carnets de PROXIMITÉ

  • Proximité Événements 1 | Concert Band'age

    INVITATION DE PROXIMITÉ Autrement
    __________________________________________________________________________________________

    16105649_1337290162989031_7944503247080031436_n.jpg30 septembre 2017

    accueil dès 19h30 

    entrée gratuite 


    La Ferme de Froidmont Insertion

    (Salle des Grands Bois) 
    Chemin du Meunier 38 à Rixensart 

    Concert  

    « Band’Age »

     

    PROXIMITÉ ÉVÉNEMENTS vous propose deux heures de musique par le groupe rock Band’age, composé d’Eric (chant), Amaury (bass), Béla (guitare) et Daniel (guitare). Leur répertoire couvre les musiques des années ’70 à ’90 et réfère à des artistes tels que Nina Simone-Sinnerman, Jimi Hendrix, JJ Cale, Paul Simon, …

    15972775_1337297036321677_131808361065015274_o.jpgBières locales et boissons à des prix démocratiques.

    Le concert débute à 20 h et se termine vers 22h. A l’issue du concert, jusqu’à 23h vous aurez l’occasion de rencontrer les élus, membres et amis de PROXIMITÉ Autrement (1).

     

      

    Proximité Autrement logo.jpg

    __________________________________________________________________________________________
    (1) PROXIMITÉ Autrement est un groupe rixensartois, autonome et pluraliste, indépendant de tout pouvoir politique et dont la philosophie est basée sur une approche citoyenne et participative en matière de gestion communale et qui, par l’écoute, l’action et la transparence s’engage à la mise en oeuvre d’objectifs, selon les principes démocratiques définis par la Constitution belge ◼︎ Toutes nos infos sont développées dans nos carnets de Proximité, édités en ligne : http://rixensart.skynetblogs.be.

    Thématique | ÉVÉNEMENTS Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Les nouveaux habitants, désormais accueillis

    20170915 Accueil des nouveaux habitants de Rixensart montage.jpg« Nous comptons environ 1000 nouveaux ménages par an à Rixensart » (1). Pour la première fois, la Commune de Rixensart avait déroulé le tapis rouge le 15 septembre 2017 pour accueillir les nouveaux habitants et leurs enfants.

    L’organisation de la réception fut confiée à Martine Singer, responsable du Service de la Culture, dont la mission est de promouvoir les activités culturelles, touristiques et festives sur le territoire. Tout avait été mis en oeuvre, mais sans ostentation, afin de soigner l’accueil des invités et la décoration du chapiteau, déjà monté à l’occasion de ‘Rixensart en fête’.

    L’organisation était à la hauteur de l'attente des invités, ravis de nouer des liens avec les élus et les responsables des différents services communaux. Qui plus est, les enfants étaient accueillis dans un espace jeux spécialement aménagé à leur intention, encadrés par des scouts et guides, spécialement mobilisés pour l’occasion.

    PROXIMITÉ applaudit cette nouvelle initiative communale (2).

     

    Eric de SÉJOURNET  

    __________

    (1) Lettre d’invitation de la Bourgmestre du 30 août 2017
    
(2) PROXIMITÉ, Objectifs 2012-2018 : « PROXIMITÉ veillera à la transparence de l’action communale et à l’accueil et à l’intégration des nouveaux Rixensartois ».
    (3) Photos | Eric de Séjournet, 15 septembre 2017

    Thématique | CITOYENNETÉ, COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • L'agenda de PROXIMITÉ

    2011 Proximité logo.jpg

    30 septembre 2017 | à partir de 19h30 | PROXIMITÉ ÉVÉNEMENT 1 | Concert Band'age, deux heures de musique rock (Ferme de Froidmont à Rixensart) | Tous les Rixensartois, Genvalois et Rosiérois sont les bienvenus, entrée gratuite.

    20 septembre 2017 | 20h00 | Réunion du Conseil communal (Maison communale) | Participation : Michel WAUTOT, Thierry BENNERT, Eric de SÉJOURNET, Claude ROMAL, Arnold HEYVAERT

    mardi 19 septembre 2017 | 20h15 | Conseil de Proximité : préparation du prochain Conseil communal (dans les bureaux de Claude ROMAL) | Participation : membres de Proximité

    17 septembre 2017 | 10h à 18h | Rixensart en Fête | Thierry BENNERT, Didier HELLEPUTTE, Arnold HEYVAERT, Claude ROMAL, Eric de SÉJOURNET, Oana STOICAN, Michel WAUTOT

    15 septembre 2017 | 18h00 | Accueil de nouveaux habitants de Rixensart (Maison communale) | Participation : Michel WAUTOT, Eric de SÉJOURNET

    12 septembre 2017 | 20h00 | Conseil d'Administration de la Maison des Jeunes de Rixensart (MJC, avenue de Merode 33) | Participation : Claude ROMAL

    6 septembre 2017 | Conseil de Proximité (chez Oana et Claude ROMAL)  (les points à mettre l'ordre du jour sont à transmettre à eric.de.sejournet@gmail.com avant le 1er septembre) | Participation : membres de Proximité

    5 septembre 2017 | Groupe de travail Mobilité | Participation : Michel WAUTOT

     

    Lire la suite

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • La mobilité, un ordre du jour inépuisable

    Au nom de PROXIMITÉ, Michel WAUTOT a présenté au groupe de travail Mobilité du 5 septembre 2017 plusieurs points qui, sans être exhaustifs, posent problème dans notre commune.

    Rue du Cerf 8.2017 © Proximité Claude Romal et Thierry Bennert.jpg
    Rue du Cerf à Genval

    Photos | 8.2017 © Thierry Bennert & Claude Romal


    1. PROXIMITÉ a émis des réserves quant aux récents aménagements faits en voirie à la rue du Cerf à Genval, entre le funérarium Mathy et l’IMPS/Pont de Marie Vatch : piste cyclable partielle, vitesse des camions, risque accru de collision, …. Plusieurs membres de PROXIMITÉ sont descendus sur les lieux et ont constaté que le risque de collision frontale est accru. Selon des riverains, « ce qui a été réalisé par la Commune est encore plus dangereux qu’avant ». Qui plus est, « personne n'ose se garer sur les nouveaux emplacements de peur de retrouver la voiture abimée ». Ajoutez à cela la visibilité limitée, - à cause de la longueur de l'emplacement pour voitures, la largeur du stationnement insuffisante pour des camionnettes, vitesse excessive des véhicules descendant la rue du Cerf (1), sans oublier le passage pour piétons qui ne donne pas sur un trottoir (2). Quant au  mini tronçon de piste cyclable, - qui est ensuite interrompu, il laisse les cyclistes perplexes (3).

    Pour Michel WAUTOT (PROXIMITÉ), la meilleure solution est de mettre en place une vraie chicane de part et d’autre de la voirie, sans parking, et avec un couloir de sécurité de chaque côté pour les vélos.

    Réponse de la Commune : « Sur base des remarques émises, la Cellule Mobilité va revoir sur place le problème ».
    __________
    
(1) la position actuelle de la chicane ‘favorise’ la vitesse des camions descendants

    (2) le trottoir est en attente car il est situé sur un terrain appartenant à la SNCB. Cette dernière a été contactée.
(3) le « bout » de piste cyclable est uniquement destiné à la sauvegarde des cyclistes, à cet endroit, en leur signalant qu’ils ne doivent pas passer à l’extérieur de la chicane et en avertissant les « stationneurs » qu’ils doivent laisser libre ce couloir. 

    *

    Carrefour rond-point av. Boulogne-Billancourt rue du Monastère 8.2017 © Sophie Hautain Nélis 0.JPGRond-point des Bénédictines
    Photo | 8.2017 Membre de Proximité 


    2. Depuis sa mise en service, le Rond-point des Bénédictines, à l’avenue Boulogne Billancourt et la rue du Monastère, constitue un danger, notamment pour les usagers faibles : le sens giratoire n’est pas respecté par de nombreux automobilistes. Réponse de la Commune : « L’aménagement d’un nouveau rond-point y est prévu, il sera une des charges d’urbanisme du futur lotissement » (3). En attendant, PROXIMITÉ estime qu’il faut accentuer la visibilité du rond-point en plaçant en son centre des signaux D5.
    __________
    
(3) nouveau lotissement, il s'agit de l'ancien terrain de football et des champs rue du Monastère en face des Bénédictines. Le terrain donne également sur l'avenue Boulogne Billancourt à hauteur du carrefour Bel-Air.

