carnets de PROXIMITÉ

  • L'agenda de PROXIMITÉ

    Agenda Proximité.jpg

    30 mars 2017 | 20h00 | Assemblée générale statutaire de PROXIMITÉ (Ferme de l'Eglise à Rosières)

    29 mars 2017 | 20h00 | Réunion du Conseil communal (Maison communale)

    22 mars 2017 | 20h15 | Réunion mensuelle de Proximité et préparation du prochain Conseil communal (Leur Abri, 1er étage) | Participation : membres de Proximité (les points à mettre l'ordre du jour sont à transmettre à eric.de.sejournet@gmail.com avant le 20 mars) 

    22 février 2017 | 20h00 | Réunion du Conseil communal (Maison communale) | Participation : Etienne DUBUISSON, Michel WAUTOT, Thierry BENNERT, Eric de SÉJOURNET, Claude ROMAL

    20 février 2017 | 14h30 | Commission Consultative Communale des Aînés | Observateur : Eric de SÉJOURNET

    Lire la suite

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Parole de citoyen

    Dichroic_filters.jpgBelgique « pays des mille scandales » (1) ou encore « failed state » (2) ?

    Jusqu’en 1960, la Belgique, état unitaire avec une importante colonie, était considérée sur un plan international comme un pays stable, exemplaire et respectable. Cette réputation nous a même permis d’élever Bruxelles au rang de capitale de l’Europe.

    Après de nombreuses réformes successives sur fond communautaire, la structure administrative et politique de notre pays s’est totalement modifiée et avec elle, la mentalité de nos gouvernants et celle de nos concitoyens.

    Depuis quelques décennies, la presse belge et internationale, témoin privilégiée et avertie de ces changements, relate de très nombreux remous et scandales (3), souvent en relation avec notre sphère politique. C’est dans ce cadre que surgissent aujourd’hui, le scandale du Kazakhgate, celui des intercommunales, pour ne citer que ces derniers ! C’est également dans ce contexte que nos hommes politiques sont observés et critiqués par une population en colère qui se sent laissée pour compte et moquée par ses dirigeants.

    Au vu de cette situation déliquescente, nous avons tous le devoir de réagir et d’agir ! C’est notre responsabilité de citoyen et donc celle de PROXIMITÉ (4) qui, en tant que groupe communal indépendant de tout parti, entend condamner le désordre actuel qui se manifeste au sein même du milieu politique par l’absence d’éthique, l’attrait du pouvoir et celui de l’argent.

    Les intercommunales, véritables « parking » pour amis politiques, font, dans l’ombre, partie de ce milieu politique.

    Publifin, intercommunale liégeoise, qui à travers les rémunérations octroyées, a confondu légalité et éthique, s’engage – par obligation - à supprimer deux tiers de ses administrateurs. L’intercommunale ORES supprime soudainement soixante postes d’administrateurs. Le TEC, composé de cinq sociétés et de six conseils d’administration, compte quatre-vingt-cinq administrateurs tandis que De Lijn, société sœur en Flandre n’en compte que onze, …… la région wallonne et les partis politiques semblent enfin découvrir le scandale des intercommunales et de tous leurs « nominés politiques » généralement très discrets…… !

    Cinquante-deux ministres ou secrétaires d'état assurent la gestion de notre pays. C'est plus du double des Pays-Bas, c'est plus qu'en France ou en Allemagne. De leur côté, les francophones de Belgique sont gouvernés au niveau de la Région et de la Communauté par quatorze ministres alors que pour des responsabilités identiques, la Flandre n'en compte que neuf. Cela représente cinquante pour cent de ministres en plus pour gérer les seules affaires francophones d’une Région et d’une Communauté qui peinent à sortir la tête hors de l'eau.

    Pourquoi gonfler toutes ces structures politiques ? Pourquoi tant de "nominés" ? Pourquoi deux ministres présidents wallons là où hier, un seul suffisait?

    Dans de telles conditions, il n’est pas difficile de comprendre le manque de respect et de confiance de la population dans ses dirigeants qui, sans cesse, annoncent le meilleur et se gaussent de la bonne gouvernance, de la transparence, de la rationalisation, de la simplification ou encore de la concertation…… sans pour autant voir apparaître un quelconque changement.

    La politique et ses acteurs reflètent actuellement la triste image d’un véritable métier confortable voire d’une caste dont apparemment on ne sort pas. Elle permet de faire carrière en cumulant des mandats et même d'autres activités professionnelles. Nos gouvernants ont-ils, tel un roi soleil, un don particulier de polyvalence et de compétence dans toutes les matières sans pour autant en assumer réellement les responsabilités ? Aujourd'hui ministre, demain ministre ailleurs et après-demain ministre dans un autre domaine et ceci, quel que soit le résultat de leur gestion ou de l’héritage transmis. Ministre coûte que coûte, se maintenir ou s’élever dans le système est, semble-t-il, devenu le véritable objectif, la récompense suprême pour les « bons serviteurs » de partis, piliers du pouvoir. Tous ces arrangements entre politiciens sont malsains. Ils empêchent tout renouvellement ou émergence d'idées neuves et hypothèquent ainsi la crédibilité de la gestion du pays. Les échanges entre la société et le monde politique sont ténus ou inexistants et éloignent nos politiciens de la réalité et de la société qu’ils sont censés représenter. Ils se comportent en gestionnaire exclusif de notre pays mais ne sont tenus responsables de rien. Les Rixensartois sont les témoins malheureusement privilégiés de cette « gestion », de cette absence de responsabilité et du gâchis que représente le RER qui, à lui seul, témoigne à suffisance des kilomètres de paysage saccagé, gares inachevées et milliards dépensés !

    L'image que nos mandataires transmettent par media interposée donne plus à penser à une succession de critiques acerbes, d'invectives démesurées, de conflits permanents, de lutte pour le pouvoir. La régionalisation renforce cet état d’esprit et complique la situation puisque actuellement, il faut composer à des niveaux de pouvoir différents et avec parfois des gouvernements de coalitions asymétriques. Aujourd’hui, même pour des causes humanitaires, nos politiciens sont incapables de se rassembler.

    Le cumul des mandats exécutifs est également un sujet d’actualité qui interpelle. La charge ministérielle est-elle à ce point légère qu’elle laisse suffisamment de temps pour d’autres occupations  professionnelles? Le titre de "bourgmestre empêché" avait pour ambition de limiter les mandats exécutifs de nos ministres. Notons au passage que cette notion de « bourgmestre empêché », se transforme subrepticement en « bourgmestre en titre » et aujourd’hui en « bourgmestre nommé ». L’objectif recherché initialement et qui protège encore quelques privilégiés vacille totalement et jette encore un peu plus le discrédit sur les pratiques politiciennes d’autogestion irresponsable.

