carnets de PROXIMITÉ

  • Notre charte ...

    Depuis sa création en 2006, PROXIMITÉ invite ses nouveaux membres à souscrire à la Charte de Proximité. Tenant compte de l’évolution des attentes des citoyens au niveau communal et enrichi de l’expérience de ses membres, le Conseil de Proximité l’a adaptée le 10 mai 2017.

    Nous vous invitons à en prendre connaissance ci-dessous.

    20130822 Eric dSdR © Isaline de Vuyst-001 copie.jpgEric de SÉJOURNET

    Thématique | CITOYENNETÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Charte de Proximité

    CharteBlanc.pngDéfinition

    PROXIMITÉ Autrement est un groupe rixensartois, autonome et pluraliste, indépendant de tout pouvoir politique et dont la philosophie est basée sur une approche citoyenne et participative en matière de gestion communale et qui, par l’écoute, l’action et la transparence s’engage à la mise en oeuvre d’objectifs, selon les principes démocratiques définis par la Constitution belge.

     

    Objectifs

    PROXIMITÉ a pour but de promouvoir dans la Commune de Rixensart une politique de gestion saine et efficace dans les domaines financier, aménagement du territoire, environnemental, économique, social, culturel, sportif, politique et civique.  

    PROXIMITÉ veut gérer la vie en commun dans le respect des personnes en favorisant l’écoute et le dialogue, et veut répondre aux attentes de la population par une gestion communale claire et réfléchie.

    PROXIMITÉ opte pour une société de personnes libres et responsables en se donnant un but de formation, d’information, de dialogue, d’action et de service.

    PROXIMITÉ développe une communication pro-active, notamment via les Carnets de Proximité.

     

    Adhésion

    PROXIMITÉ se compose de membres actifs et sympathisants. Ils adhèrent individuellement à la présente Charte et à l’esprit du groupe, par le paiement de leur cotisation annuelle.  

    Domiciliés sur le territoire de la Commune de Rixensart, ces citoyens et électeurs communaux appartiennent à toute tendance politique et/ou philosophique et/ou religieuse, et sont animés par une volonté de recherche du bien commun. Les membres de PROXIMITÉ peuvent être affiliés au parti politique de leur choix, sans qu’aucune pression ne puisse être exercée sur eux. Cependant, les tendances à caractère extrémiste ou non-démocratique, de toutes natures, n’ont pas leur place à PROXIMITÉ.

     

    Fonctionnement

    Les relations au sein de PROXIMITÉ sont basées sur l’estime réciproque, l’intégrité morale, la confiance et la tolérance. La recherche du consensus et la transparence sont les codes de vie du groupe. PROXIMITÉ exige le respect des personnes et des convictions de chacun, réalisant l’union dans la diversité.

    Le fonctionnement de PROXIMITÉ est assuré par un Conseil composé des élus et membres actifs, qui se répartissent les responsabilités et tâches jugées nécessaires au bon fonctionnement du groupe. Il prépare les Conseils communaux et assure la gestion courante du groupe. Il rend compte à la Réunion plénière qui, sur proposition du Conseil, confirme l’orientation de la politique générale du groupe.

    Thématique | CITOYENNETÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Plus de transparence, plus de démocratie

    Capture d’écran 2017-05-05 à 11.45.58.jpg« PROXIMITÉ ! ... Pourquoi ? » et « Parole de citoyen », - deux articles récents publiés par PROXIMITÉ, relatent l’intérêt d’avoir en démocratie un groupe totalement indépendant et libre de sa parole face aux « professionnels de la politique ». Ils dénoncent également certaines causes entrainant le désintérêt des électeurs face à quelques élus, – toujours trop nombreux, qui ont abimé l’image de la démocratie et trompé leurs électeurs en servant leur intérêt personnel plutôt que celui du bien commun. Il est à présent utile d’attirer l’attention de l’électeur en soulignant l’importance du vote en démocratie.

    « Voter ? ... ce sont toujours les mêmes qui reviennent ! »

    De manière générale, en démocratie, le suffrage universel ou le pouvoir de choisir ses gouvernants, est pratiquement le seul mode d’action dont dispose le citoyen. Voter est donc important ! Mais ce pouvoir est-il réel ? N’est-ce pas un jeu de dupes ? Sommes-nous vraiment en démocratie ? Quelle est l’importance de notre implication citoyenne ? La création d’une liste et le classement des candidats constituent, pour les partis politiques, la première étape d’une importante stratégie électorale. Elle doit répondre d’une part aux aspirations ou exigences de ses candidats « bons serviteurs du parti » ou « grands pourvoyeurs de voix », qui recherchent une visibilité maximale sur la liste afin d’augmenter leurs chances de réélection. D’autre part, il faut également répondre aux espérances du parti dont l’importance ou le poids politique s’exprime en sièges. Cette préparation, relève de la responsabilité des partis et échappe totalement à l’électeur.

    Ceci étant, il appartient aux candidats de se faire élire. En professionnels de la chose politique, ils entament, le temps d’une campagne, un « jeu de séduction ». Ils font preuve d’une grande attention, d’une disponibilité sans limite et d’une communication quelque peu envahissante face à un électorat peu motivé et souvent désabusé par le sentiment d’être moqué et trompé.

    A ce stade, la démocratie a laissé la place à la particratie.

    La campagne terminée, l’électeur courtisé jusque devant l’isoloir, dispose, enfin, de quelques minutes pour s’exprimer et remplir son devoir de citoyen !

    Actuellement, aux niveaux Fédéral et Régional, la stratégie électorale des partis est renforcée par deux subterfuges proches du charlatanisme, qui perturbent l’orientation du vote des électeurs.

    En premier lieu, il y a l’effet dévolutif des cases de tête qui permet d’améliorer le score électoral des candidats les mieux placés sur la liste en leur redistribuant, la moitié des votes « tête de liste ». Ce faisant, cette procédure, autant habile que discrète, favorise l’élection des candidats en début de liste, généralement les grands pourvoyeurs du parti. Cette méthode est de plus une réelle entrave au renouvellement des cadres dirigeants ainsi qu’à l’émergence d’idées neuves.

    D’autre part, un candidat effectif, élu mais pressenti secrètement par le parti pour une fonction exécutive, ne peut être remplacé que par un candidat de la liste des suppléants plutôt que par le candidat effectif ayant obtenu, après lui, le meilleur score en voix de préférence. C’est une façon parallèle de « placer » sans l’annoncer, un candidat apprécié par le parti. C’est en quelque sorte permettre au maillot jaune du tour de France de concourir sur un tandem et obtenir au final deux vainqueurs ex æquo.

    Ces mesures qui se jouent loin de l’électeur, ne permettent pas de désigner les élus uniquement sur base des voix de préférence émises par l’électeur et renforcent bien évidemment l’idée de la particratie au détriment de la démocratie.

    Et puis ?

    Dès le soir des élections fédérales, régionales et même provinciales, le contact avec les électeurs se distancie à nouveau. Les partis se referment pour reprendre la culture de « l’entre soi ». Ils entrent en «conclave» et reprennent tous les pouvoirs démocratiques en contractant des alliances et en imposant les membres des différents exécutifs…. sans tenir compte des votes exprimés par l’électorat mais en répondant au mieux aux espérances des « bons serviteurs du parti » pour en faire des « grands serviteurs de l’Etat ».