    *

    Carrefour av. de Villefranche et Boulogne-Billancourt 8.2017 © Sophie Hautain Nélis.JPG

    Carrefour du Château Vert
    Photo | 8.2017 Membre de Proximité 

    3. Un autre carrefour qui mériterait plus de sécurité est celui dit du ‘Château Vert’ à hauteur de la N275 et de l’avenue Boulogne-Billancourt et la chaussée de Wavre. Quand on vient de la chaussée de Wavre, il n'y a aucune visibilité pour emprunter ce carrefour et le miroir placé n'est pas aidant. Réponse de la Wallonie, qui est responsable de cette voirie : « Le projet de rond-point est abandonné. Des travaux d’aménagement sont à l’étude ». PROXIMITÉ se demande toutefois pour quand ?

    *

    Carrefour ch. de Lasne rue Saint-Roch 8.2017 © Sophie Hautain Nélis.JPG

     Carrefour de Bourgeois
    Photo | 8.2017 Membre de Proximité 

    4. Autre carrefour dangereux, celui à Bourgeois entre les chaussées de Wavre et de Lasne. En effet, quand on vient de la chaussée de Wavre, il n'y a aucune visibilité et le miroir existant est peu aidant. PROXIMITÉ suggère qu'on y mette au minimum un panneau lumineux clignotant annonçant un carrefour dangereux. Réponse de la Commune : « Une recherche de miroir plus adéquat sera effectuée, mais le placement de panneaux clignotants n’est pas prévu.


    20130822 Eric dSdR © Isaline de Vuyst-001 copie 4.jpgEric de SÉJOURNET

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, MOBILITÉ, TRAVAUX Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • De bonne source ...

    poirier dieu

    6 septembre 2017 (Parlement de Wallonie)

    Nouvelle garantie pour une présence équilibrée de femmes et d'hommes au sein des collèges communaux | Le décret instaurant un quota de genre d’un tiers au sein des exécutifs communaux et provinciaux a été approuvé. Il sera d’application pour les collèges qui sortiront des élections d’octobre 2018. Toutefois, il sera possible d’arrondir le quota d’un tiers vers le bas lorsque celui-ci ne correspond pas à un nombre entier. A Rixensart, cette parité est déjà respectée depuis décembre 2012.

    30 août 2017 (Conseil communal) 

    Projet Eco-quartier sur l’ex-site de GSK à Genval (Poirier-Dieu) | L’Echevin de l’Urbanisme Christophe Hanin a annoncé que
    - le Collège renonce à l’acquisition du bâtiment de bureaux, situé à l’angle des rues des Volontaires et du Tilleul à Genval (voir Carnets de Proximité du 27 mars 2015).
    - par contre, le promoteur COBELBA envisage d’y installer une « école secondaire »

     

    30 août 2017 (Conseil communal)

    Guide des Aînés de Rixensart | Le Conseil consultatif communal des Aînés (voir Carnets de Proximité  2013, 2014, 2015, 2016) planche depuis plusieurs mois sur un guide destiné aux seniors de la commune. Il sera entièrement financé par des annonces publicitaires, le nombre de pages publicitaires ne pouvant excéder 20 à 25 % du guide. L’Echevin des Affaires sociales et des Aînés Gaëtan Pirart a indiqué « partir avec un objectif de parution le plus tôt possible sur octobre/novembre ».


    11 juillet 2017 (Parlement de Wallonie)

    Non wallon à l'abaissement de l’âge du droit de vote à 16 ans pour les élections locales | La proposition de décret, déposée le 17 juin 2017 au Parlement de Wallonie, et ayant pour objet d’abaisser le droit de vote à 16 ans pour les élections locales, a été rejetée par la Commission des Pouvoirs locaux du Parlement de Wallonie.

      

    20130822 Eric dSdR © Isaline de Vuyst-001 copie 4.jpgEric de SÉJOURNET

     

     

     


    __________

    Photo | DILMEN Nevit 2013, in Wikipedia

    Thématique | DE BONNE SOURCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • La Place de Bourgeois repensée

    Projet 30 août 2017 Place de Bourgeois Agora.jpg

    Le point d’orgue du Conseil communal du 30 août dernier fut la présentation du projet de l’aménagement de la Place Cardinal Mercier à Bourgeois. Après plusieurs années de détermination et de persévérance, Michel WAUTOT (PROXIMITÉ), par ailleurs Président de l'asbl Hommes et Patrimoine, a grandement contribué à mener ce dossier à bon terme.

    Le groupe de travail communal, dont Michel WAUTOT (PROXIMITÉ) et Eric de SÉJOURNET (PROXIMITÉ) ont fait partie, a longuement planché sur l’avant-projet de la rénovation de cette place dite « de Bourgeois », quitte à revoir les plans initiaux, quand il a fallu tenir compte de la décision du Club de balle pelote de Bourgeois de jeter l’éponge. Tous les paramètres, tels que la mobilité, la sécurité routière, les espaces verts, les accès à l’école et à l’église Saint-François-Xavier, ont été pris en considération.

    Quelques options retenues :

    - concentrer le trafic sur un côté et favoriser un trafic plus doux, à 20 km/h sur les deux autres côtés du triangle formant la place

    - maintenir le double sens de circulation le long de l'école communale renforcer à hauteur de l’école la sécurité des écoliers par le marquage du passage pour piétons, en insérant un ralentisseur naturel (rétrécissement de la voirie)

    - structurer la partie centrale de la place par une haie d’arbres palissés

    - rendre l’église occasionnellement accessible par les voies latérales pour des mariages ou des enterrements remplacer en partie les arbres actuels par une haie d'arbres palissés

    - choisir le revêtement des vieux pavés qui marqueront les espaces de parking à hauteur des voiries

    - verduriser l’arrière de la place tout en conservant un revêtement de sol minéral non-drainant autour de l’église, afin de préserver la stabilité de cette dernière.

    Le 30 août 2017, l’avant-projet a été adopté à l’unanimité par le Conseil communal.

    A ce jour, le site Internet de la commune n’a pas encore publié les illustrations de cet avant-projet.

    20130822 Eric dSdR © Isaline de Vuyst-001 copie 4.jpgEric de SÉJOURNET

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • ORES, sous tension (2)

    ORES, sous tension 5.jpgVu l’importance des débats initiés par PROXIMITÉ lors des Conseils communaux du 31 mai et 21 juin 2017 (voir Carnets de Proximité du 23 juin 2017), Etienne DUBUISSON a, le 30 août dernier, remis le couvert. Il a demandé au Collège qui, parmi les cinq délégués, avait assisté le 22 juin à l’assemblée générale d’ORES et espérait recevoir, de la part de ces délégués un bref compte-rendu du déroulement de cette AG, de la position prise par les communes et des interventions en séance.

    La Bourgmestre Patricia Lebon (NAP-MR) a reconnu « qu’aucun des cinq délégués de la commune n’y avait représenté les Rixensartois ». Elle a regretté « cette absence, le manque de sérieux et le non-respect de l’engagement pris par nos mandataires communaux ».

    Etienne DUBUISSON (PROXIMITÉ) a vivement réagi et a fait savoir sa profonde désapprobation quant à la désinvolture et l’absentéisme coupable des représentants de la majorité NAP-MR. Il a également répété regretter le despotisme dont continue à faire preuve ORES et l’incapacité silencieuse des communes à contrôler ces constructions politiques qui abritent des politiciens écartés et en mal de pouvoir.

