carnets de PROXIMITÉ

  • Nos rendez-vous citoyens

    PROXIMITÉ agenda.jpg


    25 avril 2018 | 20h | Réunion du Conseil communal (Maison communale)

    2 mai 2018 | 20h | Conseil de Proximité (lieu à déterminer) | Participation : membres de Proximité

    23 mai 2018 | 20h15 | Conseil de Proximité (Leur Abri) | Participation : membres de Proximité

    jeudi 24 mai 2018 | 20h00 | Réunion plénière de Proximité (Ferme de l'Eglise à Rosières)

    30 mai 2018 | 20h | Réunion du Conseil communal (Maison communale)

    6 juin 2018 | 20h | Conseil de Proximité (lieu à déterminer) | Participation : membres de Proximité

    13 juin 2018 | 20h15 | Conseil de Proximité (Leur Abri) | Participation : membres de Proximité

    20 juin 2018 | 20h | Réunion du Conseil communal (Maison communale)

    11 juillet 2018 | 20h | Conseil de Proximité (lieu à déterminer) | Participation : membres de Proximité

    8 août 2018 | 20h | Conseil de Proximité (Leur Abri) | Participation : membres de Proximité

    22 août 2018 | 20h15 | Conseil de Proximité (Leur Abri) | Participation : membres de Proximité

    29 août 2018 | 20h | Réunion du Conseil communal (Maison communale)

    Lire la suite

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Les Rosiérois ne restent pas immobiles pour autant

    Rue de Malaise Rosières (montage).jpg

    Le 16 avril prochain, les Rosiérois commémoreront l’anniversaire de la suppression des transports en commun assurés par la société De Lijn les jours ouvrables de 9 à 16 heures entre Maleizen et Wavre.
     
    Dès le 12 mars 2012, un comité de quartier élargi interpella les sociétés De Lijn et TEC ainsi que l’administration communale de Rixensart proposant plusieurs solutions de remplacement. 
     
    Aucune ne sera retenue, nos élus locaux se limitant à adresser en français à De Lijn « ce projet est inacceptable étant donné que la ligne 345 est la seule possibilité pour les habitants de Rosières de rejoindre Bruxelles ou Wavre ». 
     
    Ne pouvant donc ni accéder à Wavre, ni à Genval ou Rixensart, il ne restait aux Rosiéroises et Rosiérois que la possibilité de se rendre à pied via Maleizen pour rejoindre Hoeilaart ou Bruxelles.
     
    C’est alors qu’à de nombreuses occasions sans cesse répétées aux réunions du groupe de travail « mobilité »,  il a été demandé à la commune de Rixensart de sécuriser la rue de Malaise, les piétons l’empruntant n’ayant d’autre choix que de marcher sur la chaussée réservée aux véhicules dont la vitesse autorisée est de 90 km à l’heure entre la Ferme de Woo et la Verte Voie sur le territoire wallon.
     
    La notion de trottoir ne faisant pas encore partie du dictionnaire communal, il a été successivement demandé de déplacer le panneau « fin d’agglomération » après la dernière habitation de la commune ou encore de placer un panneau limitant la vitesse à 50 km/h au-delà de celui indiquant la fin d’agglomération.
     
    A court d’argumentations pour systématiquement refuser les propositions citoyennes, nos responsables communaux se sont finalement adressés à la Wallonie et ont décrété ensemble que la demande de limitation de vitesse n’est pas retenue, cette dernière étant soi-disant adaptée au contexte rural et dégagé.
     
    La majorité communale NAP (MR/CdH) s’obstine depuis 6 ans à ne pas vouloir comprendre qu’à Rosières pour plusieurs personnes non motorisées, la mobilité douce est synonyme de danger de mort.
     
    A vous vous de le décider le 14 octobre prochain.
     
    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, MOBILITÉ, SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Lettre ouverte à Olivier Chastel, président du MR

    Lettre ouverte MR et CDH.jpgMonsieur le Président,

    Nous portons à votre connaissance un triste épisode qui s’est déroulé le 28 mars dernier devant l’assemblée médusée du Conseil communal de Rixensart.

    La commune de Rixensart est dirigée depuis 2012 par un seul groupe politique, la Nouvelle Alliance Pluraliste (NAP), constituée d’élus apparentés MR et CdH. Dans l’opposition, on retrouve les groupes ECOLO, UC/PS et PROXIMITÉ. Ce dernier est un groupe indépendant rixensartois qui a une approche citoyenne et participative en matière de gestion communale. PROXIMITÉ compte depuis 2006 trois élus et s’est forgé une identité autour de trois axes : l’écoute, l’action et la transparence.

    Aujourd’hui, nous constatons que la démocratie est fragile, même chez nous. En effet, en imposant aux habitants sa vision d’une « bonne gouvernance », la majorité absolue NAP (MR/CDH) s’est aventurée sur un terrain qui relève de nos droits fondamentaux. Malgré deux interruptions de séances, indignation et plus ferme opposition sont les maîtres-mots qui caractérisent le passage en force des 15 membres de la NAP (MR/CDH) quand ils ont voté, majorité contre opposition, vouloir garantir l’objectivité et la sérénité d'un futur groupe de travail communal, en excluant les représentants d'un quartier et d'une école, ainsi que d'une asbl, … « liés de quelconque manière à un groupe politique ».

    Malgré l’insistance de l’assemblée de reporter le point au Conseil communal du mois suivant … afin de réfléchir à ce qui rassemble plutôt qu’à ce qui divise, la Présidente du Conseil communal a fait le choix contraire. Contraints, les habitants ont assisté debout et en silence à une démonstration de force NAP (MR/CDH) + LIBERAL sans précédent ouvrant la porte à l’exclusion des représentants désignés par le quartier Poirier-Dieu, par l’École communale La Bruyère Genval et par l’association ‘Hommes et Patrimoine’.

    Dans votre « Programme général pour les élections locales 2018 », nous lisons que le MR considère l’échelon communal comme un lieu privilégié pour faire vivre les valeurs du civisme, de l’engagement, de la participation et de la responsabilité, que le citoyen doit pouvoir participer à la vie publique, que la démocratie participative ne s’oppose pas à la démocratie représentative, qu’elle en est un complément indispensable. Qui plus est, les dirigeants du MR prônent le respect du libre choix.

    Aussi, nous vous adressons cette lettre ouverte afin de vous demander si vous partagez le fait qu’un parti politique puisse de facto s’installer en censeur et exclure des citoyens d’un groupe de travail communal sur base de leur appartenance à un groupe politique ?

    Nous vous remercions pour votre réponse et vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’assurance de nos salutations très distinguées.

    Duo Eric dS et Etienne Dubuisson 2018.jpgEric de SÉJOURNET et Etienne DUBUISSON
    Coprésidents

     

     

     

     

     

    __________

    ⤷ Lettre originale envoyée par voie postale et électronique le 5 avril 2018 : cliquez ici.

    Thématique | CITOYENNETÉ, GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Lettre ouverte à Benoît Lutgen, président du CdH

    Lettre ouverte MR et CDH.jpgMonsieur le Président,

    Nous portons à votre connaissance un triste épisode qui s'est déroulé le 28 mars dernier devant l'assemblée médusée du Conseil communal de Rixensart.

    La commune de Rixensart est dirigée depuis 2012 par un seul groupe politique, la Nouvelle Alliance Pluraliste (NAP), constituée d'élus apparentés MR et CdH. Dans l'opposition, on retrouve les groupes ECOLO, UC/PS et PROXIMITÉ. Ce dernier est un groupe indépendant rixensartois qui a une approche citoyenne et participative en matière de gestion communale. PROXIMITÉ compte depuis 2006 trois élus et s'est forgé une identité autour de trois axes: l'écoute, l'action et la transparence.

    Aujourd'hui, nous constatons que la démocratie est fragile, même chez nous. En effet, en imposant aux habitantssavision d'une« bonne gouvernance», la majorité absolue NAP(MR/CDH) s'est aventurée sur un terrain qui relève de nos droits fondamentaux. Malgré deux interruptions de séances, indignation et plus ferme opposition sont les maîtres-mots qui caractérisent le passage en force des 15 membres de la NAP (MR/CDH) quand ils ont voté, majorité contre opposition, vouloir garantir l'objectivité et la sérénité d'un futur groupe de travail communal, en excluant les représentants d'un quartier et d'une école, ainsi que d'une asbl, ... « liés de quelconque manière à un groupe politique ».