    Au niveau provincial et communal, tout est plus simple. Il n’y a pas de liste « suppléants ». Les suppléants éventuels sont désignés parmi les candidats non élus de la liste. Dès la fermeture des bureaux de vote, les différents groupes négocient pour obtenir une majorité de sièges et en réponse au choix de l’électeur, ce sont les candidats ayant obtenu le plus de suffrages dans les différents groupes qui exerceront un mandat. Par ailleurs, si au niveau communal, les électeurs connaissent généralement l’un ou l’autre des candidats et se sentent écoutés et respectés, il n’en va pas de même au niveau de la province dont le rôle des mandataires semble totalement incompris.

    Le rôle du citoyen ne dure que quelques minutes, le temps de sa présence dans l’isoloir ; celui des candidats, le temps de la campagne électorale et celui des élus, le temps du mandat ….

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Dépassement budgétaire … négligeable ?

    Goutte à goutte.jpgLes travaux d’égouttage du quartier 'Panorama' sont achevés. Chose peu courante, ils le sont même dans les temps ! Ce point a d’ailleurs été souligné par le Bourgmestre qui a aussi fait part de son contentement pour le respect du budget lors de la séance du Conseil Communal du 22 mars.

    Cette satisfaction a pourtant permis à la 'minorité' de s’étonner. En effet, si les travaux se sont terminés en respectant le planning, ils ont fait l’objet d’un dépassement budgétaire de plus de 30.000 € !

    Cela correspond à moins de 10 % du budget initial, c’est donc « négligeable » répliqua notre Bourgmestre. Voilà tout de même une réaction qui pourrait en faire sursauter plus d’un. Alors que le budget 2017 se trouve en équilibre précaire, un supplément de plus de trente mille euros est tout sauf négligeable !

    Rassurons-nous, on estime que 95 % de l’égouttage est réalisé sur notre commune. Plus qu’un petit effort et l’entièreté de Rixensart sera raccordé.

    20160601 ROMAL Claude nb.jpgClaude ROMAL

    Thématique | FINANCES, TRAVAUX Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • L'agenda de PROXIMITÉ

    2011 Proximité logo.jpg

    31 mai 2017 | Réunion du Conseil communal (Maison communale) | Participation : Etienne DUBUISSON, Michel WAUTOT, Thierry BENNERT, Eric de SÉJOURNET, Claude ROMAL, Arnold HEYVAERT

    27 mai 2017 | 10h30 à 15h00 | Assemblée générale de la Maison des Jeunes de Rixensart | Participation : Claude ROMAL (MJC, avenue de Merode 33)

    24 mai 2017 | 20h15 | Réunion mensuelle de Proximité et préparation du prochain Conseil communal (Leur Abri, 1er étage) | Participation : membres de Proximité (les points à mettre l'ordre du jour sont à transmettre à eric.de.sejournet@gmail.com avant le 20 mai)

    18 mai 2017 | 18h00 | Comité d'accompagnement du Rixensart Info (Salle du Collège) | Participation : Claude ROMAL

    10 mai 2017 | 20h00 | Conseil de Proximité (chez Eric de SÉJOURNET)

    7 mai 2017 | 09h45 | Cérémonie patriotique commémorant la fin de la Seconde Guerre Mondiale ainsi que la libération des camps (Eglise Sainte-Croix) | Participation l Etienne DUBUISSON

    Lire la suite

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Transformation et agrandissement de l'ancien presbytère Sainte-Croix

    Projet Presbytère Sainte-Croix Rue de l'Eglise à Rixensart (Notre Maison) (1).jpg

    Début avril 2017, la Commune de Rixensart annonça que la société Notre Maison avait introduit une demande de Certificat d’Urbanisme N° 2 (1) tendant à transformer et à agrandir l’ancien presbytère Sainte-Croix, sise rue de l’Eglise à Rixensart en vue d’y créer 11 logements à loyer modéré. La philosophie du projet est de valoriser le patrimoine historique de ce bâtiment en restaurant les 3 façades principales, et d’ajouter à l’arrière de la bâtisse une extension contemporaine adaptée au mode de vie actuel.

    PROXIMITÉ relaie l’alerte lancée le 11 avril 2017 par Michel WAUTOT, conseiller communal Proximité et président de l’asbl Hommes et Patrimoine :

    "Nous pensions pouvoir nous réjouir de voir ce dossier, que nous suivons avec la Commune depuis 2005, trouver une solution dans le cadre du processus de la Région wallonne qui permet la création de logements sociaux lorsque qu’une société wallonne de logements restaure un bâtiment ayant une valeur architecturale.

    Hélas, l’avant-projet architectural du bureau ABR, proposé par la société Notre Maison, n’a plus grand chose à voir avec un aménagement réussi du territoire.

    Depuis des décades deux conceptions de la restauration s’opposent. Celle de Viollet-le-Duc qui restaure et/ou agrandit à l’identique et celle qui veut marquer l’intervention de l’architecte-restaurateur par une architecture différenciée de l’ancienne. Cette seconde tendance, à la mode aujourd’hui, ne présente pas toujours des réussites. Pour nous c’est le cas dans le cadre de l’agrandissement du presbytère.

    L’incrustation d’un cube recouvert de bois, dans un bâtiment datant de 1779 et repris dans « Le Patrimoine Monumental de la Belgique» (volume 2 - page 485), est sans doute une solution facile, mais porte atteinte, architecturalement et esthétiquement, tant au presbytère, qu’au château. En outre, il est manifeste que la notion de périmètre protégé autour d’un site classé, ici le château de Merode, patrimoine exceptionnel de Wallonie, a été escamotée.

    Nous ne sommes pas systématiquement opposés à la rencontre entre deux architectures, mais pas n’importe où.

    Nous ne pouvons que conforter la délibération du Collège du 22 mars 2017, qui considère que le permis ne peut être accordé en raison de :

    - l’art.330-2°-11° et 12° du Code wallon de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme et du patrimoine ;

    - des 10 dérogations, au Règlement communal d’urbanisme, concernant l’aire 4 rurale, en zone de protection paysagère :

    1) profondeur du volume secondaire (bâtiment en bois) ;
    2) largeur de la façade du volume secondaire ;
    3) hauteur sous acrotère (muret en bordure de toiture) du volume secondaire ;
    4) toiture plate du volume secondaire ;
    5) maçonneries non traitées avec le même matériau ou la même combinaison de matériaux ;
    6) bardage en bois de plus de 40% de la superficie des façades ;
    7) emplacement de stationnement inférieur à un par logement ;
    8) absence de citerne à eau de pluie de minimum 6000 litres ;
    9) absence de local au dépôt temporaire des déchets ménagers ;
    10) première chambre du premier et du second étage inférieure à 14m2

    - des dérogations au règlement général sur les bâtisses:

    1) accessibilité et usage des espaces et bâtiments ou parties de bâtiment ouverts au public ou à usage collectif par les personnes à mobilité réduite ;
    2) absence d’emplacements de stationnement d’une largeur minimale de 3,30 mètres à proximité de la sortie du parking ou de l’entrée du bâtiment.