    Thématique | GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Arbres et haies remarquables (2)

    arbres remarquablesSuite à la question écrite adressée le 31 mai 2017 aux Bourgmestre et Echevins à propos des arbres et haies remarquables dans notre commune (voir Carnets de Proximité du 3 juin 2017), Thierry BENNERT (PROXIMITÉ) informe ne pas avoir encore reçu de réponse écrite, mais bien un appel téléphonique de l’Administration communale. Elle dit préparer la réponse, mais dispose de certains éléments contradictoires qu'elle doit vérifier. Elle s'engage à répondre pour fin septembre 2017.

    PROXIMITÉ fait remarquer que le délai légal pour une réponse à une question écrite d’un conseiller communal est de 30 jours … mais qu’il n’y pas péril en la demeure. Le décès du Bourgmestre Jean Vanderbecken en juin et les vacances d’été expliquent le dépassement de ce délai.

    Nous signalons au passage que du 27 au 29 octobre prochain, le Service Environnement communal organise à la Bibliothèque Communale de Genval une exposition consacrée à « Ces arbres témoins de notre histoire ».

    A suivre …


    arbres remarquablesEric de SÉJOURNET

     

     

     


    __________

    Photo | Les Six Hêtres Rixensart © de SÉJOURNET Eric

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, ENVIRONNEMENT Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • PROXIMITÉ ... aussi un laboratoire d'idées

    Think tank © Eric de Séjournet.JPG« Pourquoi PROXIMITÉ ? », « Parole de citoyen » et « Plus de transparence, plus de démocratie » font partie d’une série d’articles récents publiés dans les Carnets de Proximité. Certains ont été relayés dans les colonnes 'Opinions' du Vif/L'Express, les 13 mars 2017 et 1er septembre 2017

    Ils relatent l’intérêt d’avoir, en démocratie, un groupe totalement indépendant et libre de sa parole face aux 'professionnels de la politique'. Ils expliquent le désintérêt des électeurs face à quelques élus – toujours trop nombreux - ayant abimé l’image de la démocratie et trompé leurs électeurs en servant leurs intérêts personnels plutôt que celui du bien commun. Ils attirent l’attention des électeurs sur un certain niveau de pouvoir dont l’utilité et la nécessité sont mises en doute.


    Wallonie … situation abracadabrantesque ?

    Depuis les années 70, la Belgique unitaire a évolué vers un Etat fédéral ... « à trois étages » (1). Le niveau supérieur est constitué « de l’Etat fédéral, de 3 communautés et de 3 régions qui sont tous égaux en droit » (1) comprenant chacun un « parlement » ou un pouvoir législatif et un « gouvernement » ou un pouvoir exécutif. Soit, six gouvernements, 56 ministres ou secrétaires d’état, six parlements et plus de 450 parlementaires fédéraux, régionaux ou communautaires (2) !

    Pour être complet, il faut encore préciser qu’au premier étage de cet édifice tout à fait particulier se trouvent les 589 communes et au second les 10 provinces et leurs 574 conseillers provinciaux et 52 ministres provinciaux ou députés provinciaux élus parmi les conseillers.

    La démultiplication des structures de pouvoir et du nombre de mandataires, sans oublier les différents organismes parapublics qui participent à la gestion du pays, sont non seulement impressionnants mais ils constituent aux yeux du citoyen, un véritable labyrinthe. Cette situation, onéreuse pour le trésor public, est encore accentuée en Wallonie par le doublon région-communauté qui ne peut que diluer les responsabilités de nos mandataires, diminuer la cohérence de leur action et par la même occasion, accentuer le profond désintérêt pour la politique (3) ... En outre, elle permet des situations incongrues telles que seul notre pays est susceptible de connaitre avec, aujourd’hui, six gouvernements et six majorités différentes. Invraisemblable jusqu’il y a peu, la communauté et la région wallonne, deux structures voulues proches l’une de l’autre et complémentaires, issues d’une même élection, n’ont aujourd’hui plus la même majorité ! Des éléments de la majorité de l’une se retrouvent dans l’opposition de l’autre !! Ajoutons à cette situation ubuesque, que certaines matières non seulement sont gérées par des gouvernements de majorités différentes mais que la limite des responsabilités n’est vraiment pas précise aux yeux des administrés…. Citons à titre d’exemple, que la communauté a un ministre de la culture et de l’enfance (Alda Créoli - CdH), un ministre de la jeunesse (Isabelle Simonis - PS) et un ministre d’aide à la jeunesse (Rachid Madrane - PS). En matière d’enseignement, la même communauté à un ministre de l’enseignement supérieur (Jean-Claude Marcourt - PS), un ministre de l’enseignement de promotion sociale (Isabelle Simonis - PS) et un ministre de l’éducation (Marie-Martine Schyns - CdH)….. bref pour ce qui concerne la jeunesse et l’enseignement dans son ensemble, cela fait six ministres ! … si le sport dépend de la communauté (Rachid Madrane - PS), notons que les infrastructures sportives dépendent de la région (ministre Debue - MR) ... avec des majorités régionale et communautaire différentes et opposées cela ne peut que compliquer la gestion de la Wallonie. Enfin, n’oublions pas que la communauté et la région ont toutes deux un ministre président alors que précédemment un seul suffisait et pour gérer tout cela, un ministre de la fonction publique, un ministre du budget…en communauté comme à la région et fort heureusement de part et d’autre, un ministre en charge de la simplification administrative !

    Outre la région, la communauté, les provinces et les communes, un véritable chapelet de fiefs politiques divers, sous la forme d’intercommunales, de para provinciales, de para publiques ou autres, a été mis en place. Cela a peut-être du sens mais la société en doute et ne comprend plus ses « responsables » intemporels et omni compétents qui, pour nous rassurer, se gaussent de bonne gouvernance, de transparence, de rationalisation, de simplification ou encore de concertation. Elle est fatiguée d’entendre ces mêmes responsables politiques présenter des plans de redressement (4) successifs alors que la dette estimée aujourd’hui à plus de 20 milliards (5) ne cesse d’augmenter. Ils en ont assez d’attendre l’équilibre budgétaire qui n’arrive pas ou le retour à la prospérité tant annoncé, alors que le taux de chômage des jeunes (6) est aujourd’hui de 27.9 %. Et sur le terrain, on ne compte plus le nombre de jours d’hospitalisation et les incapacités de travail (7) en augmentation dans les administrations wallonnes, les grèves qui paralysent essentiellement la région (8) sans que des mesures efficaces ne soient prises par nos dirigeants. On constate l’incapacité de nos élus à maintenir les routes en bon état, à régler les problèmes récurrents d’inscriptions scolaires ou à combattre la surpolitisation des administrations régionales et communautaires. On constate l’incapacité du système ...

    Un sérieux problème d’acceptation existe donc car le fossé avec les citoyens ne cesse de s’approfondir et n’a jamais été aussi béant qu’aujourd’hui. La structure actuelle de notre région a éloigné les élus de leurs administrés. Hormis la commune, il n’y a plus de pouvoir proche des citoyens. Les provinces, qui assumaient et devraient encore assumer ce rôle d’intermédiaire et de courroie de transmission, sont actuellement pratiquement déshabillées et inconsistantes au profit des lointaines et omnipotentes région et communauté très politisées.

    Alors….. ! Qui nous expliquera, justifiera et nous convaincra de « l’indispensable nécessité » de maintenir une communauté et une région ?

    Et si, avec un brin d’imagination, d’audace et de courage politique, on repensait la Wallonie autrement pour lui donner une nouvelle impulsion ?

    Et si on essayait de l’améliorer en réinjectant une dose de citoyenneté, en proposant de nouvelles règles de gouvernance, en réformant et en simplifiant ses structures avec l’aide des citoyens et non pas uniquement avec les mandataires qui, enfermés dans leur souci de pouvoir, en vivent et en font profession ?

    Et si nous n’avions plus qu’un seul parlement et qu’un seul gouvernement pour la région et la communauté ?


    Et si les conseils provinciaux étaient uniquement composés d’un mandataire désigné par chaque commune ?