    Notre pays traverse une période d’incertitude économique, budgétaire et même existentielle. Le temps est aux restrictions. Il est, dès lors, difficile de comprendre l’apparent train de vie coûteux mené par nos mandataires en recherche permanente de notoriété.

    L’éloignement du monde politique, sa mauvaise communication, l’image qu’il donne en Belgique mais aussi à l’étranger nous interpelle pour le moins. Il y a matière à s’interroger sur le saupoudrage ou la dilution des responsabilités entre le fédéral et les régions ainsi que sur l’imbroglio et la multiplication des représentations belges en milieu international… Trois ministres en charge de l’agriculture, quatre des relations internationales … etc ! Il en est de même pour les différentes délégations qui représentent notre pays à l'étranger. La présence de ministres présidents régionaux aux funérailles de Mandela était-elle vraiment indispensable? Quatre ministres du gouvernement fédéral au côté du Roi et de la Reine à l'occasion de l'intronisation du Pape François … ou encore la présence, à deux reprises de certains ministres à la coupe du monde de football au Brésil, avec tous les frais annexes que cela implique? Apparemment, les difficultés budgétaires ne sont vraiment pas les mêmes pour tout le monde.

    Il y a donc bien de multiple raisons à chercher essentiellement dans le monde politique, les motifs pour lesquels les citoyens votent pour les extrêmes.

    Un mandat politique doit reposer sur la confiance des électeurs. Pour convaincre, nos élus se doivent de respecter les principes d’exemplarité, d’intégrité, de probité et d’impartialité. Leur conduite doit être non seulement irréprochable mais le sens de l'abnégation et de modestie doit également les habiter. Ils doivent pouvoir prouver et tout particulièrement aujourd’hui, face à l’affluence de réfugiés, que les mots qu’ils s’attribuent et dont on ne comprend pas toujours le sens profond (Progressiste ? Réformateur ? Humaniste ?), ne sont pas des mots creux.

    Y a-t-il encore aujourd’hui des Hommes et des Femmes d'Etat qui possèdent la capacité d'arbitrer, de s'élever au-dessus des divisions, de se situer au-dessus des vrais conflits et qui d'autre part possèdent et vivent  la notion de service ?

    A eux de nous démontrer que Paul Valéry avait tort en écrivant : « La politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde » !

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON

     

     






    __________
    (1) BARREZ Dirk et SOURIS Christian, Le pays des mille scandales, encyclopédie d'un quart de siècle d'affaires en Belgique, Publication Quorum à Ottignies, 1998
    (2) KING Tim, Politico’s Brussels Sketch, 2 décembre 2015 et 22 mars 2016
    (3) notamment : questions linguistiques, financement illégal de partis, grands travaux inutiles, tueurs du Brabant, pots-de-vin dans les marchés publiques de la Défense, affaire Dutroux, affaire Agusta, condamnation d’hommes politiques, …
    (4) PROXIMITÉ est un groupe rixensartois, indépendant de toute structure politique. Ses élus siègent au Conseil communal, au Conseil de la Zone de Police et au Conseil du CPAS. Ils ne sont membres d’aucune intercommunale et ont fait le choix de n’avoir aucun autre mandat politique extérieur. Depuis dix années d’existence, ils entretiennent un dialogue permanent avec les Rixensartois par le biais des « Carnets de Proximité ».

    Thématique | GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Finances : « Les écuries brûlent-elles ? »

    budget-blue-2.jpgEn septembre 2016, PROXIMITÉ prenait le pouls des finances communales et formulait ses inquiétudes. Quatre mois plus tard, où en sommes-nous ?

    Les comptes de 2016 ne sont pas encore clôturés et ceci est tout à fait normal, le travail de fin d’année est colossal. Mais, la manne providentielle provenant des transferts fédéraux et permettant de clôturer cette même année par un équilibre, n’était toujours pas en vue mi-janvier 2017. Le timing est donc très serré ! Pour figurer encore dans les comptes 2016, il est impératif que ces centimes additionnels abreuvent notre caisse communale au plus vite, sous peine de passer sur le budget 2017 et de creuser celui de 2016.

    Le budget 2017 a fait l’objet d’une première mouture.

    Et déjà, des questions se posent. Par exemple sur la balise d’emprunt. Cette « balise » représente un seuil d’endettement maximal autorisé par habitant. Notre commune compte à présent 22.101 habitants et la balise « acceptable » est de 180 €/habitant, soit un maximum de 3.978.180 € au total.

    Or, selon le calcul avancé par la commune, la balise est de 253,94 €/habitant, soit 73,94 € de trop !

    Heureusement, nos gestionnaires ont pu faire appel aux reliquats d’emprunts non consommés les années précédentes pour stabiliser « artificiellement » cette balise sous les 180 €.

    D’autres artifices du même acabit permettent au budget de rester en équilibre, tels qu’un taux d’emprunt étrangement bas ou encore une recette hypothétique sur la révision des charges salariales.

    Certes, le château n’est pas encore en danger, mais l’incendie des écuries voisines menace …

    20160601 ROMAL Claude nb.jpgClaude ROMAL

    Thématique | FINANCES Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Préservons notre cadre de vie

    218 Rue des Bleuets Sentier de Trelon 2.2016 © Eric de Séjournet 3 (1).jpgLe Plan communal de développement de la Nature (PCDN) tenait son assemblée générale ce 30 janvier 2017 à la Maison communale de Rixensart. La salle était comble et très attentive aux différentes interventions des membres de l’association. Chaque exposé était illustré de magnifiques photos de paysages et d’oiseaux.

    Le PCDN, c’est une équipe active dans une série de domaines relatifs à la protection de la nature à Rixensart, Genval et Rosières. On compte à Rixensart plusieurs réserves naturelles. Il s’agit de sites exceptionnels qui accueillent une flore et une faune à protéger.

    On nous a parlé de la réserve du Carpu au bord de La Lasne, vaste zone humide entre les papeteries de Genval, la rue du Moulin et de la Manteline. Juste au-dessus, se situe la réserve de la Grande Bruyère le long de l’avenue Roosevelt. A côté du Delhaize de la Mazerine, se trouve un bois protégé également (à cheval sur La Hulpe et Rixensart). Le long du château de Rixensart, le ruisseau de Château dans le Bois de Rixensart est aussi un site naturel d’exception. A Rosières, le Grand Cortil, une autre zone nature, borde la vallée de la Lasne. Les balisages de sentiers sont également de la responsabilité du PCDN. Des balades sont régulièrement organisées.

