• Le Val du Héron

    Le Val du Héron.jpg 

    La situation au Val du Héron reste difficile pour les résidents et le personnel. Gérée par le CPAS de Rixensart, cette maison de repos et de soins (MRS) peut accueillir théoriquement 85 personnes. Toutefois, à cause des travaux interminables, seuls 78 pensionnaires y sont logés, dont 14 sont toujours isolés au 3° étage de l’ancien bâtiment. Ces derniers ont la possibilité de faire appel au service de télé-secours …

    La communication avec cette aile séparée et avec celles du nouveau bâtiment reste compliquée : l’accès, par exemple, par le sous-sol, n’est pas de tout repos. L’ascenseur principal qui permet l’accès au restaurant et aux chambres, est tombé plusieurs fois en panne durant le mois de mai et a entraîné certains jours, une situation quelque peu chaotique : les résidents ne pouvaient descendre et le personnel s’est mobilisé pour apporter les repas dans les chambres. Un tout grand bravo à tous les membres du personnel qui venaient même en dehors de leurs heures de travail et avec des membres de leur famille pour aider les résidents.

    Le bruit des marteaux-piqueurs, les couloirs interminables, les problèmes d’ascenseurs, tous ces éléments ne contribuent pas au bien-être que les personnes âgées peuvent souhaiter dans une maison de repos. Ces dernières se sentent isolées et le personnel, frustré du fait qu’il ne peut exécuter correctement son travail, n’a même plus le temps de les écouter.

    L’accumulation des problèmes a entraîné un surcroit de travail et de fatigue pour le personnel. De nombreux certificats de maladie ont été remis ces dernières semaines et deux démissions importantes ont été enregistrées : l’infirmière en chef (remplacée depuis) et une infirmière. Un troisième temps-plein infirmier arrive en fin de carrière au mois de juin.

    Au cours d’un des derniers Conseils du CPAS, le nouveau directeur du Val du Héron nous a exposé son évaluation de la situation et envisage des pistes pour optimaliser la MRS : engagement d’une aide soignante supplémentaire, d’un ¾ temps infirmier de nuit, d’un ½ temps assistante sociale, de personnes mises au travail sous contrat d’article 60, d’ étudiants. Appel a aussi été fait à des bénévoles notamment pour aider aux déplacements des personnes pour les repas. Quant aux infirmières, la MRS en cherche toujours ....

    Concernant le Comité du Val du Héron, PROXIMITÉ avait demandé a plusieurs reprises sa tenue mensuelle. A chaque fois, la réunion du comité avait été annulée ... en dernière minute. Aujourd’hui, enfin, les conseillers du CPAS ont reçu le procès-verbal de la dernière réunion de mars 2010 (!). PROXIMITÉ se doit de positiver et insiste pour que, main dans la main, les responsables et les politiques rixensartois essayent ensemble réellement de trouver des solutions à toutes ces difficultés, dans l’intérêt des personnes âgées et de ceux qui les soignent.

    val du héron,maison de repos et de soins,mrsMicheline MARION

    Thématique | AÎNÉS, LOGEMENT, SOCIAL Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Rixenfant, premières impressions

    crêches
    Rixenfant 2009 © Eric de Séjournet

    Depuis le 16 mars dernier, je représente le groupe PROXIMITÉ en tant que membre Expert au Conseil d’administration de l’asbl Rixenfant avec voix consultative, en attendant d’être nommée Administrateur avec voix délibérative. J’ai déjà assisté à l’Assemblée générale ordinaire, à deux Conseils d’administration et fait une visite des bâtiments de l’asbl.

    Je me suis attelée à apprendre les rouages de cette asbl créée en 2002 à l’initiative de la Commune de Rixensart en partenariat avec le CPAS et l’Intercommunale Sociale du Brabant Wallon (ISBW).

    A ce jour, l’asbl gère trois structures d’accueil : le Couffin, le Landau et le P’tit Nid, toutes trois implantées dans un même bâtiment sis aux Charmettes et générant une capacité totale de 63 places, toutes occupées.