    Et si les dix conseils provinciaux étaient représentés au parlement wallon comme ce dernier est lui-même représenté au parlement fédéral ? (9)

    Grâce à une structure régionale allégée mais plus liée, on réduirait déjà de moitié le nombre de mandataires régionaux (10), soulagerait le trésor public et responsabiliserait les ministres en les rapprochant de leurs administrés. Cela aurait également pour effet de donner un nouvel élan, de susciter certaines candidatures citoyennes au niveau communal et de permettre à quelques mandataires communaux, de siéger au niveau provincial et même régional en échappant éventuellement au filtre des partis. C’est aussi une manière, parmi d’autres, de provoquer un renouvellement partiel de la classe politique. Quant aux communes, mieux représentées, elles bénéficieraient d’un relais et d’une influence plus directe et plus proche de leur gouvernement ?

    Cette vision de la Wallonie ne peut s’imposer qu’en délégant aux provinces un véritable pouvoir politique et en leur permettant de devenir un intermédiaire incontournable entre les communes et la région. Cela suppose de les responsabiliser dans des matières qui pourraient leur être partiellement ou totalement déléguées par le gouvernement fédéral ou wallon et notamment le contrôle des intercommunales superpuissantes mais également et éventuellement l’aménagement du territoire, l’environnement, le logement, l’aide sociale, la lutte contre la pauvreté, le tourisme, les transports publics et la mobilité, les zones de secours et de police …

    Certes tout n’est pas dit, mais de cette manière, avec moins de mandataires, avec des structures simples et compréhensibles pour tous, on contribuera à redonner la niaque aux wallons et à leurs entreprises ainsi que leur fierté perdue…. un moteur pour le succès et de la réussite !

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON

     

     

     

     

     


    __________
    (1) www.belgium.be
    (2) 450 parlementaires élus pour plus de 600 sièges dans les différents parlements fédéraux, régionaux ou communautaires

    (3) '87% des Belges estiment que les partis sont corrompus', 'Le portrait-robot de l’élu(e) de demain', in Le Vif N°23 page 29 du 9 juin 2017
    (4) 1999 contrat d’avenir – 2002 contrat d’avenir actualisé – contrat d’avenir renouvelé horizon 2010 – 2005 Plan Marshal -  2015 Plan Marshall 4.0
    (5) Christophe Lacroix (ancien ministre du budget de la région wallonne), in Le Soir, 7 novembre 2016
    (6) www.leforem.be, juillet 2017
    (7) François Desquesnes (Député wallon CdH) : Mai 2017 - Taux d’absentéisme 2016 : Wallonie : 8,6 – Bruxelles : 5,06 –  Flandre : 5,64
    (8) Deux fois plus élevé que la moyenne européenne. – 80 jours par 1000 habitants en 2013 (dernières statistiques européennes)
    (9 Le parlement fédéral est composé de :
    - 29 sénateurs du parlement flamand et du groupe néerlandophone du parlement de la région de Bruxelles-Capitale auxquels il faut ajouter 6 sénateurs cooptés par le groupe néerlandophone.
    - 20 sénateurs francophones du parlement de la communauté française ; du parlement de la région wallonne et du groupe francophone du Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale; plus 4 sénateurs cooptés par le groupe francophone.
    - d’un sénateur du parlement de la communauté germanophone
    (10) Suppression des 223 mandataires provinciaux
    (11) Photo | Think tank Proximité © Eric de Séjournet

    Thématique | GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Château de Rixensart : vente publique ?

    Château de Rixensart 20081106 Drève des Etangs © Eric de Séjournet (11) copie.JPG« Le château de Rixensart est certainement l'un des plus beaux monuments du Brabant wallon, inscrit en 1993 sur la liste du Patrimoine majeur en Région wallonne », écrivit Colette Pinson, Présidente du Cercle d’Histoire de Rixensart (1). « Grâce aux princes de Merode qui le possèdent depuis 1715, ce château nous est parvenu dans un état de conservation satisfaisant. Au fil du temps, il a connu des restaurations et des transformations dont l'ampleur, fort limitée, n'a pas modifié, du moins à l'extérieur, son caractère majestueux », rapporta Alessandra Zecchinon (2). « L'ensemble émerveille l'oeil par son archaïsme et par ses colorations délicieuses », souligna le Bulletin officiel du Touring club de Belgique (3).

    Récemment, la revue de la Maison de l’Urbanisme (4), éditée par le Centre culturel du Brabant wallon, écrivit : « Les nombreuses ventes de terrains ont entraîné une importante urbanisation locale (…). Aujourd’hui, à Rixensart et alentours, il ne reste aux Merode que 230 ha (…) sur les 537 ha qu’ils possédaient au milieu du XIXème siècle (…). Les sirènes des promoteurs immobiliers ont fait le reste. Quant à leur château, il est en triste état. Même les fondations nécessitent d’importants travaux. Ce qui pourrait mener à une vente, vu le déficit de descendance ».

    Aussi PROXIMITÉ a-t-il ajouté la « Vente du Château de Rixensart » à l’ordre du jour du Conseil communal du 30 août 2017. Michel WAUTOT interpella le Collège : « Une fois encore court le bruit d’une vente, mais cette fois qui serait imminente, du château de Rixensart. Le notaire serait désigné, et les modalités de la vente publique mises en oeuvre rapidement. Compte tenu de l’impact culturel du château pour la Commune, cette dernière, - qui n’avait toujours pas de renseignements précis la semaine passée, aurait-elle ce 30 août de nouveaux éléments ? De très nombreuses demandes nous étant faites à ce sujet. Le château étant classé ‘patrimoine exceptionnel de Wallonie’, la Commune a-t-elle questionné la division Patrimoine de la Région et de la province, afin de savoir si celles-ci sont au courant, ou a-t-elle reçu des informations de la Région et/ou de la Province ? En principe le château ne peut faire l’objet de transformations ni d’une quelconque altération, néanmoins la plus grande vigilance s’impose. Il serait souhaitable de s’assurer une collaboration active avec la Province et la Région ».

    En séance, la Bourgmestre de Rixensart répondit : « A ce sujet, actuellement, je n’ai pas d’informations précises à vous donner. D’une part on ne peut se mêler des affaires à caractère privé, d’autre part des bruits contradictoires circulent ».

    Ce à quoi, Michel WAUTOT répondit : « C’est exact que la Commune ne peut s’ingérer dans les affaires privées, cependant il s’agit ici d’un bien classé exceptionnel, ce qui change quelque peu la situation. Je conseille vivement à la Commune de se mettre rapidement en contact avec la division patrimoine de la Région Wallonne ».

    PROXIMITÉ rappelle à ses (é)lecteurs qu’en 2012, il écrivait dans ses objectifs (5) pour la nouvelle législature : « Le château de Rixensart fera l’objet d’une attention toute particulière, et sur le plan de sa conservation architecturale et sur son statut dans l’avenir. Un ‘comité de concertation’ où siègeraient les représentants des propriétaires, de la Commune, de l’Institut du Patrimoine wallon et des associations concernées, pourrait s’avérer utile ».

    PROXIMITÉ formule l’espoir que la majorité NAP-MR trouvera le temps de s’enquérir de ce patrimoine.


    20130822 Eric dSdR © Isaline de Vuyst-001 copie 4.jpgEric de SÉJOURNET

     

     

     

    __________

    (1) Colette Pinson, Présidente du Cercle d'Histoire de Rixensart - Rixensart Info 230 d'octobre 2009
    (2) ZECCHINON Alessandra, Le Château de Rixensart. Histoire et architecture, mémoire de licence, U.C.L. Louvain-la-Neuve, 1990
    (3) COSEYN Albert, in Bulletin officiel du Touring club de Belgique, 1905
    (4) ATTOUT Xavier, Comment les grandes familles ont façonné le territoire, in Espace-Vie n° 271, mai 2017
    (5) PROXIMITÉ, Les 12 objectifs de Proximité (Forum 2012), in Carnets de Proximité, septembre 2012
    (6) Photo | Château de Rixensart © Eric de Séjournet

    Thématique | CULTURE & TOURISME Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Démolition de la Ferme du Pèlerin : mobilisation

    20170825 Ferme du Pèlerin (montage).jpg

    La Ferme Vanneste, dite du Pèlerin, comporte un bâtiment de ferme, logis et dépendance, potager et prairies à chevaux, le tout situé en zone agricole à hauteur du pont du Pèlerin (rue des Bleuets / avenue de Nivelles sur le territoire de Limal-Wavre).

