars 2012, Didier HELLEPUTTE a prêté serment comme nouveau conseiller communal. Il monte en ligne pour le groupe PROXIMITÉ et prend la relève de Michel COENRAETS (voir nos Carnets de PROXIMITÉ du 15 mars 2012).

    Didier HELLEPUTTE n’est pas un inconnu des Rixensartois puisqu’il est arrivé en 1981 dans l’entité de Genval en tant que gérant de deux agences du Crédit Communal (jusqu’en 2001).

    « Dès mon arrivée, j’ai voulu m’impliquer dans ma commune », explique-t-il, « notamment en tant qu’administrateur du Syndicat d’Initiative et du Centre culturel de Rixensart. Très vite, j’ai pris goût à la vie communale de Rixensart et c’est grâce à Yvonne Londoz que j’ai fait mes premiers pas en tant que conseiller CPAS et ce, durant 6 ans ».

    D’autre part, Didier HELLEPUTTE s’est toujours senti concerné par tout ce qui a trait à la personne handicapée. « Avec tous les autres administrateurs du « Val des Coccinelles », nous avons mis dès 1989 tout en œuvre pour créer une maison pouvant héberger une quinzaine d’handicapés mentaux adultes légers à modérés. Ce n’est qu’après 21 ans que le projet a enfin été réalisé en 2009 avec le concours des autorités communales ». Aujourd’hui, il assume la vice-présidence de cette nouvelle asbl communale.

    Actif en tant qu’indépendant, il dirige une agence bancaire et gère un portefeuille d’assurances à Watermael-Boitsfort. Il est membre du Rotary de Genval.

    « Co-fondateur du groupe PROXIMITÉ en 2006, je m’implique également dans la vie politique locale, mon but étant de développer une action communale réaliste via l’écoute des citoyens et la transparence dans mon travail ».

    Didier HELLEPUTTE (63 ans) est marié depuis 36 ans et a trois enfants de 34, 29 et 27 ans. Et la grande-paternité le comble : une petite-fille et bientôt deux.

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Réduction de la mobilité des Rosiérois

    de lijn,ligne 345,rosières,bierges,hoeilaart,wavreBientôt, les habitants de Rosières-Saint-André seront confrontés à un nouveau problème, celui d’une réduction de l’offre sur la ligne 345. En effet, cette ligne de transports en commun desservie par nos frères du Nord relie Bruxelles à Wavre en passant par Hoeilaart, Rosières et Bierges. Selon De Lijn, elle subira de profondes modifications dictées par des restrictions budgétaires.

    Certes, des pourparlers sont en cours entre chauffeurs et syndicats, mais la direction a coupé court aux rumeurs et répète que la décision est prise : les samedis, dimanches et jours fériés le bus ne roulera plus au-delà de Maleizen et, du lundi au vendredi, De Lijn appliquera un horaire réduit matin, midi et soir.

    Après avoir subi la transformation du dernier commerce de proximité en accueil pour la petite enfance, les services aux Rosiérois sont une nouvelle fois revus à la baisse, les privant cette fois de se rendre en transport en commun vers les derniers commerces accessibles de Wavre, Hoeilaart et Bruxelles.

    Quant à Rixensart et Genval, ces entités ne peuvent être rejointes que quelques heures par jour, comme déjà souligné dans les Carnets de PROXIMITÉ le 27 septembre 2010 et rappelé le 25 février 2012.

    Des lettres ont été adressées à notre Bourgmestre et à nos élus communaux, toutes restées à ce jour sans réponse.

    En attendant, les habitants se concertent sans oublier ceux d’Hoeilaart et de Bierges qui aiment également se rendre à Wavre. Un comité de quartier s’est constitué afin de centraliser au mieux les témoignages : pour les internautes, jacques.dewolf@skynet.be, pour les autres la librairie Calipresse s’est proposée ‘boîte aux lettres’.

    A partir du 16 avril 2012, Rosières sera encore un peu plus coupée du monde.

    de lijn,ligne 345,rosières,bierges,hoeilaart,wavre

     

     

     

    Jacques DE WOLF

    Thématique | MOBILITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Tournage à l'avenue des Combattants

    DSC_4369.jpgConseil Communal du 28 mars 2012 - Question de PROXIMITÉ

    Ce 21 mars 2012, les habitants de l'avenue des Combattants à Genval ont été avertis par une firme privée "que pour des raisons de sécurité, la circulation sera interdite de 9.30 à 23.00 entre la rue du Vallon et la place communale ".