    Nous considérons également qu’édifier 11 appartements dans cette zone où, tant dans le noyau ancien de Rixensart (rue de l’Eglise, Hautfenne…), en dehors de la zone de centre, que des quartiers proches, on ne trouve que des maisons unifamiliales ou au maximum des maisons de 2 à 3 logements, est inadapté et constitue un précédent dangereux.

    Nous pensons qu’il y a parfaitement moyen de restaurer l’ancien bâtiment (ce qui est le point positif du dossier) et de l’agrandir de façon harmonieuse. Mais bien sûr cela suppose des contraintes architecturales et environnementales qui n’existent pas dans le cas de ce cube bardé de bois. Cube que l’on retrouve depuis des années dans la majorité des demandes d’extension, non pour sa qualité esthétique mais pour son coût moindre et son côté « vite fait-bien fait ».

    Actuellement se termine le bâtiment de l’ancienne école de Genval. L’association Hommes et Patrimoine, avec la collaboration du Cercle d’Histoire et du Comité de l’avenue des Combattants, avait obtenu de refaire la façade à l’identique. Le bureau Bodart a très bien réussi l’intégration de l’ancienne façade dans le nouveau bâtiment. Il est donc possible de marier ancien et moderne.

    Nous croyons que notre Commune a le droit d’avoir une architecture qui la valorise".

    PROXIMITÉ vous invite à participer à l'enquête publique en écrivant au Collège des Bourgmestre et Echevins - Maison communale - avenue de Merode 75 à 1330 Rixensart. Vous pouvez, vu le peu de temps qui reste, déposer votre lettre dans la boîte de la maison communale (porte en bois dans la façade latérale).

    En cliquant ici vous trouverez un modèle de lettre préparé par Hommes et Patrimoine que vous pourrez adapter. Attention après le 18 avril 2017 les lettres ne seront pas prises en compte.

     

    

__________

    (1) Un Certificat d’Urbanisme N° 2 a pour but de sonder la commune quant à un projet urbanistique. Le CU2 précède généralement la demande du permis d’urbanisme classique.

    rixensart,presbytère sainte-croix,rue de l'église

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • PROXIMITÉ prépare l’avenir

    20170330 Réunion plénière de Printemps © Berna de Wilde.jpg


    Les membres et sympathisants de PROXIMITÉ se retrouvèrent ce 30 mars 2017 pour préparer l’avenir. La Réunion plénière du printemps fut animée par Etienne DUBUISSON.


    MEMBRES

    Un hommage fut rendu à Jacques MARTIN, membre de Proximité de la première heure, décédé le 24 mars 2017 à l’âge de 81 ans. Franc et direct, il l’était aussi dans les analyses de presse qu’il rédigeait pour nos membres. L’assemblée présenta à son épouse, Maria SERNEELS, membre également de PROXIMITÉ, ses plus sincères condoléances.

    L’assemblée eut également une pensée toute particulière pour Pascal GUELTON, notre délégué à la Commission Consultative de l’Aménagement du Territoire et de la Mobilité qui, depuis son accident de santé, se bat avec courage et se rétablit petit à petit.

    Ces derniers mois, le caractère indépendant et citoyen du groupe PROXIMITÉ a été mis en exergue. Ainsi, le partage de mandat d’Eric de SÉJOURNET permit à Thierry BENNERT de prendre la relève au Conseil communal et de faire valoir ses qualités humaines et son expérience en matière de finances.

    Forgée depuis plus de 10 ans maintenant, la réputation de PROXIMITÉ a également dépassé les frontières de la commune. Face aux ténors politiques, tels qu’Isabelle Durant (ECOLO) et Olivier Maroy (MR), Michel WAUTOT a défendu sur le plateau de télévision de la RTBF les valeurs citoyennes de PROXIMITÉ. Quant au Vif/Express, il publia ‘Paroles de citoyen’ d’Etienne DUBUISSON, carte blanche partagée 1515 fois.

    Trois nouveaux membres actifs furent présentés à l’assemblée, chacun définissant son action par deux verbes (à découvrir en cliquant sur leur nom).

    - Claude ROMAL, comprendre et agir

    - André VERKAEREN, écouter er avancer

    - Arnold HEYVAERT, prévoir et responsabiliser


    TRÉSORERIE

    Didier HELLEPUTTE, trésorier de PROXIMITÉ, exposa les comptes du groupe et remercia les membres pour le versement de leur cotisation, bien précieuse pour la campagne électorale de l’an prochain.


    CPAS

    Micheline MARION-LEKIME, conseillère CPAS, fut excusée. Son mari, Philippe MARION prit la parole en son nom et exposa les avancées enregistrées dans les services rendus par le CPAS de Rixensart au profit des plus défavorisés et des plus faibles de notre population, mais également pour tout citoyen de notre commune qui se retrouverait dans une situation d’importante précarité sociale. Parmi les nouveautés, il souligna la création d’un service de médiation de dettes et l’ouverture d’un centre d’accueil de jour, lieu où les personnes âgées ou isolées à la maison pourront se retrouver, avoir des contacts, partager des activités, s’y ressourcer. Quant à la gestion du budget du CPAS, elle est rigoureuse assurant la pérennité des services.


    FINANCES COMMUNALES

    Ensuite, Thierry BENNERT et Claude ROMAL, le nouveau duo de choc de PROXIMITÉ en matière de finances, expliquèrent en long et en large la situation budgétaire de la commune. En effet, « en début de législature, le déficit budgétaire était de 3 % par an, avec un déficit annoncé de € 700.000 l’an. Nous nous en inquiétions, mais un contrôle des frais généraux et différentes recettes de l’Etat non prévues ont permis que le compte soit plus proche de l’équilibre budgétaire, qui est toujours un exercice difficile … la commune devant supporter des coûts importants en personnel (+ 4,5 % par an à personnel constant), infrastructures (égouttage, nouvelles écoles, piscine) ou services (CPAS, zones de police et de secours). L’équilibre du budget ordinaire est obtenu grâce aux centimes additionnels et l’urbanisation croissante de Rixensart, notamment aux Papeteries de Genval (200 appartements). Les derniers terrains libres font l’objet de constructions confortables voire multiples et cela génère des recettes récurrentes : centimes additionnels à l’IPP, mais également sur le précompte immobilier.

    Toutefois, les dettes ne diminuent pas vraiment (25 millions), soit 1151€ par habitant. On flirte avec la limite de la balise d’endettement par personne. Et de mettre la majorité en garde : vision à long terme inexistante (pas de programme comme certaines autres communes permettant une gestion à moyen-long terme ou de faire des simulations), pas d’outils performants pour une commune avec une telle difficulté de gestion.

    Quid de l’avenir ? Si les impôts communaux n’augmentent pas, il faudra alors compter sur un nombre plus important d’habitants pour pallier aux dépenses sans cesse croissantes, ce qui aura pour effet une explosion démographique alors qu’elle est déjà une des plus dense de Wallonie avec toutes les conséquences négatives sur la mobilité et le bien-être dans notre commune. Il faut également raison garder dans certains projets liés à l’infrastructure (piscine, hockey, …) ».