    En mai 2015, les riverains de la rue des Bleuets s’étaient déjà inquiétés car le fermier avait demandé auprès de la Ville de Wavre une autorisation pour démolir la ferme et les dépendances et pour y construire, 10 logements groupés de 750 m². Le promoteur assurait que les activités agricoles seraient maintenues.

    Soutenus par PROXIMITÉ, plusieurs voisins s’étaient mobilisés. Ils ont rappelé que

    1. la ferme est située dans une zone agricole (cfr Plan de Secteur) et que les constructions autorisées doivent être en rapport avec l’activité agricole.

    2. le site avait fait l’objet début des années 2000, d’une demande de régularisation d’activités d’entreposage, d’enfouissement, de recyclage et d’incinération de déchets. Heureusement, la mobilisation du quartier avait réussi à éviter que cette activité soit acceptée. Le site avait ensuite partiellement retrouvé sa vocation agricole. Plus tard, la construction de la voirie RER a partiellement permis le nettoyage de la zone.

    Fin 2015, le département Agriculture de la Région Wallonne remettait un avis négatif à la demande de construction de 10 logements, confirmant qu’une zone agricole ne pouvait faire l’objet de constructions sans rapport avec l’activité prévue par le plan de secteur.

    Aujourd’hui, le quartier se mobilise à nouveau ! En effet, une nouvelle demande de permis d’urbanisme a été déposée pour raser la ferme et construire en retrait de la route quatre maisons jumelées, ainsi que deux garages au bord de la rue. Le dossier peut être consulté au service Urbanisme de la Ville de Wavre.

    Il s’agit d’une démarche comparable à celle de 2015. Le projet est cependant d’ampleur plus faible (450 m2 au sol). Les réactions doivent être transmises au Collège des Bourgmestre et Echevins de la Ville de Wavre (urbanisme@wavre.be) au plus tard pour le 1er septembre 2017, afin de leur rappeler que la ferme se trouve dans une zone agricole et que les constructions autorisées doivent être en rapport avec l’activité agricole. Y déroger constituerait un dangereux précédent. Je vous recommande également de mettre en copie le Collège des Bourgmestre et Echevins de Rixensart afin de les sensibiliser à ce dossier (voir ma proposition de modèle de lettre : cliquez ici).

    Les spéculations immobilières sont fortes dans notre région. Il est important de préserver les zones vertes et agricoles, c’est ce que nous défendons chez PROXIMITÉ.

    Thierry Bennert copie.jpgThierry BENNERT

     

     

     

     

     


    __________

    PHOTO | Ferme du Pèlerin 2018 © Thierry Bennert (+ Google Satellite)

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, MOBILITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • CPAS : Rapport annuel 2016

    20120329 Rue de Messe (CPAS) © Eric de Séjournet-002.JPGLors du Conseil de PROXIMITÉ du 22 juin 2017, Micheline MARION-LEKIME, conseillère CPAS, a détaillé pour son groupe le 'Rapport annuel 2016 du Centre Publique d’Action Sociale de Rixensart'. Satisfaite, elle l'est de ce qui a été réalisé (notamment avec l'ouverture du Centre d'Accueil de Jour pour les personnes âgées, et la création du Service de Médiation de dettes), tout en restant consciente des défis à venir (notamment avec la mise en oeuvre d'un 'taxi médical').  

    Au cours de la réunion conjointe du Conseil du CPAS et du Conseil Communal du 28 juin 2017, Thierry BENNERT (PROXIMITÉ) a relayé nos « félicitations aux Conseil et membres du CPAS pour la clarté de leur rapport annuel 2016 et la qualité du travail effectué ». En effet, « les différentes activités du CPAS sont présentées de manière fort intéressante. On constate une dynamique, une approche humaine, une volonté de développer les compétences de chacun. Nous sommes particulièrement impressionnés par l’énergie consacrée à la remise des personnes au travail… Le service d’insertion socioprofessionnelle a remis 41 personnes à l’emploi. Qui plus est, ce chiffre augmente d’année en année ».  

    Toutefois, « nous apprenons que certaines associations semblent mettre les CPAS en concurrence (comme des agences d’intérim) pour trouver le meilleur profil au coût le plus faible à leur profit. Comme vous l’écrivez … ‘certaines associations’ ne jouent pas le jeu et abusent du système. Aussi demandons-nous si vous pouvez empêcher ou éviter ces abus ? »

    20130822 Eric dSdR © Isaline de Vuyst-001 copie 4.jpgEric de SÉJOURNET

    Thématique | SOCIAL Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • ORES, sous tension (1)

    3712-1262022-tension-arterielle-normale.hero.jpg« L’objectif principal d’une intercommunale doit être d’assurer des missions de service public, en l’occurrence pour ORES en distribution de gaz et électricité, à un prix compétitif et non pas de se transformer en une machine à sous produisant des dividendes pour ses actionnaires », c’est la position de PROXIMITÉ.

    Le 31 mai dernier, PROXIMITÉ avait déjà donné le la en regrettant qu’ORES (Opérateur des Réseaux Gaz et Electricité) ne réussisse pas à s’exprimer de manière compréhensible, alors qu’il veut rester proche des communes. Et de constater, l’absence des statuts d’ORES scrl pour lesquels nous étions appelés à nous prononcer (voir précédemment ‘De l’électricité dans l’air’ d’Etienne DUBUISSON).

    Le vote du Conseil communal ayant été reporté au mercredi 21 juin, PROXIMITÉ a eu l’occasion d’approfondir les tenants et aboutissants de ce sujet sous tension. Claude ROMAL s’est penché en détail sur les aspects financiers et a fait part de ses interrogations quant au rapport annuel 2016 d’ORES. Son expertise a permis à notre groupe de travail de formuler les questions que Thierry BENNERT (PROXIMITÉ) a relayées de manière appuyée et percutante au Conseil communal du 21 juin 2017.

    Voici en résumé la teneur de notre réflexion.

    RACHAT DE 25 % D’ORES

    Le rachat par les communes de la participation d’Electrabel (25% dans ORES ASSETS SCRL, la ‘maison mère’) au 31 décembre 2016 a été payé cher : 400 millions d’euros ! Cela avait été négocié en son temps par Electrabel Engie à son avantage et donc au détriment des communes. Trop tard donc. Il est encore heureux que ce montant investi par les communes ne puisse être considéré comme un investissement d’infrastructure et donc ne puisse être facturé aux clients finaux, c’est-à-dire à nous, les consommateurs. Le régulateur wallon du secteur de l’énergie (CWAPE) y veille.

    STATUTS D’ORES ASSETS SCRL

    Nous disposons des modifications statutaires d’ORES ASSETS SCRL, la ‘maison mère’. Elles sont présentées dans un document très complet de 130 pages. On visualise bien ce qui y est rajouté, ou supprimé, tels les comités de secteur qui ne jouaient pas bien leur rôle. Quant à la « mise en place des mécanismes de concertation destinés à consolider l’ancrage local d’ORES Assets en terme de politique tarifaire, de dividendes et d’investissement…" C’est bon pour Rixensart. Cela paraît aller dans la bonne direction.

    COMPTES ANNUELS 2016 D’ORES ASSETS SCRL

    Au vu des comptes annuels d’ORES ASSETS SCRL 2016, mais qui seront encore à déposer, il résulte que la société est ultra rentable. Le bénéfice de l’exercice après impôt s’élève à 93 millions d’euros en 2016, 86 millions en 2015, soit 9 % du chiffre d’affaires par an. L’infrastructure est mise à disposition des clients à des prix très élevés (trop élevés ?). Ceci permet à ORES de réaliser des bénéfices importants chaque année. Cela lui permet de payer des impôts à l'Etat (38 millions d’euros en 2016, 50 millions en 2015) et de toucher des dividendes qui viennent améliorer les finances communales. Clairement une machine à sous ... sauf pour les consommateurs. En matière de service rendu au public, nous avons des doutes. ORES est, par exemple, peu enclin à étendre son réseau en gaz naturel là où il y a peu d’habitations, comme à Genval.