    Malgré l'insistance de l'assemblée de reporter le point au Conseil communal du mois suivant ... afin de réfléchir à ce qui rassemble plutôt qu'à ce qui divise, la Présidente du Conseil communal a fait le choix contraire. Contraints, les habitants ont assisté debout et en silence à une démonstration de force NAP (MR/ CDH) + LIBERAL sans précédent ouvrant la porte à l'exclusion des représentants désignés par le quartier Poirier-Dieu, par l'École communale La Bruyère Genval et par l'association 'Hommes et Patrimoine'.

    Dans votre « Charte de !'Humanisme démocratique », nous lisons que l'humanisme que les membres du CdH défendent s'appuie sur une méthode de participation active de la société civile, à la fois participative et politique, humaine et solidaire. Le CdH dit vouloir renforcer l'esprit d'initiative personnelle ou collective et confier un vrai rôle d'acteur responsable à chacun. Oui plus est, le CdH dit vouloir une société civile forte, en reconnaissant aux citoyens un rôle d'acteur reconnu dans le secteur non marchand et défendre le secteur associatif partenaire des pouvoirs publics.

    Aussi, nous vous adressons cette lettre ouverte afin de vous demander si vous partagez le fait qu'un parti politique puisse de facto s'installer en censeur et exclure des citoyens d'un groupe de travail communal sur base de leur appartenance à un groupe politique ?

    Nous vous remercions pour votre réponse et vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'assurance de nos salutations très distinguées.

    Duo Eric dS et Etienne Dubuisson 2018.jpgEric de SÉJOURNET et Etienne DUBUISSON
    Coprésidents

     

     

     

     

     

    __________

    ⤷ Lettre originale envoyée par voie postale et électronique le 5 avril 2018 : cliquez ici.

    Thématique | CITOYENNETÉ, GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Sécurisation des abords de l’école de Rosières : imbroglio procédural

    Eglise Saint-André 20090408 © Eric de Séjournet (5).JPGLa sécurisation des abords de l’Ecole de Rosières est à l’étude depuis … le 22 octobre 2014.

    Entre cette date et le 28 mars 2018, le Collège de la commune de Rixensart (mandataire) a omis de faire rapport au Conseil communal (mandant) et, sans concertation préalable, s’est autorisé à payer les honoraires correspondant aux deux premiers états d’avancement de l’étude. En se faisant, le Collège n’a pas respecté le cahier des charges.

    Qui plus est, la mission d’étude initiale s’est étendue sans l’aval du Conseil communal, à la construction d’une nouvelle sortie d’autoroute à Rosières, passant juste derrière l’église Saint-André. Les propriétaires concernés, habitants, paroisse et fabrique d’église, n’ont appris que fin du mois de mars 2018, en séance publique (1), qu’ils étaient concernés par une expropriation. Sans compter que, datant de 1844, l’église Saint-André de Rosières risque de subir des dégâts irréversibles.

    Aussi, Etienne DUBUISSON (PROXIMITÉ) a-t-il introduit, en tant que conseiller communal, une question écrite au Collège des Bourgmestre et Echevins. Réponse attendue début mai 2018.

    __________
    (1) Seuls "les parents des élèves de l'Ecole de Rosières et les riverains de ses abords" avaient été conviés à la réunion publique du 26 mars 2018
    (2) photo | Eglise Saint-André et vallée de la Lasne à Rosières © Eric de Séjournet

     

    4 avril 2018

    QUESTION ÉCRITE (1) | Sécurisation des abords de l’École de Rosières, création d’un parking et d’un rond-point, et construction d’une nouvelle sortie d’autoroute passant derrière l’Église Saint-André

     

    Madame la Bourgmestre,
Mesdames et Messieurs les Echevins,

    Selon la Constitution belge (2), « les intérêts exclusivement communaux sont réglés par le conseil communal ». Par ailleurs, le Code de la démocratie locale et de la décentralisation (3) prévoit également que "le conseil règle tout ce qui est d'intérêt communal » (4) et précise encore que le Collège communal est chargé de «l’exécution des résolutions du conseil communal » (5).

    C’est donc tout logiquement que le 22 octobre 2014, le Conseil communal a été appelé à se prononcer sur une mission d’étude relative à la sécurisation des abords de l’École de Rosières. Par un vote favorable, le conseil communal a accepté et imposé le cahier des charges 2014/36T relatif à cette mission et a mandaté le collège (mandataire) d’une mission d’exécution.

    C’est donc tout naturellement que le conseil pouvait s’attendre à recevoir un compte rendu de l’évolution de l’exécution des résolutions prises en rapport avec ce dossier d’intérêt communal. Or depuis octobre 2014 et jusqu’au 28 mars 2018 aucune information concernant ce dossier n’a été transmise au conseil communal, mandataire de cette mission.

    Pourtant, il apparait dans les délibérations du collège que l’adjudicataire a été désigné le 10 décembre 2014, que le 21 octobre 2015, le collège a décidé de payer les honoraires correspondant à l’état d’avancement numéro un, relatif au dépôt de l’avant-projet et que le 18 novembre 2015 il a également décidé de payer les honoraires correspondant à l’état d’avancement numéro deux, relatif à l’avant-projet.

    Au vu du dossier, reçu actuellement par les membres du conseil, cette mission ne semble plus avoir évolué entre novembre 2015 et le 28 mars 2018 puisqu’aucun rapport du collège, écrit ou même oral, n’a été transmis aux membres du conseil.

    Il y a dès lors tout lieu de se poser certaines questions.

    1. Pourquoi le collège n’a-t-il jamais fait part au conseil des différents avant-projets qui, prévus par le cahier des charges (6), devaient reprendre chacun « une piste différente de sécurisation des abords » alors que ceux-ci représentent initialement et de toutes évidences un « intérêt exclusivement communal » ?

    2. Ce marché de service consistant en une mission d’étude, a été attribué en décembre 2015 à la sprl AGUA suivant les critères définis par le Conseil communal. Cette société a-t-elle respecté ses délais d’exécution des trois phases soit respectivement 10, 20, et 3 jours ouvrables ?

    3. Quand la sprl AGUA a-t-elle sollicité la Direction Générale Opérationnelle 1 Routes et Bâtiments (DGO1) comme précisé dans le dossier présenté en Conseil communal de ce 28 mars 2018 (7) ?

    4. La Commission Consultative d’Aménagement du Territoire et de la Mobilité (CCATM) a-t-elle remis un avis concernant le projet présenté en Conseil communal du 28 mars 2018 ? Si oui, lequel ?

    5. La Commission Mobilité a-t-elle remis un avis concernant le projet présenté en Conseil communal du 28 mars 2018 ? Si oui, lequel ?

    6. L’article 146 du cahier des charges précise les modalités d’exécution et de facturation des différentes phases. Le 18 novembre 2015, le collège a approuvé l’état d’avancement N°2 présenté par la sprl AGUA relatif à l’approbation de l’avant-projet et autorisé le paiement. Pourquoi cet avant-projet n’a-t-il pas été présenté, pour approbation par le Conseil communal, comme prévu par le cahier des charges avant d’autoriser le paiement ?

    Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de recevoir, Madame la Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les Echevins, l’expression de mes sincères remerciements.

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON
    Conseiller communal PROXIMITÉ








    __________

    (1) Moniteur belge du 26 avril 2012, Code de la démocratie locale et de la décentralisation
    (2) Constitution belge - Article 41
    (3) Code de la démocratie locale et de la décentralisation- article L1122-30 §1er
    (4) Portail des pouvoirs locaux - Intérêt communal « toute activité et tout objet que les autorités communales estiment devoir s'attribuer pour autant que la Constitution ou la loi n'en ait pas octroyé la compétence à un autre pouvoir ».
    (5) Code de la démocratie locale et de la décentralisation - Article L1123-23
    (6) Cahier des charges 2014/36T - Partie I – Clauses administratives – A. Objet du marché.
    (7) Aménagement et sécurisation du bas de la rue de La Hulpe - Approbation de l’avant-projet définitif et de la convention de collaboration avec la SOFICO et la SRWT – vote

      

    180125_ROS-AE_PU_01-03-esquisse-recadr.png 

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, ENVIRONNEMENT, MOBILITÉ, SÉCURITÉ, TRAVAUX Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • La NAP (MR/CDH) s'aventure sur le terrain des droits fondamentaux

    Exclusion par la NAP MR CDH Rixensart 28 mars 2018 montage Proximité.jpgLa démocratie est fragile, même chez nous.