    Au-delà des chiffres et des perspectives futures, on peut surtout souligner que l’intervention de PROXIMITÉ dans ce domaine oblige nos élus à être plus prudents, plus appliqués.


    AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

    Un troisième volet, consacré à l’aménagement du territoire, fut développé, rétroprojecteur à l’appui, par Michel WAUTOT. Son important apport en savoir et expérience tant au sein de PROXIMITÉ que de son asbl Hommes & Patrimoine, dont il est le président, permit à l’assemblée de prendre la mesure du rôle joué par les deux groupes dans l’évolution de dossiers urbanistiques tels que ceux de la Résidence du Lac (ex hôtel Normandy), du PCA de la gare de Rixensart, ou de la rénovation de la Place Cardinal Mercier à Bourgeois.


    ELECTIONS COMMUNALES 2018

    En conclusion, Etienne DUBUISSON expliqua que tout engagement sur le plan communal engendre des sacrifices et équivaut à un bénévolat citoyen. Les difficultés rencontrées ont été surmontées grâce la communication soutenue via les Carnets de Proximité, uniques dans notre commune, à la persévérance de nos membres de la première heure, et à la relève concrétisée par l’arrivée de nouveaux membres motivés. PROXIMITÉ sera donc présent en octobre 2018 aux prochaines élections communales.


    PROXIMITÉ RENFORCE SA PRÉSIDENCE

    Pour préparer PROXIMITÉ à ce troisième défi, le groupe s’adapte et s’organise. C’est pourquoi la présidence du groupe sera renforcée et partagée par Etienne DUBUISSON et Eric de SÉJOURNET. « La coprésidence est un véritable challenge qui exige une parfaite entente et une coordination sans faille. Je suis certain qu’avec Eric cela se fera dans les meilleures conditions », déclara Etienne.

    Quant au nouveau coprésident Eric de SÉJOURNET, il s’adressa aux membres pour les remercier de leur attachement à notre groupement citoyen et à ses valeurs. « Nous remercions Etienne et ceux qui, en 2006, ont lancé un appel à plus d’écoute, plus d’action et plus de transparence. Six ans plus tard, nos 1593 électeurs ont confirmé par leur vote que Proximité avait sa place dans le paysage politique de la commune. Aujourd’hui, nous lançons un appel à plus de démocratie ». Eric plaida en faveur d’un meilleur équilibre démocratique au sein du Conseil communal et présenta quelques nouveaux projets afin de rapprocher PROXIMITÉ des habitants.

    Tous se retrouvèrent ensuite autour d’un verre de l’amitié, bien mérité.

    20161119 Mariage civil Corentin et Diane (Céline Lambiotte fecit) 6 (1).jpgBerna de WILDE d'ESTMAEL

     

     

     

     

     

     

    Thématique | COMMUNICATION, ORGANISATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Jacques Martin, † 24 mars 2017

    Page 1 (1).jpg« Laissez les souvenirs apaiser votre douleur, je ne suis pas loin et la vie continue ». C’est ainsi que Jacques Martin nous a annoncé son retour «  A Dieu », à l’âge de 80 ans.

    Membre actif de la première heure, Jacques MARTIN soutint PROXIMITÉ avec son franc-parler et sa plume "d'astérixensartois" bien trempée. Des années durant, il assura pour nos membres une revue de presse commentée, consacrée à Rixensart. « Le Héron », comme il avait coutume de signer, nous manquera beaucoup.

    Nous présentons à son épouse, Maria SERNEELS, également membre de PROXIMITÉ, nos plus sincères condoléances.

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Réunion plénière, ouverte à tous

    Adhésion Proximité.jpgLe jeudi 30 mars 2017, le groupe PROXIMITÉ vous invite à sa Réunion plénière du Printemps.

    Rendez-vous à 20 h à la Ferme de l’Eglise à Rosières (ouverture des portes à 19h15).

    Etienne DUBUISSON animera la réunion et présentera nos nouveaux membres. Des prises de parole de maximum 5 à 7 minutes sont à l’ordre du jour, couvrant les thématiques suivants : social, finances, aménagement du territoire. Les intervenants répondront à toutes vos questions.

    L’adoption de la nouvelle Charte de Proximité et l’élection des co-présidents clôtureront la partie officielle de la réunion.

    Vers 21h30, nous nous retrouverons autour du verre de l’Amitié.

    Lors de cette réunion plénière, nous apprécierons que les hommes apportent une boisson (eaux, jus de fruits, vins rouge ou blanc), et les dames de quoi régaler les papilles (sandwiches, tartes, biscuits). Merci d’y penser.

    Nous nous réjouissons de vous retrouver le 30 ! Merci de confirmer votre présence auprès d'Eric de Séjournet (eric.de.sejournet@gmail.com).

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Citoyens en politique, une bonne idée ?

    20170305 RTBF A votre avis Michel Wautot (Proximité) 1A.jpgL’émission dominicale de la RTBF « A votre avis » du 5 mars 2017 était consacrée à l’implication des citoyens en politique. PROXIMITÉ était invité sur le plateau de Sacha Daout afin de faire part de son expérience rixensartoise depuis 10 ans, un parcours inédit obtenant trois sièges au début et confirmé six ans après lors des élections communales de 2012.

    Michel WAUTOT défendait les couleurs de PROXIMITÉ et expliqua son implication de la première heure … « suite à une forte pression amicale. Après avoir surmonté les premières difficultés de la création du groupe (procédure, programme, choix du nom, …), les instances de contrôle nous ont demandé, chose amusante, d’expliquer le sigle PROXIMITÉ, chaque lettre devant être définie : P de Proximité, R de Rixensart, O de Ouverture, etc » (…). Le plus difficile, c’est de faire la liste. Le problème est accentué par la méfiance que le citoyen a du monde politique ».

    Un premier dessin de Kroll parodia le lancement d’un nouveau parti en le comparant à un saut du plongeoir dans un lac infesté de requins.

    Les autres invités, tels que Isabelle Durant (députée bruxelloise ECOLO) et Philippe MAROY (député régional MR) prônèrent un vrai partage et une démocratie plus participative.

    Le débat se porta également sur la transparence en politique. « C’est une des caractéristiques de notre groupe », expliqua Michel WAUTOT, en se référant à la communication de PROXIMITÉ « appréciée dans toute la commune ». Il défendit aussi l’intérêt des listes citoyennes et leurs projets : « Nous sommes parvenus après 10 ans à ce que la majorité, notamment dans les dossiers importants, accepte nos idées. Nous ne disons jamais que PROXIMITÉ est dans l’opposition, nous sommes dans la minorité ». Et nous obtenons des résultats, alors que nous ne sommes que trois conseillers sur 27. Finalement, nous savons bien que lors des élections ce sera la majorité qui dira ‘C’est moi qui l’ai fait’. Mais cela n’a pas d’importance … nous avons atteint notre but : le bien commun des citoyens ».