    Nous nous interrogeons également sur les valeurs disponibles de l’entreprise au 31 décembre 2016 : 9,13 €. Et ce n’est pas un hasard, au 31 décembre 2015, le compte affiche 0 €. N’est-ce pas curieux pour une entreprise de cette taille ?

    RAPPORT DU REVISEUR

    Le rapport du réviseur sera présenté à l’Assemblée Générale d’ORES du 22 juin 2017. Le Conseil communal n’en disposant pas aujourd’hui, il nous est donc difficile de nous forger un avis.

    RAPPORT CONSOLIDÉ DU GROUPE ORES

    Dans le rapport consolidé d’ORES ASSETS SCRL (la ‘maison mère’), on constate l’existence de plusieurs filiales : ORES SCRL, ATRIAS et une participation dans LABORELEC, NHALLO (un call-center). Quant à INDEXIS, elle a été absorbée dans EANDIS.

    RAPPORT D’ACTIVITÉS 2015

    Dans le rapport d’activités 2015 « Bilans et perspectives », la stratégie d’ORES (‘maison mère’) est présentée. Le management explique : « ORES, avec ses actionnaires communaux, a fait le choix d'un modèle ‘de pure player’ dans lequel notre entreprise se concentre sur ses métiers fondamentaux de gestionnaire de réseau d'électricité, de gaz naturel et d'éclairage public ». C’est ici que les choses se compliquent !

    En fait, ORES ASSETS SCRL (la ‘maison mère’) est une intercommunale propriétaire de l’ensemble des actifs de la distribution d‘énergie. Elle contrôle à 99,9 % une filiale privée d’exploitation ORES SCRL (cette 2ème société n'est pas une intercommunale et n’est donc PAS CONTRÔLÉE par les communes). Bien qu’elle porte le même nom, elle est ‘miroir’ et son conseil d’administration est composée des mêmes administrateurs que celui d’ORES ASSETS SCRL ! Le rapport donne des explications : « qui dit personne morale de droit public dit contrôle public des activités et application de l’ensemble des législations régionales en vigueur. La filiale de droit privé permet de maintenir une gestion souple et attractive de nos ressources humaines, un modèle auquel l’ensemble de notre personnel est particulièrement attaché »…

    En conclusion, PROXIMITÉ formule les remarques suivantes :

    1. ORES est une machine à sous … elle produit des impôts et des dividendes pour les communes sur le dos des clients particuliers et entreprises. Pour nous, ce n'est pas une mission de service public. Qui plus est, c’est néfaste à la compétitivité des entreprises belges. Pour PROXIMITÉ, le service devrait être rendu au juste prix, ce qui permettrait d'atteindre une rentabilité normale.  

    2. Les activités d'exploitation du réseau devraient être gérées dans l'intercommunale ORES ASSETS SCRL et pas dans la société privée ORES SCRL 'non transparente' pour les communes actionnaires.

    Pour toutes ces raisons, PROXIMITÉ a invité le Conseil communal de Rixensart de voter contre les différents points présentés à l’Assemblée Générale d’ORES.

    Après une interruption de séance, pour permettre à la majorité de se forger un ‘vote’, la Commune de Rixensart n’a notamment pas donné décharge aux administrateurs d’ORES (17 NON et 7 ABSTENTIONS).

    Collage_Fotor.jpg
    Thierry BENNERT, Etienne DUBUISSON, Claude ROMAL, Eric de SÉJOURNET

    Thématique | GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Hommage à Jean

    20110721 Bourgmestre Jean Vanderbecken © Monique D'haeyere (autorisation donnée le 23 juin 2017).JPG
    Photo © D'HAEYERE Monique, 21 juillet 2011


    Le Conseil communal extraordinaire du 21 juin 2017 a rendu un vibrant et amical hommage à Jean Vanderbecken, bourgmestre de Rixensart. « Au nom de PROXIMITÉ, voilà quelques lignes, quelques mots ... »

     

    C’est un pays où les prairies montent à l’assaut des collines.

    Où, çà et là, quelques bois de chênes et de châtaigniers montent la garde.

    Un jour, là-haut, surgit des grandes herbes un petit arbre.

    L’arbre grandit, ce qui est normal pour un arbre. Puis il grandit encore.

    Seul au sommet de la colline, il devint le paysage.

    Les gens disaient en parlant du village : « C’est le village au grand arbre ».

    Quand un étranger demandait sa route on lui répondait :

    « Allez jusqu’au grand arbre et là prenez le sentier ».

    Il grandissait toujours, prêtant aux enfants ses branches basses

    Le dimanche il donnait de l’ombre aux déjeuners sur l’herbe

    Quand soufflaient les vents violents, qui lui cassaient quelques branches,

    Il résistait, et les oiseaux revenaient s’y poser.

    Une nuit, la tempête se déchaîna, redoublant ses coups de boutoir.

    Les racines cédèrent petit à petit. Le tronc se mit à craquer.

    Au matin il s’abattit d’un coup.

    Jean était à l’image de cet arbre.

     

    27 WAUTOT Michel 9.2012 © Francis Floor.JPGMichel WAUTOT

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Des hommes et des femmes proches des Rixensartois

    Créé afin d'offrir une alternative intéressante aux Rixensartois lors des élections communales d'octobre 2006, PROXIMITÉ est un groupe sans couleur politique qui s'implique activement dans la gestion de la commune en mettant la notion de service, du bien commun et de la rigueur en évidence. A l'image de Rixensart, il est composé d'hommes et de femmes de tous les milieux sociaux, philosophiques et professionnels qui se dévouent sans compter pour les habitants de leur commune.

    Vous avez élu en octobre 2012 trois membres de PROXIMITÉ afin de vous représenter au Conseil communal. Certes, ils ne siègent pas dans la majorité, mais, depuis les bancs de l'opposition, Etienne DUBUISSON, Michel WAUTOT, Eric de SÉJOURNET (de 2012 à 2016) et Thierry BENNERT (depuis 2017), ainsi que votre conseillère CPAS (Micheline MARION) participent de manière constructive à la gestion communale.

    PROXIMITÉ, c'est un groupe de personnes motivées qui rendent sans relâche compte de leurs actions via les carnets de Proximité.

     

    NOS CONSEILLERS ET MEMBRES ACTIFS

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Franc is Floor.2012 © Francis Floor - copie.jpgDUBUISSON Etienne
    Conseiller communal (depuis 2006)
    Conseiller de la Zone de police La Hulpe-Lasne-Rixensart

    Coprésident de PROXIMITÉ
     



    27 WAUTOT Michel 9.2012 © Francis Floor - copie.jpgWAUTOT Michel
    Conseiller communal (depuis 2006)

    Délégué groupes de travail PCA Gare de Genval, PCA Gare de Rixensart et PCAR Poirier Dieu
    Délégué groupe de travail 'Mobilité' 

     

     

    8 BENNERT Thierry.jpegBENNERT Thierry
    Conseiller communal (depuis 2017)
    Délégué groupe de travail 'Déchets'

     

     


    2 MARION-LEKIME Micheline 9.2012 © Francis Floor.jpgMARION - LEKIME Micheline
    Conseillère CPAS (depuis 2006)
    Déléguée Commission Plan de cohésion Sociale
    Déléguée Commission Paritaire Locale (COPALOC)

      


    4 HELLEPUTTE Didier Elections.jpgHELLEPUTTE Didier
    Ancien conseiller communal (2012)
    Délégué au Conseil de la Régie foncière

    Trésorier de PROXIMITÉ

     

     

    26 THIRION-THIRY Anne 2006.jpgTHIRION-THIRY Anne

    Déléguée Centre Culturel de Rixensart

      
    10 GUELTON Pascal 9.2012 © Francis Floor.jpgGUELTON Pascal
    Délégué Commission Consultative communale d'Aménagement du Territoire et de Mobilité (CCATM)





