• 8 orateurs proches de vous

    réunion plénière d'automne

    La séance plénière d’automne de PROXIMITÉ a réuni ce jeudi 7 octobre 2010 de nombreux  sympathisants venus écouter les élus et délégués de notre groupe à propos de l’évolution de la vie politique à Rixensart.

    Etienne DUBUISSON, Roland PIETERMANS, Michel COENRAETS, Pascal GUELTON, Michel WAUTOT, Pierre DETRY, Didier HELLEPUTTE, Nathalie CABY ont, dans leur domaine de compétence, donné un compte-rendu de leur action, ouvrant le débat sur les thèmes porteurs tels que

    • La liste des doléances des habitants de notre commune à propos du manque de considération des problèmes soumis, de l’état des routes, de la non-propreté, de l’insécurité routière, ou encore de l’absence d’écoute ou de réponse de la part de l’autorité communale
    • L’aménagement du territoire et la mobilité
    • Le RER et le PCA de la gare de Genval
    • Les objectifs de la commission de Prévention de Proximité
    • La situation budgétaire communale
    • Les travaux de la commission paritaire locale de l’enseignement
    • La trésorerie de Proximité

    réunion plénière d'automne

    Sans oublier que l’actualité rixensartoise est également rythmée par celle des scouts et guides des 16ème et 24ème unités, dont l’installation dans de nouveaux locaux était attendue pour septembre 2010.

    Discussions, propositions, idées ont encore longtemps résonné pendant les ‘prolongations’ : le buffet et le verre de l’amitié.


    Eric de SÉJOURNET

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Scouts et guides sans abri ?

    scouts,guides,mare aux loups'Le plein air est le véritable objectif du scoutisme et la clef de son succès', disait Baden-Powell. Certes, mais depuis un an, les scouts et guides des 16e et 24e unités de Rixensart attendent patiemment d’être relogés et ne voient toujours rien venir. Qui plus est, 'aucun parent n’est tenu au courant de l’évolution du projet', déplore Etienne Dubuisson (PROXIMITÉ) qui, le 29 septembre 2010, a interpellé le Collège sur le retard et le manque d’information.

    Chronologie


    - 25 septembre 2009 : Le Bourgmestre prend un arrêté de police interdisant d’accéder au site de la Cure de Sainte-Croix et des Buissonnets ; la sécurité et la salubrité publique ne peuvent plus y être garanties.
    - 14 octobre 2009 : Le Collège signe d’une part, une première convention avec l’asbl Comité scolaire Sainte-Agnès et d’autre part, une seconde convention avec les unités scoutes et guides des 16e et 24e BW.
    - 28 octobre 2009 : A l’unanimité, le Conseil communal ratifie les mesures prises par le Collège. Le Bourgmestre promet la construction rapide de nouveaux locaux et déclare publiquement espérer présenter ce dossier au Conseil communal de novembre 2009 afin de voir ce problème résolu pour septembre 2010.
    - 25 novembre 2009 : PROXIMITÉ regrette l’absence de ce point à l’ordre du jour du Conseil communal et demande au Collège de rassurer les nombreuses personnes intéressées par ce dossier. Toutefois, aucune assurance n’est donnée et l’évolution du dossier n’est pas abordée.
    - 16 décembre 2009 : Un cahier spécial des charges relatif aux travaux de construction de nouveaux locaux destinés aux mouvements de jeunesse est présenté et accepté par le Conseil et transmis au service ‘marchés publics’.
    - janvier, février, mars, avril, mai 2010 : silence radio !

    - 26 mai 2010 : A défaut de nouvelles, PROXIMITÉ demande de connaître l’évolution du dossier. Le maïeur fait savoir que 5 ou 6 demandes du cahier spécial des charges ont été adressées à la commune mais qu’une seule offre - par ailleurs attrayante - a été déposée. Il demande aux différents groupes du Conseil de participer à un groupe de travail.
    - juin, juillet, août, septembre 2010 : silence radio !

     

    Aujourd’hui, PROXIMITÉ souhaite savoir

    • pourquoi ce dossier n’est toujours pas mis à l’ordre du jour du Conseil ?
    • pourquoi le Conseil n’est toujours pas tenu au courant de l’évolution de cet important dossier ?
    • pourquoi le groupe de travail n’a jamais été convoqué ?
    • pourquoi les parents de près de 300 enfants sont, au moment de la rentrée, laissés dans l’ignorance ? Réponse

    'Je reconnais que Monsieur Dubuisson a raison dans ses reproches. Les délais n'ont pas été tenus. A ma décharge, le premier appel d'offres n'a entraîné aucune réponse. Tandis que lors du second, une seule société s'est manifestée. Mais elle ne dispose pas encore de l'agrément pour souscrire à un marché public. Cela devrait se débloquer dans les prochains jours. Toutes ces péripéties ont retardé le dossier'.