    A la demande de la commune, l’association donne des avis sur des projets d’aménagements. En 2017, par exemple, un projet de mare nature va être créé en bordure de la rue des Bleuets au bout de la Mare aux Loups. Différentes initiatives sont prises par le PCDN avec l’aide de subsides publics pour aménager certains sentiers. Un budget a été obtenu pour installer des caillebotis pour faciliter la promenade le long de la Lasne sans abîmer la zone humide.

    Notre attention a également été attirée sur la pollution lumineuse. Faut-il éclairer les monuments et églises de la commune avec autant d’intensité ? De la publicité a été faite pour l’opération WAPP (en Wallonie, les 24, 25 et 26 mars 2017) qui vise à nettoyer une fois par an la commune par les bénévoles. L’idée est de sensibiliser les adultes mais également les enfants qui servent d’ambassadeurs pour montrer le bon exemple.

    On nous a parlé aussi des chauves-souris, des oiseaux et surtout des batraciens.

    Entre le 15 février et la fin mars, le PCDN mobilise ses membres et amis pour protéger les grenouilles et crapauds, qui attirés par les mares où ils sont nés, s’y dirigent pour se reproduire. Les traversées nocturnes sont souvent dévastatrices. Depuis plusieurs années, le PCDN se mobilise avec l’aide de la commune pour installer des bâches en plastique noir pour empêcher les traversées de route. Cette année, elles seront remplacées par un système plus esthétique. Tous les 10 mètres, des seaux collectent les intrépides batraciens. Plusieurs fois par jour, des membres viennent transporter les seaux remplis de grenouilles et les déposent de l’autre côté de la route. La migration peut alors se poursuivre. Les enfants des écoles sont très heureux d’y participer. Je me suis dit que j’y participerai cette année !

    C’était une belle soirée avec des témoignages passionnants. Cela donne envie de les rejoindre pour participer à ces actions si importantes pour préserver notre cadre de vie.

    Thierry Bennert copie.jpgThierry BENNERT

     

     

     

     



    __________
    Photo | Rue des Bleuets © Eric de Séjournet

    Thématique | ENVIRONNEMENT Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Passage de témoin chez PROXIMITÉ

    Proximité relais du 25 janvier 2017.jpg« Partager et communiquer » sont les deux mots-clés qu’Eric de SÉJOURNET avait choisis pour définir son engagement citoyen lors des élections communales de 2012. Quatre années après avoir été élu conseiller communal sur la liste de PROXIMITÉ Autrement, il a décidé de partager son mandat avec son suppléant et faire entrer ainsi dans le Conseil communal une nouvelle personne compétente et motivée pour défendre nos objectifs.

    Son premier suppléant, Thierry HUET, est actuellement très occupé à développer ses activités industrielles. Ses nombreuses responsabilités, dont celle de Vice-Président de l’Union Wallonne des Entreprises, l’empêchent actuellement d’assumer un mandat communal. C’est donc Thierry BENNERT, second suppléant, qui assure la relève pour les deux années à venir.

    « Accueillir et s’investir » sont les deux mots-clés choisis par Thierry BENNERT en 2012. Licencié en Sciences Commerciales et Financières (ICHEC), trésorier de l’UCL, il a fait le choix de PROXIMITÉ car « c’est une équipe qui étudie et connaît bien les dossiers et qui s'investit dans la gestion communale pour une meilleure qualité de vie pour tous ». Depuis 2012, il est notre délégué à la Commission ‘Finances’ et au groupe de travail ‘Déchets’. Il a accepté de prendre le relais d’Eric de SÉJOURNET et se dit « heureux de se mettre au service des citoyens de la commune en s’y investissant pleinement ».

    Quant au mandat dérivé de Conseiller de la Zone de Police, il sera assumé par mes soins. Je poursuis ma mission de chef de groupe au Conseil communal.

    Eric de SÉJOURNET a adressé le 25 janvier aux Bourgmestre, Echevins et membres du Conseil communal, ses vifs remerciements de lui avoir accordé leur confiance et d’avoir pu, à leurs côtés, défendre les valeurs démocratiques et le bien commun. Il poursuivra ses activités de communication au profit du groupe et, fin mars prochain, me succédera à la présidence de PROXIMITÉ, pour se consacrer à la préparation des élections communales de 2018.

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON

    Thématique | ORGANISATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Plus de démocratie

    Adhésion Proximité.jpgPROXIMITÉ Autrement est un groupe indépendant rixensartois qui, loin des états-majors politiques, a une approche citoyenne et participative en matière de gestion communale. Depuis 2006, Proximité s’est forgé une identité sur trois axes : l’écoute, l’action et la transparence.

    Soutenez notre action et adhérez à notre groupement citoyen !

    Investissez dans plus de démocratie : cotisation 2017 de 20 euros à verser au compte bancaire BE23 7795 9186 0991. Merci à vous!

    Thématique | ORGANISATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • PROXIMITÉ ! … Pourquoi ?

    Proximité Autrement 2014 copie 2.jpgOn se souvient encore de certaines grandes figures qui ont marqué positivement et de manière indélébile l'histoire politique de notre pays. Elles sont connues pour leur compétence, leur véritable vocation soutenue par un doux mélange de classe et d'humilité mais également pour leur sens du devoir et du service pour leur pays et sa population.

    Les temps changent et les mentalités évoluent…..

    Aujourd’hui, dans l'opinion publique, l'image de marque de nos dirigeants est écornée et totalement différente au point même de susciter un profond désintérêt qui s’apparente à une perte de confiance.

    Si le discrédit du monde politique réside pour partie dans l'incompréhension de la structure politique et administrative de notre pays, nos élus sont eux-mêmes et pour une bonne part les acteurs de cette perte de confiance. Durant l’année dernière et à chaque niveau de pouvoir, plusieurs évènements malheureux ont encore accentué cette méfiance.

    En effet, nous n’avons pas oublié l’intérêt porté par nos représentants politiques wallons pour tenter de réduire discrètement à néant et à leur profit, le décret visant à limiter le cumul des mandats entre les postes de député et de bourgmestre ou échevin. Personne n’a pu oublier le coût exagéré et heureusement dénoncé de la pension de nos parlementaires. Qui peut avoir effacé de sa mémoire les soubresauts de certains cabinets étrangement gonflés à la veille des élections ? On pourrait encore rappeler parmi d’autres, les plantureuses rémunérations que se sont accordés les mandataires de l’intercommunale Publifin ou le contrôle budgétaire défaillant à l’Office wallon des déchets ou encore l’affaire dite du Kazakhgate que certains n’hésitent pas à qualifier dès à présent, d’un des plus grands scandales d’Etat…..