    11 Martin DUTRON.jpgDUTRON Martin
    Délégué suppléant Commission Plan de Cohésion Sociale 


     

     


    7 DE WOLF Jacques 9.2012 © Francis Floor.jpgDE WOLF Jacques
    Délégué au Tennis Club communal du Bosquet

    Délégué suppléant groupe de travail 'Mobilité'
    Délégué suppléant au Conseil de Régie foncière

     


    20060902 Yves Terlinden.jpg
    TERLINDEN Yves
    Délégué Groupe de travail Toponymie



     

    20070414 Berna dWdE  Eric de Séjournet.jpgde WILDE d'ESTMAEL Bernadette
    Administrateur de l'asbl communale Val des Coccinelles

     

     


    20160601 ROMAL Claude.jpgROMAL Claude
    Délégué Commission Finances
    Administrateur de la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC)
    Chargé des relations publiques de PROXIMITÉ

     

    Heyvaert Arnold (deux verbes).jpgHEYVAERT Arnold
    Délégué Comité d'accompagnement du Rixensart Info

     

     

     

    20130822 Eric dSdR © Isaline de Vuyst-001 copie.JPGde SÉJOURNET Eric
    Ancien conseiller communal (2012 à 2016)
    Chargé de communication de PROXIMITÉ
    Coprésident de PROXIMITÉ

    Thématique | CITOYENNETÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • De l’électricité dans l’air !

    Capture d’écran 2017-06-07 à 11.58.01.jpgVoter n’est pas un acte banal! Voter, c’est prendre ses responsabilités et en assumer les conséquences. C’est bien ce qui nous est régulièrement demandé en conseil communal.

    Les communes étant actionnaires, il est demandé aujourd’hui à chaque membre du conseil communal de prendre position sur les points à l’ordre du jour (1) de la prochaine assemblée générale de l’intercommunale ORES (2), gestionnaire et opérateur de réseaux de distribution d’électricité et de gaz pour 197 communes wallonnes.

    Dès la première lecture du dossier, nous sommes interpellés par la complexité structurelle de cet organisme, lui-même composé de deux intercommunales (3) et donc de deux conseils d’administration distincts mais ayant tous deux les mêmes administrateurs !

    Accepter sans comprendre, voter en bloc et faire confiance aux administrateurs et gestionnaires en place n’est certainement pas l’option de PROXIMITÉ d’autant plus qu’une instruction judiciaire a été ouverte à l’encontre de cet organisme et que plusieurs parlementaires wallons souhaitent obtenir à brefs délais des informations supplémentaires.

    Dès les premières lignes de la présentation générale, les présidents tiennent un langage qui n’est certainement pas à la portée de tous. Pourtant, de manière confuse et alambiquée, ils expriment leur souhait de maintenir un contact étroit avec les communes et leur « volonté de mettre en place un service public de proximité au-delà des défis énergétiques, environnementaux, technologiques, régulatoires, économiques et humains » !

    En résumé et clairement dit, ORES a la volonté de rester proche des communes sans s’exprimer de manière compréhensible .....

    Avant tout, lors du dernier conseil communal de Rixensart, le 31 mai dernier, force nous a été de constater l’absence dans notre dossier des statuts d’ORES scrl pour lesquels nous étions appelés à nous prononcer.

    Après recherche nous avons pu constater qu’accepter ces nouveaux statuts lors de l’assemblée générale du 22 juin prochain, autoriserait le conseil d’administration, dans un processus de rationalisation (4), à ne plus constituer que trois comités (5) sur les cinq prévus actuellement en supprimant notamment le comité d’éthique. Suite aux déboires de PUBLIFIN, cette suppression induit un caractère de méfiance vis-à-vis des intercommunales en général et de leurs dirigeants.

    Par ailleurs, il nous est difficile de comprendre que les rémunérations des membres de ces comités, tous issus des conseils d’administration, soient déterminées par les mêmes conseils d’administration.

    Cela ne ressemble-t-il pas étrangement à une procédure entre amis !

    Enfin, en janvier de cette année, la presse (6) rappelle que le responsable de la cellule énergie auprès du ministre wallon en charge de l’Energie, du Logement et des Pouvoirs locaux (7), n’est autre que le fils du président de l’intercommunale ORES scrl. « Le fils 'contrôle' le père », titrait la presse en ce début d’année ! Collusion pourrait-on se demander (8) ?

    Par conséquent, compte tenu des éléments relevés, de la complexité structurelle de cette intercommunale, du manque de clarté dans l’expression de ses dirigeants et, conscient de sa responsabilité en cas d’approbation des comptes et de décharge octroyée aux administrateurs, le groupe PROXIMITÉ considère qu’il n’a pas les moyens de contrôler cet organisme. Il ne votera pas les modifications statutaires ni les autres points mis à l’ordre du jour de l’assemblée générale d’ORES Assets et ORES scrl.

    PROXIMITÉ est également convaincu de la sagesse de sa décision car aujourd’hui plus que jamais, les citoyens réclament une totale transparence et des structures claires pour les intercommunales.

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON

     

     

     

     

     

    __________
    (1) Modification des statuts, nomination, approbation des comptes, décharge aux administrateurs et aux commissaires aux comptes et toutes questions relatives au plan stratégique.
    (2) Assemblée générale ouverte à tous le 22 juin 2017 à Namur
    (3) ORES Assets (gestionnaire des réseaux de distribution depuis le 31 décembre 2013  – aucun emploi) et ORES scrl (gestionnaire opérationnel – 2300 personnes employées)
    (4) La première étape de rationalisation a été entamée en décembre 2013 par la fusion de huit intercommunales pour former ORES
    (5) Précédemment cinq comités : comité d’audit, comité des nominations et rémunérations, comité d’éthique, comité exécutif et stratégique et un comité technique. Par modification des statuts ; trois comités subsisteraient. Le comité d’éthique et le comité technique disparaitraient lors du vote en AG.
    (6) La Libre Belgique du 26 janvier 2017
    (7) Cabinet de Monsieur Furlan, encore  ministre du gouvernement wallon jusqu’au 26 janvier 2017
    (8) Depuis le 26 janvier 2014, après la révélation par la presse, la cellule énergie a été reprise par le ministre Lacroix

    Thématique | GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Rixensart en deuil

    bourgmestre_jean_vanderbecken.jpg« Les membres du Collège communal de Rixensart ont la profonde tristesse de vous faire part du décès de Monsieur le Bourgmestre Jean Vanderbecken survenu durant la nuit de mardi à mercredi. Toutes leurs pensées vont vers son épouse, ses enfants, ses petits-enfants et ses proches », annonce le site de la commune.

    Les habitants de Rixensart se réveillent ce mercredi matin avec une bien triste nouvelle. Leur bourgmestre s’est éteint à l'âge de 62 ans.

    Self-made-man, mandataire attaché à sa commune, il la dirigeait depuis 2006. Son impulsivité et son franc-parler caractérisaient sa forte personnalité.

    « Jean, c'était un homme bien, un homme de décision », déclarait Laurence Rotthier, bourgmestre de Lasne, ce matin à la RTBF Radio. « Un homme attentif à sa famille dont il nous parlait régulièrement. Un homme avec de l'humour, de la rigueur. C'était un bulldozer, grand, fort, qui n'avait pas peut de foncer pour faire avancer les choses ».

    Les élus et membres de PROXIMITÉ présentent à son épouse, à sa famille, à ses proches et à ses compagnons de route leurs sincères condoléances.

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Arbres et haies remarquables (1)

    Rue du Plagniau à Rixensart 2011 © Eric de Séjournet.JPGEn raison de leur valeur esthétique ou paysagère, les arbres et haies remarquables jouent un rôle considérable dans le maintien et l’amélioration du cadre de vie. Ils ont payé un lourd tribut à l’extension de l’habitat et à la péri-urbanisation de nos campagnes. Une réglementation wallonne, dense et éparse, tente de préserver ce patrimoine.