    20161119 Mariage civil Corentin et Diane (Céline Lambiotte fecit) 6 (1).jpgBerna de WILDE d'ESTMAEL

     

     

     

     

     


    ___________________

    (1) diffusée en direct sur La Une le dimanche 5 mars 2017 à 11h30 (+/- 100.000 spectateurs), rediffusée le dimanche soir 5 mars sur La Trois à 21h05, et à nouveau le lundi 6 sur La Une à 01h35 et à 08h55 sur La Trois.

    20170305 RTBF A votre avis (Michel Wautot, Proximité).jpg

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • L'équilibre budgétaire, un exercice difficile

    BudgetCalculator.jpgOn respire pour 2016, mais pas de chance pour 2017… Lors du Conseil Communal du 22 février 2017, la NAP-MR, représenté par son échevin des Finances, nous rassurait sur le budget 2016.  « Vous serez surpris du résultat 2016 ! Les écuries ne brûlent donc pas du tout ! » Voilà d’excellentes nouvelles pour lesquelles PROXIMITÉ espère avoir le plaisir de les confirmer et complémenter lors d’une prochaine parution.

    Par contre, la Région wallonne qui représente l’autorité de tutelle et qui a dans ses attributions la vérification des budgets, a porté un coup de poignard aux communes wallonnes et donc à Rixensart !

    En effet, alors que le budget 2017 était rentré dans les temps et présentait un timide boni d’environ 23.000 €, la Région avertissait tardivement d’une importante modification quant au plan Marshal et des recettes qui en découlent au profit des communes.

    Pour notre entité, cette modification consiste en une baisse de recette significative de plus de 96.000 € qui oblige ainsi la commune de Rixensart à revoir sa copie.

    L’équilibre budgétaire représente un exercice difficile. Compte tenu des nombreux équipements et installations ainsi que des récents « gros investissements » qui impliquent des nouvelles charges de fonctionnement, la tâche de nos représentants communaux sera ardue.

    Rendez-vous est d’ores et déjà pris pour la première modification budgétaire de 2017.

    20160601 ROMAL Claude nb.jpgClaude ROMAL

    Thématique | FINANCES Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Bruits de tronçonneuse

    Bois de Rixensart 2.2017 © Thierry Bennert (1).jpgPROXIMITÉ a été approché par des riverains suite aux coupes d’arbres opérées dans le Bois de Rixensart.

    Il faut toutefois savoir que le « Bois dit de Merode » est un site privé et que dès lors en tant que zone forestière privée, il n’y a pas de permis à demander. Un entretien forestier se fait normalement tous les cinq ans. Cela fait plus de 20 ans qu’aucun entretien n’est intervenu dans ce bois. Il est dès lors évident qu’une remise en état est conséquente et peut paraître anormale aux citoyens que nous sommes.

    S’il ne faut pas demander de permis, le gestionnaire des bois n’en est pas moins soumis au code forestier.

    En ce qui concerne le bois de Rixensart, et la commune de Rixensart et la Division Nature et Forêt de la Région wallonne (DNF) sont intervenues, chacune dans son domaine.

    En ce qui concerne les sites Natura 2000 du domaine de Merode, la règlementation Natura 2000 est appliquée par la DNF qui répertorie les sites lors des demandes d’interventions demandées par les propriétaires.

    C’est la DNF qui, évidemment, assure la surveillance de ces coupes. D’une part avant les abattages, en allant sur le terrain où elle donne son accord sur les coupes. D’autre part, en assurant un suivi du chantier jusqu’au nettoyage du terrain, et en tenant la commune au courant.

    A ce jour, la DNF n’a relevé aucune infraction, information confirmée par le service « Environnement » de la commune.

    27 WAUTOT Michel 9.2012 © Francis Floor.JPGMichel WAUTOT

     

     

     

     

     

    __________
    photo | Bois de Rixensart 2.2017 © Thierry Bennert

    Thématique | ENVIRONNEMENT Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Le tourisme, un atout pour Rixensart

    Syndicat d'Initiative de Rixensart 20081012 Lac de Genval © Eric de Séjournet (1).jpgLe projet de rationalisation lancé par le ministre chargé du Tourisme en Wallonie, ouvre la voie de la professionnalisation du secteur, e.a. : « accueil du touriste et optimalisation tant des moyens humains que matériels ». Onze communes du centre du Brabant wallon vont se lier dans une nouvelle Maison du Tourisme.

    Lors du Conseil communal du 22 février 2017, la commune de Rixensart a adhéré à cette nouvelle asbl, intitulée provisoirement « Maison du Tourisme Coeur des Vallées », dont le bureau principal se trouvera à Wavre. Elle prendra donc le relais de la Maison du Tourisme des Ardennes brabançonnes.

    Et sur le terrain, à Rixensart ? Depuis 50 ans, des bénévoles du Syndicat d’Initiative de Rixensart s’efforcent de donner à notre commune l’image d’une entité attrayante … celle qui correspond le plus au vocable ‘Perle des Ardennes brabançonnes’. En la matière, les atouts de notre commune ne manquent pas. Le lac de Genval et son infrastructure hôtelière de premier ordre, reconnus par le Commissariat Général au Tourisme (1). Sans oublier les autres pôles touristiques : le château de Rixensart, le Tilt, le Musée de l’Eau et de la Fontaine (qui quittera malheureusement le territoire de la commune à la mi-2017) et le Musée du Tir à l’Arc. Quant à la Lasne, elle traverse nos trois entités et est l’élément ‘nature’ par excellence avec sa faune et son biotope propre.

    PROXIMITÉ est intervenu au Conseil communal du 22 février, afin de demander au Collège comment il comptait venir en aide au Syndicat d’Initiative de Rixensart qui, depuis le 10 janvier dernier, a dû réduire de 50 % ses permanences par manque de personnel bénévole (2). D’autre part, la tenue des permanences du week-end au lac de Genval (du 1er mai au 30 septembre) est également problématique. L’échevine responsable du Tourisme a indiqué que "les normes imposées en matière de permanences à tenir par les syndicats d’initiatives seraient adaptées à la réalité sur le terrain". En attendant, toute aide bénévole sera la bienvenue.

    20130822 Eric dSdR © Isaline de Vuyst-001 copie.jpgEric de SÉJOURNET

     

     

     

     

     

    __________

    (1) 50.000 nuitées enregistrées durant les années 2013, 2014 à 2015, le secteur employant plus de 150 personnes (cfr Bourgmestre de Rixensart, 24 février 2016)
    (2) Rixensart Info 283 de février 2017, p. 25

    Thématique | CULTURE & TOURISME Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Parole de citoyen

    Dichroic_filters.jpgBelgique « pays des mille scandales » (1) ou encore « failed state » (2) ?

    Jusqu’en 1960, la Belgique, état unitaire avec une importante colonie, était considérée sur un plan international comme un pays stable, exemplaire et respectable. Cette réputation nous a même permis d’élever Bruxelles au rang de capitale de l’Europe.

    Après de nombreuses réformes successives sur fond communautaire, la structure administrative et politique de notre pays s’est totalement modifiée et avec elle, la mentalité de nos gouvernants et celle de nos concitoyens.