    Malheureusement ces agissements donnent à penser qu’il s’agit là d’une pratique relativement courante dans les milieux politiques voire même d’une « certaine culture ». Qui n’a jamais entendu parler de scandales dans les logements sociaux, les sports, la gestion des marchés publics, avec l’implication d’autorités locales ou d’administrateurs d’intercommunale. Nous pourrions encore évoquer l’inculpation d’un député bourgmestre pour faits de mœurs ou l’implication d’un ancien ministre et bourgmestre du Brabant wallon qui, pour une mission de consultance douteuse, reconnait avoir reçu des émoluments estimés à 240.000 euros par an ... etc. ... car la liste est encore longue. Toutes ces malversations proches des milieux politiques ou des sphères dirigeantes nous interpellent gravement mais cela ne suffit pas, encore faut-il agir et réagir !

    C’est dans cet esprit de réaction que PROXIMITÉ a vu le jour en 2006. Son nom est déjà tout un message. Son ambition se limite à contribuer, de manière indépendante, positive et désintéressée, à la bonne gestion de la commune avec l’aide de Rixensartois et sans autre mandat politique extérieur.

    Ne crions cependant pas à l’utopie. L’indépendance est peut-être une richesse mais elle a également ses limites. Nous en sommes conscients ! Une formation communale comme la nôtre n’a pas d’ambition démesurée. Elle se veut être le garant de la bonne gestion afin de dénoncer tout écart ou toute malversation éventuelle au sein de la gestion communale. Il ne s’agit donc pas de faire – par principe - opposition au pouvoir en place mais de contribuer avec lui efficacement et concrètement à la construction du bien commun.

    Cette contribution, peut dès lors se réaliser aussi bien avec ou dans une majorité que dans la minorité communale.

    Cette possibilité d’expression libre, PROXIMITÉ l’offre aux Rixensartois par le biais de son écoute, de son action proche des citoyens et en toute transparence grâce notamment à la publication régulière de ses « Carnets ».

    Elle correspond à un souhait de bon nombre de Rixensartois puisque depuis dix ans, PROXIMITÉ dispose de trois sièges au Conseil communal et représente ainsi plus de 12% de la population de notre commune.

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Francis Floor.2012 © Francis Floor.JPGEtienne DUBUISSON
    Conseiller communal
    Fondateur de Proximité

    Thématique | COMMUNICATION, GOUVERNANCE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Meilleurs voeux 2017

    « De temps en temps, il est bon d’arrêter notre quête du bonheur et d’être tout simplement heureux » (Guillaume Apollinaire)693849716.jpg

    Le groupe « PROXIMITÉ Autrement » vous souhaite une heureuse année 2017 !

    Nous resterons à votre écoute, car tout ce qui vous tient à cœur, nous importe. 

    Quant à l’année 2018, celle des élections communales, vous pourrez compter sur nous.

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Regard dépassionné sur le CETA

    CETA_2014.pngNous n’avions pas prévu d’évoquer les élections américaines alors que nous souhaitions proposer une analyse à froid du psychodrame « Ceta ». L’actualité en a décidé autrement. Mais le détour sera bref. Etrangement, la colère d’une partie de l’électorat états-unien fait comme un écho à la surdité mutuelle des acteurs de l’imbroglio libre-échangiste.

    Car, par une de ces pirouettes dont l’histoire a le secret, le TTIP, l’accord de libre-échange en gestation entre l’Union européenne et les Etats-Unis, que les détracteurs du Ceta brandissaient à corps et à cri pour appuyer leurs inquiétudes, risque très fort de rester au frigo pour les quatre prochaines années. Notre propos n’est ni de nous en réjouir, ni de nous en attrister, simplement de porter sur ces événements un regard dépassionné.

    La grille de lecture sera la suivante. Et tant pis si nous sommes un peu trop schématiques. D’habitude, en politique, nous entendons des gens qui voudraient plus d’Etat. C’est la gauche. Son modèle de gouvernance est souvent étatique, du haut vers le bas. En face, il y a ceux qui pensent que le marché peut résoudre tous les problèmes des citoyens, c’est la droite, plus ou moins dirigiste. Entre les deux, il faut aussi compter avec des citoyens, regroupés parfois en organisations, que l’on appelle la société civile. Ils défendent souvent un surcroît d’autonomie, une forme d’initiative qui n’appartient ni à l’Etat, ni aux marchés. Et il faut bien reconnaître que dans toutes sortes de situations ce type d’action peut aussi résoudre certains problèmes de société.  

    Dans le cadre du Ceta, la Commission européenne tient un double rôle, très ambivalent. Elle fait office tout à la fois d’Etat et de partisan du marché. Elle incarne simultanément la droite et la gauche. La droite parce qu’elle souhaite promouvoir les marchés, le néolibéralisme. Et la gauche parce que, quoi qu’on en dise, le modèle de gouvernance intrinsèque des institutions européennes consiste à proposer une harmonisation, par le haut, de la façon dont nous vivons, produisons et consommons. Bref, en l’occurrence, la Commission européenne incarne la majorité des défauts de la droite comme de la gauche.  

    En face, nous avons une société civile qui, en Belgique francophone, concernant le Ceta, a fait montre d’un degré d’organisation et de ténacité sans précédent. Et comme la Belgique francophone a son contexte politique bien déterminé, un gouvernement fédéral de droite et des gouvernements régionaux, les opposants au Ceta ont fait feu de toutes parts et se sont enfoncés dans la brèche à brides abattues.

    Dans cette histoire, il est surtout question d’institutions européennes foncièrement incapables de communiquer sur l’objet de ce qu’elles négocient et d’un chef de gouvernement wallon qui a réussi un « coup de com’ ». Les citoyens, eux, sont de la revue, et il faut bien dire que les grands médias ne les ont pas spécialement aidés à comprendre les tenants et les aboutissants de ce dossier.