    Dans sa communication (reprise ci-dessous), cette firme a soin de préciser la raison de la fermeture de cette avenue et prie les habitants "de bien vouloir respecter les interdictions de stationner" qui seront mises en place le lendemain, jeudi 22 mars 2012.

    L'utilisation privative de la voie publique fait normalement l'objet d'une demande écrite adressée au Collège communal quinze jours avant la manifestation et nécessite l'autorisation de l'autorité communale.

    Questions adressées au Collège

    Pouvez-vous nous dire:

    • si l'autorisation d'utiliser cette artère communale au profit exclusif de cette firme privée a bien été demandée et acceptée par le Collège communal ?
       
    • s'il n'est pas plutôt de la responsabilité et du devoir de l'autorité communale d'avertir elle-même les habitants de ses décisions en la matière plutôt que d'en laisser le soin au demandeur ?
       
    • quels sont les frais de personnel ou autres qui ont été engagés par la commune pour cette opération ?
       
    • si la commune a été dédommagée par cette firme privée et à concurrence de quel montant ?

    Etienne DUBUISSON Voorzitter van  Proximité-1.jpgEtienne DUBUISSON

     

     

    Avis aux riverains.jpg 

    Cliquez sur le document pour l'agrandir.

    Thématique | MOBILITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Merci Michel !

    20060903 Proximité candidats (13).jpgAprès plus de quarante sept ans au service de notre commune, Michel Coenraets, m’a tout récemment fait part de sa volonté de présenter sa démission de Conseiller communal de Rixensart « pour laisser sa place de Conseiller à un plus jeune qui pourra s’intéresser à la gestion communale avec une perspective de plus long terme ».

    Depuis de très nombreuses années, Michel a mené successivement différentes carrières professionnelles extrêmement riches en tant que Manager et entrepreneur. Ingénieux, il a créé lui-même sa propre entreprise, actuellement de renommée mondiale. A l’âge ou d’autres songent à la retraite, il fait preuve d’une éternelle jeunesse en souhaitant redynamiser une nouvelle société afin de répondre une fois encore à sa soif insatiable de créer et de défendre de l’emploi en Belgique, en Wallonie et au sein de sa commune.

    Infatigable, Michel Coenraets a par ailleurs également mené de front une brillante et enviable carrière politique. Ancien Sénateur, ancien Bourgmestre de Rixensart, il a derrière lui un actif et une impressionnante expérience de vie politique. Au niveau communal, fidèle à l’esprit de PROXIMITÉ, il a toujours eu, tant dans la majorité que dans l’opposition ou la minorité, comme « objectif, de soutenir toutes les initiatives et toutes les décisions qui lui semblaient positives pour la Commune, la population, sa qualité de vie, son économie, son avenir en faisant totale abstraction de toute motivation ‘politique’ ».

    Jusqu’à la fin de son mandat et encore tout récemment, Michel s’est battu avec acharnement pour créer, sauvegarder et promouvoir l’emploi dans le cadre du rachat par la commune du site GSK de Genval.

    Après cette belle carrière, jalonnée de bons conseils pour ses « jeunes » colistiers, Michel a souhaité se retirer avant les prochaines élections communales tout en souhaitant à son successeur « de trouver chez PROXIMITÉ les mêmes amitiés et le même bonheur que celui qu’il a eu durant ces cinq années de collaboration au sein de la minorité du Conseil. ».

    Aujourd’hui, nous ne pouvons que remercier Michel Coenraets pour son exemplaire engagement politique et professionnel, ses conseils avisés, son expérience partagée avec patience et sa sagesse toujours bonne conseillère. Ce retrait de la vie politique, nous n’en doutons pas, ne sera pas pour lui un refuge calme et tranquille car d’autres projets s’annoncent pour lesquels nous lui souhaitons pleine réussite.

    Merci Michel pour ton engagement et bon vent !

    Etienne DUBUISSON Voorzitter van  Proximité-1.jpgEtienne DUBUISSON

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Lettre ouverte au Bourgmestre ...

    Monsieur le Bourgmestre,

    En reprenant place au sein du Conseil Communal suite aux élections de 2006, je me suis fixé l’objectif de soutenir toutes les initiatives et toutes les décisions qui me semblaient positives pour notre Commune, notre population, sa qualité de vie, son économie, son avenir … en faisant totale abstraction de toute motivation ‘politique’.