    Le Couffin et le Landau sont deux maisons d’enfants existant pour l’une, depuis 2002 et pour l’autre, depuis 2007. Le P’tit Nid est une halte d’accueil existant depuis 2007. La halte d’accueil, contrairement aux maisons d’enfants, offre un accueil limité dans le temps lorsque une famille en éprouve le besoin pour des raisons sociales, médicales, professionnelles ou autres.

    Le projet éducatif de Rixenfant, alimenté par des formations individuelles et collectives et des réunions d’équipe me semble de qualité et très positif. Madame Patricia Lebon s’y implique avec enthousiasme et estime qu’il faut toujours pouvoir se remettre en question, tant sur le plan du personnel que de la gestion financière. Et gérer trois structures différentes sous un même toit n’est pas chose aisée !

    Le personnel représente 80 % des dépenses, les 20 % restants étant des charges, des achats et des amortissements. L’asbl accusait pour l’année 2009/2010 une légère perte de 16.533 euros ce qui est une amélioration certaine par rapport aux 38.822 euros de l’année précédente.

    Au niveau des subsides, la majorité de ceux-ci proviennent de la commune, ensuite par ordre décroissant, de l’Aide à la Promotion de l’Emploi(APE),du Programme de Transition Professionnelle (PTP), de l’Intercommunale Sociale du Brabant Wallon (ISBW) et, in fine, de l’Office National de l’Emploi (ONEm).

    La participation financière mensuelle des parents est basée sur leurs revenus nets. Une réduction est accordée aux familles nombreuses ainsi qu’aux familles dont deux enfants sont accueillis dans une même structure.

    Le montant de toutes ces participations n’arrive cependant pas à la moitié des charges du personnel.

    Afin d’essayer de réduire les dépenses matérielles et au niveau des commandes d’alimentation, un groupe d’administrateurs effectue pour le moment une étude comparative des prix entre différents fournisseurs.

    Invitée par la Directrice, j’ai visité le bâtiment qui abrite Rixenfant. Suivant l'historique de l'asbl, ce bâtiment construit en 2006, "a été réfléchi et réalisé dans le concept des règles du développement durable et dans le concept de basse consommation d’énergie".

    Quand on l’observe de l’extérieur, le bois qui habille la façade verdit déjà à divers endroits et le bâtiment va, à mon avis, vite vieillir. Il est vrai que deux grands arbres accolés au bâtiment sont probablement responsables d’une partie de cette dégradation.

    Quand on pénètre à l’intérieur, l’impression première est une impression de lumière et de modernité mais au fil de la visite, on se rend compte que le bâtiment est plus esthétique que pratique pour la fonction à laquelle il est destiné. Et je ne suis pas la seule à le penser : trop d’escaliers à monter et à descendre, perte de place due à l’architecture, étage sacrifié par rapport au rez-de-chaussée, chambres exiguës et peu ventilées, mini buanderie sans fenêtre, entretien et accès aux fenêtres difficiles, résonance, …

    Retenons surtout que le but premier de Rixenfant est l’enfant. L'asbl met "l'enfant au centre du projet éducatif et à chaque groupe d’enfants, correspond une équipe de puéricultrices qui leur assure un maximum de sécurité tant affective que matérielle. Les parents sont et resteront toujours les premiers éducateurs de leur enfant. C’est pourquoi, la communication entre l’équipe de l’asbl et les parents est un outil déterminant dans le partenariat qui les lie".

    J’espère pouvoir vous confirmer cela d’ici quelques mois après avoir approfondi ma connaissance de Rixenfant. Par le biais d’une maman les représentant au Conseil d’administration, je serai particulièrement attentive à écouter les parents.

    crêchesBernadette de WILDE d'ESTMAEL

    Thématique | PETITE ENFANCE, SOCIAL Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Activités policières en 2010

    zone de police,mazerineQui connaît vraiment la Zone de police de la Mazerine ? Chaque année, ce corps de police au service des Rixensartois rédige un important rapport d’activité que PROXIMITÉ a décortiqué pour vous en quelques lignes.