    VERKAEREN André nb 11.2016.jpgAndré VERKAEREN

     

     

     

     

     

     

    ____________________________________________________________________________________

    Si vous souhaitez en savoir plus, nous vous invitons à lire le second article d’André VERKAEREN (PROXIMITÉ) dans lequel il dénonce l’incapacité criante de la Commission européenne de communiquer dans la transparence sur les objectifs du CETA. En effet, cet abandon de souveraineté doit être contrebalancé par un devoir d’information. D’autant plus que la commune de Rixensart accueille GSK et que le CETA constitue une avancée majeure en matière de propriété intellectuelle, notamment dans le domaine pharmaceutique.

    La négociation de ce traité de libre-échange met également a nu la volonté de certains acteurs politiques de tirer à eux la couverture médiatique, quitte à jouer sur les peurs les plus profondes de nos concitoyens.

    Cliquez ci-après sur "Lire la suite" 

    ____________________________________________________________________________________

    Lire la suite

    Thématique | ÉCONOMIE & EMPLOI Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Motion "Gares de Rixensart et Genval"

    5. Gare de Rixensart (projet Eurogare) - copie.jpg

    A l'initiative du groupe Ecolo, les élus rixensartois se sont penchés sur une motion relative à la réalisation des travaux de sécurité et de confort aux accès et d’un maintien d’un service voyageurs de qualité aux gares de Genval et de Rixensart. Elle a été votée le 26 octobre 2016 par le Conseil communal et a été transmise à la Direction d’Infrabel et aux Ministres fédéraux et régionaux ayant la mobilité dans leurs attributions.

    Se faisant l’interprète de la population, le Conseil communal demande à Infrabel d’avoir des garanties formelles, avec un planning précis, sur la bonne exécution des travaux suivants :

    - le placement des ascenseurs pour un accès sécurisé aux transports publics de toute personne, y compris les personnes à mobilité réduite;

    - les aménagements assurant la sécurité et le confort indispensables lors de l'accès aux quais et aux abords des gares (hauteur, largeur des quais et des accès, auvents, range-vélos, salle d'attente ... ) ;

    - la construction de la gare de Rixensart, avec implantation d'un guichet pour les voyageurs (*);

    - la mise en place d'un service clientèle de qualité pour les deux gares.

    Par contre, l’implantation d’un guichet pour les voyageurs (voir * ci-dessus) a fait l’objet d’un amendement qui n’a pas fait l’unanimité : par 15 voix pour, 4 voix contre (Messieurs Vanderbecken, Remue, Madame Van den Eynde, et Monsieur Hanin) et 6 abstentions (Messieurs Garny, Pirart, Anastasiades, Madame Léonard, Messieurs Van Loo et Cardon de Lichtbuer).

    __________
    TITRES DE LA PRESSE > Une motion pour une vraie gare à Rixensart (La Libre Belgique, 8 novembre 2016) +  Une nouvelle gare pour Rixensart, une motion a été votée par les membres du conseil communal rixensartois (La Dernière Heure, 8 novembre 2016)

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, MOBILITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Des hommes et des femmes proches des Rixensartois

    Créé afin d'offrir une alternative intéressante aux Rixensartois lors des élections communales d'octobre 2006, PROXIMITÉ est un groupe sans couleur politique qui s'implique activement dans la gestion de la commune en mettant la notion de service, du bien commun et de la rigueur en évidence. A l'image de Rixensart, il est composé d'hommes et de femmes de tous les milieux sociaux, philosophiques et professionnels qui se dévouent sans compter pour les habitants de leur commune.

    Vous avez élu en octobre 2012 trois membres de PROXIMITÉ afin de vous représenter au Conseil communal. Certes, ils ne siègent pas dans la majorité, mais, depuis les bancs de l'opposition, Etienne DUBUISSON, Michel WAUTOT, Eric de SÉJOURNET (de 2012 à 2016) et Thierry BENNERT (depuis 2017), ainsi que votre conseillère CPAS (Micheline MARION) participent de manière constructive à la gestion communale.

    PROXIMITÉ, c'est un groupe de personnes motivées qui rendent sans relâche compte de leurs actions via les carnets de Proximité.

     

    NOS CONSEILLERS ET MEMBRES ACTIFS

    1 DUBUISSON Etienn 9.2012 © Franc is Floor.2012 © Francis Floor - copie.jpgDUBUISSON Etienne
    Conseiller communal
    Conseiller de la Zone de police La Hulpe-Lasne-Rixensart

    Président de PROXIMITÉ
     



    27 WAUTOT Michel 9.2012 © Francis Floor - copie.jpgWAUTOT Michel
    Conseiller communal

    Délégué groupes de travail PCA Gare de Genval, PCA Gare de Rixensart et PCAR Poirier Dieu
    Délégué groupe de travail 'Mobilité' 

     

     

    8 BENNERT Thierry.jpegBENNERT Thierry
    Conseiller communal
    Délégué Commission Finances
    Délégué groupe de travail 'Déchets'

     

      
    4 HELLEPUTTE Didier Elections.jpgHELLEPUTTE Didier
    Délégué au Conseil de la Régie foncière

    Trésorier de PROXIMITÉ

     



    2 MARION-LEKIME Micheline 9.2012 © Francis Floor - copie.jpgMARION - LEKIME Micheline
    Conseillère CPAS

    Déléguée Commission Plan de cohésion Sociale
    Déléguée Commission Paritaire Locale (COPALOC)

     


    26 THIRION-THIRY Anne 2006.jpgTHIRION-THIRY Anne

    Déléguée Centre Culturel de Rixensart

     

     
    10 GUELTON Pascal 9.2012 © Francis Floor.jpgGUELTON Pascal
    Délégué Commission Consultative communale d'Aménagement du Territoire et de Mobilité (CCATM)





    11 Martin DUTRON.jpgDUTRON Martin
    Délégué suppléant Commissions Plan de Cohésion Sociale 


     

     


    7 DE WOLF Jacques 9.2012 © Francis Floor.jpgDE WOLF Jacques
    Délégué au Tennis Club communal du Bosquet

    Délégué suppléant groupe de travail 'Mobilité'
    Délégué suppléant au Conseil de Régie foncière

     


    20060902 Yves Terlinden.jpgTERLINDEN Yves
    Délégué Groupe de travail Toponymie



     

    20070414 Berna dWdE  Eric de Séjournet.jpgde WILDE d'ESTMAEL Bernadette
    Administrateur de l'asbl communale Val des Coccinelles

     

     


    20160601 ROMAL Claude.jpgROMAL Claude
    Administrateur de la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC)
    Délégué Comité d'accompagnement du Rixensart Info
    Chargé des relations publiques de PROXIMITÉ

     

    20130822 Eric dSdR © Isaline de Vuyst-001 copie.JPGde SÉJOURNET Eric
    Chargé de communication de PROXIMITÉ

     

    Thématique | CITOYENNETÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • 5 % de logements publics ... au lieu de 10

    Val du Héron 3.2012 © Eric de Séjournet.jpgL’accroissement constant de la précarité en Wallonie a contraint la Région à travailler sur un plan permettant aux personnes ou familles défavorisées d’accéder plus facilement et plus rapidement au logement.