    Depuis quelques décennies, la presse belge et internationale, témoin privilégiée et avertie de ces changements, relate de très nombreux remous et scandales (3), souvent en relation avec notre sphère politique. C’est dans ce cadre que surgissent aujourd’hui, le scandale du Kazakhgate, celui des intercommunales, pour ne citer que ces derniers ! C’est également dans ce contexte que nos hommes politiques sont observés et critiqués par une population en colère qui se sent laissée pour compte et moquée par ses dirigeants.

    Au vu de cette situation déliquescente, nous avons tous le devoir de réagir et d’agir ! C’est notre responsabilité de citoyen et donc celle de PROXIMITÉ (4) qui, en tant que groupe communal indépendant de tout parti, entend condamner le désordre actuel qui se manifeste au sein même du milieu politique par l’absence d’éthique, l’attrait du pouvoir et celui de l’argent.

    Les intercommunales, véritables « parking » pour amis politiques, font, dans l’ombre, partie de ce milieu politique.

    Publifin, intercommunale liégeoise, qui à travers les rémunérations octroyées, a confondu légalité et éthique, s’engage – par obligation - à supprimer deux tiers de ses administrateurs. L’intercommunale ORES supprime soudainement soixante postes d’administrateurs. Le TEC, composé de cinq sociétés et de six conseils d’administration, compte quatre-vingt-cinq administrateurs tandis que De Lijn, société sœur en Flandre n’en compte que onze, …… la région wallonne et les partis politiques semblent enfin découvrir le scandale des intercommunales et de tous leurs « nominés politiques » généralement très discrets…… !

    Cinquante-deux ministres ou secrétaires d'état assurent la gestion de notre pays. C'est plus du double des Pays-Bas, c'est plus qu'en France ou en Allemagne. De leur côté, les francophones de Belgique sont gouvernés au niveau de la Région et de la Communauté par quatorze ministres alors que pour des responsabilités identiques, la Flandre n'en compte que neuf. Cela représente cinquante pour cent de ministres en plus pour gérer les seules affaires francophones d’une Région et d’une Communauté qui peinent à sortir la tête hors de l'eau.

    Pourquoi gonfler toutes ces structures politiques ? Pourquoi tant de "nominés" ? Pourquoi deux ministres présidents wallons là où hier, un seul suffisait?

    Dans de telles conditions, il n’est pas difficile de comprendre le manque de respect et de confiance de la population dans ses dirigeants qui, sans cesse, annoncent le meilleur et se gaussent de la bonne gouvernance, de la transparence, de la rationalisation, de la simplification ou encore de la concertation…… sans pour autant voir apparaître un quelconque changement.

    La politique et ses acteurs reflètent actuellement la triste image d’un véritable métier confortable voire d’une caste dont apparemment on ne sort pas. Elle permet de faire carrière en cumulant des mandats et même d'autres activités professionnelles. Nos gouvernants ont-ils, tel un roi soleil, un don particulier de polyvalence et de compétence dans toutes les matières sans pour autant en assumer réellement les responsabilités ? Aujourd'hui ministre, demain ministre ailleurs et après-demain ministre dans un autre domaine et ceci, quel que soit le résultat de leur gestion ou de l’héritage transmis. Ministre coûte que coûte, se maintenir ou s’élever dans le système est, semble-t-il, devenu le véritable objectif, la récompense suprême pour les « bons serviteurs » de partis, piliers du pouvoir. Tous ces arrangements entre politiciens sont malsains. Ils empêchent tout renouvellement ou émergence d'idées neuves et hypothèquent ainsi la crédibilité de la gestion du pays. Les échanges entre la société et le monde politique sont ténus ou inexistants et éloignent nos politiciens de la réalité et de la société qu’ils sont censés représenter. Ils se comportent en gestionnaire exclusif de notre pays mais ne sont tenus responsables de rien. Les Rixensartois sont les témoins malheureusement privilégiés de cette « gestion », de cette absence de responsabilité et du gâchis que représente le RER qui, à lui seul, témoigne à suffisance des kilomètres de paysage saccagé, gares inachevées et milliards dépensés !

    L'image que nos mandataires transmettent par media interposée donne plus à penser à une succession de critiques acerbes, d'invectives démesurées, de conflits permanents, de lutte pour le pouvoir. La régionalisation renforce cet état d’esprit et complique la situation puisque actuellement, il faut composer à des niveaux de pouvoir différents et avec parfois des gouvernements de coalitions asymétriques. Aujourd’hui, même pour des causes humanitaires, nos politiciens sont incapables de se rassembler.

    Le cumul des mandats exécutifs est également un sujet d’actualité qui interpelle. La charge ministérielle est-elle à ce point légère qu’elle laisse suffisamment de temps pour d’autres occupations  professionnelles? Le titre de "bourgmestre empêché" avait pour ambition de limiter les mandats exécutifs de nos ministres. Notons au passage que cette notion de « bourgmestre empêché », se transforme subrepticement en « bourgmestre en titre » et aujourd’hui en « bourgmestre nommé ». L’objectif recherché initialement et qui protège encore quelques privilégiés vacille totalement et jette encore un peu plus le discrédit sur les pratiques politiciennes d’autogestion irresponsable.

    Notre pays traverse une période d’incertitude économique, budgétaire et même existentielle. Le temps est aux restrictions. Il est, dès lors, difficile de comprendre l’apparent train de vie coûteux mené par nos mandataires en recherche permanente de notoriété.

    L’éloignement du monde politique, sa mauvaise communication, l’image qu’il donne en Belgique mais aussi à l’étranger nous interpelle pour le moins. Il y a matière à s’interroger sur le saupoudrage ou la dilution des responsabilités entre le fédéral et les régions ainsi que sur l’imbroglio et la multiplication des représentations belges en milieu international… Trois ministres en charge de l’agriculture, quatre des relations internationales … etc ! Il en est de même pour les différentes délégations qui représentent notre pays à l'étranger. La présence de ministres présidents régionaux aux funérailles de Mandela était-elle vraiment indispensable? Quatre ministres du gouvernement fédéral au côté du Roi et de la Reine à l'occasion de l'intronisation du Pape François … ou encore la présence, à deux reprises de certains ministres à la coupe du monde de football au Brésil, avec tous les frais annexes que cela implique? Apparemment, les difficultés budgétaires ne sont vraiment pas les mêmes pour tout le monde.

    Il y a donc bien de multiple raisons à chercher essentiellement dans le monde politique, les motifs pour lesquels les citoyens votent pour les extrêmes.

    Un mandat politique doit reposer sur la confiance des électeurs. Pour convaincre, nos élus se doivent de respecter les principes d’exemplarité, d’intégrité, de probité et d’impartialité. Leur conduite doit être non seulement irréprochable mais le sens de l'abnégation et de modestie doit également les habiter. Ils doivent pouvoir prouver et tout particulièrement aujourd’hui, face à l’affluence de réfugiés, que les mots qu’ils s’attribuent et dont on ne comprend pas toujours le sens profond (Progressiste ? Réformateur ? Humaniste ?), ne sont pas des mots creux.