    Prudent, le bourgmestre ne veut plus donner de date … exceptée celle de la réunion publique d’information au profit des riverains de la Mare aux Loups, prévue le 13 octobre 2010 à 18h30 sous la verrière de la Maison communale. Là ... le dossier ne fait pas l’unanimité.

    Quant à la situation actuelle des deux unités scoutes, la commune loue trois locaux à l’école Sainte-Agnès, rue de l’Eglise. La convention d’un an se termine le 14 octobre, écrit Xavier Attout dans L’Avenir. 'Nous n'avons pas l'assurance qu'elle sera renouvelée', note Jean Vanderbecken.

    Thématique | JEUNESSE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • La vision politique de PROXIMITÉ de notre cadre de vie (2)

    urbanisme,densité,village à caractère résidentiel,lotissements

    Lotissements - Grandes parcelles et Plan d’ensemble

    Ces deux intitulés impliquent des projets ayant une certaine ampleur. Leurs réalisations entraînent un impact certain sur l’environnement. Lorsque les lotissements ou grandes parcelles sont mal organisés, ils constituent un des éléments les plus déstructurant du paysage ou du bâti d’une commune.

    A Rixensart

    Ces deux types de projet font l’objet d’un certain nombre de mises en garde, hélas incomplètes et de surcroît disséminées dans une série de documents, tels que Schéma de Structure Communal (SSC), Règlement communal d’Urbanisme (RCU), Déclaration environnementale (DE), dont un seul, le RCU, a un pouvoir contraignant. Il est évident que cet éparpillement n’est pas de nature à rendre les choses limpides en leur donnant une force contraignante indispensable. Une fois encore ce manque de rigueur peut semer la confusion au détriment tant des citoyens que de l’environnement.

    Nous n’avons pas d’objections à laisser ces notions dans ces différents ouvrages, mais il est par contre primordial de regrouper tous ces éléments et d’en faire un chapitre clair et exhaustif dans les objectifs généraux du RCU. Le RCU étant un document auquel on doit se conformer.

    Exemples de principes disséminés :

    - La déclaration environnementale parle de certaines mesures d’aménagement pour les nouveaux lotissement: aires de jeu, gain énergétique, espace public, … (mais sans précisions)

    - Le Schéma de structure énumère une série de conseils basiques, mais qui permettent aussi de réaliser le modèle du lotissement traditionnel. On y trouve également des conseils sur ce qu’il faudrait faire ou les vigilances à avoir, mais ils sont sans force contraignante, comme autant de vœux pieux qui n’engagent à rien.

    On peut y lire aussi :

    Il faut qu’il y ait au moins 2 hectares pour qu’ il y ait plan d’ensemble
    Eviter les quatre façades, le découpage homogène, les ghettos…
    Organiser le bâti autour des lieux de référence

    - Le RCU, concernant les lotissements, reprend la notion de cohérence de l’espace public et de gain énergétique et recommande de consulter la Commune pour tout projet de grande dimension ou dans toutes situations particulières.

    Tout cela part de bons sentiments, mais l’aménagement du territoire n’est pas une affaire de sentiments !

    PROXIMITÉ a proposé l’amendement ci-dessous. Amendement rejeté comme les autres. Celui-ci sous prétexte que tout ( ! ) se trouvait dans les textes.

    - Regrouper dans un chapitre du RCU les textes cités dans les différents documents. Eliminer les redondances
      Afin de rendre contraignantes ces dispositions

    - Organiser le bâti à partir d’un ou de plusieurs espaces publics.
      Ceci afin de donner une cohérence à l’habitat en rapport avec une commune villageoise et résidentielle

    - Abandonner les alignements monotones des parcelles au profit d’une découpe plus homogène aux décrochements variés

    - Veiller à l’orientation

    - Implanter des aires de jeux et des espaces de détente.
      Grâce à l’espace dégagé par un regroupement des habitations

    - Tracer des sentiers internes et en liaison avec les espaces voisins.
      Circuit de voirie douce au profit des enfants et des habitants

    - Organiser la voirie de façon à éviter le trafic de transit. Il est aberrant de recréer au sein d’un îlot ou d’un petit quartier la situation de ces villages dont la rue principale est devenue une voirie à grand trafic

    - Examiner, sur base de ces éléments, tout projet de lotissement, tout projet à partir de plusieurs logements ou d’aménagement de parcelles ayant une superficie de plus d’un hectare

    Sans oublier de tenir compte des aspects d’harmonie architecturale, de gain d’énergies et d’obligations de services publics (voiries, égouts, immondices, … )

    Nous pensons que refuser notre proposition est une occasion ratée d’aborder la politique de lotissement et de grande parcelle d’une façon beaucoup plus inventive et bénéfique pour les citoyens.

    Une fois encore, il n’est pas possible de faire évoluer les choses sans en avoir, auparavant, défini la politique générale, ce qui demande souvent connaissance et compétence. Promulguer une loi sans les arrêtés des mesures d’application n’a jamais servi à rien. Nous reviendrons, prochainement, sur d’autres aspects de l’aménagement de notre cadre de vie.

    Michel WAUTOT

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017