    Ce « Programme communal d’actions en matière de logement », - aussi connu sous le nom ‘Plan d’ancrage communal’, oblige les communes à examiner régulièrement leur parc immobilier (logements publics), en faire un inventaire permanent, établir un plan d’action sur 3 années et à le respecter…

    Sur l’entité, la commune de Rixensart recense actuellement 498 logements à loyer modéré. Ces derniers sont gérés par différents organismes, principalement ‘Notre Maison’ (335), la ‘Régie Foncière’ (79) ou encore le CPAS (47).

    Dans son intervention au Conseil communal (2), Eric de SÉJOURNET (PROXIMITÉ) indiqua que « Rixensart offrait en sorte un peu plus de 5 % de logements dus à l’initiative publique. Nous n’atteignons donc que la moitié de ce qu’exige la Région wallonne, puisqu’à terme, il faudra atteindre l’objectif de 10 % du nombre total d’habitations à finalité sociale sur notre territoire ».

    « Faut pas rêver ! », répondit l’Echevine des Affaires sociales. Suivant l’Agenda 21 local de Rixensart (3), la Commune fixe les principes des actions à mener en vue de mettre en œuvre le droit à un logement décent. Pour réaliser cet objectif, elle prend toutes les mesures tendant à diversifier les types de logements disponibles sur son territoire, à permettre la réalisation de logements sociaux et moyens, d’insertion et de transit, ainsi qu’à lutter contre l’inoccupation et l’insalubrité des logements. La commune prévoit d’établir un comparatif avec les communes avoisinantes et d’afficher la cible que la commune prévoit d’atteindre. En effet, Rixensart se distingue par le prix très élevé de l’immobilier. La problématique du logement est que l’habitat est la principale fonction de l’espace urbanisé (plus de 50 %), loin devant les activités ou les équipements.

    Que risquons-nous ? La Région a prévu des sanctions financières reprises dans un arrêté du Gouvernement wallon, adopté le 12 décembre 2013 (4). Elles sont de 10.000 euros par logement manquant. Ces sanctions seront d’application pour autant que les communes n’établissent pas de programme (ou ne le suivent pas) afin de satisfaire graduellement aux exigences régionales.

    Ainsi, notre commune pourrait s’exposer à des sanctions. Certes, elle est loin d’être isolée, d’autres communes sont dans la même problématique. Le cas échéant, elle pourra argumenter la forte densité de population en Brabant wallon et justifier ainsi la complexité d’atteindre cet objectif par manque d’emplacements.

    La Région, représentée par le Ministre Paul Furlan, sera-t-elle à l’écoute et adoptera-t-elle une politique de sanctions modérées en fonction des explications défendues par notre commune ? Les dernières informations laissent croire que la Région poursuivra les contrevenantes après examen des inventaires récents émis par les communes et étudiera les projets ainsi que les explications apportées. Il faudra être convainquant !

    20160601 ROMAL Claude nb.jpgClaude ROMAL

     

     

     

     
    __________

    (1) Publication Moniteur belge (M.B. 7.2.2014, inforum n°280.482)
    (2) Conseil communal du 28 septembre 2016
    (3) Agenda 21 local de Rixensart, Programme communal d’actions en matière de logement, 2013 p. 16
    (4) CEDER Thibault et PONCHAUT Alexandre, L'ancrage local du logement, in UVCW, novembre 2014 
    (5) Photo | rue de Messe 2012 © Eric de Séjournet

    Thématique | LOGEMENT, SOCIAL Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Finances : "Tout va-t-il si bien, Mme la Marquise ?"

    budget-loupe.jpgPas simple pour les néophytes ou pour les personnes non aguerries à la comptabilité budgétaire communale d’en comprendre les rouages. Nous nous efforcerons d’être concis et d’utiliser des termes communs ainsi que d’en tirer des conclusions.

    Alors que les comptes 2015 se sont clôturés en équilibre et ont été acceptés définitivement lors de la séance du Conseil communal du 29 juin dernier, le budget 2016 s’est vu modifié une première fois. Cette pratique est courante et peut se produire à plusieurs reprises en cours d’année.

    Bien que les instances communales tentent de réduire les coûts de fonctionnement, force est de constater que les dépenses 2016 augmentent substantiellement. En cause, entre autres, les coûts salariaux et les nouveaux frais d’entretien liés aux récents gros investissements.

    PROXIMITÉ tire la sonnette d’alarme ! En effet, voilà des années que les résultats ne cessent de fondre. Si l’on en croit les tendances, PROXIMITÉ craint fortement que l’exercice 2018 ne passe dans le rouge.

    A moins de revoir à la hausse les taxes communales et centimes additionnels, - sachez qu’avec ses 6.6% Rixensart fait partie des communes wallonnes où le taux est le plus bas (1), de nouvelles coupes budgétaires seront certainement nécessaires. Restons donc vigilants !

    Une solution est-elle en vue ? La politique d’expansion de l’habitat menée par la NAPMR pourrait en effet alléger nos finances grâce à l’arrivée de nouveaux habitants et commerces dans notre commune. Mais ne faudrait-il pas faire le choix cornélien entre une commune congestionnée avec des impôts communaux hypothétiquement identiques et une entité plus agréable à vivre avec une adaptation des centimes communaux ?

    20160601 ROMAL Claude nb.jpgClaude ROMAL

     

     

     

    __________ 
    (1) http://finances.belgium.be/sites/default/files/downloads/taux-taxe-communale-2015.pdf

    Thématique | FINANCES Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Centre, la vie en bleu …

    images.jpegLors de la séance du 29 juin 2016, le Conseil Communal a évoqué l’absence de respect des zones bleues dans le Centre de Rixensart et plus particulièrement, le manque de civisme de certains.

    « Ces derniers ne jouent pas le jeu en ne déplaçant pas leur véhicule », et accaparent les places toute la journée. Il fallait réagir !

    Ainsi, de manière provisoire, le Conseil a décidé de réduire le temps de parking en zone bleue, dans le centre de la commune, à soixante minutes. La clientèle devra donc faire ses courses chrono en main …

    Quant au parking du Colruyt, facilement accessible, il est pris d’assaut par des navetteurs prenant le train à deux pas de là. Après concertation entre la Commune et la direction de l’établissement, le stationnement en surface y passe en zone bleue.