    En imposant aux habitants sa vision d’une « bonne gouvernance », la majorité absolue NAP (MR/CDH) s’est aventurée sur un terrain qui relève de nos droits fondamentaux. Malgré deux interruptions de séances, indignation et plus ferme opposition sont les maîtres-mots qui caractérisent le passage en force des 15 membres de la NAP (MR/CDH) quand ils ont voté le 28 mars 2018, majorité contre opposition, vouloir garantir l’objectivité et la sérénité d'un futur groupe de travail communal, en excluant les représentants d'un quartier et d'une école, ainsi que d'une asbl, … liés de quelconque manière à un groupe politique.

    Le comble, c’est que ce triste épisode s’est déroulé en plein milieu de l’exposition « #JeSuisHumain » d’Amnesty International, inaugurée il y a peu à la Maison communale.

    Malgré l’insistance de l’assemblée de reporter le point au Conseil communal du mois suivant … afin de prendre le temps de réfléchir à ce qui rassemble plutôt qu’à ce qui divise, la Présidente du Conseil communal a fait le choix contraire.

    Contraints, les habitants ont assisté debout et en silence à une démonstration de force NAP (MR/CDH) sans précédent ouvrant la porte à l’exclusion des représentants désignés par le quartier Poirier-Dieu, par l’École communale La Bruyère Genval et par l’association ‘Hommes et Patrimoine’.

    Le lendemain, ÉCOLO, l’UC-PS et PROXIMITÉ ont diffusé d’une seule voix un communiqué de presse, que vous pouvez lire ci-après.

    Qui plus est, au nom des trois groupes de l’opposition, Etienne DUBUISSON (PROXIMITÉ) a adressé une demande d’information à l’UNIA, qui est le nouveau nom du Centre interfédéral pour l’égalité des chances. L’UNIA est un service public indépendant de lutte contre la discrimination.

    PROXIMITÉ rappelle que la démocratie repose sur la participation des citoyens à la vie publique sous toutes ses formes : les institutions politiques et les institutions judiciaires, la concertation sociale, la presse, la vie associative, la participation à la vie locale. Chacun a le droit de s’engager dans une association pour tenter ainsi de faire évoluer la société, aider ses concitoyens ou influencer les décisions politiques.

    20161119 Eric de Séjournet de Rameignies (Céline Lambiotte fecit) 105 nb (1).jpgEric de SÉJOURNET
    Chargé de communication

     

     

     

     

     

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE CONJOINT UC-PS/PROXIMITÉ/ECOLO DU 30 MARS 2018

     

    A Rixensart, la majorité absolue NAP/MR-CDH impose aux citoyens sa vision d’une « bonne gouvernance »

    Vendredi 30 mars 2018 / Communiqué de presse conjoint des groupes de l’opposition rixensartoise UC-PS, Proximité et Ecolo

     

    Au conseil communal du mercredi 28 mars, les conseillers ont été appelés à voter un point concernant l’avant-projet de révision du plan communal d’aménagement du quartier dit « Poirier Dieu » à Genval – étendu sur l’ancien site de GSK Genval et ses alentours – et la constitution d’un groupe de travail consultatif, qui en étudierait les principaux enjeux. Si nous soulignons la nécessité d’alimenter une réflexion durable avec l’ensemble des acteurs actuels et à venir de ce quartier, nous marquons notre indignation et notre plus ferme opposition quant au fait que la majorité absolue NAP/MR-CDH considère « qu’afin de garantir l’objectivité et la sérénité de ce groupe de travail, les représentants du quartier Poirier Dieu, de l’école de Genval ainsi que l’association Homme et Patrimoine ne devront pas être liés de quelconque manière à un groupe politique». (7ème considérant du point à l’ordre du jour)

    A l’heure où l’enjeu pour notre société est de réconcilier le citoyen avec celles et ceux qui les représentent, la « bonne gouvernance », telle que citée par le Collège, préconiserait donc d’écarter de la vie politique tout.e citoyen.ne engagé.e dans la vie locale et associative. Plus inquiétant, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une clause anti-démocratique et discriminatoire, car celle-ci porte atteinte à la vie privée et empêche les associations et comités locaux de désigner démocratiquement les personnes qui les représenteront au sein du groupe de travail.

    Nos groupes UC-PS, Proximité et Ecolo ont réaffirmé leur soutien total et leur confiance au monde associatif et rappelé en séance que les citoyens qui s’investissent dans les différentes associations et comités locaux sont des personnes responsables, qui élisent démocratiquement et en connaissance de cause leurs représentant.e.s, que ces derniers expriment ou partagent directement ou indirectement une appartenance politique ou non. Nous déplorons enfin que notre proposition d’amendement commun de retrait de ce considérant ait été rejetée par l’ensemble des membres du groupe de la majorité. Ce refus a dès lors motivé notre opposition unanime, non pas sur l’idée de fond de la création d’un groupe de réflexion sur l’avenir d’un quartier, mais sur la création d’un groupe dont certaines personnes seraient exclues ou admises selon le bon vouloir des autorités communales.

    Les conseillers communaux des groupes UC-PS, Proximité et Ecolo.

    Pour le groupe UC-PS : Grégory VERTE (0476/550.129. gregoryverte@gmail.com), Catherine DE TROYER & François LEMAIRE

    Pour le groupe PROXIMITÉ : Etienne DUBUISSON (0476/44.81.98. etiennedubuisson@hotmail.com), Thierry BENNERT & Didier HELLEPUTTE

    Pour le groupe ECOLO : Bernard BUNTINX (0497/16.13.15. buntinx.bernard@gmail.com), Martine BIEMANS, Anne-Marie LEMOINE, Eric BAMPS & Gerald BOCKEN

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, CITOYENNETÉ, GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • La commune invite le Poirier-Dieu en colère

    Rétroactes

    poirier dieuDepuis plusieurs années, le quartier du Poirier-Dieu fait l’objet d’attentions diverses en ce qui concerne son urbanisation.

    Durant les dernières années, ce paisible quartier a vécu sans mot dire, la transformation du parc des Charmettes avec l’installation d’une crèche et de D’Clic, l’implantation d’une école communale, le départ de GSK Genval et la vente de son terrain ainsi que le remplacement d’un terrain de football par un terrain de hockey.

    Récemment, les habitants se sont trouvés simultanément face à deux enquêtes publiques concernant d’une part, l’extension du club de hockey par un terrain d’entrainement et d’autre part, l’implantation d’une maison de repos et de soins de 150 lits. Par ailleurs, la construction d’un éco quartier de 165 logements est toujours prévue et pour couronner le tout, la presse annonce l’implantation d’une école secondaire.

    Tous ces bouleversements présentés séparément par le Collège ont bien évidemment, à nouveau, mis le quartier en émoi et provoqué la colère de ses habitants regroupés en un comité très actif. Ce comité, depuis plusieurs années, n’a cessé de lancer des appels au secours en direction de l’autorité communale afin d’être tenu au courant des intentions en matière d’aménagement de leur quartier. Nous devons malheureusement constater que malgré tous les efforts déployés par le quartier, l’autorité communale a fait preuve de son inaction, de son absence de dialogue et de son manque de répondant qui ont exaspéré les habitants du quartier (voir Carnets de Proximité du 17 décembre 2017). Le 18 décembre 2017, ceux-ci sont intervenus par une prise de parole publique en Conseil communal et le 25 janvier la commune a, enfin, invité les membres du quartier, simplement pour les 'écouter' sans toutefois répondre à leurs inquiétudes 


    Aujourd’hui

    ... face à la colère et l’importante mobilisation citoyenne, le Collège s’est décidé à soumettre le 28 mars 2018 au vote des conseillers, la mise sur pied d’un groupe de travail afin de modifier l’avant-projet du plan communal d’aménagement révisionnel dit 'Poirier-Dieu', voté en Conseil communal le 16 décembre 2015.

    S’agit-il là d’un véritable changement d’attitude de la part de nos autorités communales ?