    Même si notre groupe PROXIMITÉ n’était pas membre de la majorité, nous avons convenu de toujours œuvrer dans ce même sens de service à la Communauté en nous présentant, non pas comme groupe d’opposition, mais bien comme groupe de la minorité décidant en toute liberté de voter vos budgets, une grande part de vos projets et les refusant si nous les trouvions peu acceptables.

    Plus de 5 ans sont passés, les élections Communales approchent à grands pas, et comme je l’avais déjà prévu en 2006, je crois souhaitable de laisser ma place de Conseiller à un plus jeune qui pourra s’intéresser à la gestion Communale avec une perspective de plus long terme.

    En conséquence, je vous présente ma démission de Conseiller Communal de Rixensart en vous proposant de fixer la date de prise d’effet de ma décision à la veille de la prise en charge de mon suppléant.

    Je vous remercie de la bonne suite que vous réserverez à ma décision ; je tiens aussi à vous assurer que mon intérêt pour notre Commune, depuis ma première nomination à Rosières en 1964 reste inchangé.

    Recevez, Monsieur le Bourgmestre, l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

    20060903 Proximité candidats (13).jpgMichel COENRAETS

     

     

     

     

    Document original : http://static.skynetblogs.be/list/126141/documents-pdf-en-ligne/1627456199.pdf

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Intérêt majeur : l’emploi à Rixensart

    Emploi Tilleul.jpgLettre au Bourgmestre de Rixensart à propos du projet d’acquisition de l’ancien site de GSK Genval (cf décision de principe prise lors de la réunion de Conseil Communal du 29 février 2012)

     

    Monsieur le Bourgmestre,

    En juillet 2011, dès l’annonce de mise en vente du site GSK de Genval j’ai, comme vous, marqué un grand intérêt à l’achat de cette propriété par la Commune.

    Par ma note datée du 22 août 2011, je vous ai remis ainsi qu’à mes collègues de groupe les motifs portant mon intérêt pour l’acquisition de ce complexe de 7 500 m2 de bâtiment sur un terrain de 4,5ha au cœur de notre commune : je notais :

    'Intérêt majeur : l’emploi à Rixensart'. En effet, l’arrêt des activités de GSK à Genval a fait perdre à notre commune 300 emplois, il est du 'devoir' du pouvoir communal d’essayer par tous les moyens de retrouver ces emplois, d’attirer des candidats entrepreneurs, et leur offrir des surfaces de bureaux et d’ateliers répondant à leurs besoins.

    Pour aider à faire évoluer ce projet dans ce sens, j’ai pris divers contacts avec les responsables du développement économique du Brabant Wallon, l’IBW, Nivelinvest, l’UCL…. L’IBW m’a aussi confirmé ses contacts avec vous et son intérêt pour l’acquisition d’une partie du site pour nous aider à retrouver nos emplois.

    De votre côté, vous avez marqué dès le départ un très grand intérêt d’acquisition du site pour y rassembler le maximum de services communaux, le regroupement permettant une meilleure coordination et un appréciable gain de rendement des services. Sur ce sujet, par la même note du 22 août 2011, je notais 'Soyons attentifs avant d’attribuer un nouveau local à une activité communale, cela n’apporte ni en emploi, ni en finance, seulement parfois en service' !

    Lors de chacune des réunions que j’ai eues avec vous, avec mes collègues du Conseil depuis 8 mois à ce sujet j’ai répété 'on a perdu 300 emplois, on doit tout faire pour les retrouver' et la seule façon de faire est d’acquérir le complexe, de prendre la main pour diriger le projet de relance de l’emploi sur le site, avec l’IBW pour cette partie là, avec un autre pour ceci, nous-mêmes pour cela et il nous restera encore des disponibilités pour nos besoins école, services communaux, sport, mouvements de jeunesse, ….