    La zone est dirigée par un Commissaire divisionnaire et gérée par un Collège composé des bourgmestres de Lasne, La Hulpe et Rixensart ainsi que par un Conseil dont les conseillers sont issus des différents Conseil communaux. Depuis janvier 2011, le Collège et le Conseil de la zone sont présidés par le Bourgmestre de Rixensart, alternance oblige.

    Le cadre administratif, logistique et policier de la zone Mazerine prévoit un effectif théorique total de 117 personnes réparties sur quatre sites : un par commune et un site central qui sera bientôt inauguré à la ‘Table du Quinze‘. En réalité, il y a lieu de compter en permanence une moyenne de 10 ‘équivalents temps plein’ qui, comme dans toute entreprise ou administration, sont indisponibles pour diverses raisons (absences pour motif de santé, accidents, détachés, pause carrière, réduction du temps de travail pour convenance personnelle, etc). Notons que la commune de Rixensart dispose actuellement d’un cadre de 17 agents de proximité, Lasne de 11 et La Hulpe de 8.

    D’emblée, il nous semble important de relever le problème majeur auquel la police de la Mazerine et les services de secours en général sont confrontés depuis plusieurs années. En effet, le réseau de communication radio 'ASTRID’ connaît d’importantes déficiences dues à un manque de relais. Pourtant, il est indispensable pour assurer un fonctionnement optimal et coordonner les activités de secours et d’urgence. L’intention annoncée de notre Bourgmestre d’installer prochainement une antenne supplémentaire sur le château d’eau de Genval devrait résoudre définitivement ce problème.

    Notons que si notre commune est depuis 2003 la principale touchée par la criminalité au sein de la zone, les vols dans les habitations sont en baisse de 24 % par rapport à 2009 et de 49 % par rapport à 2007. Par contre, on enregistre à Rixensart une augmentation sensible du vol de véhicules (+ 36 %) en 2010 par rapport à l’année précédente.

    Relevons encore, dans notre zone, au niveau des arrestations que les faits d’ivresse publique totalisent à eux seuls 23 arrestations, que 21 arrestations était prononcées durant la même période pour vol ou tentative de vol qualifié et que les faits de violence pour coups et blessures ont nécessité 24 arrestations judiciaires en 2010 (9 en 2009 !).

    Il y a malheureusement lieu de constater une hausse importante de la violence en général qui n’épargne pas non plus notre police dans le cadre de ses missions. Rien que pour la violence intra familiale, alors que 93 faits étaient constatés en 2005, on totalise 245 faits constatés en 2010 qui, sans exceptions, touchent toutes les classes sociales de la zone.

    Le rapport 2010 relate également le nombre beaucoup trop important de PV établis suite aux excès de vitesse. C’est ainsi que le radar de la Rue Royale comptabilise à lui seul et en un an 3247 PV pour excès de vitesse !

    Pour terminer, nous nous contenterons de présenter à votre réflexion quelques chiffres qui parlent d’eux-mêmes puisque durant cette année 2010, la police a rédigé pour l’ensemble de la zone un nombre impressionnant de PV dont :
    - 265 pour faux - escroquerie - abus de confiance
    - 626 pour stupéfiants
    - 416 pour vols avec violence – extorsion
    - 169 pour coups et blessures
    -  79 pour faits de mœurs
    -  82 pour protection de la jeunesse

    A travers ces quelques lignes, nous n’avons pu relever toutes les responsabilités de notre zone de police : aspects éducatifs de la jeunesse, l’aide aux victimes, enquêtes judiciaires, les renforts au niveau fédéral, …. Notre intention était tout simplement d’attirer votre attention sur l’action de ce corps de police et de son personnel qui travaillent pour vous, 24 heures sur 24.

    Certes, certains aspects de la sécurité relèvent de la responsabilité de tout un chacun. Cela demande un effort constant pour améliorer notre sécurité à tous : excès de vitesse, sécurité en général, violence, alcool, .... PROXIMITÉ se veut aussi être à l’écoute de vos interrogations en la matière. Nous vous invitons à les transmettre par courriel à etiennedubuisson@hotmail.com.