    Quoi de plus normal dès lors de s’interroger sur leurs intentions soudaines et l’objectif poursuivi dans ce dossier…..calmer le jeu et gagner du temps avant les élections toutes proches ? …. ou enfin accepter de revoir le dossier du Poirier Dieu dans son ensemble, sans tabou? Après deux années de tergiversations, peut-on vraiment croire que le Collège NAP (MR/CDH) souhaite enfin agir, faire preuve d’écoute, de concertation et sortir à reculons de l’imbroglio que représente l’aménagement territorial de ce quartier ?

    Le Collège des Bourgmestre et Echevins, rappelons-le, à la tête d’une majorité absolue, propose aujourd'hui de réunir des représentants de tous les groupes politiques, du quartier Poirier Dieu, de l’École communale La Bruyère Genval et de l’association Hommes et Patrimoine. Procéder de la sorte, va apparemment dans le bon sens.

    poirier dieuApparemment seulement car avant l’entame de la première réunion, le Collège exclut déjà d’autorité, « les représentants du quartier Poirier-Dieu, de l’école de Genval ainsi que de l’association Hommes et Patrimoine, liés d’une quelconque manière à un groupe politique ». Le Collège NAP (MR/CDH) s’installe de facto en censeur et restreint la liberté des représentations dans le choix de leurs propres représentants au sein de ce groupe de travail. Une bien triste et peu élégante façon d’évincer certaines personnes impliquées bénévolement dans ce dossier et déjà considérées comme des adversaires.

    Dans de telles conditions, qu’en sera-t-il des conditions de travail de ce groupe et de l’orientation qui lui sera donnée ?

    Soyons clairs …. certaines questions restent posées et le collège doit préciser dès maintenant s’il accepte de revoir le dossier de manière globale, sans le saucissonner, comme le comité de quartier le souhaite depuis de très nombreux mois. Cela inclut, la construction de la MRS, les nuisances jusqu’à présent ignorées du club de hockey et sa demande d’extension, la diminution de la densité de l’éco quartier, l’installation éventuelle d’une école secondaire, les espaces verts et l’avenir du 'parc' des Charmettes, l’installation prochaine du 'Cerceau' dans un nouveau bâtiment, sans omettre bien sûr de se pencher sur les aspects mobilité et le maillage du site en termes de voiries et de sentiers.

    Rappelons en guise de conclusion, que PROXIMITÉ écrivait déjà dans ses Carnets le 17 décembre 2015 que « l’avant-projet du PCAR du Poirier-Dieu, présenté au Conseil communal de décembre, n’est certainement pas parfait, aucun PCA ne l’est. Le groupe de travail, (…) devra poursuivre son analyse et aussi tenir compte des remarques objectives qui lui parviendront. Une diminution de la densité semble une option raisonnable. L’idéal, compte tenu de la population et de la mobilité serait d'une cinquantaine de logements ! »

    poirier dieuEtienne DUBUISSON

     

     

     

     

     


    __________

    photos | Stade de Football, rue du Tilleul (Genval) octobre 2017 © Eric de Séjournet

  • Notre 3ème campagne citoyenne est lancée

    PROXIMITÉ l'ambition citoyenne.jpg

    En Wallonie, PROXIMITÉ est le seul groupement véritablement citoyen, donc apolitique par définition, à se présenter 3 fois de suite au suffrage des électeurs et qui a obtenu 3 sièges à chaque élection communale.  

    Sans discontinuer, nos 3 mandataires et membres actifs ont prouvé depuis 2006 qu’il est possible, même à partir des bancs de la minorité, de faire valoir une vision plus citoyenne que politique.

    Lors de sa Réunion plénière de Printemps, PROXIMITÉ a présenté ses nouveaux membres, le bilan 2012-2018 réalisé par ses « bénévoles de la politique communale » et les grands thèmes de sa nouvelle campagne électorale. Tous ces éléments seront détaillés et portés au fur et à mesure à la connaissance des (é)lecteurs, via une communication renforcée et rajeunie. Celle-ci sera à la fois citoyenne et incisive, didactique et exhaustive avec en point de mire, les primo-votants, jeunes ou nouveaux arrivants dans la commune, et tous les Rixensartois en quête de plus de démocratie.

    En 2018, PROXIMITÉ remet donc le couvert avec une ambition citoyenne renouvelée. Haut et fort, le groupe déclare vouloir mener, au niveau maïoral si l’électorat en décide, une politique communale réaliste et citoyenne et préserver l'intérêt commun des habitants au-delà des clivages idéologiques et politiques …. Voter PROXIMITÉ, c’est accéder à plus de démocratie et donner une énième chance à la démocratie participative.

    Par exemple, n’avons-nous pas tous intérêt à ce que les décisions d’un Collège des Bourgmestre et Echevins soient prises avec un maximum de garanties démocratiques ? C’est pourquoi, l’objectif affiché de la campagne de PROXIMITÉ est de vous demander d’empêcher la reconduction d’une majorité absolue par un vote 100 % citoyen.  

    Eric de SÉJOURNET et Etienne DUBUISSON
    Coprésidents

    Montage 2018 Eric dSdR et Etienne Dubuisson.jpg

    Thématique | ÉLECTIONS Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Réunion plénière du 15 mars 2018

    Investissez dans plus de démocratie (1).jpg

    Le jeudi 15 mars 2018, le groupe PROXIMITÉ vous invite à sa Réunion plénière du Printemps. Rendez-vous à 20 h à la Ferme de l’Eglise à Rosières (ouverture des portes à 19h15).

    Etienne DUBUISSON et Eric de SÉJOURNET animeront la réunion, dont voici l’ordre du jour :

     Accueil des membres

     Bilan 2012 - 2018 de PROXIMITÉ

     Lancement de la 3ème Campagne électorale de PROXIMITÉ
       (thèmes de campagne soumis à l’approbation de l’assemblée)

    Les coprésidents, nos élus et nos délégués répondront à toutes vos questions.

    Vers 21h30, nous nous retrouverons autour du verre de l’Amitié.

    Lors de cette réunion plénière, nous apprécierons que les dames apportent de quoi régaler les papilles (sandwiches, tartes, biscuits), et les hommes une boisson (eaux, jus de fruits, vins rouge ou blanc). Merci d’y penser.

    Nous nous réjouissons de vous retrouver le jeudi 15 ! Merci de confirmer votre présence auprès d'Eric de Séjournet (eric.de.sejournet@gmail.com).


    Thématique | CITOYENNETÉ, COMMUNICATION, ÉLECTIONS, ÉVÉNEMENTS, ORGANISATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • « Fort Apache » dans le Clos des Marnières ?

    Le quartier du Clos des Marnières et de l’avenue Georges Marchal est en émoi et s’interroge sur le projet de la Commune de Rixensart et de la société de logement de service public "Notre Maison" de construire sur le seul terrain plat subsistant dans le clos une infrastructure sportive de quartier qui plus est, sous les fenêtres des chambres à coucher des habitants. ‘Fort Apache’ est le surnom donné par certains à cette construction (voir photo du projet).

    Clos des Marnières 3.2018 © Eric de Séjournet 2 (1).jpg

    Théoriquement, le concept des ‘petites infrastructures sociales de quartier’ (PISQ) s’inscrit dans la lutte contre l’exclusion sociale et l'amélioration de la cohésion sociale dans les quartiers. Elles devraient avoir pour fonction d’amener les jeunes et moins jeunes à se rencontrer et à tisser ou retisser des liens sociaux. 

    Toutefois, le projet d’installation d’un PISQ doit être accompagné d’une concertation sous l’égide du porteur de projet au travers d’un comité d’accompagnement spécifique associant les représentants du quartier. Il doit être fait rapport à la Commission communale d’accompagnement du Plan de Cohésion sociale.

    Je me suis rendu sur place le samedi 10 mars 2018. Des discussions menées avec les riverains, il ressort qu’ils ne sont pas demandeurs de ce type d’infrastructure. Ils invoquent, 

    • « le fait qu’hormis un panneau à l’entrée du site, les riverains n’ont pas été dûment informés du projet »
    • « la contiguïté des appartements Notre Maison (chambres à coucher) », 
    • « les nuisances sonores pour tout le quartier », 
    • « l’insécurité des lieux (délinquance, absence de contrôle/concierge) », 
    • « l’absence d’accès pour les enfants et adultes à mobilité réduite », 
    • « l’impact sur l’environnement (abattage d’arbres, déchets) ». 