    Y a-t-il encore aujourd’hui des Hommes et des Femmes d'Etat qui possèdent la capacité d'arbitrer, de s'élever au-dessus des divisions, de se situer au-dessus des vrais conflits et qui d'autre part possèdent et vivent  la notion de service ?

    A eux de nous démontrer que Paul Valéry avait tort en écrivant : « La politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde » !

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON

     

     






    __________
    (1) BARREZ Dirk et SOURIS Christian, Le pays des mille scandales, encyclopédie d'un quart de siècle d'affaires en Belgique, Publication Quorum à Ottignies, 1998
    (2) KING Tim, Politico’s Brussels Sketch, 2 décembre 2015 et 22 mars 2016
    (3) notamment : questions linguistiques, financement illégal de partis, grands travaux inutiles, tueurs du Brabant, pots-de-vin dans les marchés publiques de la Défense, affaire Dutroux, affaire Agusta, condamnation d’hommes politiques, …
    (4) PROXIMITÉ est un groupe rixensartois, indépendant de toute structure politique. Ses élus siègent au Conseil communal, au Conseil de la Zone de Police et au Conseil du CPAS. Ils ne sont membres d’aucune intercommunale et ont fait le choix de n’avoir aucun autre mandat politique extérieur. Depuis dix années d’existence, ils entretiennent un dialogue permanent avec les Rixensartois par le biais des « Carnets de Proximité ».

    MEDIAS

    5 mars 2017 | RTBF "A votre avis", Citoyens en politique, une bonne idée ?

    13 mars 2017 | DUBUISSON Etienne, Parole de citoyen, in Le Vif (Carte blanche)

    Thématique | GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Finances : « Les écuries brûlent-elles ? »

    budget-blue-2.jpgEn septembre 2016, PROXIMITÉ prenait le pouls des finances communales et formulait ses inquiétudes. Quatre mois plus tard, où en sommes-nous ?

    Les comptes de 2016 ne sont pas encore clôturés et ceci est tout à fait normal, le travail de fin d’année est colossal. Mais, la manne providentielle provenant des transferts fédéraux et permettant de clôturer cette même année par un équilibre, n’était toujours pas en vue mi-janvier 2017. Le timing est donc très serré ! Pour figurer encore dans les comptes 2016, il est impératif que ces centimes additionnels abreuvent notre caisse communale au plus vite, sous peine de passer sur le budget 2017 et de creuser celui de 2016.

    Le budget 2017 a fait l’objet d’une première mouture.

    Et déjà, des questions se posent. Par exemple sur la balise d’emprunt. Cette « balise » représente un seuil d’endettement maximal autorisé par habitant. Notre commune compte à présent 22.101 habitants et la balise « acceptable » est de 180 €/habitant, soit un maximum de 3.978.180 € au total.

    Or, selon le calcul avancé par la commune, la balise est de 253,94 €/habitant, soit 73,94 € de trop !

    Heureusement, nos gestionnaires ont pu faire appel aux reliquats d’emprunts non consommés les années précédentes pour stabiliser « artificiellement » cette balise sous les 180 €.

    D’autres artifices du même acabit permettent au budget de rester en équilibre, tels qu’un taux d’emprunt étrangement bas ou encore une recette hypothétique sur la révision des charges salariales.

    Certes, le château n’est pas encore en danger, mais l’incendie des écuries voisines menace …

    20160601 ROMAL Claude nb.jpgClaude ROMAL

    Thématique | FINANCES Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Préservons notre cadre de vie

    218 Rue des Bleuets Sentier de Trelon 2.2016 © Eric de Séjournet 3 (1).jpgLe Plan communal de développement de la Nature (PCDN) tenait son assemblée générale ce 30 janvier 2017 à la Maison communale de Rixensart. La salle était comble et très attentive aux différentes interventions des membres de l’association. Chaque exposé était illustré de magnifiques photos de paysages et d’oiseaux.

    Le PCDN, c’est une équipe active dans une série de domaines relatifs à la protection de la nature à Rixensart, Genval et Rosières. On compte à Rixensart plusieurs réserves naturelles. Il s’agit de sites exceptionnels qui accueillent une flore et une faune à protéger.

    On nous a parlé de la réserve du Carpu au bord de La Lasne, vaste zone humide entre les papeteries de Genval, la rue du Moulin et de la Manteline. Juste au-dessus, se situe la réserve de la Grande Bruyère le long de l’avenue Roosevelt. A côté du Delhaize de la Mazerine, se trouve un bois protégé également (à cheval sur La Hulpe et Rixensart). Le long du château de Rixensart, le ruisseau de Château dans le Bois de Rixensart est aussi un site naturel d’exception. A Rosières, le Grand Cortil, une autre zone nature, borde la vallée de la Lasne. Les balisages de sentiers sont également de la responsabilité du PCDN. Des balades sont régulièrement organisées.

    A la demande de la commune, l’association donne des avis sur des projets d’aménagements. En 2017, par exemple, un projet de mare nature va être créé en bordure de la rue des Bleuets au bout de la Mare aux Loups. Différentes initiatives sont prises par le PCDN avec l’aide de subsides publics pour aménager certains sentiers. Un budget a été obtenu pour installer des caillebotis pour faciliter la promenade le long de la Lasne sans abîmer la zone humide.

    Notre attention a également été attirée sur la pollution lumineuse. Faut-il éclairer les monuments et églises de la commune avec autant d’intensité ? De la publicité a été faite pour l’opération WAPP (en Wallonie, les 24, 25 et 26 mars 2017) qui vise à nettoyer une fois par an la commune par les bénévoles. L’idée est de sensibiliser les adultes mais également les enfants qui servent d’ambassadeurs pour montrer le bon exemple.

    On nous a parlé aussi des chauves-souris, des oiseaux et surtout des batraciens.

    Entre le 15 février et la fin mars, le PCDN mobilise ses membres et amis pour protéger les grenouilles et crapauds, qui attirés par les mares où ils sont nés, s’y dirigent pour se reproduire. Les traversées nocturnes sont souvent dévastatrices. Depuis plusieurs années, le PCDN se mobilise avec l’aide de la commune pour installer des bâches en plastique noir pour empêcher les traversées de route. Cette année, elles seront remplacées par un système plus esthétique. Tous les 10 mètres, des seaux collectent les intrépides batraciens. Plusieurs fois par jour, des membres viennent transporter les seaux remplis de grenouilles et les déposent de l’autre côté de la route. La migration peut alors se poursuivre. Les enfants des écoles sont très heureux d’y participer. Je me suis dit que j’y participerai cette année !

    C’était une belle soirée avec des témoignages passionnants. Cela donne envie de les rejoindre pour participer à ces actions si importantes pour préserver notre cadre de vie.

    Thierry Bennert copie.jpgThierry BENNERT

     

     

     

     



    __________
    Photo | Rue des Bleuets © Eric de Séjournet

    Thématique | ENVIRONNEMENT Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Passage de témoin chez PROXIMITÉ

    Proximité relais du 25 janvier 2017.jpg« Partager et communiquer » sont les deux mots-clés qu’Eric de SÉJOURNET avait choisis pour définir son engagement citoyen lors des élections communales de 2012. Quatre années après avoir été élu conseiller communal sur la liste de PROXIMITÉ Autrement, il a décidé de partager son mandat avec son suppléant et faire entrer ainsi dans le Conseil communal une nouvelle personne compétente et motivée pour défendre nos objectifs.