    Au fil des mois, j’ai senti que ma façon de voir, 'priorité à l’emploi', gagnait du terrain et que les projets de grands déménagements –rassemblement chers à la direction de nos services communaux s’estompaient. Lors des réunions des représentants des divers groupes de notre Conseil communal que vous avez organisées les 7 et 14 février, nous avons évoqué l’importance des coûts en perte de temps et en frais pour tout déménagement de services communaux et la difficulté d’en faire une évaluation correcte. Ce n’était pas en cette période de crise que l’on pouvait se lancer dans de telles aventures ! Aussi, il a été convenu qu’aucune décision n’était prise d’un quelconque déménagement de service communal, mais que en acquérant l’ensemble du site nous aurions toutes les possibilités : structure emploi, accueil entreprise, services communaux, sport, école etc.

    C’est sur cette base que lors de la réunion du 14 février, après avoir eu réponses à nos questions et spécialement à celle relative au coût du financement, l’ensemble des représentants de groupe ont marqué leur volonté d’achat du site à un prix très mesuré, compte tenu des frais d’aménagement à prévoir et du temps à prévoir pour réaliser la relance des activités.

    Certains ont marqué leur décision avec enthousiasme, d’autres avec certaines réticences mais en finale, chacun des participants a pris part à la fixation du prix offert, prix déposé dans un total consensus, avec la seule condition demandée au Collège : en cas de décision positive du Conseil Communal de réaliser l’acquisition, le collège s’engage à revenir devant le Conseil pour tout projet d’exploitation du site.

    C’est sur cette condition de base que la décision d’acquisition devait être présentée au Conseil Communal du 29 février, et c’est dans ce sens que vous avez présenté le projet aux Conseillers devant le public intéressé. Malheureusement, le dossier administratif remis aux chefs de groupes du Conseil et le projet de délibération se présentaient de tout autre façon. Dans ces documents, on reprenait tous les projets des services communaux en oubliant presque totalement l’intérêt de base 'acquérir pour avoir la main afin de trouver les partenaires permettant de retrouver les emplois perdus'.

    Cette présentation administrative anormale par rapport à la décision du 14 février, et qui a induit plusieurs votes d’abstention, m’a amené à vous demander publiquement lors de la séance du Conseil du 29 février de retirer l’ensemble des paragraphes 'considérants' inclus dans le projet de délibération pour s’en tenir simplement aux paragraphes des 'décisions' et celle-là incluait la décision de revenir devant le Conseil en fonction de l’avancement du projet.

    Vous avez accepté ma demande de retrait des 'considérants' et c’est sur cette base que je me suis joint à la Majorité, comme promis, pour voter l’acquisition du site GSK de Genval en espérant que notre offre puisse aboutir dans le large consensus Communal que vous avez recherché dès juillet 2011, comme il convient pour un projet de cette envergure, si important pour l’avenir économique de notre commune et de ses habitants.

    En vous remerciant de votre attention, recevez, Monsieur le Bourgmestre, l’assurance de mes meilleurs sentiments.

    20110526 Réunion plénière du printemps nb (10).JPGMichel COENRAETS
    Conseiller communal
    Ancien bourgmestre

    Thématique | ÉCONOMIE & EMPLOI, GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Achat de GSK Genval : le coup de poker

    GSK4.JPGAcheter à GSK son site de 4,5 hectares (entre la rue des Volontaires et la rue du Tilleul) avec ses 13.500 m2 de bureaux, locaux, restaurant, entrepôts, ses espaces verts et ses parkings, avait en juin 2011 mis l’eau à la bouche du Collège. PROXIMITÉ était également preneur mais sous réserve de la réalisation d’une série de conditions.

    Huit mois plus tard, le Collège proposait à l’ordre du jour du Conseil communal du 29 février 2012, une offre d’achat de 4 millions d’euros pour l’achat du site. GSK en demande 7.9 millions, et le Service Public Fédéral des Finances estime le bien à 7,3 millions.

    Présenter une offre nettement inférieure tient du coup de poker, mais cela peut parfois réussir. C’est vrai que le coup est tentant. A un point tel qu’au sein de notre groupe, les avis ont été partagés. Michel Coenraets estimait qu’à ce prix là il fallait faire offre et qu’avec la participation de l’IBW, un pôle d’emploi pourrait être créé.