    Qui plus est, les habitants tiennent à leur environnement subsistant. « Les très beaux arbres formant un écran de verdure tout l’été. En automne, ils sont chatoyants et donnent une certaine intimité aussi bien aux édifices des logements sociaux qu’à l’immeuble de l’avenue Georges Marchal. Sans compter, qu’à la suite des nouvelles constructions dans le bas du clos, les oiseaux prédateurs, tels que corneilles et pies occupent le terrain au détriment des moineaux qui ne trouvent plus de petits arbres ou buissons pour nicher. Quant aux familles d’écureuils qui nichent dans le haut des arbres et qui passent de l’un à l’autre et venaient se nourrir chez certains habitants de notre immeuble, ils vont disparaître. Toute la faune et la flore de l’endroit va être chamboulée ».

    PROXIMITÉ propose une alternative, partagée par les riverains rencontrés : la construction d’un terrain de jeux pour enfants de 2 à 8 ans, qui n’altérerait pas les lieux et permettrait aux riverains d’y organiser à l’avenir des activités de quartier.

    Egalement alerté, Etienne DUBUISSON, conseiller communal PROXIMITÉ, s’est adressé à la Bourgmestre, qui rappelons-le, est également vice-présidente de la scrl Notre Maison. Il lui a demandé d'organiser, avant toute décision et dans les meilleurs délais, une réunion de concertation ou pour le moins d'information avec les habitants de ce quartier, car il s'agit d'une modification importante de leur milieu et de leur confort de vie.

    20130822 Eric dSdR © Isaline de Vuyst-001 copie 4.jpgEric de SÉJOURNET  

     

     

     

     

    Collage_Fotor (1).jpg
    Clos des Marnières 11 mars 2018 © Eric de Séjournet

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, ENVIRONNEMENT, JEUNESSE, SÉCURITÉ, SOCIAL, SPORTS Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Adhérez à notre groupement citoyen !

    PROXIMITÉ est un groupe indépendant rixensartois qui, loin des états-majors politiques, a une approche citoyenne et participative en matière de gestion communale. Depuis 2006, PROXIMITÉ s’est forgé une identité sur trois axes : l’écoute, l’action et la transparence.

    Soutenez notre action et adhérez à notre groupement citoyen !

    Investissez dans plus de démocratie : cotisation 2018 de 20 euros à verser au compte bancaire BE23 7795 9186 0991. Merci à vous !

    Thématique | ORGANISATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • De bonne source ...

    Rope-03235 © DILMEN Nevit Wikipedia.JPG28 février 2018

    Rixensart, commune hospitalière | Rixensart s’est officiellement déclarée 'commune hospitalière'. A son échelle, elle s'engage pour une politique migratoire basée sur l’hospitalité, le respect des droits humains et les valeurs de solidarité. Elle facilitera les démarches pour tous les migrants … les demandeurs d’asile, donc, mais aussi les autres personnes en situation parfois plus précaire encore, comme les sans papiers. Qui plus est, Rixensart sensibilisera sa population aux questions migratoires, et améliorera concrètement l’accueil des migrants dans le respect des droits.

     

    28 février 2018

    Visites domiciliaires | A l’instar de nombreuses communes wallonnes et bruxelloises, le Conseil communal de Rixensart a adopté une motion contre le projet de loi du Gouvernement fédéral visant à autoriser les visites domiciliaires chez un tiers en vue d'arrêter une personne en séjour irrégulier. En effet, pour les élus rixensartois le droit au respect de la vie privée et le droit à l’inviolabilité du domicile sont des principes fondamentaux.

    13 février 2018

    Clients à mobilité réduite | Le Colruyt de la rue Huens à Rixensart met deux parkings à la disposition des personnes à mobilité réduite (PMR). Toutefois, Etienne DUBUISSON (PROXIMITÉ) a remarqué que les emplacements sont trop étroits pour les PMR et ne sont pas conformes à la législation. Il l’a fait observer à la direction de Colruyt le 22 janvier 2018, qui lui a répondu le 30 janvier 2018. Le 13 février, c'est chose faite : Colruyt a pris les mesures nécessaires et deux nouvelles places de parking aux dimensions légales ont été installées sur le parking Colruyt de Rixensart.

     

    Lire la suite

    Thématique | DE BONNE SOURCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Bornes d'incendie sous pression (3)

    Le Conseil communal du 28 février a voté à l'unanimité le contrat d’entretien des 700 bornes et hydrants incendie de Rixensart et Rosières.

    La Société Wallonne des Eaux (SWDE) les entretiendra toutes et remplacera 20 bornes irréparables. Un état des lieux régulier sera présenté par la SWDE à la Commune de Rixensart pour contrôler l’avancement. L’information sur l’état des hydrants devrait être communiquée aux pompiers via une application informatique développée par Vivaqua.

    PROXIMITÉ, qui avait dénoncé le problème le 8 décembre 2017, se réjouit que la commune n'a pas tardé de prendre des mesures pour améliorer la protection incendie des habitants.

     
    Thierry Bennert copie.jpgThierry BENNERT

     

     

     

     

     

     

    Thématique | SÉCURITÉ, SERVICES A LA POPULATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Michel Wautot se retire de la vie politique

    Après 25 ans au service de la commune de Rixensart, Michel WAUTOT, conseiller communal PROXIMITÉ de 2006 à ce jour, a annoncé au Conseil communal du 28 février 2018 son retrait de la vie politique. 

    27 WAUTOT Michel 9.2012 © Francis Floor - copie.jpgMadame la Bourgmestre, Monsieur le Directeur Général, Chers Amis et Collègues,

    Ce premier mars, je mettrai fin à ma charge de conseiller communal. Voilà vingt-cinq ans que je consacre une partie de mon temps au service de ma commune. De 1992 à 2007 comme vice-président et président de la CCATM et depuis 2006 à ce jour comme conseiller.

    Ce sera mon ami Didier Helleputte qui me remplacera. Vous n’y perdrez pas au change.

    Fin janvier, j’ai atteint un âge qui vous laisse dans l’expectative du « futur » de votre avenir. Ces vingt-cinq dernières années, entre vie professionnelle et vie communale, j’ai souvent dû mettre en veilleuse des occupations dont l’objet me tenait à cœur. Je pourrai à nouveau m’y consacrer.

    Il va de soi que, dans le cadre d’Hommes et Patrimoine et ou dans la mesure de mes moyens et des limites de mes capacités, je reste disponible pour la commune, si elle le juge utile. Comme ce fut encore le cas dans le dossier de la Cure de Rosières.

    Enfin, je voudrais vous remercier de l’attention que vous m’avez prêtée et de la sympathie que vous m’avez témoignée tout au long de mes deux mandats.

    Je vous souhaite à tous une excellente année.

     

    Au nom du groupe PROXIMITÉ, Etienne DUBUISSON a exprimé ses remerciements :

    Je sais que Michel n’aime pas les discours mais cette fois-ci il doit quand même accepter de souffrir quelque peu, le temps de le remercier brièvement pour son engagement de la première heure au sein de PROXIMITÉ !

    Ayant côtoyé le monde politique depuis de nombreuses années, tu étais plus que réticent à te mettre sur une liste électorale. Il a fallu être très convainquant pour t’amadouer et je reconnais que ce n’a pas été simple.

    Avec toi, en onze ans de temps, nous avons beaucoup appris. Avec la rigueur et la clairvoyance qui te caractérisent, tu nous as initiés, détaillés et associés à d’importants dossiers dans des domaines à nos yeux compliqués et ingrats comme l’aménagement du territoire ou l’urbanisme. En bon pédagogue, pendant toutes ces années, ces matières qui apparemment n’ont aucun secret pour toi et qui s’apparentent même à une véritable passion, tu as voulu nous les transmettre. Maître en la matière, tes conseils sont - chez nous et en dehors de notre groupe - toujours recherchés et appréciés. Ta réputation dépasse d’ailleurs les limites de notre commune et la reconnaissance qui t’est due, n’est pas toujours à la hauteur de ton engagement et de la qualité de tes conseils ou recommandations ... mais en t’engageant en politique tu t’y attendais et en Gentlemen que tu es, tu sais que le principal c’est que le but soit atteint ... même si d’autres s’attribuent tes mérites.