    PROXIMITÉ en examinera les retombées.

    20160601 ROMAL Claude nb.jpgClaude ROMAL

     

    Thématique | MOBILITÉ Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Abracadabra … personnalisons notre gare

    20150310 Action commune du Conseil communal (Gare de Rixensart) photo Eric de Séjournet - 08.jpg« D'ici 2024, 4 trains par heure aux heures de pointe », c’est le credo du Ministre fédéral François Belot. Si les aménagements de la gare de Rixensart se poursuivent en surface … ceux attendus par les navetteurs et les voyageurs âgés ou à mobilité réduite se font attendre : pas de bâtiment d’accueil, pas d’ascenseurs pour descendre sur les quais souterrains.

    En attendant que la SNCB et les autorités politiques s’accordent pour trouver des solutions … budgétaires, PROXIMITÉ lance le débat sur l’aménagement intérieur de la gare.

    Voyageurs à bord des trains ou voyageurs attendant sur les quais contemplent depuis trop longtemps une gare souterraine revêtue de béton armé. L’alignement des colonnes en forme d’Y invite le regard vers les puits de lumière … que ce soit en direction de Bruxelles ou d’Ottignies. D’où l’idée de personnaliser notre gare à notre image, celle d’une commune verdoyante, boisée, soucieuse de son patrimoine.

    Thématique | CULTURE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Relookage du Rixensart Info ?

    Page 11.jpgNous avons appris lors du Conseil communal du 29 juin 2016 que l’Echevin de l’Information prépare une nouvelle présentation du bulletin communal d’information. Quant à la mise en page, elle est dorénavant réalisée intra muros, et non plus par l’imprimeur.

    Aussi, le Conseil communal a-t-il adopté le cahier spécial des charges relatif à l’impression et la distribution du Rixensart Info. Il en ressort que le format (21 x 29,7 cm), la qualité du papier (grammage de 90 g) et le nombre de pages (32 à 40) resteront identiques.

    Six impressions annuelles sont prévues, à concurrence de 10.450 exemplaires. Elles seront complétées de l'impression annuelle (en mai/juin) d'un numéro « Spécial Enseignement » de 20 pages qui sera tiré à 10.300 exemplaires et éventuellement d'un deuxième numéro spécial comportant de 12 à 20 pages.

    La minorité a exprimé le souhait que la commune édite un « Spécial Aînés » et fasse paraître le « Spécial Enseignement » vers Pâques, par exemple, plutôt qu’en fin d’année scolaire.

    Thématique | COMMUNICATION Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Ne cédons pas à la pression foncière (2)

    Dans un communiqué du 21 mai paru dans les Carnets de Proximité et adressé à tous les chefs de groupe,  PROXIMITÉ plantait déjà le décor : le groupe ne cautionnera pas le projet d’échange de m2 sur l’ancien site des Papeteries de Genval (1).

    Lors du Conseil communal du 25 mai 2016 (2), l’Echevin de l’Urbanisme (NAPMR) expliqua brièvement qu’en 2009 la commune avait acquis un entrepôt de 1000 m² et que des pourparlers avaient abouti à une possibilité d’échange contre 3 surfaces d’entrepôts et un local à front de la rue des Ateliers. A la clef … de nouvelles constructions d’appartements dans le quartier.

    L’enjeu est donc de taille, tant en matière urbanistique, de densité que de mobilité.

    Dans une première intervention, PROXIMITÉ a expliqué le point de vue de son groupe et demandé ce que la commune avait fait de cet entrepôt de 1000 m2 acquis en 2009 « pour cause d’utilité publique ». Réponse du Collège : « L’espace, propriété de la commune, sert à entasser divers matériels hétéroclites, sans valeur ni utilité. Nous destinons les ateliers/locaux échangés à des services à la population, tels qu’une maison de quartier, salle polyvalente, … »

    Des projets louables certes, mais peu cohérents avec la décision du Collège qui, il y a à peine cinq mois, refusa une première demande de 23 nouveaux appartements, également sur le site des papeteries. Eric de SÉJOURNET (PROXIMITÉ) s’est rendu sur place et fit part de ses observations : « Vous devriez savoir que l’espace enclavé de 300 m2 est loué à la Ferronnerie GOBAUX, qui ne fermera ses ateliers qu’en 2018. Quant au bâtiment de 248 m2 (qui a une hauteur sous faîtage de 11,75 m), il est dans un état déplorable. Il n’y a ni chauffage ni eau; sous la chape de béton, il n’y a aucune évacuation d’eau; l’humidité remonte le long des murs sur un demi-mètre; le toit doit être entièrement refait. In fine, le bâtiment juste à côté (lot E), propriété de la Ferronnerie Gonzalez, abrite une activité industrielle et un impressionnant pont roulant, incompatibles avec des activités de type événementiel ».

    Après une interruption de séance, la NAPMR proposa d’ajouter à la délibération que le local rue des Ateliers sera destiné à la Maison des Aînés … de quoi prendre l’opposition par les sentiments.

    Le point se termina par un vote majoritairement favorable, la NAPMR étant rejointe par l’UC/PS et LIBERAL.  PROXIMITÉ vota contre, soutenu par ECOLO avec deux votes contre et deux abstentions.

    20160601 ROMAL Claude nb.jpgClaude ROMAL

     

     

     


    ______________
    (1) Eric de SÉJOURNET, Ne cédons pas à la pression foncière (1), in Carnets de Proximité, 21 mai 2016
    (2) Projet de délibération du Conseil communal du 25 mai 2016

    Capture d’écran 2016-06-04 à 14.35.10.jpg

    PHOTOS | ateliers de la Ferronnerie Gobaux mai 2016 © Eric de Séjournet 

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Un verger didactique à Rosières

    Iden,_East_Sussex_(14885277572).jpgLe Conseil communal s’est penché le 25 mai 2016 sur un point indéniablement positif pour le bien-être et l’éducation de nos enfants. Dans le cadre de l’Agenda 21 (1), le Collège a donné suite à la demande introduite par la nouvelle Ecole communale de Rosières de créer un verger didactique.

    L’accent sera mis sur des animations sur les insectes colonisateurs et la sensibilisation aux arbres fruitiers dans un espace spécialement réservé de la nouvelle école. Un des enjeux est « d’apprendre et transmettre aux élèves la base de la vie proche de la nature au travers de la dégustation de fruits récoltés en colation, l’apprentissage et la réalisation de plats à partir des récoltes » (2).