    Quant à moi, j’étais initialement séduit par l’opportunité d’acquérir une réserve foncière et par la création de nouveaux emplois. Mais, sur base du dossier remis par le Collège en février 2012, je me suis abstenu. J’ai remis au Collège la justification, ci-dessous, afin de l’acter :

    Justification d’un vote d’abstention

    J’ai fait remarquer tout l’intérêt que le groupe PROXIMITÉ, et moi-même, avions manifesté à l’annonce en juin 2011 du projet d’achat de ce site et cela, en fonction des possibilités qu’il offrait. Je me suis pourtant abstenu pour les raisons suivantes (en résumé) :

    • Depuis juin 2011 et jusqu’à ce jour, les possibilités de financement et de partenariat sont restées inchangées dans leur état de suppositions
    • Dans le dossier nous remis, il n’y avait qu’un rapport de circonstances de Monsieur le Secrétaire communal. Sur base de celui-ci, le Collège a émis une série de considérants n’évoquant que des possibilités, essentiellement celles du déménagement des services communaux • Dans le dossier ne se trouvait ni plan financier, ni projet d’accord de partenariat privé-public, ni projection des impacts sur la commune d’un tel achat
    • En cette période où une crise spéculative de grande ampleur sévit, il m’a semblé ne pas pouvoir donner mon accord sur ce projet vraiment intéressant, compte tenu du risque lié à son état non-structuré et à la conjoncture et, dès lors, de faire courir un risque financier à nos concitoyens
    • Je suis le premier à regretter de n’avoir pu voter positivement et j’espère que la conjoncture vous donnera raison, si votre offre d’achat est acceptée.

    Michel Wautot (PROXIMITÉ)

    Ce dossier (*) remis par le Collège démontrait clairement qu’aucune vraie négociation de la Commune avec différents partenaires publics ou privés n’avait été menée … pour une mise en route d’un projet global dès l’achat conclu. Seule l’IBW répétait qu’elle pourrait, - pour autant qu’elle puisse compter sur un financement, sur un accord régional …, participer au projet. L’énoncé du 4e considérant du Collège est clair : « La commune envisage une possibilité d’acquisition partagée avec un partenaire extérieur, telle une Intercommunale ».

    Par contre, ledit dossier mettait l’accent sur les possibilités du transfert de TOUS les services communaux vers Genval. De plus, nous avons relevé que le Collège envisage


    • Le transfert d’une partie du CPAS (actuellement rue de Messe), du service des Travaux (actuellement Colline du Glain)
    • La vente de biens communaux comme par exemple : la Maison de l’Emploi (avenue de Merode), l’ancien Colruyt (rue Boisacq) ou le site de la Colline du Glain
    • Un autre avenir pour le Château du Héron, l’actuelle maison communale
    • la création, sur le nouveau site, d’un terrain de hockey, éventuellement transformation d’un hangar en salle polyvalente (si le service des Travaux restait à la Colline du Glain)

    Certes, il est plus agréable de se retrouver dans des installations plus modernes, mais alors que la crise financière sévit, nous ne voyons pas l’intérêt de « recentrer » tous les services communaux vers un lieu ‘décentré de la commune’, de ‘décentrer’ une partie du CPAS, alors qu’après sept années de chantier, le nouveau bâtiment du CPAS (près de la Maison communale) va enfin être terminé. Quant à la création d’une salle polyvalente ou de nouvelles infrastructures sportives, cela demande une large concertation.

    Qui plus est, imaginons que GSK accepte l’offre ‘coup de poker’ de la commune … acquérir ce site engendre automatiquement des charges, aujourd’hui encore non chiffrées, notamment

    • les évacuations
    • les transformations obligatoires et les autres
    • les coûts d’entretien
    • les frais de déménagement
    • la période de non–occupation en attendant qu’un Plan Communal d’aménagement soit approuvé (deux ans en moyenne)

    Quant à l’IBW, elle vient de terminer de gros investissements à Louvain-la-Neuve. Quid si elle ne prenait pas de participation dans le site GSK de Genval ?

    Et si la crise perdurait ou même s’aggravait ?

    Selon ma conception, un élu se doit de voter positivement tout projet visant à améliorer le cadre de vie des Rixensartois. Certes, il doit aussi pouvoir prendre des risques, mais pour autant que ceux-ci ne mettent pas en péril le bien-être des citoyens. Au vu de la conjoncture actuelle, j’estime que ce projet manque de clarté et de certitudes : la prudence est de mise.

    Michel Wautot (Proximité).jpgMichel WAUTOT

     

     

     

    -----

    (*) Chronologie ‘GSK rue du Tilleul’ : cliquez sur 'Lire la suite' ci-dessous

    Lire la suite

    Thématique | GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017