    Nous te devons une profonde reconnaissance pour plusieurs réalisations architecturales dans notre commune et à défaut de l’oublier, je rappellerai notamment et parmi d’autres, tes interventions ou même tes études, pour l’aménagement de la place de Bourgeois et celui des papeteries de Genval. Je pense également à toute l’énergie que tu as dépensée pour la rénovation du Beau Site ou pour sauvegarder le souvenir et le style d’anciens bâtiments. Je peux, sans hésiter, citer la crèche de Genval, le projet Normandie et pourquoi pas encore plus récemment tes conseils discrets pour la cure de Rosières. Tu t’es également dépensé très énergiquement pour l’aménagement du centre de Rixensart ou pour soulever les problèmes de densité dans certains quartiers et entre autres celui des gares ou des Charmettes.

    Aujourd’hui, Michel, avec tes 14 années comme vice-président ou président de la CCATM et tes 11 années comme conseiller communal, tu totalises 25 années au service de ta commune et cela mérite bien une reconnaissance et un merci.

    Pour ma part, et à titre personnel, je souhaite encore te remercier d’avoir eu la délicatesse, qui te caractérise, de retarder ton départ de quelques mois et d’attendre mon retour aux affaires après mon opération et ma longue convalescence ... preuve de plus, s’il en faut, qu’aujourd’hui, c’est un gentleman qui quitte conseil communal de Rixensart. Merci Michel ... bonne route, bon vent et beaucoup de satisfaction dans tes nombreuses activités qui t’attendent depuis si longtemps !

    Thématique | COMMUNICATION, ORGANISATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Des relations entre Rixensart et Notre Maison (2)

    Surpris par l’important développement immobilier de la société de logement de service public Notre Maison (SCRL) dans Rixensart et d’autre part, peu informé en tant que conseiller communal sur les relations que cette société entretient avec notre commune, il m’a semblé tout à fait normal, à titre de renseignement, d’entreprendre quelques recherches. 

    Les derniers rapports annuels de Rixensart, peu explicites à ce sujet, mentionnent l’existence de 393 logements sociaux et 20 nouveaux logements destinés à la vente et construits par la scrl dans notre commune.

    Par ailleurs, sur son site, la société nous indique que 25% de ses logements en Brabant wallon sont situés dans la commune de Rixensart ce qui ne manque pas non plus de nous interpeller. 

    Ce manque d’information m’a incité à questionner plus avant le Collège des Bourgmestre et Echevins sur les relations entretenues entre Rixensart et cette société. Depuis quand ? Pour combien de temps ? Capital et situation financière ?  Responsabilité du conseil communal et du collège ? Engagements de la commune ? etc.

    Une question écrite en dix points a donc été déposée le 30 novembre 2017 et la réponse du Collège m’est parvenue le 29 décembre 2017. La réponse n’étant que partiellement satisfaisante. Convaincu que certaines erreurs administratives sont commises à Rixensart au niveau de la gestion administrative des dossiers de la SCRL, PROXIMITÉ a reposé les trois mêmes questions en appuyant notre raisonnement sur des extraits du règlement de la Société wallonne du logement (1).

     

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON

     

     

     

     

     

    __________
    (1) DUBUISSON Etienne, Question écrite n° 2 concernant les relations entre la commune de Rixensart et la société de logement de service public 'Notre Maison' (SCRL), 25 janvier 2018

    Thématique | GOUVERNANCE, LOGEMENT Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • La transparence n’est pas un rêve … c’est une exigence ! (3)

    Exigence Rêve.jpg

    Depuis quelques temps, dans certaines communes, la transparence n’est plus un rêve…c’est la volonté des mandataires communaux et une marque de respect vis-à-vis de leurs citoyens. Ceux-ci sont considérés comme des partenaires à part entière dans les aspects importants de la gestion de leur commune. Ils sont invités à participer activement à l’élaboration de grands projets et à suivre l’évolution de leur cadre de vie. Ils connaissent l’agenda annuel des rencontres de quartier avec leurs mandataires communaux qui, soucieux de la transparence, déclarent leurs activités et tous leurs mandats sur le site de la commune ainsi que le nom des représentants dans les différentes commissions communales.

    La transparence c’est diffuser, au moyen d’une bonne communication, des informations fiables et pertinentes. Dans de telles conditions, elle suscite de l’intérêt, devient un tremplin d’idées neuves, elle permet de mesurer l’adéquation entre les déclarations des mandataires et leurs réalisations tout en étant par ailleurs un réel obstacle aux malversations diverses.

    Par contre, … l’absence de transparence crée la méfiance. C’est parier sur l’ignorance et la passivité des citoyens. C’est permettre à nos mandataires de faire leur propre publicité … à leur manière, à jouer sur la sympathie plutôt que sur leurs véritables réalisations et à s’imprégner d’une certaine conception élitiste de leur fonction.

    La transparence est donc vraiment le propre d’un mandat représentatif car elle permet d’apprécier l’intégrité et l’éthique d’un mandataire. Les élus ne sont ni les propriétaires ni les souverains de la commune. Ils ne sont que locataires de la maison communale. Ils ne reçoivent pas un blanc-seing tous les six ans pour faire ce pourquoi ils s’entendent entre eux. Dans la société multi connectée d’aujourd’hui, l’intelligence des citoyens ne peut plus être ignorée et le manque d’information, le manque de communication à leur égard pourraient être interprétés comme une forme de mépris et d’arrogance. Les mandataires politiques tirent leur légitimité de leurs électeurs. De par leur élection, ils reçoivent une procuration pour un temps déterminé, une autorité de représentativité. Ils n’en deviennent pas pour autant, eux-mêmes, une autorité ! Ils exercent un service pour lequel ils sont rémunérés par leurs concitoyens pour agir en leur nom et pour eux, pour le bien commun ! Une attitude responsable et consciencieuse ainsi qu’un devoir d’humilité s’imposent donc !

    Les représentants politiques sont censés œuvrer dans l’intérêt général de la population. Ils ont par voie de conséquence, l’obligation morale d’écouter, d’agir et de rendre régulièrement des comptes à leurs mandants. Mais rendre quels comptes ? … à qui ? … si personne n’est valablement informé, si personne n’est vraiment au courant de ce qui se prépare dans le secret de la maison communale ? Bien sûr, tout un chacun a toujours la possibilité d’assister au conseil communal…mais assister ne veut pas encore dire comprendre ni donner son avis. Bien trop souvent, les points mis à l’agenda, ne font pas l’objet d’une réelle présentation ou d’un débat de fond. Ils sont généralement supposés connus des membres du conseil et bouclés par un accord de majorité avant l’entame de la discussion en séance publique. Il s’agit donc là, pour le citoyen, d’une attitude résolument passive qui génère tout naturellement un désintérêt et une grande lassitude. La transmission du savoir est capitale et elle appartient à nos mandataires. Ce n’est pas à travers leur site individuel étoffé à leur gloire personnelle, que l’électeur se rendra compte du travail réellement accompli mais bien grâce à la communication permanente du collège communal, à son écoute, aux rencontres régulières avec les électeurs éventuellement sous une forme de gouvernance participative, grâce également au rapport communal annuel des activités rendu public et rédigé par les membres du collège des bourgmestre et échevins ainsi que par l’administration communale … en résumé, grâce aux liens constructifs, vrais et permanents tout au long du mandat qui leur est confié.

    Les mandataires sont, pour la durée de leur mandat, les véritables détenteurs de la démocratie. Il leur appartient de la faire vivre, de l’animer par l’action et le partage d’informations et par une bonne communication. C’est aussi le seul moyens de maintenir l’intérêt du citoyen, de véritablement le respecter, de le responsabiliser à la gestion de sa commune et de son cadre de vie. Une politique transparente devrait aussi avoir pour effet de choisir les élus sur base de leurs réalisations, de leurs idées, de leurs propositions concrètes et de les obliger à se consacrer totalement à leur tâche durant toute la durée de leur mandat, sans qu’ils se soucient trop tôt de leur réélection et sans pour autant entamer une 'campagne électorale' un an avant l’heure pour s’assurer d’être suffisamment connu !