    20110526 Réunion plénière du printemps nb (1).JPGEtienne DUBUISSON

    Thématique | SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Pour qui roule la Régie foncière ?

    La Régie foncière photo Stilfehler nbc.jpgLa Régie foncière est un service communal qui met à la disposition des citoyens des logements à loyer modéré.

    Elle agit en conformité avec l’arrêté ministériel portant exécution de l’arrêté du Gouvernement wallon du 19 juillet 2001 relatif au programme communal d’actions en matière de logement. C’est ainsi que des critères d’accession aux logements ont été définis. D’une part, les candidats locataires disposeront d’un revenu mensuel net global inférieur à 2.500 euros augmenté de 250 euros par enfants à charge. Le montant du loyer ne pourra pas représenter plus du tiers du revenu mensuel net global. D’autre part, les candidats doivent avoir des attaches avec la commune de Rixensart et ne pas être propriétaire d’un logement.

    Le parc immobilier de la Régie foncière de Rixensart compte actuellement un peu plus de 70 logements répartis sur les sites de Rosières et Genval :

    - Genval : la résidence du Parc (avenue Normande), les Tilleuls (rue de Rixensart) et le Vallon (rue du Vallon).

    - Rosières : Rosier Bois (rue Rosier-Bois et place Ardelle) et les résidences du Grand Fory (rue de la Hulpe 97) et du Petit Fory (rue de la Hulpe 99).

    A ceux-ci, il faut encore ajouter 2 appartements à Froidmont et 1 appartement au Fonds Tasnier (Notre Maison) pour placement temporaire … à ne pas confondre avec un logement ‘de transit et d’insertion’.

    Depuis la première réunion du Conseil de la Régie, le 22 mars 2007, il s’est tenu 17 réunions du Conseil et 29 réunions du Bureau. Ces réunions se déroulent dans une ambiance conviviale.

    - Le Conseil de la régie comprend 20 membres régulièrement informés des travaux réalisés et chantiers en cours.

    - Le Bureau comprend 6 personnes qui sont consultées à propos des travaux d’aménagement ou de remises en état, des attributions de logements, des projets futurs ainsi que de la situation des locataires en retard de paiement.

    Parmi les réalisations, je citerai la rédaction du règlement d’ordre intérieur et la remise en état du Petit Fory (rue de La Hulpe). Ajoutons encore aux acquis, la transformation de 3 anciens magasins en centre d’accueil pour la petite enfance. Celui-ci accueille provisoirement la crèche ‘La Ribambelle’ du CPAS, l’asbl communale Rixenfant assurant la relève par la suite.

    Un problème récurrent concerne les retards de paiement. En effet, si le produit des locations est estimé à € 450.000 par an, il faut constater qu’en date du 28 février 2011, 13% des loyers étaient en retard de paiement. Des rappels et procédures sont effectués à la requête du Bureau.

    Quant aux projets, j’avancerai le réaménagement du site de l’ancienne Ecole des Garçons de Genval, la réhabilitation d’un appartement dans le bâtiment dit ‘La Perche’, les accords de partage avec la société de logements ‘Notre Maison’ ou encore l’acquisition de logements qui seront construits sur le site des anciennes Papeteries de Genval.

    Si équité et transparence sont les maîtres-mots pour l’attribution des logements à loyer modéré, la commune de Rixensart regrette dans son dernier rapport annuel la mise à l’écart du pouvoir local. En effet, suite au décret de la Région wallonne modifié en juillet 2008, ce dernier ne peut plus participer aux Comités d’attribution. Conséquence : à Rixensart, les autorités communales ne savent plus répondre à la demande actuelle de logements émanant de sa propre population. Un comble quand on sait que depuis plusieurs législatures, la commune a investi pour favoriser l’accès au logement de ses habitants.

    Jacques DE WOLF20110526 Réunion plénière du printemps nb (45).JPG

    Thématique | LOGEMENT, SOCIAL Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017