    En avril 2013, l’Union des Villes et Communes de Wallonie a édité un intéressant article intitulé ‘Actes et travaux relatifs aux arbres - Aperçu de la réglementation applicable’ (2). Il vise à donner un aperçu global et cohérent en abordant successivement les questions relatives aux permis d’urbanisme, aux autres régimes d’autorisation, aux interdictions particulières, pour finir par un point sur les distances et hauteurs de plantation.

    PROXIMITÉ souhaite aborder la question des arbres et haies remarquables et connaître les efforts consentis par la Commune de Rixensart afin de préserver ce patrimoine bien fragile.

     

    QUESTIONS DE CONSEILLER (3)

    1. Les arbres et haies remarquables existants sur le territoire de notre commune sont identifiés sur le portail cartographique de la Région wallonne. Quel est leur nombre ? Pourrait-on disposer de l’inventaire de nos arbres remarquables ?

    2. L’abattage ou la modification de l’aspect d’un ou plusieurs arbres et haies remarquables, figurant sur la liste arrêtée par le Gouvernement, nécessite l’obtention d’un permis d’urbanisme (autorisation délivrée par le Collège communal) soumis à l’avis du Département de la Nature et des Forêts (cfr Art. 84 du Code Wallon de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme et du Patrimoine - CWATUP)

    a. Depuis 2013, quel est le nombre (par année) de demandes d’abattage ou d’élagage qui ont été introduites afin d’obtenir un permis d’urbanisme ?

    b. Quel est le nombre de permis d’urbanisme qui ont été délivrés par le Collège communal, après avis du Département de la Nature et des Forêts ? Quelle est la part d’arbres et haies remarquables dont la commune est elle-même propriétaire ?

    c. Quel est le nombre de permis d’urbanisme qui ont été refusés par le Collège communal, après avis du Département de la Nature et des Forêts ? Quelle est la part d’arbres et haies remarquables dont la commune est elle-même propriétaire ?

    d. Quel est le nombre de permis d’urbanisme non délivrés pour cause d’interdiction de bâtir à moins de 5 m de l’aplomb de la couronne des arbres remarquables ? Quelle est la part d’arbres et haies remarquables dont la commune est elle-même propriétaire ?

    e. Qui est propriétaire des arbres remarquables suivants

    - ceux sis rue de l’Eglise, sur le parking de l’église Sainte-Croix
    - ceux sis rue de l’Eglise, derrière le Monument Félix de Merode
    - le Marronnier d’Inde, sis rue du Plagniau 1 ?

    f. Un permis d’urbanisme est-il requis pour tout travail à un arbre remarquable ? Y-a-t-il des exceptions et lesquelles ?

    g. Peut-on demander de faire élaguer un arbre remarquable sans l’accord du propriétaire ?

    h. L’Agent constatateur communal est-il compétent dans une affaire d’abattage ou d’élagage d’arbre remarquable ? Peut-il dresser un procès verbal ?

    La réponse écrite du Collège sera connue début juillet et publiée dans nos colonnes.

    Collage_Fotor.jpgEric de SÉJOURNET & Thierry BENNERT

     

     

     

     



    __________

    (1) Photo | rue du Plagniau à Rixensart 2011 © Eric de Séjournet
    (2) RANSY Arnaud, Actes et travaux relatifs aux arbres - Aperçu de la réglementation applicable, in Focus, UVCW, n° 877 d’avril 2013
    (3) Cette question écrite (4) a été préparée par Eric de SÉJOURNET et, introduite le 31 mai 2017 par Thierry BENNERT, conseiller communal PROXIMITÉ.
    (4) Moniteur belge du 26 avril 2012, Code de la démocratie locale et de la décentralisation

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, ENVIRONNEMENT Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Quand les centimes sauvent la mise

    1_centime_Slovénie-2.jpgPROXIMITÉ attendait les explications de l’Echevin des Finances à propos de « la » bonne nouvelle annoncée par le Collège le 22 février dernier sur la clôture du budget et des comptes 2016.

    Lors de la présentation des comptes clôturés de 2016, il expliqua au membres du Conseil communal que les centimes additionnels en retard et attendus pour fin 2016 étaient arrivés juste à temps début 2017 pour pouvoir être englobés dans les résultats 2016.

    Mieux encore, c’est la totalité des retards qui ont été rattrapés par le fédéral. Ainsi, la manne providentielle d’environ 900.000 euros initialement annoncée s’est vu doublée ! Cette somme permettra un meilleur « autofinancement » pour 2017.

    On a encore eu chaud une fois de plus, mais 2016 se termine donc sur un boni tout à fait correct.

    PROXIMITÉ s’en réjouit ! En 2016, nous avions renforcé nos actions de contrôle des comptes et apporté nos remarques et inquiétudes qui, en tout état de cause, ont été entendues.

    Toutefois, ne nous endormons pas sur nos lauriers ! 2017 ne sera pas de tout repos. La commune ne pourra compter que sur ses propres compétences afin d’obtenir un résultat en équilibre.

    La vigilance est donc toujours de mise et PROXIMITÉ continuera à remplir son devoir de groupement citoyen.

     
    20160601 ROMAL Claude nb.jpgClaude ROMAL

    Thématique | FINANCES Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Détricoter la sécurité ?

    Rue de la Bruyère 6.2017 © Eric de Séjournet 2.jpgSelon le Collège, « il y a lieu de supprimer la zone 30 km/h ‘école’ de la rue de la Bruyère ». « Suite à la construction de la nouvelle école de Genval, y ont emménagé les classes de maternelle, anciennement situées rue de la Bruyère 98. Les accès à la nouvelle école se font par la rue des Volontaires et par le Vieux Chemin de I'Helpe (modes actifs). Il n'y a donc plus d'accès par la rue de la Bruyère ».

    Etienne DUBUISSON (PROXIMITÉ) a réagi promptement lors de la séance du Conseil communal du 31 mai 2017 :

    « Dans le cadre de la Charte SAVE (SAuvons la Vie de nos Enfants), signée en septembre 2013, PROXIMITÉ avait déjà attiré l’attention sur le manque de civilité de certains automobilistes dans les zones 30 km/h, et plus particulièrement dans les environs immédiats des écoles. Qui plus est, lors du du Conseil communal du 25 septembre 2013, le Bourgmestre avait déclaré 'qu’il envisage l'éventualité de mettre toute la commune en 'zone 30', sauf les axes principaux’.

    Supprimer une limitation de vitesse, c’est de facto permettre d’augmenter le risque d’accidents et particulièrement là où la voirie est plus étroite, dans une agglomération avec des habitations à front de rue. Il y a également lieu de constater que c’est également à hauteur du numéro 98 de cette rue que se trouve le passage pour piétons le plus proche de l’école.

    Enfin, il est exact qu’il n’y a plus de classes à hauteur du 98 rue de la Bruyère. Par contre, il n’est pas correct d’affirmer qu’il n’y a plus d’accès par la rue de la Bruyère. En effet, un accès libre en dehors de tout contrôle et permanent existe bel et bien au coin des rues de la Bruyère et du Vieux Chemin de l’Helpe. Cet accès est emprunté chaque jour par les élèves qui se rendent à l’Ecole des devoirs ainsi que par les jeunes élèves du quartier.

    En matière de sécurité routière, le Plan Zonal de Sécurité 2014-2017 voté par le Conseil de Police le 23 septembre 2013, désigne les usagers faibles (piétons, cyclistes et conducteurs de cyclomoteurs) comme un des groupes cibles prioritaires. Pour ces différentes raisons de sécurité, le groupe PROXIMITÉ s’oppose à la suppression de la limitation de vitesse et propose même de l’allonger afin d’englober le carrefour des rues de la Bruyère et du Vieux Chemin de l’Helpe ».

    Le Conseil communal a sagement reporté le point et le Collège réexaminera le dossier.

    __________
    (1) Photo | rue de la Bruyère à Genval 2017 © Eric de Séjournet

    Thématique | MOBILITÉ, SÉCURITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017