    A l’aube de cette année électorale faisons de la transparence une exigence car elle engendre la connaissance et … l’écoute, le respect. Ne s’agit-il pas là, deux éléments essentiels en démocratie pour mener à bien l’action politique de proximité communale ? Restons plus que jamais attentifs durant la campagne électorale et vigilants au moment de voter car « le monde récompense plus souvent les apparences du mérite que le mérite même » (1).

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON (2)

     

     

     

     


    __________
    (1) de LA ROCHEFOUCAULD François (1613-1680), Réflexions ou Sentences et Maximes morales
    (2) DUBUISSON Etienne, La transparence n'est pas un rêve ... c'est une exigence !, in Le Vif, 20 janvier 2018 

    Thématique | COMMUNICATION, GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Bornes d'incendie sous pression (2)

    Depuis 5 ans, PROXIMITÉ édite dans le 'Bulletin des Questions et Réponses' (voir colonne de droite des Carnets de Proximité) les questions écrites de ses conseillers communaux, mais également les réponses intégrales données par le Collège des Bourgmestre et Echevins.

    Fire_hydrant_knocked_over.jpgDernièrement, Thierry BENNERT (PROXIMITÉ) introduisit une question écrite concernant le fonctionnement et la visibilité des bornes d'incendie à Rixensart (voir les Carnets de Proximité du 8 décembre 2017).

    Dans sa réponse du 8 janvier 2018, la Commune de Rixensart indique que pour Genval elle a une convention avec INBW (ex. IECBW) pour l'entretien des hydrants d'une partie de la Commune (Genval). L'intercommunale nous envoie chaque année un rapport que nous transmettons à la Zone de Secours du Brabant wallon. Un accès direct via la plateforme de Vivaqua permet à la Zone de secours d'obtenir les informations nécessaires (le débit de l'eau, les hydrants non fonctionnels ....). 

    Tandis que pour les entités de Rixensart et Rosières ... une convention similaire a été demandée et obtenue (Rixensart et Rosières) à la SWDE et sera présentée prochainement au Conseil communal. 

    Quant aux questions posées voici texto les réponses du Collège des Bourgmestre et Echevins.

    1. De quand date la dernière inspection des différentes bornes d'incendie appartenant à la SWDE et quelle fut la teneur du rapport au sujet de leur fonctionnement ?

    A notre connaissance il n'existe pas de rapport fait par la SWDE.

    Suite à un courrier reçu le ler septembre 2017 de la Zone de Secours du Brabant wallon nous signalant les problèmes de débits d'eau rencontrés lors d'une intervention chez un particulier à Bourgeois, plusieurs dispositions ont été prises :

    Un courrier (service des travaux) a été envoyé le 6.10.2017 à la SWDE.

    Une réunion s'est déroulée le 27.11.2017 avec les services travaux, juridique et prévention incendie afin de faire un cadastre des eaux stagnantes, une demande pour l'entretien des hydrants par la SWDE et vérification des accès aux bornes et signalisation.

    Un courrier a été envoyé le 12.12.2017 à la SWDE demandant une convention de maintenance similaire à celle que nous avons avec l'INBW.

    2. Quand le prochain contrôle sera-t-il effectué? Quid de l'entretien?

    Une convention pour l'entretien des hydrants par la SWDE sera présentée prochainement au Conseil communal.

    3. Comment la Commune de Rixensart compte-t-elle améliorer la visibilité des bornes incendie? souvent le panneau « H » qui se trouve en hauteur à proximité de celles-ci est masqué par la végétation ou blanchi par les rayons du soleil. La taque qui donne accès à la bouche devrait être jaune et bien visible. A Rixensart, celle-ci est souvent sale et recouverte de feuilles et végétation.

    Lors de la réunion du 27.11.2017, il a été convenu diverses interventions avec le service travaux (dégagement des accès) et commande de nouvelles plaques de signalisation.

    4. La Commune de Rixensart envisage-t-elle de demander, via le Rixensart lnfo et le site internet communal, aux habitants d'être attentifs à ces bornes et de ne pas stationner leur véhicule sur celles-ci?

    Sachez à cet égard que le RGP prévoit en son Article I.2.13 (SA) : « L'utilisation privative de la voie publique doit respecter les conditions fixées dans l'autorisation, elle ne peut gêner ou empêcher le repérage l'accès ou l'utilisation des ressources en eau (notamment pour l'extinction des incendies) et en gaz, des égouts et de leurs couvercles ainsi que, plus généralement, de tout câble et canalisation. Lors d'une utilisation privative de la voie publique, il est interdit de dénaturer, dégrader ou dissimuler les signaux d'identification et de repérage de ces ressources, câbles et canalisations. »

    Un avis est mis sur le site internet et sera publié dans le Rixensart lnfo.

    5. La Commune de Rixensart insistera-t-elle auprès des services de secours pour demander systématiquement l’envoi d'un camion- citerne complémentaire pour les interventions incendie à Rixensart ?

    Nous avons envoyé un courrier à la Zone de secours du BW demandant l'envoi systématique d'un camion- citerne complémentaire.

    Toutefois, après un entretien téléphonique avec le Major Filleul, commandant de Zone, il nous a spécifié qu'en général en cas d'incendie, 2 véhicules étaient envoyés, l'autopompe et un véhicule avec échelle.

    Le camion-citerne était envoyé uniquement en complément selon les besoins.

    Et le Collège conclut : Comme vous pouvez le constater, nous suivons ce dossier avec la plus grande attention ...

    ... PROXIMITÉ aussi, car il subsiste encore des motifs d'inquiétude : le manque de pression d’eau et les fuites très importantes du réseau SWDE. En effet, en Conseil communal, la Bourgmestre a expliqué que le réseau de la SWDE n’est pas en bon état ! 25% de l’eau du réseau est perdue suite aux différentes fuites du réseau. A titre d’info, les pertes dans le réseau IEBW sont de 10%. Ceci occasionne un manque de pression. Hors faute de pression, un hydrant même bien entretenu ne permet pas aux pompiers d’intervenir efficacement. Malgré un entretien préventif des hydrants, il est donc primordial que le réseau de distribution d’eau soit entretenu et que les canalisations défectueuses soient remplacées.

    Thématique | SÉCURITÉ, SERVICES A LA POPULATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Gare de Rixensart : quid des aménagements ?

    5. Gare de Rixensart (projet Eurogare) - copie.jpg

    Il y a plus d'un an déjà les élus rixensartois se sont penchés sur une motion relative à la réalisation des travaux de sécurité et de confort aux accès et d’un maintien d’un service voyageurs de qualité aux gares de Genval et de Rixensart. Elle fut votée le 26 octobre 2016 par le Conseil communal et transmise à la Direction d’Infrabel et aux Ministres fédéraux et régionaux ayant la mobilité dans leurs attributions (1).

    PROXIMITÉ est intervenu une nouvelle fois en Conseil communal du 18 décembre 2017 pour qu'enfin des démarches soient entreprises vis-à-vis de la SNCB/INFRABEL pour obtenir une meilleure offre de train vers Bruxelles et vers Ottignies LLN, un aménagement correct de la gare ainsi que des ascenseurs pour faciliter l’accès aux quais (1).

    Thierry BENNERT (PROXIMITÉ) a également rappelé que le projet présenté par INFRABEL montrait que les talus arborés étaient remplacés par des murs recouverts de végétation. Principalement sur Rixensart, la végétation n’a jamais été plantée … et la verdure ‘sauvage’ ne s’y installe pas car la terre dans ces bacs en béton est pauvre et n’est pas arrosée. Nous pensons qu’une solution doit être trouvée rapidement. A titre d’exemple, Thierry BENNERT a cité la façade des parkings GSK rue de l’Institut. Si rien n’est entrepris rapidement vis-à-vis de la SNCB, tout ceci restera en l’état pour toujours.

    La Bourgmestre acquiesça et souligna qu’un rendez-vous ... allait être pris ...