    Son premier suppléant, Thierry HUET, est actuellement très occupé à développer ses activités industrielles. Ses nombreuses responsabilités, dont celle de Vice-Président de l’Union Wallonne des Entreprises, l’empêchent actuellement d’assumer un mandat communal. C’est donc Thierry BENNERT, second suppléant, qui assure la relève pour les deux années à venir.

    « Accueillir et s’investir » sont les deux mots-clés choisis par Thierry BENNERT en 2012. Licencié en Sciences Commerciales et Financières (ICHEC), trésorier de l’UCL, il a fait le choix de PROXIMITÉ car « c’est une équipe qui étudie et connaît bien les dossiers et qui s'investit dans la gestion communale pour une meilleure qualité de vie pour tous ». Depuis 2012, il est notre délégué à la Commission ‘Finances’ et au groupe de travail ‘Déchets’. Il a accepté de prendre le relais d’Eric de SÉJOURNET et se dit « heureux de se mettre au service des citoyens de la commune en s’y investissant pleinement ».

    Quant au mandat dérivé de Conseiller de la Zone de Police, il sera assumé par mes soins. Je poursuis ma mission de chef de groupe au Conseil communal.

    Eric de SÉJOURNET a adressé le 25 janvier aux Bourgmestre, Echevins et membres du Conseil communal, ses vifs remerciements de lui avoir accordé leur confiance et d’avoir pu, à leurs côtés, défendre les valeurs démocratiques et le bien commun. Il poursuivra ses activités de communication au profit du groupe et, fin mars prochain, me succédera à la présidence de PROXIMITÉ, pour se consacrer à la préparation des élections communales de 2018.

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON

    Thématique | ORGANISATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Investissez dans plus de démocratie

    Adhésion Proximité.jpgPROXIMITÉ Autrement est un groupe indépendant rixensartois qui, loin des états-majors politiques, a une approche citoyenne et participative en matière de gestion communale. Depuis 2006, Proximité s’est forgé une identité sur trois axes : l’écoute, l’action et la transparence.

    Soutenez notre action et adhérez à notre groupement citoyen !

    Investissez dans plus de démocratie : cotisation 2017 de 20 euros à verser au compte bancaire BE23 7795 9186 0991. Merci à vous!

    Thématique | ORGANISATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • PROXIMITÉ ! … Pourquoi ?

    Proximité Autrement 2014 copie 2.jpgOn se souvient encore de certaines grandes figures qui ont marqué positivement et de manière indélébile l'histoire politique de notre pays. Elles sont connues pour leur compétence, leur véritable vocation soutenue par un doux mélange de classe et d'humilité mais également pour leur sens du devoir et du service pour leur pays et sa population.

    Les temps changent et les mentalités évoluent…..

    Aujourd’hui, dans l'opinion publique, l'image de marque de nos dirigeants est écornée et totalement différente au point même de susciter un profond désintérêt qui s’apparente à une perte de confiance.

    Si le discrédit du monde politique réside pour partie dans l'incompréhension de la structure politique et administrative de notre pays, nos élus sont eux-mêmes et pour une bonne part les acteurs de cette perte de confiance. Durant l’année dernière et à chaque niveau de pouvoir, plusieurs évènements malheureux ont encore accentué cette méfiance.

    En effet, nous n’avons pas oublié l’intérêt porté par nos représentants politiques wallons pour tenter de réduire discrètement à néant et à leur profit, le décret visant à limiter le cumul des mandats entre les postes de député et de bourgmestre ou échevin. Personne n’a pu oublier le coût exagéré et heureusement dénoncé de la pension de nos parlementaires. Qui peut avoir effacé de sa mémoire les soubresauts de certains cabinets étrangement gonflés à la veille des élections ? On pourrait encore rappeler parmi d’autres, les plantureuses rémunérations que se sont accordés les mandataires de l’intercommunale Publifin ou le contrôle budgétaire défaillant à l’Office wallon des déchets ou encore l’affaire dite du Kazakhgate que certains n’hésitent pas à qualifier dès à présent, d’un des plus grands scandales d’Etat…..

    Malheureusement ces agissements donnent à penser qu’il s’agit là d’une pratique relativement courante dans les milieux politiques voire même d’une « certaine culture ». Qui n’a jamais entendu parler de scandales dans les logements sociaux, les sports, la gestion des marchés publics, avec l’implication d’autorités locales ou d’administrateurs d’intercommunale. Nous pourrions encore évoquer l’inculpation d’un député bourgmestre pour faits de mœurs ou l’implication d’un ancien ministre et bourgmestre du Brabant wallon qui, pour une mission de consultance douteuse, reconnait avoir reçu des émoluments estimés à 240.000 euros par an ... etc. ... car la liste est encore longue. Toutes ces malversations proches des milieux politiques ou des sphères dirigeantes nous interpellent gravement mais cela ne suffit pas, encore faut-il agir et réagir !

    C’est dans cet esprit de réaction que PROXIMITÉ a vu le jour en 2006. Son nom est déjà tout un message. Son ambition se limite à contribuer, de manière indépendante, positive et désintéressée, à la bonne gestion de la commune avec l’aide de Rixensartois et sans autre mandat politique extérieur.

    Ne crions cependant pas à l’utopie. L’indépendance est peut-être une richesse mais elle a également ses limites. Nous en sommes conscients ! Une formation communale comme la nôtre n’a pas d’ambition démesurée. Elle se veut être le garant de la bonne gestion afin de dénoncer tout écart ou toute malversation éventuelle au sein de la gestion communale. Il ne s’agit donc pas de faire – par principe - opposition au pouvoir en place mais de contribuer avec lui efficacement et concrètement à la construction du bien commun.

    Cette contribution, peut dès lors se réaliser aussi bien avec ou dans une majorité que dans la minorité communale.

    Cette possibilité d’expression libre, PROXIMITÉ l’offre aux Rixensartois par le biais de son écoute, de son action proche des citoyens et en toute transparence grâce notamment à la publication régulière de ses « Carnets ».

    Elle correspond à un souhait de bon nombre de Rixensartois puisque depuis dix ans, PROXIMITÉ dispose de trois sièges au Conseil communal et représente ainsi plus de 12% de la population de notre commune.

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON
    Conseiller communal
    Fondateur de Proximité

    Thématique | COMMUNICATION, GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Meilleurs voeux 2017

    « De temps en temps, il est bon d’arrêter notre quête du bonheur et d’être tout simplement heureux » (Guillaume Apollinaire)693849716.jpg

    Le groupe « PROXIMITÉ Autrement » vous souhaite une heureuse année 2017 !

    Nous resterons à votre écoute, car tout ce qui vous tient à cœur, nous importe. 

    Quant à l’année 2018, celle des élections communales, vous pourrez compter sur nous.

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017