    PROXIMITÉ a salué cette initiative et l’apprécie d’autant plus qu’elle permet l’introduction et la sauvegarde d’anciennes variétés d’arbres fruitiers.

    Un oui unanime conclut le vote de ce point du jour.

    Ce projet fera-t-il des émules dans d’autres écoles de notre entité ?

    20160601 ROMAL Claude nb.jpgClaude ROMAL

     

     

     


    _______________

    (1) Carnets de Proximité, Penser globalement, agir localement, 21 juin 2013
    (2) Ordre du jour du Conseil communal du 25 mai 2016
    (3) photo | Leonard Bentley (Wikipedia Commons)

    Thématique | ENSEIGNEMENT, ENVIRONNEMENT Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • "L'école est bien, mais il n'y a pas de jardin" (mot d'enfant)

    nouvelle ecole vue de la facade arriere.jpg 

    Une importante délégation de parents et ses deux représentants de la nouvelle Ecole communale de Genval-La Bruyère s’étaient déplacés le 25 mai 2016 au Conseil communal afin de remettre officiellement la pétition de 1300 signataires. Ils y dénoncent le manque d’espaces verts et « aimeraient avoir la garantie que leurs enfants grandiront, apprendront, se développeront et s’amuseront dans un écrin de verdure (1) ».

    Rappelons que cette école est devenue la plus importante de notre entité (340 élèves) grâce à la qualité de son enseignement et à son environnement privilégié de cours et jardins.

    Le discours des deux délégués fut précis et percutant, leurs mots soigneusement choisis, chacune de leurs phrases traduisant clairement les souhaits et inquiétudes des parents et enfants.

    Le conseil communal a été sensibilisé par cette action fondée. En effet, nos bambins ont quitté une école vétuste mais entourée de vastes espaces ouverts, jeux et pelouses, pour une autre, certes, moderne et écologique, mais pratiquement exsangue de points verts et dont les jeux en bois, chers à leurs yeux, sont inexistants. PROXIMITÉ a exprimé sa tristesse constatant que le recours à la pétition traduisait un déficit de dialogue entre les autorités communales et les parents (2).

    Si la majorité a tenté de riposter, argumentant tant bien que mal, parfois fermement, ses explications n’ont pas convaincu l’assemblée, laissant petit à petit l’ambiance se tendre. C’est alors que les représentants des parents ont suggéré de garder une partie du terrain occupé par l’ancienne école. Peu pratique de par sa situation à l’opposé de la nouvelle structure, elle a au moins le mérite de proposer une alternative réaliste et peu onéreuse.

    Gageons qu’il y ait une suite positive à cette rencontre.

    20160601 ROMAL Claude nb.jpgClaude ROMAL

     

     

     

     
    _________
    (1) Pétition remise le 25 mai 2016 au Conseil communal
    (2) Ecole communale de Genval, Lettre à la commune (adressée au Bourgmestre et à l’Echevine de l’Enseignement), 24 septembre 2015

    Thématique | ENSEIGNEMENT, ENVIRONNEMENT Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017
  • Ne cédons pas à la pression foncière (1)

    Capture d’écran 2016-05-21 à 12.21.37.jpgSur le site des anciennes papeteries de Genval, la S.A. Valimmo, liée au groupe John Martin, souhaite récupérer les 1000 m2 d’entrepôts (1) qui avaient été cédés à la commune de Rixensart en 2009 … « de manière à redevenir l’entier et unique titulaire de droits réels sur ledit bien » (2). Bien sûr, Valimmo espère valoriser ce bien en transformant les m2 de hangars en appartements.

    Le Collège « n’y est pas défavorable pour autant que la Commune continue à disposer, sur le site des anciennes papetieres de Genval, de vastes espaces immobiliers ». C’est pourquoi, Valimmo propose un échange de biens immobiliers, notamment quatre espaces (3) et une soulte de 100.000 €. Le premier bien de 173 m2 est très bien situé rue des Ateliers n° 18, et est immédiatement utilisable. 105 autres m2 sont une voie d’accès vers deux ateliers de ferronerie, actuellement loués. Un premier atelier de 300 m2 présente une hauteur sous dalle de 3,5 m, l’autre de 248 m2 a une hauteur sous faîtage de 11,75 m. Ce dernier espace permettrait de créer deux niveaux.

    Le Colllège destinerait ces surfaces à des services à la population, maison de quartier, salle polyvalente. Le hic … c’est l’état général des deux ateliers. Suivant nos informations, ils sont dans un état déplorable et l’humidité remonte le long des murs sur un demi-mètre. Grosses dépenses en vue pour consolider et rénover le tout.

    Mais, la question n’est pas là ! Si nous comprenons que le Collège puisse s’intéresser de près à cette idée d’échange, PROXIMITÉ estime ne pas vouloir participer à l’accentuation de la pression foncière dans le secteur des Papeteries. Rappelons qu’il y a cinq mois à peine, le Collège y refusait, à raison, une première demande de construction de 23 appartements supplémentaires (4).

    La Commune peut-elle ouvrir la porte à une augmentation non souhaitée (4) du nombre de logements sur le site des Papeteries, sans compter les problèmes de mobilité à l’appui ? Ne ferait-elle pas mieux de conserver ses 1000 m2 actuels afin de garder la main et de freiner les ardeurs des promoteurs ? Il y va de la crédibilité communale en matière d’urbanisme.

    Au Conseil communal du 25 mai prochain, PROXIMITÉ ne cautionnera donc pas ce projet.

    © Eric de Séjournet nb.JPGEric de SÉJOURNET

     

     

     

     

    __________
    (1) Surface cadastrée Rixensart, 2ème division, section B (Genval), n° 525 n3 (partie), dénommé lot 1 arrière acquise le 9 octobre 2009 par la Commune au prix de 250.000 € (voir encadré en vert sur le plan ci-dessous).
    (2) Projet de délibération pour le Conseil communal de Rixensart du 25 mai 2016
    (3) Surfaces cadastrées Rixensart, 2ème division, section B (Genval), n° 525 p3 (valeur totale : 750.000 €) (voir encadrés en rouge sur le plan ci-dessous)
    (4) ATTOUT Xavier, Les papeteries de Genval accentuent la pression foncière, in Le Soir du 22 décembre 2015

    20160525 Projet d'échange Valimm::commune de Rixensart.jpg

    Thématique | AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Édition | Eric de Séjournet © 2007-2017