    __________
    (1) Le Conseil communal du 26 octobre 2016 demanda à Infrabel d’avoir des garanties formelles, avec un planning précis, sur la bonne exécution des travaux suivants :
    - le placement des ascenseurs pour un accès sécurisé aux transports publics de toute personne, y compris les personnes à mobilité réduite;
    - les aménagements assurant la sécurité et le confort indispensables lors de l'accès aux quais et aux abords des gares (hauteur, largeur des quais et des accès, auvents, range-vélos, salle d'attente ... ) ;
    - la construction de la gare de Rixensart, avec implantation d'un guichet pour les voyageurs (*);
    - la mise en place d'un service clientèle de qualité pour les deux gares.
    Par contre, l’implantation d’un guichet pour les voyageurs (voir * ci-dessus) a fait l’objet d’un amendement qui n’a pas fait l’unanimité : par 15 voix pour, 4 voix contre (Messieurs Vanderbecken, Remue, Madame Van den Eynde, et Monsieur Hanin) et 6 abstentions (Messieurs Garny, Pirart, Anastasiades, Madame Léonard, Messieurs Van Loo et Cardon de Lichtbuer).

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, MOBILITÉ, SERVICES A LA POPULATION, TRAVAUX Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Rapport annuel 2017, un concentré de copiés-collés

    Rapport annuel 2017.jpegLa commune de Rixensart vient de publier son rapport annuel 2017. Comme dans toute grande entreprise, ce document reprend les éléments essentiels de l’année écoulée, les actions et décisions prises par les membres du collège des Bourgmestre et échevins, … tout ce que le citoyen devrait savoir sur la gestion de sa commune.

    Ce document intéressant, présenté en séance publique du Conseil communal du 18 décembre, est un véritable baromètre du sérieux avec lequel la commune est gérée. C’est également une manière de rendre des comptes aux électeurs et de les respecter.

    Faute, malheureusement, de le publier sur le site de la commune, comme PROXIMITÉ le souhaite depuis plusieurs années, voici quelques observations, regrets et compliments quant à la qualité du cru 2017.

    En règle générale, à de petites exceptions près, nous devons constater et regretter le concentré de 'copiés-collés' des éditions précédentes avec bien évidemment de très nombreuses expressions floues, peu précises, passe partout et qui suscitent de nouvelles interrogations :

    - « nous poursuivons des initiatives et actions efficaces initiées en début de législature »,
    - « poursuite active d’une politique intégrée et globale, cohérente »,
    - « La cohérence des actions est assurée à travers la définition des objectifs stratégiques et opérationnels qui chapeautent ses actions ! »

    Nous devrions envisager une publication plus complète reprenant tous les 'bons mots' sous forme de revue 2017 ou 'Sois rixensartois et tais-toi' !

    Plus sérieusement, il faut regretter l’absence totale d’informations concernant la nouvelle Zone de secours (pompiers et appui médical). Pas un mot sur le programme de cette nouvelle structure, présentée pour la première fois au Conseil communal en septembre 2017 et qui détermine les missions et analyse la situation, les moyens nécessaires et les niveaux de service indispensables. Il précise que notre commune est malheureusement située dans une zone (rouge) dont les délais d’intervention et taux de service sont considérés comme mauvais en regard des risques à protéger.

    Durant l’année 2017, rien ne semble avoir évolué en ce dans le dossier RER si ce n’est deux lignes qui précisent que « des rencontres doivent encore être organisées avec la SNCB pour le suivi au niveau des aménagements ». Donc absolument rien de neuf ! Si précédemment une demi page était consacrée aux activités de la scrl Notre Maison à Rixensart, cette année, près de quatre pages relatent, chiffres à l’appui, les biens faits de cette société de logement de service public dont notre bourgmestre est vice-présidente. On y apprend que « conformément à un article abrogé du code wallon du logement », cette scrl est devenue il y a quinze ans « notre opérateur privilégié et unique en matière de logements sociaux ». La durée de l’accord n’est pas précisée ! La commune indique que cette société « est active sur quasiment 350 logements sociaux » à Rixensart tandis que Notre Maison avance le nombre de 392 logements sur son site.

    Pour les mouvements de jeunesse, la majorité actuelle dit poursuivre, comme l’an dernier, « une politique active ». Après l’installation de la 17BW/Rixensart, il y a plus d’un an, dans ses tout nouveaux locaux à Froidmont, on doit reconnaitre que, malgré la « politique active », la 16ème unité BW/Rixensart, privée de ses locaux depuis 2009, est toujours dans un local provisoire. Aucune solution n’est actuellement en vue étant donné « la réorientation des projets pour la maison communale et la police … ». En l’absence de communication de la commune, il y a lieu de penser que l’énergie et les promesses d’antan semblent s’être évaporées. Il n’y a pas plus de communication précise en ce qui concerne les locaux des Campagnols ni pour les scouts et baladins de Rosières pour lesquels une « nouvelle phase est à l’étude ».

    Sachant que les classes moyennes ont été totalement oubliées dans la déclaration de politique générale 2012, il est réconfortant de savoir qu’aujourd’hui, la majorité annonce fièrement mais sans autre précision « qu’une franche collaboration avec les différents organismes et associations concernés » existe et que dans le même temps, « une politique de soutien est développée ».

    Par contre, et c’est dommage, de n’avoir rien développé sur un sujet prétendument très important pour la majorité en 2012 : la Charte SAVE. Rien n’est écrit concernant d’éventuelles réalisations dans ce cadre et les derniers objectifs mentionnés sur le site communal datent de 2014. Il est évident qu’en matière de sécurité, de nouvelles mesures doivent être constamment analysées et, sensibiliser la population est sans aucun doute un travail de tous les jours.

    En matière de sports, le rapport 2017 est en très grande partie un copié-collé de celui de l’an dernier ! Il est vraiment regrettable que le texte proposé pour le plan piscine n’ait pas changé d’un iota. On peut donc y lire « …un audit énergétique (...) sera effectué dans le courant du mois de décembre 2016 et un dossier d’avant-projet (...) sera déposé chez Infrasport pour le 1er mars 2017… ». Même triste observation pour le terrain de football de Rosières, texte copié-collé identique à l’an dernier « il a été décidé d’introduire une demande de subsides (...) suite à la visite d’Infrasport (...). Le revêtement synthétique vieillisant (...) le dossier est en cour de réalisation ». Le Salon des Sports a quant à lui reçu exactement le même nombre de visiteurs que l’an dernier, ce qui est probablement logique puisqu’à une ligne près, le texte est identique d’une année à l’autre ! De plus, comme l’an dernier, rien n’est mentionné en ce qui concerne les projets du Hockey club ni la situation financière des clubs communaux. La seule nouvelle et véritable information concerne le boulodrome qui, rénové l’an dernier, a maintenant cessé ses activités ! Quelles sont les véritables avancées ?

    Le chapitre concernant l’urbanisme, n’a pas changé par rapport à 2016. Exactement le même texte pour les PCA des gares de Genval et Rixensart, de la Manteline et des papeteries. il suffit de relire le texte de l’an dernier pour être parfaitement au courant. En ce qui concerne le PCA du Poirier Dieu, il est cette année précisé « qu’un contact a été établi entre le comité de riverains et les divers acteurs liés au développement du quartier » et qu’un recours contre le permis de la MR/MRS est dans les mains du ministre ! Il nous semble utile de se remémorer la note de politique générale de la majorité actuelle qui précisait : « ….des projets de création de lotissements (...) au niveau desquels il sera impératif d’allier tout à la fois la mobilité et la préservation d’un cadre de vie de qualité ». Attribuons une petite note positive pour le 'relookage' du site internet qui, dans le cadre d’une communication communale globalement déficiente, a légèrement évolué dans le bon sens. Une note toute particulière et très positive est décernée pour les chapitres enseignement, culture, tourisme et bibliothèques qui reflètent le fruit d’un travail sérieux et les actions entreprises durant l’année écoulée. Le rapport de l’administration est quant à lui très complet et intéressant par certains de ses aspects. Il complète utilement et heureusement celui des membres du Collège.

    La plus mauvaise note est – sans conteste - attribuée à l’échevin qui mentionne dans son rapport chiffré que « 2420 paquets de 252 feuilles de papier wc ont été consommés ». La précision des chiffres est impressionnante mais pas nécessairement utile !

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON

     

     

     

     

     

     

    Lire la suite

    Thématique | COMMUNICATION, GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018
  • Pour le meilleur en 2018 !

    Tous nos meilleurs vœux vous accompagnent pour la nouvelle année 2018. PROXIMITÉ continuera à vous informer en toute transparence … pour plus de démocratie. 

    Voeux 2018 Proximité.jpg

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2018